Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de CrystalM : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Bad Romance, Tome 1 Bad Romance, Tome 1
Céline Mancellon   
J'ai eu une sale appréhension sur ce livre et au final, joli coup de coeur.
Chris est un bad boy au premier abord mais au final...quand on sait pourquoi il fait ce qu'il fait on ne peut que l'aimer.
Kate n'est pas un cliché sur patte. J'ai adoré ce personnage.
Il y a beaucoup d'humour, j'adore !
En ce qui concerne le langage, grosse surprise parce que, ok y'a un peu de vulgarité mais ce n'est jamais obscène, même lors des scènes de sexe, du coup c'est très agréable.
Attention ! Ce n'est pas nian-nian non plus !
C'est franchement un livre à lire car il détonne par rapport aux autres livres du même genre.

Dirty Love, Tome 1 : Chuter Dirty Love, Tome 1 : Chuter
Jolie Plume   
http://www.voluptueusementvotre.fr/2016/12/21/dirty-love-tome-1-chuter-jolie-plume/

Dirty Love de Jolie Plume est une histoire sombre qui met en avant le quotidien difficile d’une jeune femme à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Je suis toujours fascinée par la Dark Romance et ses auteurs car, malgré la brutalité de la situation, on se retrouve rapidement happée par l’histoire. Ici encore le talent de Jolie Plume fait mouche car malgré le cauchemar que vie son héroïne, elle arrive à faire en sorte que l’on dépasse les apparences et que l’espoir reste présent tout au long de son récit.

Nina a tout vécu ou presque. Depuis 2 ans, elle vit seule épaulé par son meilleur ami Hugo. Après une enfance difficile aux côtés de parents irresponsables et malades, elle n’a d’autre choix pour s’en sortir que de vendre ses charmes. Ce qui est très intéressant, c’est de découvrir le parallèle entre ses deux existences au fil des pages. Ses deux facettes indissociables forme une personne amère qui ne cesse de se détruire. Elle conserve cependant un caractère fort et se moque éperdument des règles de notre société ce qui ne manquera pas de lui apporter quelques désagréments supplémentaires. Nina ne se fait aucune illusion sur son avenir la peur du changement la tenaillant au ventre. Je me suis beaucoup attachée à cette jeune femme emprisonnée dans une situation apparemment sans issue.

Théo a, lui aussi, son quota de passé douloureux. La première chose qui m’a frappée chez lui c’est la douleur qui ressort de sa narration. Mystérieux, il se dévoile au compte goutte. Après avoir coupé les ponts avec son passé, c’est dans la solitude qu’il décide de se reconstruire. Néanmoins, Il a besoin de décharger toute sa souffrance d’une manière loin d’être conventionnelle, c’est alors qu’entre en jeu son côté sombre limite malsain. Théo est avant tout un homme vulnérable brisé par les épreuves qu’il endure depuis le tragique événement survenu quelques années plus tôt.

Je vous le disais, ce premier tome est loin d’être un conte de fée. Jolie Plume nous projette dans le monde de la prostitution avec beaucoup d’efficacité et de justesse. Son récit est percutant, juste sans en faire des tonnes. Elle a parfaitement calibré son histoire sans en rajouter plus à la noirceur de son roman.

Bien sûr ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains, il faut garder l’esprit ouvert en commençant cette lecture. Malgré tout, je trouve que l’auteur grâce à l’harmonie des mots a su nous attirer au-delà des tourments de ses personnages.

L’incertitude et la confusion plane sur ce premier opus amenant une complexité permanente. Nina et Theo représentent à eux seuls deux véritables tabous de notre société. Ils savent qu’ils jouent avec le feu mais, ne réalise pas encore, à quel point leur rapprochement va les faire souffrir.

Une dernière révélation va bouleverser l’équilibre précaire sur lequel repose leur relation. Ce dernier rebondissement attise notre curiosité et nous laisse penser que le chemin sera encore long pour ce couple que rien n’aura épargné.
Invincible, Tome 1 Invincible, Tome 1
Amy Reed   
Je tiens à remercier les éditions Mosaic ainsi que NetGalley pour m'avoir permis de découvrir Invincible. Un roman dont j'avais énormément entendu parlé et qui m'intriguait beaucoup.

Invincible se révèle beaucoup plus profond qu'on pourrait le penser. Pour tout vous dire, j'ai été très étonné d'avoir été émue aux larmes dans les premiers chapitres.

