Livres
521 135
Membres
537 295

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par kmrct89 2019-07-14T16:47:14+02:00

- On va mettre les choses au clair dès maintenant : à la fin de l'enquête, toi et moi, on reprendra où on s'est arrêtés. En attendant, ne joue pas avec le feu, Charlie, je ne suis pas partageur. Cette robe, ce corps, ces seins, soit tu me dis maintenant que jamais ils ne seront à moi, soit tu arrêtes de les offrir au premier abruti venu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sabivilutini 2019-08-12T13:21:10+02:00

- Cette robe, ce corps, ces seins, ils sont à moi, d'accord ?

Pas de réponse alors que clarifie :

- Je n'appartiens à personne.

Il fronce les sourcils et s'apprête à mettre de la distance entre nous, alors je le retiens en posant mes mains sur ses avant-bras.

- Je peux les partager avec toi, parce que moi je suis partageuse. Mais je n'appartiens à personne.

Il hoche sèchement la tête et nous nous relâchons, tous les deux visiblement satisfaits de ce compromis.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sabivilutini 2019-08-12T13:20:34+02:00

- Hé, Vasseur ! Je suis là !

Elle claque des doigts et j'arrête de mater comme le pervers que je deviens à sa compagnie. Non pas que ce soit sa faute, mais d'ordinaire je suis un vrai gentleman. Ou presque.

OK, pas du tout.

- Quoi ?

- Vous fixiez mes seins.

- Non, je vérifiais que ta ceinture de sécurité n'était pas vrillée. Et tu es repassée au << vous >>.

- C'est vraiment bizarre !

- Je suis sûr que si tu te concentres, tu peux y arriver.

- N'empêche, tu fixais mes seins.

- Non plus.

Si je nie assez, elle finira par douter, non ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marlene2303 2019-07-12T11:46:21+02:00

Je t’en lâcherais des « ce soir » ! Je suis restée trois heures à l’attendre : trois heures ! Pas un SMS pour me prévenir qu’il avait un empêchement. Pas un coup de fil ! Pas un pigeon voyageur ! Juste moi dans ma jolie petite robe que je ne sors que pour les occasions où j’ai besoin de me sentir au top. Moi et le repas que j’ai cuisiné et que j’ai fini par dévorer seule, de dépit, devant le nouveau drama coréen diffusé sur Netflix. Par sa faute, j’ai sûrement pris deux kilos en une soirée, alors que j’avais débuté un régime, forte d’une motivation nouvelle qui depuis s’est barrée dans l’autre hémisphère.

Au début, j’étais plus calme, je me suis même demandé s’il n’avait pas eu un accident. Mais après avoir été rassurée au téléphone par Gina qui aurait tout de suite été mise au courant en cas de souci avec son petit-fils, je suis progressivement montée en pression. Deux jours, ça laisse le temps d’imaginer tout un tas de représailles plus illégales et farfelues les unes que les autres. D’abord, je me suis vue lui rouler dessus avec ma voiture, puis passer la marche arrière afin d’optimiser le crime et ne pas prendre le risque de le laisser en vie. Puis je me suis dit que ce n’était pas assez personnel. Alors j’ai élaboré un plan infaillible de mise à mort par ingestion gargantuesque de cupcakes. Surtout qu’il n’en mange soi-disant pas. Ah ! Pour le coup, dans ce fantasme, il en a mangé assez pour plusieurs vies ! J’ai ensuite réalisé que c’était un beau gâchis de nourriture et qu’il ne valait pas la peine de sacrifier d’aussi bonnes pâtisseries. C’est à ce moment que je suis passée du côté obscur de mon cerveau en intégrant Jolly Jumper, le poney nain, dans le scénario.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrichrilecture 2020-06-25T01:41:50+02:00

On patauge dans un scénario ubuesque même pas drôle ou la cocaïne devient de la farine périmée et les mafieux russes des vendeurs de faux sacs de luxe. Mais sinon tous va bien.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Auchama 2019-07-26T09:45:06+02:00

C'est une famille de fous, je ne vois que cette explication. Entre le petit-fils qui se pointe chez moi au milieu de la nuit pour me border quand je suis bourrée, puis se barre en me disant que j'au une haleine de chacal crevé, la grand-mère qui fait semblant de m'aider à surmonter ma gueule de bois pour ensuite me menacer avant de s'en aller comme une reine... On patauge dans un scénario ubuesque même pas drôle où la cocaïne devient de la farine périmée et les mafieux russes des vendeurs de faux sacs de luxe. Mais sinon, tout va bien.

Afficher en entier
Extrait ajouté par EmelineAJ 2019-07-24T09:03:56+02:00

Il m’a embrassée et je sais parfaitement qu’il est de loin le meilleur baiser que j’ai reçu, partagé, échangé… Bref, on a compris le concept. Maxence Vasseur embrasse putain de bien, comme on dit dans la région.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode