Livres
495 456
Membres
494 509

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par morganed 2019-08-26T21:58:40+02:00

Le plus troublant, dans cette histoire, est l'étonnante influence de Waverly Hills sur mon psychisme. Un sentiment d'oppression et une intense délectation s'entremêlent et concourent à la perte de mes repères. Comme celui de maîtriser, sans faillir le besoin féroce de sentir la vie quitter le corps de ma proie, d'affermir mon pouvoir par la domination suprême qu'exerce le bourreau sur sa victime.

Afficher en entier
Extrait ajouté par morganed 2019-08-26T21:56:22+02:00

Une main puissante étreint brutalement la gorge de Wallace. La mienne.

- Jo...hn ! J'ai besoin de ta protection, crache-t-il tandis que je relâche la pression. Je serais en danger tant que je resterai en possession de cet indice. Ce matin, j'ai découvert un mot glissé sous la porte de ma chambre. Regarde...

Wallace tire un morceau de papier chiffonné de la poche de sa combinaison et me le tend en tremblant. J'observe sa gestuelle maladroite, l'effroi qui déforme son visage, le cri muet niché au creux de sa voix éraillée, et je me décide à saisir la feuille en question. Non par charité, ni même par pitié, mais uniquement parce que ce malotru vient de piquer ma curiosité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Daerinn 2019-04-28T10:16:28+02:00

Je ne ressens pas la peur.

L'intensité s'amplifie.

Je n'ai ni remords ni regrets.

Le bourreau actionne la première manette.

Mon esprit s'évade.

Et c'est le black-out.

Afficher en entier
Extrait ajouté par venzo 2019-03-11T20:11:05+01:00

Hormis le fait que je sois seul avec un pédophile, à la nuit tombée, dans un pavillon rempli de courants d'air digne d'un décor de film d'épouvante, je n'ai absolument rien à craindre, à part moi-même. Je suis un tueur entomophage qui se bat pour recouvrer sa liberté, grâce à un jeu de télé-réalité créé de toutes pièces par des malades mentaux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MilieP 2018-02-28T16:16:48+01:00

« L’excitation déclenche en moi ce genre de dérèglement sensoriel, que je me vois contraint de maîtriser sous peine de céder aux pulsions les plus barbares.

— Tu oublies une chose, Wallace. Si cet indice incrimine Aileen et que le public en tienne compte, il existe une forte probabilité pour qu’elle soit éliminée, de toute façon.

— Non, pas si on décide de détériorer son contenu. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par MilieP 2018-02-28T16:14:39+01:00

« Je me fais l’effet d’être en équilibre précaire entre raison et folie. Une remarque de plus, et je bascule du mauvais côté de la rampe.

Nous sommes filmés.

En direct.

Je n’ai pas le droit de faillir.

Pas maintenant… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par MrLucas 2017-08-08T17:14:18+02:00

Waverly Hills est un lieu avide de souffrances, une bouche vorace qui vous mastique lentement jusqu'à vous réduire en bouillie. Et c'est exactement ce que le public attend de Criminal Loft, rivé à son écran, échauffé par une curiosité morbide, à l'image de ces automobilistes qui ralentissent aux abords d'un grave accident, sans manquer une miette du spectacle sanglant qui ne les concerne pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Armony22 2017-04-02T16:40:42+02:00

Je fais partie de ces êtres qui ont l'intime conviction que les murs absorbent la souffrance des mourants et la rejettent sous forme de désespoir perceptible par les vivants. Et par les morts en sursis...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Armony22 2017-04-02T16:33:24+02:00

Le jingle résonne soudain depuis les haut-parleurs fixés à divers endroits de la pièce. La voix du présentateur prend le relais. Sa gueule de premier de la classe tressaute à l'écran comme s'il était atteint de tics nerveux. Moi, ce qui me mets les nerfs à vif, c'est de le voir afficher ce sourire factice pendant que son acolyte prépubère se dandine comme une putain. Le genre "provinciale mijaurée" rescapée d'une famille de consanguins. Dieu que j'aimerais leur arracher les lèvres pour les déguster en papillotes...

Afficher en entier
Extrait ajouté par page blanche 2017-03-13T17:32:07+01:00

On ne passe à l'écran que le message qu'on veut bien transmettre, même si la réalité est tout autre. Les médias ont le monopole du pouvoir. Ils gouvernent le monde.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode