Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de crepe-au-sucre : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Une enquête de Francesca Cahill, tome 2 : Un suspect embarrassant Une enquête de Francesca Cahill, tome 2 : Un suspect embarrassant
Brenda Joyce   
Je suis fan, je suis fan, je suis fan, je suis fan, je suis fan !

C'est un peu juste comme commentaire ? C'est pourtant le cas. Cette série m'envoûte ! Les personnages sont incroyables. Pas de mâles alpha, ni de belles qui confondent avoir du caractère et friser l'hystérie. Non... ce sont des gens comme on pourrait en croiser partout, avec ce plus qui me prend aux tripes et replacés avec justesse dans une époque qui ne nous concerne plus. Le tout fait juste un ensemble fabuleux.

Il n'y a pas un seul personnage qui ne me plaît pas. Même les rôles secondaires sont une force dans cette lecture. Je suis ravie.

J'ai aimé le premier tome, j'affectionne encore plus celui-ci. L'intrigue est un poil plus intéressante car elle concerne un de nos héros, mais surtout les personnages évoluent et certains secrets sont mis à nus.

J'ai détesté terminer mon roman. Les personnages me manquent déjà. Mon seul soulagement est que je n'en suis qu'au tome 2 et qu'il m'en reste un joli nombre à lire, parce que franchement, là, je suis fan... Mais peut-être l'ai-je déjà écrit ?

L'amour fou L'amour fou
Anna Campbell   
Waouh... Ce livre m'a déchiré la première partie, puis apaisée pour m'amadouer avant de me meurtrir un peu plus avant le grand final. Un vrai grand 8 dans le tourbillon de ma lecture. Je ne vais pas dire ce qui a été déjà dit. Je rajouterai juste que cette histoire qui nous bouleverse montre à quel point nos rêves et nos fantasmes peuvent être violents. Ne serions-nous pas aussi mièvres et vulnérables que ce qu'on nous a enseigné ?

Pour un premier roman, je tire mon chapeau. Je me suis demandé si l'absence de Maria et [spoiler]le silence sur l'éventuelle grossesse de Vérity[/spoiler] n'appelait pas à une suite probable. Mais peut-être pas... Je crois que ce roman provoque assez l'imaginaire pour qu'on puisse en tirer les conclusions qui s'imposent à notre bon vouloir.

J'ai aimé aussi que l'histoire soit vue du côté des deux protagonistes et même si on a l'impression de retrouver des scènes semblables à quelques reprises, je me serai bien délectée encore d'eux, une centaine de pages durant.

Madame Campbell, je suis fan ! Je vous en prie, venez encore me tourmenter !

La Maîtresse De Trevelyan La Maîtresse De Trevelyan
Jennifer St Giles   
Une histoire d'amour entre deux êtres humains couverts de cicatrices mais néanmoins intelligents et superbes... je n'en connais pas de meilleure. Dès les premières lignes, la qualité d'écriture m'a fait comprendre que je passerais un excellent moment.
Et excellent fut le mot. J'ai beaucoup aimé l'héroïne, sa sagesse, sa sensibilité, sa volonté, sa hardiesse teintée de pudeur. Une femme superbe comme les romans nous en offrent peu.
Le récit se teinte parfois d'un humour discret, d'émotions chagrines et d'espoirs oubliés. J'adore ce style d'ambiance sordide dans des manoirs sombres. J'ai aimé aussi le dénouement, montrant que nous avons tous, en nous, une part glauque que nous regrettons souvent trop tard. Je referme ce livre à regret car j'aimais déjà ces gens imaginaires et ne peux qu'espérer que nous pourrons un jour lire Stephen et regarder ses blessures se refermer... un peu.

Suite Régence, Tome 1 : L'amant de l'ombre Suite Régence, Tome 1 : L'amant de l'ombre
Judith McNaught   
Au moment où je commençais à me demander si, moins absorbée par mes lectures, j'aimais encore vraiment les romances, voilà que je tombe sur ce petit roman à la couverture plutôt banale et sur laquelle la poussière avait créé son empire tant il régnait en maître depuis longtemps dans ma PAL.

Et après quelques jours d'yeux qui papillonnent de page en page, d'apnées tendues entrecoupées de soupirs de soulagement, j'ai refermé mon roman, déjà nostalgique de cette lecture.

Je crois que dans la collection des A&P, je n'avais pas pris autant de plaisir à lire depuis l'Amour Fou, d'Anna Campbell.

Je ne suis pourtant pas fan du héros. Il est violent et rien de ce qui a pu lui arriver ne peut justifier son comportement envers une personne aussi jeune et attachante que Victoria. Mais voilà, les héros qui me dérangent et bouleversent mes lectures n'arrivent pas à me détourner d'une belle histoire. Sans doute, d'ailleurs, ne sont-ils pas étrangers à ces maux qui rendent une lecture addictive.

Elle, je l'ai trouvée formidable et, malgré sa naïveté, pleine de courage et d'optimisme. Sans doute était-ce même un peu trop voire utopique, mais sans ces chimères, je ne vois pas comment elle aurait pu rester saine d'esprit dans le monde austère qui l'entoure.

Les personnages secondaires sont délicieusement extravagants, drôles tout en restant discrets. Ils ont souvent été la cause de mes sourires, véritables récréations au cœur de l'ambiance lourde de cette romance.

Jusqu'aux dix dernières pages, je me suis demandée comment la situation pourrait finir par tourner à son avantage. C'est beau et douloureux et tout est raconté avec une pudeur qui intensifie la force des sentiments.

Je regrette que nous n'en sachions pas plus [spoiler]sur le devenir d'Andrew et me demande si on aura de ses nouvelles dans un autre des romans de la série.[/spoiler]
Cinquante nuances de Grey Cinquante nuances de Grey
E.L. James   
Envoûtée, l'obsession que j'ai pour ce roman me tourmente au point de me sentir harcelée.
Je n'arrive plus à travailler, ni à écouter mes amies me parler (même de lui !). Je n'ai envie que d'une chose : m'isoler et savourer chacun de ses mots.

L'érotisme n'est pas ce qui m'attire le plus pourtant. Mais tout le reste me bouleverse. Je ris, je suis inquiète, je me pose des questions. L'avant, l'après me parait encore plus troublant que l'acte en lui-même.

Je n'arrive d'ailleurs pas à comprendre comment on peut trouver ce roman pornographique... à moins de ne lire que les passages licencieux. Et encore... Si c'est vraiment ce qui est recherché, il existe de très bons romans érotiques qui apaiseront l'autre pôle des langues ascérées qui se sont épanchées de façon graveleuse sur ce roman...

Dans cette histoire, je ne vois qu'une passion déchirante dans laquelle chacun recherche l'amour absolu.

Je n'ai pas boudé non plus mon plaisir dans les réparties fraîches et drôles d'Ana ni dans la sensualité que sait faire transpirer l'auteur au travers de mots simples et forts. Les échanges de mails entre Ana et Christian sont divins. Il sont, pour moi, un des points forts.

Je n'ai pas l'habitude de perdre le contrôle de mon quotidien à cause d'une lecture. Si ça m'arrive une fois par an c'est le bout du monde. C'est pourtant ce qui se passe avec ce roman et il m'arrive de penser, le soir quand je le referme, qu'il me tarde de l'avoir terminé pour être dégagée de cette emprise et me retrouver à nouveau libre de mes pensées.
Miel et vin Miel et vin
Myriam Chirousse   
De toute ma vie de lectrice, je crois n'avoir jamais été autant éblouie par la beauté d'une plume. Des belles, des somptueuses, des sublimes, il y en a peu, mais j'en ai rencontrées. Mais un tel talent pour jouer avec les mots jusqu'à rendre gracieuse la plus cruelle des scènes, je ne m'en souviens pas.

J'ai vécu ce roman comme un enchantement. Mes pieds n'ont pas touché terre et mes yeux sont restés vissés, page après page, sur la magnificence des phrases qui s'enchevêtraient devant eux.

A aucun moment, sur aucun passage, la finesse de cet ouvrage s'est essoufflé. Tout ce qui est conté, du geste le plus banal à la déchirure la plus vive est une caresse ou une rossée.

L'histoire elle-même est belle et même si nos deux héros sont plongés au coeur de la révolution française, la force du roman est ailleurs.
J'ai brûlé mes pupilles jusqu'à la dernière page, puis refermé le roman en clignant des yeux, ne sachant quel sentiment goûter sur cette fin atypique. Alors, j'ai tout simplement décidé qu'au royaume de Madame Charousse, là où les petits diables se soumettent à ma tendresse de lectrice avide de folie épistolaire, où la sagesse n'a de place que dans les esprits étriqués, elle est tout simplement effrayante et magnifique.

Cœur de Gaël, Tome 1 : La Vallée des larmes Cœur de Gaël, Tome 1 : La Vallée des larmes
Sonia Marmen   
Si je ne devais amener que 5 livres sur une île déserte, celui-ci serait du voyage. De l'aventure et de l'amour avec un grand A, des personnages fascinants, des highlanders qui paraissent encore plus vrais que natures (ils puent, sont mal rasés, picolent et ont une haleine de whisky et malgré ça on se damnerait pour en avoir un à nous !) et une héroïne merveilleuse... cet ouvrage m'a courtisée, molestée, amusée; étrillée et a fait de moi la captive de son récit.

Deux sœurs pour un roi Deux sœurs pour un roi
Philippa Gregory   
Imaginez un monde d'apparats et de magnificence. Un monde où les princesses sont minaudières, où les princes n'ont rien de charmants, où le quotidien des reines n'est qu'humiliation.

Imaginez un royaume somptueux dans lequel les petites filles de 12 ans sont mariées à des hommes trentenaires. Un royaume dans lequel posséder la chair tendre et enfantine de son épousée, d'une jeune décennie, affriole le roi.

Envisagez un univers dans lequel le destin d'une femme est de devenir la catin de ses parents pour servir leurs intérêts.

Et laissez vous flotter sur un océan putride où sont noyées ces délicates créatures lesquelles, sans amour salvateur, deviendront des génies d'une grande beauté dénués de toute pitié.

Quel roman à l'imagination perverse ? Non, vous venez d'entrer à la cour du roi Henri VIII. Priez de ne jamais trouver grâce à ses yeux, car dans ce monde ou les pulsions du roi sont affaires politiques, n'être rien est la seule chance de survivre...

Philippa Gregory nous entraîne dès la première page de son roman dans le palais d'Henri VIII. Elle nous dévoile avec un véritable talent la vie de la famille Boleyn. Dès la première page, je suis entrée par la grande porte royale et durant tout le roman, j'ai déambulé dans les couloirs froids, au milieu de l'hypocrisie meurtrière des courtisans et de leur souverain.

Mieux encore, elle m'a rendue curieuse et m'a donné envie de faire des recherches sur cette période de l'histoire de l'Angleterre.

Sa plume est un bijou. Elle sait raconter l'ignominie de ce règne sans déchirer le ventre, sans faire perdre la tête tout en nous affamant assez pour éprouver le besoin de dévorer la suite.

L’Héritage Boleyn L’Héritage Boleyn
Philippa Gregory   
J'ai retrouvé dans ce second livre toute la richesse de l'écriture du premier. Et, il n'y a pas à dire, quand un roman est bien écrit, ça change tout !

On retrouve la vie de Henri VIII après les soeurs Boleyn, racontée par les différentes femmes qui ont traversé sa vie d'une façon plus ou moins... réversible.

Ce livre fait froid dans le dos car s'il est romancé dans son récit, les faits ont bel et bien existé.

Merci à Madame Grégory pour ce moment d'exception.