Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de crepe-au-sucre : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Nuage blanc, Tome 2 : Le Chant des esprits Nuage blanc, Tome 2 : Le Chant des esprits
Sarah Lark   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/07/29/le-chant-des-esprits-sarah-lark/

Après avoir suivi les aventures de Gwyneira et d’Hélène dans Le pays du nuage blanc, ce sont à présent celles leurs petites-filles que nous découvrons dans Le chant des esprits, Lainie et Kura.

On ne retrouve pas seulement dans ce second tome la densité du premier, mais également ses qualités et ses défauts. Si les descriptions sont toujours aussi sublimes, les répétitions de l’auteur n’en sont pas moins pesantes. La richesse de l’histoire est encore au rendez-vous, mais conserve les mêmes faiblesses.

Tout comme dans le premier volume (si ce n’est davantage), les personnages secondaires sont négligés : les frères de Lainie sont à peine mentionnés, Jack n’apparaît qu’à de très rares occasions… Il est tout de même agréable de retrouver, même brièvement, les héros du Pays du nuage blanc, sauf peut-être Gwyneira.

Si tous semblent être restés fidèles à eux-mêmes, ce n’est pas son cas. J’ai eu du mal à la cerner tout du long. Comment elle, qui n’a jamais pu aimer Paul en raison de ses origines et qui a toujours paru posséder une certaine fierté, peut-elle s’incliner de la sorte face à la capricieuse Kura ? Comment peut-elle surtout lui porter une telle affection alors que la jeune fille est aussi exécrable que son père ?

L’histoire, bien qu’aussi riche et intéressante que la précédente, manque un peu d’originalité. Certains passages sont très plaisants (notamment la vie de Lainie dans l’établissement de Mme Clarisse, les efforts de Tim pour l’apprivoiser ou encore la réconciliation progressive des deux cousines) et d’autres trop peu développés. Je pense notamment aux retrouvailles entre Zoé et Lainie, desquelles j’attendais beaucoup quand j’ai vu ressurgir la première nommée, mais qui s’achèvent finalement aussi vite qu’elles sont survenues.

Pour rebondir là-dessus, les heureux hasards déjà présents dans le tome 1 le sont également dans celui-ci. Les personnages finissent toujours tôt ou tard par se retrouver au même endroit, au même moment, si bien qu’on voit venir ces éléments de l’intrigue longtemps à l’avance.

L’originalité n’est pas transcendante non plus, puisqu’il est facile de faire de gros parallèles avec Le pays du nuage blanc. L’une des héroïnes contracte un mariage malheureux avec un mari brutal (Hélène/Elaine… Tiens, tiens !), l’un(e) des protagonistes s’enfuit après avoir commis un meurtre (Paul/Elaine), la happy end où tout le monde se retrouve après quelques centaines de pages de pérégrinations…

C’est donc une histoire qui, comme la précédente, se laisse lire plutôt agréablement, mais qui souffre d’un style toujours aussi pesant et de rebondissements attendus. Contrairement au dépaysement, le suspens n’est pas au rendez-vous.

par Cyrlight
Le Dit de la Terre plate, tome 3 : Le Maître des illusions Le Dit de la Terre plate, tome 3 : Le Maître des illusions
Tanith Lee   
J'ai moins accroché à ce tome-ci ; l'histoire m'a moins emballé, c'est assez lent et bien moins poétique et/ou épique, je trouve. Et la traduction est surtout toujours aussi bizarre. Ce n'est pas du tout l'écriture de Tanith Lee que j'avais apprécié dans ses autres livres, parfois c'est maladroit, moche, avec des répétitions ou des tournures bizarres, et ça rend le tout difficile à lire de façon fluide et naturelle.
La fin semble s'enchaîner un peu avec le tome suivant, par contre ; et ça donne envie d'en savoir plus, assurément :)
Le personnage de Chuz est en effet bien intéressant, et les amateurs gamers du genre n'auront pas manqué de penser au Seigneur Shéogorath. La mythologie de la Terre Plate, en général, avec les vazdru, fait bien penser aux drémora de Nirn, et les princes aux princes daedra. J'ai même lu a un moment l'idée selon laquelle les étoiles seraient des trous percés dans le tissu du ciel, laissant apercevoir l'univers de lumière derrière.
Ce qui est exactement la cosmologie de TES :p
La Morsure d'Eros La Morsure d'Eros
Frédérique De Keyser   
La morsure d'Eros est une romance historique très érotique à réserver à un public averti, autant le répéter au cas où ce fait aurait échappé à certains. C'est également une romance paranormale puisque deux des protagonistes sont des vampires très libertins, de vrais débauchés, totalement accrocs au désir, à toutes formes de plaisirs ce qui s'explique beaucoup par leurs origines. Car non contente de brosser un tableau bien particulier sur les moeurs de la société de l'époque, celle du XVIII eme siècle, la ROMANCIERE nous offre une toute autre mythologie de ces fascinantes créatures de la Nuit.

Il ne fait aucun doute que Frédérique de Keyser a voulu pousser les choses à fond au risque de provoquer voire même choquer une partie de son lectorat, en bousculant un peu, parfois beaucoup, les codes de la romance historique.
Si Frédérique maniait parfaitement l'art de l'éloge du sexe bien écrit, je lui " reprochais " parfois de trop privilégier la douceur et la sensualité, la beauté des mots et toujours une ambiance assez poétique autour de ses scènes sensuelles, au profit de l'acte cru poussé à l'audace. Elle s'est lâchée, en maitrisant parfaitement le MF, MM, MMM et MFM ce qui risque ici dans ce cas bien précis, de faire enrager les éternels romantiques, avec cerise sur le gâteau un peu de fétichisme, un passage tout en émoi et lasciveté.

Il y a donc du sexe, beaucoup de sexe, mais ce n'est pas un enchevêtrement de plan c.l destiné à remplir des pages, d'autant que nous avons affaire à un pavé. Derrière il y a du grand Frédérique de Keyser. De longues descriptions pour nous plonger au mieux dans le cadre de l'époque mais surtout dans le confinement de son histoire, une romance compliquée qui fera souffrir sa pauvre héroïne dont nous connaitrons tous les ressentis. Mais c'est aussi un travail de recherches sur cette société très libertine, surtout en privé, même si ce privé accepte ou encourage un certain public. Ce que l'on retrouve dans les maisons galantes ou certains salons littéraires dont le but chuchoté est la soirée de débauches en prévision. Des pratiques honnies au grand jour mais dont certains se délectent dans l'intimité comme l'homosexualité.

C'est ainsi que Antoine, le frère de l'héroïne se cache au début du roman car il est poursuivi pour avoir ce penchant sexuel très contre nature, passible de peines affreuses. Et je parle de lui en premier parce que c'est lui et son compagnon qui m'ont totalement séduite. Leur romance est au second plan mais c'est celle qui m'a le plus touchée, dont j'ai vraiment apprécié les deux caractères, protecteur ou passionné, les deux personnalités, douce ou torturée, leur interaction mais aussi leurs moments de partages intellectuels ou physiques. Car il y a quelques dialogues, mais pas assez à mon sens, Frédérique est douée pour les réparties fines et bien senties. Elle nous sort de son chapeau sensible et magique des déclarations à tomber par terre, toutes différentes les unes des autres. J'ai été toute mashmalowée par ces deux êtres superbes, deux amours.

La romance principale concerne la soeur d'Antoine, Anne, une jeune femme qui va subjuguer le vampire Pâris au point d'explorer toutes les facettes de ses vices, tant il la perçoit comme la seule " élue de son coeur ". Jusqu'au jour où ...Anne se retrouve seule, au fond du gouffre alors que Pâris noie ses rancoeurs dans la débauche, revient, et fait de sa vie une autre sorte d'enfer. Mr Goujat par excellence la traite comme une catin, mais c'est la sienne et elle, petite femme farouche mais totalement soumise à l'emprise de son amour, de cet amour, tarde bien trop à se rebeller, à mon goût. J'ai retrouvé encore une fois le côté vraiment sadique de Frédérique, puis son côté féministe s'est réveillé, quel plaisir !

Encore une fois, Frédérique nous livre un bout d'elle avec toujours autant de générosité, de beauté et d'élégance dans sa plume, et je dois dire au passage que si toutes les romances MM sont aussi délicieuses que celle d'Antoine et son flamboyant mâle, je vais m'y mettre sans tarder !

par Seregan
After, Saison 3 : After We Fell After, Saison 3 : After We Fell
Anna Todd   
Alors, alors.

J'aime beaucoup Tessa mais je pense que deux ou trois claques dans la figure ne lui ferait pas de mal. Je n'aurais jamais accepté le quart de ce que fait Hardin, sérieusement.
Hardin est souvent ignoble même si à la fin il s'arrange.
J'ai un problème avec After : ça tourne en rond. Dans ce tome, tous ce passe autour du futur déménagement de Tessa à Seattle et d'Hardin qui fait tout pour l'en empêcher. 520 pages pour quelques jours, c'est très long. Les disputes deviennent lassantes, les réconciliations trop courtes même si Tessa ne se laisse plus faire aussi facilement.
Niveau des nouveaux personnages...je sais pas...le père de Tessa, il tombe du ciel. Lillian, pareil, Riley pareil. Même si ces deux dernières ont leur utilité dans la remise en question de Hardin, je sais pas comment expliquer mais ça tombe comme un cheveu sur la soupe. On ne sait pas comment ni pourquoi.
Dans le livre, ça fait ça : je marche dans la rue, je rencontre quelqu'un et je lui déballe ma vie parce que c'est plus facile de se confier à un inconnu.
Bref, les éditeurs auraient dû raccourcir l'histoire, c'est souvent trop long, je me suis même surprise à m'ennuyer dans ma lecture.
Même si j'ai globalement aimé, j'attendais moins de temps mort et une amélioration plus rapide dans le caractère d'Hardin.
Envoûtement Envoûtement
Saskia Walker   
Une histoire intéressante et originale; mais je n’ai pas vraiment accrocher. Des passages intéressants il est vrai mais j’avais vraiment hâte d’arriver au bout tellement ce roman m’a sembler long. En tout cas j’ai aimer les personnages, tous sans exception.

Contrat avec un salaud Contrat avec un salaud
Sara Agnès L.   
Si vous avez aimé L'or et la nuit, vous aimerez Contrat avec un salaud. Je prédis pour ce nouveau roman le même parcours que son précédent. Tous les ingrédients sont dedans... Une fille, Amy, d’emblée sympathique et un type, Oli, un génie vraiment trop beau qu'on a envie de claquer au début tellement il est désagréable et salaud... Comment en arrive-t-on à l'aimer ? C'est le génie de Sara Agnès L. C'est cocasse à certains moments, chaud à d'autres... C'est un bon Sara Agnès L.
Hé... Oui, moi je fais partie des petits futés qui ont pu le lire avant les autres... Que du bonheur...

par Csirene
Sign of Love, Tome 4 : Archer's voice Sign of Love, Tome 4 : Archer's voice
Mia Sheridan   
A toutes les âmes oubliées, perdues, dont les voix ne comptent pas parce qu'elles ne sont pas assez fortes pour atteindre le cœur du monde, ce livre est pour vous. Parce que comme pour Archer, il suffit parfois d'une personne, une seule personne qui accepte de vous entendre, et votre vie est changée, à jamais. L'histoire de Bree et d'Archer a touché une partie de mon être et l'a rempli de douceur.

Cette histoire fait de l'ombre aux étoiles et je garderai toujours un morceau de leur éternité avec moi. Ce roman est magnifique à tellement de niveau qu'aucune critique ne pourra jamais lui rendre justice.

Il se lit.
Il se pleure.
Il se vit.

Alors n'hésitez pas, car comme le dit Archer, " les mots les plus bruyants sont ceux que l'on vit ".

par Schweppy
Les Chroniques de Dani Mega O'Malley, Tome 3 : Fièvre Née Les Chroniques de Dani Mega O'Malley, Tome 3 : Fièvre Née
Karen Marie Moning   
Un tome vraiment fort en émotion !!
Les chapitres racontés du point de vue de Mac sont encore les plus nombreux, mais pas de façon écrasante comme dans le tome précédent. Ici, ceux consacrés à Dani/Jada prennent une part beaucoup plus importante.
Il y a encore quelques longueurs avec les introspections de Mac, mais les passages avec Barrons, Ryodan, ou Jada, dynamisent le tout. Il y a beaucoup d'événements très surprenants, beaucoup d'action, et surtout beaucoup de scènes très touchantes. Je suis de plus en plus attachée à Ryodan, sa façon de penser, son dévouement... Mon Dieu, Ryodan, dans la dernière partie...non, non, pas de spoiler...
Barrons est lui aussi plus présent, et il y a beaucoup plus d'interactions avec Mac, ce qui manquait dans Burned. Je l'aime toujours autant !! (et je dois dire qu'il est beaucoup plus grossier en version originale... Pas de "nom de nom" en v.o , ça c'est sûr ^^)
Dani/Jada nous offre une facette incroyablement émouvante, certains passages sont déchirants.
En bref, un superbe tome, mais surtout dans la deuxième partie, qui concentre à la fois l'action et les moments d'émotion. Et franchement, cette fin, c'est juste insoutenable, ce cliffhanger..

par Migabo
Nuage blanc, Tome 3 : Le Cri de la terre Nuage blanc, Tome 3 : Le Cri de la terre
Sarah Lark   
j 'ai terminer ce tome et je suis heureuse pour gloria et jack du premier au dernier c'était prenant .Peut être que ce n'était pas le dernier on pourrai peut être avoir des nouvelles de gloria et jack.si vous savais quelque chose dite le moi s'il vous plait .MERCI

par laeti33
Les Princes Immortels, Tome 2 : Le Sortilège de la Nuit Les Princes Immortels, Tome 2 : Le Sortilège de la Nuit
Nina Bruhns   
j'ai vraiment bien aimé ce livre sachant qu'il y a énormément d'action de suspense et l'intrigue est bien monter beaucoup d'émotion aussi a donner des palpitions donc pour ce qui recherche des sensations fortes lisez le il tient en haleine jusqu'à ces dernières lignes bonne lecture a se qui ose le lire!

par pourteau