Nous faisons donc la rencontre de Evie. Evie qui selon tous les médecins n'en a plus pour très longtemps. Son cancer progresse et pour elle et ses proches, les derniers instants sont cruciaux. Ses deux amis, malades eux aussi, Stella et Caleb la comprenne et par dessus tout sont là pour elle comme jamais ses proches ne le pourront. Pourtant, tout va basculer.

Pour moi, Invincible se découpe en deux parties bien distinctes. La première partie regroupe les 20 premiers chapitres environs. Ce sont à mes yeux les meilleurs. Comme je le disais plus haut, j'ai ressenti beaucoup d'émotions et j'ai vraiment été plongé dans ma lecture dès le début. Il faut dire qu'Evie fait plus ou moins ses adieux dans des circonstances parfois bouleversantes. J'ai beaucoup aimé son personnage, sa force, sa volonté de ne plus vouloir souffrir ni faire souffrir ses proches.

Et puis, on passe ensuite à la seconde partie. Et là, Evie qui, du jour au lendemain est une miraculée. Le cancer a disparu. Comme ça, du jour au lendemain. Que s'est-il passé ? Est-ce que ça va durer ? Tout un tas de questions se posent. Evie, elle, doit retrouver une vie normale. Retourner à l'école, retrouver ses amis, sa famille. Si au début, je comprenais sa colère, notamment lié au fait qu'elle s'en soit sortie[spoiler] et lié à la disparition de Stella[/spoiler] par la suite, je ne la comprenais plus du tout. Elle fait malgré tout la connaissance de Marcus, avec qui elle va trouver du réconfort. Cependant, au fil des pages, je la trouvais égoïste, parfois même cruelle. J'avais envie de la remettre en place, clairement. Et puis on a ses lettres à Stella... et là, on se rend compte de la détresse dans laquelle elle se trouve. L'alcool, la drogue, cette haine qu'elle voue aux autres. Bref, des sentiments bien contradictoires.

Cette fin aura été vraiment surprenante et me laisse pensive quant à la suite. Beaucoup de questions restent en suspens et les possibilités sont illimités ! En tout cas, Amy Reed aura su me faire passer par toutes les émotions possibles !

par Carole94P
Le Divin Enfer de Gabriel, Tome 1 : Le Divin Enfer de Gabriel Le Divin Enfer de Gabriel, Tome 1 : Le Divin Enfer de Gabriel
Sylvain Reynard   
Il est rare, en tout cas pour moi, de ne pas savoir exactement ce que l’on ressent pour un livre, soit on aime, soit on aime pas, soit on se réserve pour la suite. Et bien là, je ne sais pas, j’ai tout ressenti !! En ce qui me concerne, le fait de ne pas savoir ce que j’éprouve réellement à la fin de cette lecture est sûrement du au fait que je m’attendais à une énième histoire à la FSOG, mais non rien à voir avec M. GREY, M. STARK ou même M. CROSS. Je peux dire que ce livre est tout public, mais je vous rassure, ce n’est pas un jeunesse non plus !! lol
Tout comme nos chouchous, M. le Professeur Emerson n’a rien d’un ange, il est hanté par son passé, et sa vie sexuelle est des plus intenses, mais pour Julia, il va devenir un ange de vertu, et va tenter de la séduire dans les règles de l'art.
Dans ce roman, nous sommes plongées dans la construction d’une histoire d’amour autre que par le sexe, et ça fait du bien un peu de romantisme. Ils apprennent à se connaitre, se courtisent, se confient leurs secrets, mais cela n’empêche pas qu’il y ai une tension sexuelle entre ses deux personnages.
L’auteur jongle avec les points de vues de Julia et de Gabriel, et certains passages auraient mérité d'être plus approfondies alors que d'autres auraient pu être survolés, mais cela ne m'a pas empêché d'avoir des papillons dans le ventre lors de certaines situations. Il nous fait également découvrir l'histoire de Dante et Béatrice.

Julia est une jeune femme fragile, peureuse, timide, anéantie par ce que son ex lui a fait subir, mais elle est malgré tout d’une bonté extraordinaire. Elle m’a fait sourire quand elle faisait appel au Dieu des étudiants, au Dieu des maladroits, au Dieu du sexe et autres. Mais, Julia va en agacer plus d’une, et oui, c’est comme ça !! lol. En tout cas, moi elle m’a agacé. Ok M. le Professeur en impose, mais quand même à 23 ans, on peut affronter le regard d’une personne, on peut aussi répondre quand on se fait agresser verbalement, et bien non, Julia est trop timide pour tout ça, donc elle encaisse, bon heureusement pour nous, cette situation ne dure pas, et elle va reprendre du poil de la bête !! Au fil des pages Gabriel, va de moins en moins l’impressionner, et elle va réussir à s’imposer. Leur confrontation verbale en salle de classe est pur bonheur ;-))

Gabriel est difficile à cerner, il ne laisse rien transparaître, un seul regard et tout le monde se tait, et toutes les femmes se damnent sur son passage. Son passé est douloureux, il se compare à un démon, il ne pense donc pas mériter le bonheur, pourtant sa rencontre avec Julia va lui faire entrevoir la lumière et il va prendre conscience qu’il a honte de son passé. Mais dire la vérité à Julia, veut aussi dire prendre le risque de la perdre, et maintenant que le bonheur est à porté de main, est-il prêt à perdre tout cela ?? Comment réagira-t-elle quand il lui dira ce qu'il a fait ??

Bon et bien au final, après une nuit de sommeil, je peux dire que j'ai apprécié cette lecture, et même si pour moi ce tome se suffit à lui même, je lirais la suite ;-)


par coco69
Losing, Tome 1 : Losing my religion Losing, Tome 1 : Losing my religion
Julie Rion   
@delph76

Bonjour, je suis l'auteur de la saga Losing. Merci pour vos commentaires. La saga comptera normalement 8 tomes et le second tome est prévu pour février 2016 pour plus d'infos, vous pouvez vous rendre sur le site internet www.julierion.com ou sur la page Facebook :https://www.facebook.com/julierionauteurauthor11/

@imperatrice27 : merci de votre retour sur le roman. C'est Becks qui s'en va et non Martin. Le roman se termine avec le pov féminin. La suite dans les premières pages de Losing my Hope prévu en février 2016.



par JulieRion
Ma nuit, ton jour Ma nuit, ton jour
Mily Black   
Une nouvelle qui met en scène une héroïne malheureusement superficielle et horripilante. Cette dernière alourdit le texte.
L histoire, même s il s agit d une nouvelle, n apporte pas les émotions auxquelles je m attendais.
Un peu d humour néanmoins et bien écrit, Milly Black donne du rythme.
Mais je suis passée à côté de tout.
Tout pour l'amour, Tome 1 : Tout pour lui Tout pour l'amour, Tome 1 : Tout pour lui
Charlotte Rodrigues   
Après l’intensité de ma lecture précédente, à savoir L’instant précis où les destins s’entremêlent, j’avais besoin d’une comédie romantique rafraîchissante et zéro prise de tête. Je suis tombée sur le résumé de Tout pour lui et me suis dit qu’il conviendrait parfaitement. Raté !

J’ai trouvé ce livre sans queue ni tête. Ça va dans tous les sens et finalement on ne va nulle part. Tout est trop gros et sans finesses aucune. Les personnages m’ont laissé de marbre, les péripéties sont éteintes avant même d’avoir un réel impact et la fin et bien elle m’a laissé sur ma faim justement.

Je pense sincèrement que ça aurait être une romance parfaite si l’auteure avait été au bout des choses.
Vous l’aurez compris, je n’ai vraiment pas accroché à l’histoire de Suzanne & Matthew.

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard
Laetitia Constant   
Une lecture sympathique et addictive, j'ai eu plaisir à le lire mais il m'a manqué quelques petits trucs pour que ce soit vraiment mémorable.

La première chose que j'ai trouvé bizarre est au vu du résumé, c'est que le début du roman est presque sans rapport, étrange d'annoncer quelque chose et nous amener vers un autre endroit. Du coup, ça casse la mise en place et le résumé donne alors trop d'information, on n'est pas surpris par les éléments et on devine la suite avec une facilité bien trop déconcertante. Alors, qu'il y avait moyen sans cette quatrième de couverture, d'avoir un rythme un peu moins lent. Car le problème, c'est qu'on attend la confrontation et qu'on sait globalement ce qui va arriver.

Il y a pas mal de clichés, ou d'éléments qu'on voit venir mais malgré ça la dynamique est bonne grâce à une héroïne crédible et attachante, à des personnages secondaires clés et un endroit plaisant. Le connard est un vrai connard, et pourtant il plait. Par contre, l'héroïne et ses rougeurs à tout va ou sa culotte qui prend feu, c'était gonflant et ridicule... Un décalage flagrant entre ses réflexions et son côté héroïne de romance de cul. Sérieusement... alors que ce roman n'a pas de scènes de sexe, pourquoi en parler si ce n'est pas pour amener vers un tel moment. Une romance contemporaine n'en a pas besoin mais baser le désir de l'héroïne pour ne pas en parler c'est complètement idiot. Il vaut mieux dans ce cas axé la romance sur d'autres éléments que sa culotte... la complicité, l'attirance, les visions, les valeurs...

J'ai l'impression que des éléments ont été mis dans ce bouquin sans avoir été exploités et terminé : le voyage, le conflit n'a pas été géré, l'entreprise du connard en costard, le haras de Fauve, l'histoire d'A. On reste un peu sur sa faim, surtout à la fin. Non je n'ai pas voulu faire un jeu de mot pourri mais je le garde parce que c'est exactement mon ressenti en refermant les dernières pages, il m'a manqué quelque chose pour donner une impression que c'est abouti. Pourtant, ce roman m'a tenue éveillée toute la nuit, et je repris le lendemain avec plaisir avec une plume que j'ai découvert et appréciée. Il est peut-être temps de sortir Alienor McKanaghan de ma PAL ;)

par LLyza
Fangirl Fangirl
Rainbow Rowell   
Waouh, jamais je ne me serais attendu à une tel merveille !
Même si ma sœur, l'ayant lu et ayant eu les même préjugé que moi au début, m'avais bien dit qu'il ne fallait pas s'attarder sur résumé et sur la couverture peut accrocheurs, je n'ai pu m'en empêcher, et c'est vrai que ce n'est pas du tout le vrai reflet du livre.
En vérité ce livre est vraiment extra, et par dessus tout, peu commun.
J'ai presque immédiatement accroché avec Cath que je comprenais parfaitement. Même si elle est sur ses gardes, et qu'elle est loin d'être sociable il faut la comprendre : elle se retrouve dans un monde qui ne la comprend pas et qu'elle ne comprend pas non plus !
Elle a ses idées bien à elle et reste plantée sur ses positions, elle n'est donc pas naïve pour deux sous, et elle est très intelligente, a la même passion que moi (lire)....et est drôle ! Que dire de plus, une héroïne comme on en voit peut ! Ce qui m'a totalement fait tomber sous la charme c'est que quand il est question de Laura, elle ne lui pardonne pas et ne croit pas à une soudaine réconciliation, ça aurait signifié que son armure contenait une énorme faille (faille que beaucoup de héros dans les livres ont, et que je n'affectionne pas du tout), et elle serait redescendu dans mon estime.
Lévi que je n'appréciais pas particulièrement au début et devenu de plus en plus génial à mes yeux, ses sourires et sa douceur envers Cath m'ont fait fondre à mon tour. Et puis dans leur histoire d'amour pas de niaiserie (qui me donne de soudaine envie de suicides ou d’homicides) pas de "il m'effleura et je faillis défaillir" (petit clin d’œil à mon précédent commentaire), non tout se fait simplement ils se rapprochent, ils se plaisent, ils s'aiment. Sans confettis ni paillettes. J'ai adoré.
Reagan est devenu mon idole tout au fil des pages. Sa dureté, sa froideur et sa parfois méchanceté, m'ont conquis. Pourtant on voit bien qu'elle n'est pas sans cœur et n'essaie pas de jouer un jeu pour en donner l'impression, c'est juste que c'est son caractère.
Et Wren, un coup je l'adorais, un coup je la haïssait. Elle changeait de visage comme de chemise. Mais on découvre son véritable et définitif visage à la fin et je puis affirmer que désormais Wren fait également partie des personnages géniaux de ce livre.
Aussi j'ai vraiment aimé que le livre jongle entre la fanfiction de Cath et sa vie à elle. Cela permet de s'en détacher quelques instants pour découvrir un autre univers incroyable et addictif. Et ça permet également de nous faire découvrir de nouveaux personnages tous très attachants et agréables.
Et la fin bien qu'un peu conte de fée (mais je n'en veux pas à l'auteur car elle a écrit le livre d'une manière tellement réelle qu'un peu de "magie", (ça n'en est pas vraiment) ne fait de mal à personne) est splendide et je n'aurais pu concevoir une autre fin.
Vraiment c'est un roman qui fait du bien, beaucoup.
A lire sans se poser de questions.
Eleanor & Park Eleanor & Park
Rainbow Rowell   
http://wandering-world.skyrock.com/3219430089-ELEANOR-&-PARK.html

ELEANOR & PARK est une lecture passionnante et hyper touchante. C’est un roman qui nous met à fleur de peau et nous fait traverser tout un tas d’émotions. On passe de la nostalgie à la joie, de la mélancolie à la tristesse, du plaisir à la colère en quelques pages seulement. Eleanor et Park m’ont, eux, complètement ébloui. Ils font partie de ces héros que vous ne voulez pas quitter. Genre, du tout. En refermant le livre, j’ai soudainement réalisé qu’ils allaient me manquer, et ça m’a fait mal. Malgré tout, ELEANOR & PARK n’est pas la claque que j’attendais. Si l’intrigue est ultra émouvante et que l’écriture de l’auteure est juste saisissante, j’ai mis pas mal de temps à rentrer pleinement dans le récit. De plus, si, une fois vraiment conquis par l’histoire, j’ai adoré l’évolution des protagonistes et voir jusqu’où Rainbow Rowell allait les emmener, je dois bien reconnaître que la toute fin du roman m’a carrément pris au dépourvu… Dans le mauvais sens du terme. La conclusion est tellement frustrante qu’elle me dégoûte presque de ma lecture. J’ai eu envie de balancer mon livre et de hurler à l’auteure que sa décision était illogique au possible. Je garde donc un goût un peu amer concernant la fin de ce récit. Néanmoins, rien que pour la romance entre Park et Eleanor, qui est tellement époustouflante et remarquable, il faut absolument que vous alliez vous procurer ce roman.
Comme dit précédemment, j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’intrigue. La narration à la troisième personne pour les deux personnages ne m’a pas vraiment aidé, d’ailleurs. Je n’ai pas vraiment saisi pourquoi Rainbow Rowell avait opté pour ce genre de point de vue. Je pense que si le roman avait été écrit à la première personne, j’aurais pu encore plus m’attacher au héros ou bien, du moins, m’identifier à eux plus rapidement. Au fil des premiers chapitres, on découvre Eleanor et Park, leurs personnalités, leurs modes de vie, leurs entourages familiaux, leurs façons d’appréhender l’existence. Si, au départ, je ne me suis pas trop senti concerné par ce qu’ils éprouvaient ou expérimentaient, j’ai tout de même eu le déclic assez rapidement. Et là… BOUM. Eleanor et Park sont loin, très loin, d’être des héros normaux. Ils sont décalés, étranges, spéciaux, dans leur bulle… Et irrésistibles. Sincèrement. C’est le genre de protagonistes que j’aimerais rencontrer à chacune de mes lectures. Ils sont tellement, tellement, tellement adorables et touchants, c’est juste prodigieux. Il y a quelque chose chez eux d’irrémédiablement humain et captivant, d’irrémédiablement fragile et imparfait, d’irrémédiablement émouvant et renversant. Une fois qu’on s’attache à eux, on n’a plus aucune envie de les quitter.
Si Park et Eleanor nous paraissent aussi profonds et réels, c’est grâce à la plume de l’auteure. Sincèrement, je crois que je peux compter sur les doigts d’une seule main les écrivains qui prennent le temps d’aussi bien retranscrire leurs héros. Le cadre familial est juste décrit à la perfection. Je n’ai pas peiné une seule seconde à me représenter les personnages et leurs habitudes, leurs attentes, leurs relations avec leurs parents, leurs frères ou leurs sœurs, leurs désirs, leurs souvenirs. J’aime TELLEMENT quand tout est fluide à ce point et que ça paraît aussi naturel. Rien que pour cela, ELEANOR & PARK est fabuleux. On sent bien que l’auteure a voulu leur conférer un côté hyper réaliste, hyper clair, hyper précis. C’est juste top. Sincèrement.
Cependant, je me dois de reconnaître une chose : si j’ai adoré ELEANOR & PARK, j’ai eu un énorme souci avec leur romance (seulement au départ, merci seigneur de la lecture). Alors oui, Eleanor et Park sont des exclus. Oui, ils sont bizarres et spéciaux et étranges et mis de côté et victimes de moqueries. D’accord, c’est affreux. Mais est-ce une bonne raison pour s’attacher aussi rapidement à la seule personne qui semble leur correspondre ? Je veux dire, évidemment que c’est une bonne raison. C’est même une excellente raison mais, là, c’est trop. Trop vite. Trop d’un coup. Trop, trop, beaucoup trop. Je n’ai pas cru une seule seconde à leur amour instantané. Genre, aucun sentiment n’était présent à un moment et hop, celui d’après l’autre personne représente le monde entier. Non. Sérieusement, non. J’ai trouvé que les choses étaient bien trop précipitées, bien trop simples, bien trop irréalisables. C’est dommage car sans ce bémol, tout aurait été parfait.
Je m’explique : une fois ce défaut oublié et leur relation complètement mise en place, Eleanor et Park, qui étaient déjà magnifiques, deviennent inoubliables. Leur histoire d’amour m’a pulvérisé, m’a enchanté, m’a fait frissonner, m’a coupé le souffle, m’a donné envie de pleuré, m’a déchiré et m’a anéanti. J’ai été désintégré par la passion qui unit ces deux héros, c’est aussi simple que ça. L’histoire d’Eleanor, que nous découvrons au fil des pages et qui m’a ému aux larmes, ne fait que rendre son attachement pour Park encore plus légitime et poignant. Park, lui, est tellement amoureux et dingue d’Eleanor que même les plus belles histoires d’amour feraient mieux de se cacher tant elles manquent d’intensité à côté de celle qui voit le jour entre nos deux héros. Rainbow Rowell écrit des passages qui ont carrément fait naître des papillons aux creux de mon estomac. C’est puissant. C’est épatant. C’est incroyable. Ouaw. Juste ouaw ♥
Je m’étais pensé sauvé jusqu’à la fin et, malheureusement, je me suis trompé. Si, à partir du moment où je suis enfin rentré dans l’histoire et où j’ai oublié mon problème concernant la rapidité avec laquelle se met en place les sentiments entre Eleanor et Park, tout était juste parfait et sensationnel, j’ai vite déchanté en découvrant les ultimes pages du roman. Et quand je dis les ultimes, c’est quelque chose comme les vingt dernières pages. En effet, plus je me rapprochais de la fin du roman, plus tout devenait épatant et formidable. J’ai été anéanti, consumé, pris aux tripes et complètement dévasté. Tout était sincèrement maîtrisé à la perfection. Les émotions devenaient encore plus brutes, plus intenses, plus fortes. Sauf que l’auteure a alors décidé d’emprunter la pire des voies possibles. Alors que nous avons droit à des révélations fracassantes, Rainbow Rowell en profite pour nous délivrer une conclusion HYPER ouverte et totalement incompréhensible. Cette fin est ultra frustrante et ultra rageante. Je ne comprends pas. Je ne comprends absolument pas. Qu’est-ce qui a pu passer par la tête de l’auteure pour nous écrire ça, en vrai ? Je suis tellement en colère et tellement déçu par cette fin que j’en hurlerais, là, tout de suite. Je suis tellement désolé pour Park, tellement désolé pour Eleanor. C’est juste horrible. Après, je me dis que si je ressens cela, c’est parce que je me suis réellement attaché aux héros. Mais ça ne me console qu’en partie. Ils ne méritaient pas une telle conclusion. Nos nerfs, nos émotions, et nous, non plus.
En résumé, ELEANOR & PARK est une lecture bouleversante, éprouvante et extrêmement touchante. Nous faisons la rencontre de deux protagonistes hors du commun et tellement, tellement adorables. Si j’ai eu du mal avec eux au départ, tout s’est rapidement arrangé. Même chose concernant leur relation qui m’a semblé beaucoup trop précipitée et trop peu approfondie au début. Une fois ce problème réglé, nous vibrons avec les personnages. Leur histoire nous bouleverse, nous coupe le souffle et nous pulvérise le cœur. Néanmoins, la conclusion – beaucoup trop ouverte à mon goût – me paraît complètement à côté de la plaque et ne correspond absolument pas au récit. Je reste sur ma faim et je déteste ça. ELEANOR & PARK est un roman irrésistible et inoubliable, que je vous recommande même malgré l’horrible fin qu’il possède. Ne pas rencontrer Eleanor et Park serait extrêmement regrettable, je vous le promets. Ils sont tellement parfaits et adorables, c’est fou… Tout comme leur histoire, en fait. Laissez-vous tenter, vous ne serez pas déçus.

par Jordan