Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cynthia777 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Les Maisons Les Maisons
Fanny Britt   
Tiraillée entre un amour de jeunesse et sa famille, Tessa va-t-elle franchir le pas? J'ai bien aimé l'approche de Fanny Britt, l'histoire nous permet de découvrir les différentes facettes de son personnage principale. On peut dire qu'elle sait si prendre.
The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy
Amy Engel   
Mon avis sur…
L’histoire
Autant vous prévenir, cette chronique risque de partir dans toutes les sens, un peu comme mon cœur qui s’est fait bourlinguer à gauche et à droite pendant ma lecture. Ce que je peux vous assurer, c’est que c’est un livre aussi génial que frustrant (et comme là je suis, vraiment, très frustrée, c’est vous dire à quel point il est magique !).
On s’immerge dès les toutes premières pages dans le monde post-apocalyptique créé par Amy Engel. Après une guerre nucléaire. On en apprend plus sur les nouvelles règles mises en place : le conflit entre les deux familles, les mariages forcés… Et qu’est-ce qu’on peut détester, tout comme Ivy, les Latimer, familles ennemies depuis des générations ! Puis, on découvre que tout n’est pas noir ou blanc, mais que cet univers est teinté de nuances, tout comme Ivy va finalement le réaliser.
Ivy est une jeune femme qui, au départ, souhaiterait être aussi forte que sa grande sœur Callie, celle qui, initialement, devait s’occuper des Latimer et en particulier du fils, Bishop. Puis, au fil du roman, elle va ouvrir les yeux, non seulement sur lui et son père, mais également sur sa propre famille. Je l’ai trouvée courageuse, sensible, timide et prête à tous les sacrifices pour ceux qu’elle aime. C’était une déchirure que de l’abandonner à la fin de ce livre.
Bon… sinon y a Bishop. Non. Sinon y a BISHOP ! Le Bishop charmant ! Le meilleur Book Boyfriend au monde ! Non, je n’exagère pas ! Damn, il est tellement parfait : beau, sexy, téméraire, humain, honnête, droit… Le genre qui ferait fondre même un bloc de glace en plein pôle Sud (contrairement à ce qu’on croit, c’est là qu’il fait le plus froid). Bref… Vous avez compris : je l’ai adoré. Et pour le coup, l’abandonner fut une réelle torture. Surtout de la sorte ! Amy Engel est une sadique… une vraie, une pure, une dure !
Dans les personnages secondaires, nous avons le père d’Ivy, un homme froid, distant, prêt à tout pour accéder au pouvoir et même à sacrifier sa propre fille. Plus on avance dans le livre et plus on le déteste, à mesure qu’on découvre qui il est réellement.
Puis, il y a Callie. Alors là, je n’aurais qu’une phrase pour elle : Callie, JE TE HAIS !!!
Voilà, c’est dit. Y a pas à dire : on se sent mieux après.
Parlons un peu histoire et action : autant vous le dire tout de suite, on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman. Et on est tellement pris que la fin arrive bien trop vite ! On suit Ivy dans la découverte de sa nouvelle vie de femme mariée, où elle doit mettre en place le plan établi depuis longtemps par son père. La tension augmente à chaque page du livre, pour finir en apothéose à sa toute fin… et QUELLE FIN ! Le genre qui vous donne envie de traverser les océans pour aller trouver l’auteur et mettre tout en œuvre pour lui soutirer les informations sur le tome 2 ! Sérieusement, c’est presque de la torture ! Surtout quand on apprend que cette suite sort en VO en novembre 2015 ! *PAN ! *
Bref, vous l’aurez compris : « The Book of Ivy » est une lecture totalement addictive, palpitante et haletante. Je l’ai refermé à la limite de pleurer toutes les larmes de mon corps, mais surtout avec la furieuse envie de tout casser chez moi.
C’est un roman que vous ne pourrez tout simplement pas lâcher dès l’instant où vous l’aurez ouvert. Un gros coup de cœur chez Lumen qui réussit là l’exploit que, sur quatre livres lus chez eux en ce début d’année, c’est le troisième Coup de cœur/Coup-de-poing/Coup de foudre !

L’écriture :
La plume d’Amy Engel est fluide tout en étant délicate. Elle parvient à nous toucher en plein cœur et on s’attache si facilement à ses héros au fil du livre, qu’on ne veut plus les abandonner. Elle décrit parfaitement les sentiments qui évoluent au fil des pages, en même temps que la réalité de la société se dévoile. Et des personnages qu’on adore au début, on en vient à la haïr à la fin, et inversement. Sa plume est tout simplement parfaite… et elle vous chamboulera à coup sûr !

Et si vous doutez encore de l’acheter, voici 15 raisons qui vous feront courir jusqu’à vote libraire :
Pourquoi faut-il avoir Ivy dans sa bibliothèque ?
1. Bishop.
2. Il y a un max d’action.
3. Bishop.
4. L’héroïne est vraiment touchante.
5. Bishop.
6. La société créée par Amy Engel est particulièrement saisissante de réalisme.
7. Bishop.
8. Les pages se tournent toutes seules tant on est happé par l’histoire.
9. Bishop.
10. On en ressort totalement chamboulé.
11. Bishop.
12. La couverture est juste sublime.
13. Bishop.

Faims Faims
Patrick Senécal   
Venant de n'importe lequel auteur j'aurais trouvé ce roman excellent. Mais il s'agit de Sénécal alors mes attentes sont grandes.
Avec le titre et le résumé, je m'attendais un peu à retrouver la même ambiance sordide que dans " Hell.com " mais finalement ce ne fut pas vraiment le cas. Pourtant avec le cirque et ses personnages ça en avait le potentiel .
J'ai par contre apprécié de retrouver le personnage de Michèle Beaulieu et d'en apprendre davantage sur sa vie après "Aliss". L'auteur nous amène aussi à réfléchir à la question suivante " Serions-nous plus heureux dans la vie en laissant libre cours à toutes nos pulsions, même les plus dérangeantes ? "

Soutien-Gorge Rose et Veston Noir, Tome 1 Soutien-Gorge Rose et Veston Noir, Tome 1
Rafaële Germain   
J'ai beaucoup aimé ce roman. J'ai adoré Antoine et Marcus. La famille de Chloé est super. Livre humoristique, mais quand même sérieux. Personnellement, je trouvais rafraîchissant et réaliste les sacres et les expressions québécoises (je sais pas pour la version française comment c'est adapté), mais ça fait du bien. Bref, oui c'est un peu long peut-être avant de rentrer dans l'histoire, mais dès que c'est fait, on ne peut plus en sortir. C'est mon avis.
Malphas, Tome 1 : Le Cas des Casiers Carnassiers Malphas, Tome 1 : Le Cas des Casiers Carnassiers
Patrick Senécal   
J'ai eu beaucoup de difficulté à entrer dans le sujet de l'histoire. J'ai relis deux fois le livre afin de bien comprendre tous les détails. Malgré cela, j'ai adoré. L'histoire est incroyable. Attention à tous les futurs lecteurs : Plusieurs terreurs à venir...

par Bidule2
Malphas, Tome 3 : Ce qui se Passe dans la Cave Reste dans la Cave Malphas, Tome 3 : Ce qui se Passe dans la Cave Reste dans la Cave
Patrick Senécal   
Une fin qui laisse présager le meilleur =) J'ai beaucoup aimé ce tome, comme tous les autres !! C'est un livre qui reste gravé dans la tête en tout cas. Trop bon !! Que dire !!! Tout ce qui se passe la-dedant est intéressant, le suspense est grand. Je l'ai lu tranquillement pour mieux le savourer puisque la suite était prévu pour un bon bout de temps encore ..!! Je le recommende fortement, comme tous les autres tomes de cette série.

par Bibee10
La Patience du diable La Patience du diable
Maxime Chattam   
Maxime Chattam a beau être un excellent auteur, je détesterais le croiser dans une ruelle sombre!

J'ai adoré retrouver Ludivine et Segnon même si je trouve que La Patience du Diable n'est pas à la hauteur de La Conjuration Primitive. Ce livre reste cependant un excellent triller très gore et très visuel.

J'espère que nous retrouveront Ludivine et Segnon dans un prochain tome.

par Suzette02
L'orangeraie L'orangeraie
Larry Tremblay   
Ce roman est magnifique mais tellement abrupt, tellement bouleversant ! Il démontre très bien la haine entre les populations aux mœurs différentes. La haine qui engendre des actes d'une cruauté au-delà du pensable, glorifiés à travers des convictions religieuses.
Des familles n'hésitent pas à sacrifier leurs enfants, comme une offrande à Dieu, pensant ainsi retrouver la paix. Alors que tout ceci n'est qu'un amoncellement de vengeance, d'actes barbares qui ne peut en aucun cas être relié à un sentiment d'apaisement.
Les guerres n'apportent qu'un lot de souffrance et cela pour les pays s'opposant, pas un seul ne s'en sort indemne car il y a autant d'âme innocente subissant d'un côté comme de l'autre. Ce qui m'a touché dans ce récit, c'est d'avoir une vision différente sur les « kamikazes » que nous voyons comme des barbares fanatiques, endoctrinés au point qu'ils deviennent des machines de guerre, transportant des charges explosives et déversant au nom de leur Dieu le chaos, la terreur, l'horreur et une souffrance inqualifiable. Mais ici, le « kamikase » est un enfant de 9 ans, qui n'a rien demandé et qui ne veut surtout pas mourir. Il a été « élu » et malgré sa peur et l'envie de fuir, il doit se soumettre à la pression de son père, de son village et de l'homme qui le mène à la guerre lui promettant ainsi de sauver sa famille et son peuple. On découvre aussi l'horreur et le refus de la famille, surtout marqué par la souffrance d'une mère ne voulant pas « offrir » son enfant, ne voulant pas faire de lui un martyr, un « héros ». Elle n'admet pas l’inéluctable mais doit s'y résoudre en sachant que jamais elle s'en remettra....
Et à travers ce récit qui est douloureux, nous apprenons une autre vérité qui rend ce sacrifice encore plus intolérable et qui ne nous laisse pas indemne quant à nos pensées. C'est un roman qui laisse un vide, qui fait réfléchir et je pourrais presque dire que c'est un hommage à toutes ces âmes innocentes qui sont forcées à commettre l'irréparable et à engendrer la haine et l'horreur dans nos cœurs. L'innocence d'un enfant est tellement malléable que certains adultes en profitent allègrement pour leurs profits personnels. C'est cela qui est intolérable et révoltant...

par Amnesia-x
Lundi mélancolie : Le jour où les enfants disparaissent Lundi mélancolie : Le jour où les enfants disparaissent
Nicci French   
un livre très décevant :
ici les auteurs veulent introduire un nouveau personnage, la psychologue Frieda Klein. Ce personnage est complètement nul, alors qu'elle est sensé être fine psy elle passe complètement à côté de la conclusion qui, si vous losez un peu de thriller vous apparaît d'une évidence limpide dès l'introduction de l'identité du tueur.
autrement dit la police ne va pas être aidée si elle s'associe à ce psy dans ses prochaines enquêtes...
J'ajouterai que le thème utilisé pour le tueur (sans rien revelé) est vraiment classique et sans surprise

par octarine
Quand j'étais Théodore Seaborn Quand j'étais Théodore Seaborn
Martin Michaud   
Un livre qui se lit bien , mais la première moitie ne m'a guère inspiré.