Livres
421 503
Membres
338 055

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par michelinel 2018-02-20T17:50:56+01:00
Lu aussi

Évidemment à chaque fois que je lis des nouvelles, je pense que je vais aimer ça, mais je suis mitigée. Ce sont toutes des femmes qui ont écrit ces nouvelles policières. C’est inégal et j’aime particulièrement 3 histoires : l’intérieur de Karine Giebel, Mobsters’ memories de Andrée A. Michaud qui sont des écrivaines que j’aime dont les nouvelles sont à la hauteur de leurs livres. La troisième histoire est ma préférée : le second linceul d’Ingrid Desjours. C’est une histoire originale qui m’a entièrement absorbée et qui m’a vraiment mystifiée.

Les autre histoires m’ont laissée froide et m’ont même ennuyée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Leane-Belaqua 2017-10-04T22:58:01+02:00
Lu aussi

http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/09/recueil-de-nouvelles-crimes-au-musee-collectif.html

Je ne vais pas décrire et critiquer chaque nouvelle, tout d'abord parce qu'il y en a trop, ensuite parce que certaines ne m'ont pas marquée, et enfin parce que j'ai eu du mal à lire ce recueil de bout en bout. En effet, j'ai lu ce recueil sur un temps plutôt long. Ce qui m'a le plus gênée, ce sont les laïus, qui s'étalent sur plusieurs pages, après chaque nouvelle. J'avoue avoir rapidement sauté ces descriptions systématiques, sauf lorsque la nouvelle m'a spécialement plu. Je peux comprendre l'intention, mais je dois dire que ça gonfle le nombre de pages et interrompt la lecture et le suspens instauré par les ambiances des différentes nouvelles.

Je vais maintenant me concentrer sur les nouvelles, puisque c'est le plus intéressant. Le thème fédérateur est le musée. C'est plutôt original. Certaines nouvelles se passent directement dans un musée, d'autres y font simplement référence. Chaque texte est différent et offre une ambiance inédite dans le recueil. Certaines nouvelles m'ont simplement divertie sans me marquer vraiment, parce que finalement, elles n'étaient pas surprenantes. D'autres m'ont surprises par leur originalité souvent morbide. Je pense ici à "Il faut savoir se salir les mains", de Claudia Larochelle, qui présente une artiste travaillant des matériaux étranges et offre une perspective pour le moins créative. Barbara Abel a aussi su m'émouvoir et me surprendre en présentant un personnage totalement dépassé par la vie et à la limite de la folie. Et enfin, il y a des nouvelles qui m'ont bouleversée et donné envie de découvrir l'univers de leur auteur. C'est le cas de "L'intérieur", de Karine Giebel. Par sa plume, cet autrice a su rendre l'abominable encore plus insoutenable. C'est sans aucun doute la nouvelle qui m'a le plus émue. Quant à la nouvelle d'Ingrid Desjours, elle fait partie de mes préférées de ce recueil, comme je m'y attendais. La créativité de celle qui m'a attirée dans le monde du polar m'a totalement conquise. Je me suis laissée avoir par son "Second linceul", et je n'en ai pas senti venir la chute !

Conclusion : ♥♥♥ C'est un recueil appréciable qui ravira tous les amateurs de polars grâce à la diversité de ses propositions. Il aurait été cependant plus judicieux d'ôter les "biographies" après chaque nouvelle ou de les réduire drastiquement, selon moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par stoufnie 2017-09-16T18:58:22+02:00
Argent

Un bouquin qui contient 18 nouvelles, 18 auteures féminines dont de grands noms du thriller, 18 histoires belges, françaises et canadiennes …C’est un plaisir qui ne se refuse pas !

Les auteures françaises et belges : Karine Giebel, Barbara Abel, Ingrid Desjours, Dominique Sylvain, Elena Piacentini, Marie Vindy, Danielle Thiéry, Nathalie Hug, Stéphanie de Mecquenem.

Les auteures québécoises : Andrée A. Michaud, Claudia Larochelle, Marie-Chantale Gariépy, Martine Latulippe, Geneviève Lefebvre, Florence Meney, Claire Cooke, Ariane Gélinas, Catherine Lafrance.

Le tout dirigé par Richard Migneault grand manitou du blog Polar, noir et blanc qui entre chaque nouvelle vous laissera une présentation de l’auteure et ses habitudes d’écritures. Très instructif !

Pas facile l’exercice de la Nouvelle, car il faut réussir à attraper le lecteur en très peu de temps et lui faire vivre autant d’émotions que sur 300 pages. Je trouve l’exercice encore plus périlleux et exigeant que d’écrire un roman.

La particularité de ce recueil est bien entendu son lien commun : Le musée plus ou moins prononcé, en toile de fond ou suggérée, mais toujours bien présent.

La seconde et j’en ai déjà parlé plus haut : Les auteures ne sont que des femmes. Certaines sont d’illustres inconnues et pourtant elles sont aussi bluffantes que les plus émérites ! Le plaisir est aussi de découvrir des auteures canadiennes qui n’étaient pas arrivées jusqu’à moi.

Je pourrais vous écrire un petit speech sur chaque nouvelle, mais je vais finalement vous laisser le plaisir de découvrir par vous même ces intrigues. Toutes ont un univers. Certaines vous emmènent au Japon, dans un commissariat, au sein d’un conflit familial …Chaque femme à sa personnalité, leur nouvelle également.

https://lesciblesdunelectriceavisee.wordpress.com/2017/09/12/crimes-au-musee/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alapage 2017-07-25T20:24:51+02:00
Argent

Qui a dit que les visites au musée étaient longues et ennuyeuses? Sûrement pas l'une des dix-huit auteures que vous retrouverez dans ce recueil de nouvelles!

Après Crimes à la librairie et Crimes à la bibliothèque, voilà une troisième anthologie, qui cette fois-ci, regroupe dix-huit auteures venant du Québec et de l'Europe francophone. Richard Migneault a eu la brillante idée de regrouper que de grands talents féminins autour d'un thème récurrent et je dois dire que cela fonctionne à merveille!

Certaines nouvelles m'ont réellement surprise tant par leur créativité entourant leurs personnages que par leurs intrigues, d'autres m'ont donné des frissons tandis que certaines sont un peu trop glauques à mon goût. Le point commun de toutes ces nouvelles est sans contredit, le talent de ces auteures.

Je retiendrai une nouvelle en particulier, celle rédigée par Karine Giebel : Virginie travaille en tant qu'assistante du directeur au musée d'Art moderne. Mais ce directeur devient son bourreau et son fils, témoin indirect et silencieux, voudrait bien intervenir. Une fin surprenante qui laisse non seulement notre protagoniste bouche bée, mais le lecteur aussi!

Il y a également Dominique Sylvain avec sa nouvelle Le chef d'œuvre : Un gangster tatoué sur tout le corps se fait approcher pour que sa peau soit exposée au Musée après sa mort. Iriez-vous voir ce type de peau dans un musée? Et si c'était vous qu'on approchait, seriez-vous d'accord avec le fait que votre peau soit exposée ainsi aux yeux de tous?

Je connaissais plusieurs de ces auteures par leur notoriété en raison des chroniques que j'ai pu lire sur leurs œuvres, mais avec la lecture de ce recueil, je dois avouer que maintenant, j'ai le goût d'en découvrir certaines d'entre elles. Et j'adore le fait qu'après chaque nouvelle, Richard Migneault prend le temps de nous parler des habitudes d'écriture de ces auteures, mais aussi de leurs œuvres. Au final, grâce à ce recueil, ma wishlist vient de s'allonger...

http://alapagedesuzie.blogspot.com

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode