Livres
579 067
Membres
643 195

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Alex, open your eyes. Come on, baby, open those eyes."

I really wanted to, because for him I'd do anything. Fight a horse of half-blood daimons ? There. Tangle with ticked-off furies ? Sign me up. Break a dozen or so rules for one forbidden kiss ? Done. Open my eyes ? Apparently that was asking too much.

Afficher en entier

He was my strength when I needed him to be, my friend when I needed someone to talk me down, my equal in a world where by law I would always be less than him, and honest to gods, he was the love of my life.

Afficher en entier

— Mon cœur s’est arrêté quand cette satanée porte s’est refermée sur moi. J’ai entendu votre combat. Je l’ai entendu se moquer de toi, et te briser les os. Et j’étais totalement impuissant.

Il plaça ses deux mains de chaque côté de mes jambes et les muscles dans ses bras se contractèrent.

— Tu n’aurais jamais dû affronter ça toute seule.

— Mais tu serais mort.

— Et parce que je t’aime, j’étais prêt à mourir pour t’épargner ça. Ne t’avise pas de me voler à nouveau cette décision.

Afficher en entier

« Mon cœur s’arrêta de battre un instant avant de repartir de plus belle en reconnaissant cette voix. Elle m’était intimement familière, dans mon cœur et mon âme.

— Alex, ouvre les yeux. Allez, bébé, ouvre tes jolis yeux.

Et je voulais les ouvrir, parce que, pour lui, j’aurais fait n’importe quoi. Combattre une armée de démons sang-mêlé ? Présente. Me colleter avec des Furies en colère ? Sans problème. Enfreindre une bonne douzaine de règles pour un baiser interdit ? Déjà fait. Ouvrir les yeux ? Apparemment, c’était trop me demander. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par lina69 2013-07-29T13:16:08+02:00

Startled, my head jerked up and my eyes met his. They were a furious shade of gunmetal gray, and they were so open. Raw pain flowed from them, and I wanted to look away from that, to take the coward’s way out.

“My heart stopped when that damn door closed on me. I could hear you two fighting. I could hear him taunting you, and I could hear him breaking your bones. And there wasn’t a damn thing I could do about it.” He placed his hands on either side of my legs. Tension rippled through the muscles in his arms. “You never should’ve faced something like that alone.”

“But you would’ve died.”

“And because I love you, I am willing to die to save you from that. Don’t you dare take that decision from me again.”

Afficher en entier

-Je sais pourquoi tu nous as fait sortir, Marcus et moi, quand Arès est passé à l'attaque. C'était incroyablement courageux et tellement toi.

Mes doigts s'enfoncèrent dans le tissus raidi de mon jean. Par les dieux, c'était celui que je portais pendant la bataille ? De longues traînées de sang séché en maculaient les jambes comme de la peinture. Quand je fermais les yeux, les images du combat défilèrent dans ma mémoire, me donnant la nausée.

Aiden prit une grande inspiration.

-Mais si tu refais un truc pareil, je t'étranglerai. Avec amour, bien sûr.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lina69 2013-07-29T13:15:16+02:00

And he would wait forever for me, just as I would wait forever and a day for him.

Afficher en entier

« Je reculai d’un pas, empoignant instinctivement mes dagues.

La nuée décrivit un arc avant de se disloquer en une multitude de corbeaux.

J’en restai bouche bée.

— Par tous les corbeaux des enfers…

— Il y a aussi un ou deux aigles dans le tas, fit remarquer Luke.

— Et quelques faucons, ajouta Aiden. 

— Bon, ça va ! Par tous les oiseaux des enfers ! C’est mieux comme ça ?

— Beaucoup mieux, murmura Aiden. »

Afficher en entier

— Excusez-moi.

Marcus s’était adossé au bureau, le teint blême.

— Est-ce que je suis le seul à être choqué que ces deux-là aient pu penser qu’ils étaient peut-être… Que tu aurais pu être… Qu’il aurait pu y avoir… ?

— Que nous aurions pu faire de toi un grand-oncle, offris-je, puisqu’il était visiblement à court de mots.

Marcus plissa les yeux et mes joues s’enflammèrent.

— Est-ce qu’on peut en parler à un autre moment ?

— Entièrement d’accord, marmonna Aiden, mal à l’aise.

— Je ne suis pas de votre avis.

Le sourire vicieux d’Apollon s’étirait à présent d’une oreille à l’autre.

— Je sens qu’on va beaucoup s’amuser.

— Parle pour toi.

Aiden lui décocha un regard noir.

— Absolument, dit le dieu.

Marcus semblait ne pas avoir entendu.

— Combien de fois vous ai-je dit que vous ne devriez pas dormir ensemble ?

Il se tourna vers moi.

— Et je me fiche de ton âge ou que tu sois un Apollyon, Alexandria. Tu es ma nièce, et je suis responsable de toi. Et toi ?

Il pivota vivement vers Aiden, qui écarquilla les yeux.

— Tu aurais pu faire preuve d’un peu plus de discernement.

— Par les dieux… gémis-je.

J’aurais mille fois préféré traverser la cour à poil en courant que d’avoir cette discussion en public avec mon oncle. Surtout devant ce public-là.

— Pas de ça avec moi.

Le visage de Marcus avait retrouvé des couleurs. Il était écarlate.

— Dois-je vraiment t’expliquer ce qu’est une activité sexuelle responsable ?

Aiden avait l’air prêt à lui planter sa dague dans l’oeil.

— Ça me paraît nécessaire, suggéra Apollon.

— Oh ! Toi, tu peux parler ! m’écriai-je. Si je tape « activité sexuelle irresponsable » dans Google, c’est ton portrait qui s’affichera !

Apollon me tira la langue – comme un gosse de dix ans.

Quant à Marcus, il toisait maintenant Aiden comme s’il comptait faire usage de sa propre dague sur une partie de son anatomie bien plus basse que les yeux.

Afficher en entier

« — Je vous aide à vous préparer pour la guerre et à mener l’assaut contre Arès, et je serai renvoyé dans les Champs-Élysées en un seul morceau ? J’aime mieux qu’on soit clairs. Je vous connais, les Olympiens. Vous pouvez être très sournois.

— C’est ça, répondis-je, transférant mon poids d’un pied sur l’autre lorsque son regard incisif se posa sur moi. En un seul morceau, dans la joie et la bonne humeur.

Je fronçai les sourcils. Il ne semblait pas d’un tempérament joyeux.

— Ou l’humeur que vous voudrez.

Persès se déplaça si vite que je ne l’avais même pas vu bouger. Une seconde plus tôt, il se tenait face à Hadès, mais il était subitement devant moi, me dominant de toute sa hauteur. Ni Aiden ni Seth n’eurent le temps de réagir.

— Jure-le, dit le Titan. Et tu auras ma parole.

— C’est promis.

Ces mots avaient un goût de cendres dans ma bouche.

— Nous le jurons.

— J’accepte…

Une bouffée d’espoir envahit ma poitrine. Eh bien, ça n’avait pas été trop difficile.

Persès sourit.

— À une condition.

Oh ! Je m’efforçai de ne pas laisser paraître ma méfiance.

— Laquelle ?

Son sourire revint. Un sourire concupiscent. J’aurais préféré qu’il ne soit pas si près.

— Il me faut quelque chose à boire, et une femme. Ou deux. Et tu peux me tutoyer.

Las Vegas.

J’étais à Las Vegas avec un Titan qui voulait se bourrer la gueule et s’envoyer en l’air.

Par tous les démons des enfers ! À quel moment ma courte vie sur terre avait-elle déraillé pour que je me retrouve ici ? »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode