Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de crepe-au-sucre : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Le Voleur de fiancées Le Voleur de fiancées
Jacquie D'Alessandro   
J'ai eu du mal à reprendre plaisir à découvrir de nouveaux personnages après le passage dévastateur d'un roman dans ma vie de lectrice et j'avais un peu peur de ne plus rien apprécier avant longtemps.

C'était sans compter sur Sammie, Eric et tous les personnages secondaires qui prennent vie dans Le Voleur de Fiancées... Des personnages qui m'ont fait vivre, dès le début du roman, des gloussements, des grands sourires, des élans de bien être et une colère non dissimulée quand je devais fermer mon livre pour faire des choses totalement inutiles (comme aller bosser, préparer le repas, repasser les fringues pour le lendemain, me laver, aller me coucher, etc. ).

J'ai apprécié Samantha (Sammie) que je ne pouvais que comparer aux autres héroïnes car elle est têtue, certes, mais sans ce caractère irritant qu'on trouve chez beaucoup d'autres. Lui, est charmant, viril, doux... bref ce bouquin c'est du fantasme pur et dur mais sentimementalement parlant et il m'a fait un bien fou.

Les personnages secondaires (je pense en particulier à la mère et sa vieille bique de copine) m'ont fait rire aussi... J'ai adoré suivre, durant ces deux jours, cette histoire légère, sans passages à vide, sans grand suspens non plus mais qu'importe... les gens qui s'aiment font oublier tout le reste et Eric et Sammie ont très bien assuré dans ce domaine.

Une lecture à mettre sur son chevet, quand on est en période d'âme fragile ou en quête d'amour parfait (ou irréel).
Plaisir aveugle Plaisir aveugle
Monica Burns   
En ce moment, les romans, les films, les séries TV encensent la femme de 40 ans, comme il y a une décennie on le faisait avec celle de 30 ans. C'est bien, car même si on joue la carte de la tolérance, la femme amoureuse d'un homme plus jeune n'est dispensée, même à notre siècle, ni de raillerie, ni de sobriquets désobligeants comme "cougar" qu'on n'a jamais autant entendu que depuis qu'on lui reconnait, qu'en matière de plaisir et d'amour, elle n'a rien à envier aux hommes.

Dans ce roman, on avance prudemment. Elle a plus de 40 ans et l'accent est vite donné sur l'aigreur d'une société qui montre du doigt les sentiments d'une femme vieillissante. Elle souffre, est perdue et se pose toutes les questions qui tourmenteraient une amante de son âge vis-à-vis d'un prétendant plus jeune.

Sa fragilité n'en rend l'histoire que plus belle. Elle est posée bien que vulnérable et se perd malgré elle dans les tourments d'une dernière passion. Et encore, à ce moment, elle ne le croit son cadet que d'une poignée d'années...
Lui est profane, beau et éprouvé. Son personnage est celui d'un jeune loup égaré dans une première frénésie romanesque.

Je les ai aimés, tous les deux, même si le personnage de Garrick m'a semblé parfois peu crédible dans les raisons de son tourment. Mais ça ne fait rien. L'histoire est douce, sensuelle avec quelques scènes un peu plus ardentes que dans un A&P classique et moins fréquentes que dans un PI. Un bon compromis pour les grandes romantiques qui privilégient les sentiments à la chair épistolaire, mais qui ne sont pas contre avoir un petit coup de chaud de temps à autre...
Beautiful, Tome 1 : Beautiful Disaster Beautiful, Tome 1 : Beautiful Disaster
Jamie McGuire   
On sent que cette lecture est destinée à un public qui bascule de la fin de l'adolescence au jeune adulte. Certains passages bagarreurs parlent très franchement aux jeunes femmes encore ancrées dans la fougue offensive. C'était parfois un peu trop, mais que ça fasse rêver, je le comprends aisément.

En revanche, à l'heure où nos romans d'amour ne savent plus parler de sentiments sans les teinter d'un érotisme détaillé, j'ai particulièrement apprécié le fait que ce livre en soit dépourvu, car malgré cette absence, l'émotion amoureuse y trouve grandement sa place. Comme quoi, on est une romantique ou on ne l'est pas... même si on aime la castagne.

Le tome 2 est l'histoire de notre couple sous les yeux de Travis. Ma curiosité est à son comble.

La trilogie Fire after dark, Tome 2 : L'étreinte des secrets La trilogie Fire after dark, Tome 2 : L'étreinte des secrets
Sadie Matthews   
Dans ce deuxième volet, il m'a semblé que Dominic perdait sa saveur au profit de tous les autres personnages. J'ai trouvé ça plutôt bien et c'est là qu'on s'éloigne (enfin) des 50 nuances qui n'appartiennent qu'à Grey et dont nous avons toutes (tous?) plus ou moins fait le rapprochement.

La palette de couleurs dans laquelle évolue Beth se décline en bien plus de couleurs que le gris. Ces rencontres ne mettent pas sa relation entre parenthèse, mais pourtant, ce sont elles qui font toute la richesse de ce roman.

Tous ces seconds rôles qui savent rester dans l'ombre contrebalancent d'un souffle tendre ou inquiétant l'aspect charnel (mais monotone) de nos deux amoureux.
La part belle, mystérieuse et inquiétante, revient au milliardaire Andrei Dubrovski qui va déstabiliser notre belle tout le roman durant.

La fin nous emporte déjà ailleurs, ne laissant aucun doute sur le fait que Dominic, Beth et Andrei ont encore bien des choses à nous raconter...
Les MacKenzie, Tome 1 : La Folie de Lord MacKenzie Les MacKenzie, Tome 1 : La Folie de Lord MacKenzie
Jennifer Ashley   
Je vais être assez banale : je trouve cette histoire belle et touchante. Le brin de sensualité et la pointe d'originalité de ce A&P ont rendu ma lecture vraiment attractive.

J'ai aimé tous les personnages et les seconds rôles, sans voler la vedette à nos protagonistes, ont éveillé ma curiosité pour les autres tomes de cette série et malgré mon affection pour le plus jeune des frères Mackenzie, je pense qu'il ne sera pas celui qui retiendra le plus mon attention.

Un petit plus sur le fait qu'on accorde à la dame de notre livre, le droit d'avoir assez aimé et désiré son premier mari pour lui garder une place de choix dans son cœur.

Par la place dérangeante et dérangée qui est accordée à nos amoureux dans ce roman, les principes de la romance classique historique ont été bouleversés et ça, c'est ce qui m'a le plus enchanté.
Grey Grey
E.L. James   
Ce roman m'a plus remémoré l'histoire de 50 nuances, qu'apporté un plus à l'histoire. J'ai trouvé que le point de vue d'Anastasia était plus poignant.
Malgré ça, j'ai revécu, par moment, les émotions de ma première lecture. J'ai aimé me souvenir de ce ressenti, car 50 nuances a été ma première romance érotique et, même si j'en ai lu d'autres aussi bien écrites, aucune n'a su me transporter comme « 50 nuances de Grey ».
Je précise quand même (que les amoureuses du beau Grey me pardonnent), je ne fais pas partie des fans de Christian. Je le trouve snob, sordide, souvent méprisable. Mais je n'ai pas besoin d'aimer les personnages d'un roman pour l'apprécier. S'ils arrivent à mettre mes sens en alerte, à éveiller mon intérêt et ma soif de lecture pour connaître la fin, alors je prends tout d'eux... même leur côté « misérable ».
50 nuances aura toujours une place à part, dans ma bibliothèque et si il y a une suite à la version de Christian Grey, elle viendra certainement se rajouter aux nuances chatoyantes de ma bibliothèque.
La Société, Tome 2 : Mission Azerty La Société, Tome 2 : Mission Azerty
Angela Behelle   
L'érotisme de cette saga est un peu particulière. Les relations entre les personnages peuvent déranger. Mieux vaut ne pas s'en formaliser si on décide de se plonger dans cette série. Il est possible que ce soit justement ce côté délétère qui pousse son érotisme au maximum.

On aime, on n'aime pas, c'est selon... mais que l'on apprécie cette lecture claquante ou qu'on la décrie, elle ne laisse pas indifférent sur les divers sentiments qu'elle inspire.

La trilogie Fire after dark, Tome 1 : L'étreinte de la nuit La trilogie Fire after dark, Tome 1 : L'étreinte de la nuit
Sadie Matthews   
Voilà un roman dans l'air du temps, avec un personnage masculin un peu à part, malgré tout.

J'ai trouvé des similitudes avec 50 nuances. La vraie différence se joue entre Christian et Dominic. Si j'avais trouvé le premier relativement méprisable dans son attitude avec ses soumises et sa petite amie, je n'ai rien ressenti de tel chez Dominic.

C'est peu commun, quand d'ordinaire les auteurs aiment donner vie à des héros butors et autolâtres, d'en rencontrer un qui, même s'il aime tenir les rennes et la cravache, n'a rien d'un barbare rugueux.

Quant à la belle, elle a la fougue et l'insouciance de son jeune âge. Plusieurs fois, j'ai grimacé quand j'ai lu à quel point elle mettait une belle carrière qui s'ouvrait à elle en équilibre, pour une relation, charnellement troublante certes, mais sans véritables promesses. Enfin, c'est un roman... Elle va certainement s'en sortir fabuleusement et utopiquement bien.

L'autre plus reste une écriture plus travaillée que celles habituelles de ce nouveau genre de romans. C'est plus fort que moi, un livre bien écrit me bouleversera toujours plus qu'une histoire intéressante narrée avec un langage parlé.

Je ne ferai pas l'erreur que j'ai faite avec 50 nuances en enchaînant le deuxième tome de suite, pour ne pas me lasser de ces personnages engageants et espère les retrouver dans la suite de leur aventure avec autant de plaisir que dans ce premier tome.

Les Débauchés, Tome 4 : Le Dernier des débauchés Les Débauchés, Tome 4 : Le Dernier des débauchés
Loretta Chase   
J'ai trouvé ce roman rempli d'humour, jusque dans la façon d'écrire de l'auteur. D'ordinaire les couples qui se disputent constamment me lassent, mais là, les répliques n'étaient que  badinage rocambolesque et je me suis régalée de leurs tirades.

Les personnages principaux sont haut en couleur et prennent toute la place dans le roman, laissant, du coup, peu de champ libre aux rôles secondaires qui paraissent bien fades à côté.

Ce tome sera mon préféré avec le comte d'Esmond. L'un pour les éclats rires, l'autre pour le charisme séduisant (à mes yeux) des personnages...
Jeunes filles en fleurs, Tome 2 : L'Héritière Jeunes filles en fleurs, Tome 2 : L'Héritière
Laura Lee Guhrke   
Voilà une romance bien différente des autres... Jusqu'à sa fin, j'aurais vécu l'histoire de notre naïve héroïne comme une manipulation. L'histoire en elle-même est douce, mais elle me semble aussi dépourvue de passion (du moins de sa part à lui), mais c'est aussi parce que ça me dérange quand une romance bouscule mes idéaux que je peux la trouver intéressante.
Voilà bien une histoire que je n'aurais pas aimé vivre. Mais c'est celle de Prudence et elle semble s'en contenter. Je reste alors spectatrice d'une lecture qui laisse, malgré tout, ma part de rêve un brin frustrée...