Livres
395 145
Comms
1 387 847
Membres
289 998

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par Golune 2011-02-19T17:46:45+01:00

Le vicomte

Personne?

Attendez!Je vais lui lancer un de ces traits!...

Il s'avance vers Cyrano qui l'observe, et se campant devant lui d'un air fat.

Vous...vous avez un nez.... heu.... un nez... très grand.

Cyrano, gravement.

Très.

Le vicomte, riant.

Ha !

Cyrano, imperturbable.

C'est tout ?...

Le Vicomte

Mais...

Cyrano

Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme !

On pouvait dire... Oh ! Dieu !... Bien des choses en somme.

En variant le ton, -par exemple, tenez :

Agressif : "Moi, monsieur, si j'avais un tel nez

Il faudrait sur-le-champ que je l'amputasse !"

Amical : "Mais il doit tremper dans votre tasse :

Pour boire, faites-vous fabriquer un Hanape !"

Descriptif : "C'est un roc!... C'est un pic!... C'est un cap!...

Que dis-je, c'est un cap?... C'est une péninsule!"

Curieux : "De quoi sert cette oblongue capsule ?

D'écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ?"

Gracieux : "Aimez-vous à ce point les oiseaux

Que paternellement vous vous préoccupâtes

De tendre ce perchoir à leurs petites pattes?"

Truculent : "Ca, monsieur, lorsque vous pétunez,

La vapeur du tabac vous sort-elle du nez

Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ?"

Prévenant : "Gardez-vous, votre tête entraînée

Par ce poids, de tomber en avant sur le sol !"

Tendre : "Faites-lui faire un petit parasol

De peur que sa couleur au soleil ne se fane !"

Pédant : "L'animal seul, monsieur, qu'Aristophane

Appelle Hippocampéléphantocamélos

Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os !"

Cavalier : "Quoi, l'ami, ce croc est à la mode?

Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode !"

Emphatique : "Aucun vent ne peut, nez magistral,

T'enrhumer tout entier, excepté le mistral !"

Dramatique : "C'est la mer Rouge quand il saigne !"

Admiratif : "Pour un parfumeur, qu'elle enseigne !"

Lyrique : "Est-ce une conque, êtes-vous un triton ?"

Naïf : "Ce monument, quand le visite-t-on ?"

Respectueux : "Souffrez, monsieur, qu'on vous salue,

C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue !"

Campagnard : "Hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !

c'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain !"

Militaire : "Pointez contre cavalerie !"

Pratique : "Voulez-vous le mettre en loterie ?

Assurément, monsieur, ce sera le gros lot !"

Enfin parodiant Pyrame en un sanglot:

"Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître

A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître !"

- Voila ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit

Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit :

Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,

Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettre

Vous n'avez que les trois qui forment le mot : sot !

Eussiez vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut

Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,

Me servir toutes ces folles plaisanteries,

Que vous n'en eussiez pas articulé le quart

De la moitié du commencement d'une, car

Je me les sers moi-même, avec assez de verve,

Mais je ne permet pas qu'un autre me les serve.

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par Tally22 2012-03-25T17:38:27+02:00

CYRANO un baiser mais à tout prendre qu'est-ce ?

Une serment fait d'un peu plus près, une promesse

Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,

Un point rose que l'on met sur l'i du verbe aimer;

C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,

Un instant d'infinie qui fait un bruit d'abeille,

Une communion ayant un goût de fleur,

Une façon d'un peu se respirer le coeur,

Et d'un peu se goûter, au bord des lèvre, l'âme!

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par Golune 2011-02-19T17:46:45+01:00

Eh bien ! Oui, c'est mon vice. Déplaire est mon plaisir. J'aime qu'on me haïsse.

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par cams0712 2013-04-09T18:31:52+02:00

Oui, vous m'arrachez tout, le laurier et la rose! Arrachez! Il y a malgré vous quelque chose que j'emporte; et ce soir, quand j'entrerai chez Dieu, mon salut balaiera largement le seuil bleu, quelque chose que sans un pli, sans une tache, j'emporte malgré vous, et c'est... Mon panache.

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par petitefée 2011-03-24T23:52:26+01:00

CYRANO :

Tournez !

-Ou dites-moi pourquoi vous regardez mon nez.

LE FACHEUX, ahuri :

Je...

CYRANO, marchant sur lui :

Qu'a-t-il d'étonnant ?

LE FACHEUX, reculant :

Votre Grâce se trompe...

CYRANO :

Est-il mol et ballant, monsieur, comme une trompe ?...

LE FACHEUX, même jeu :

Je n'ai pas...

CYRANO :

Ou crochu comme un bec de hibou ?

LE FACHEUX :

Je...

CYRANO :

Y distingue-t-on une verrue au bout ?

LE FACHEUX :

Mais...

CYRANO :

Ou si quelque mouche, à pas lents, s'y promène ?

Qu'a-t-il d'hétéroclite ?

LE FACHEUX :

Oh !...

CYRANO :

Est-ce un phénomène ?

LE FACHEUX :

Mais d'y porter les yeux, j'avais su me garder !

CYRANO :

Et pourquoi, s'il vous plaît, ne pas le regarder ?

LE FACHEUX :

J'avais...

CYRANO :

Il vous dégoûte alors ?

LE FACHEUX :

Monsieur...

CYRANO :

Malsaine

Vous semble sa couleur ?

LE FACHEUX :

Monsieur !

CYRANO :

Sa forme, obscène ?

LE FACHEUX :

Mais du tout !...

CYRANO :

Pourquoi donc prendre un air dénigrant ?

- Peut-être que monsieur le trouve un peu trop grand ?

LE FACHEUX, balbutiant :

Je le trouve petit, tout petit, minuscule !

CYRANO :

Hein ? comment ? m'accuser d'un pareil ridicule ?

Petit, mon nez ? Hola !

LE FACHEUX :

Ciel !

CYRANO :

Enorme, mon nez !

- Vil camus, sot camard, tête plate, apprenez

Que je m'enorgueillis d'un pareil appendice,

Attendu qu'un grand nez est proprement l'indice

D'un homme affable, bon, courtois, spirituel,

Libéral, courageux, tel que je suis, et tel

Qu'il vous est interdit à jamais de vous croire,

Déplorable maraud ! car la face sans gloire

Que va chercher ma main en haut de votre col,

Est aussi dénuée... Il le soufflette.

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par Ysu... 2010-10-29T21:27:37+02:00

Je t'aime, je suis fou, je n'en peux plus, c'est trop;

Ton nom est dans mon coeur comme dans un grelot,

Et comme tout le temps, Roxane, je frissonne,

Tout le temps, le grelot s'agite, et le nom sonne!

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par anonyme 2014-07-27T18:23:24+02:00

" Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire. "

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par xFrench 2013-04-24T13:54:28+02:00

Mais… chanter

Rêver, rire, passer, être seul, être libre,

Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,

Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,

Pour un oui, pour un non, se battre, — ou faire un vers

Travailler sans souci de gloire ou de fortune,

A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !

N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,

Et modeste, d’ailleurs, se dire : « Mon petit,

Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles

Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles ! »

Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,

Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,

Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,

Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,

Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,

Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par Sergent_Keroro 2013-03-23T22:51:33+01:00

Acte 1 scène 4

[...] Le Vicomte : Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule!

Cyrano : Ah?… Et moi, Cyrano Savinien-Hercule de Bergerac.

Afficher en entier
Extrait de Cyrano de Bergerac ajouté par enelos 2012-04-05T14:54:18+02:00

LE BRET

Eh ! mon Dieu, quelle est donc cette femme ?...

CYRANO

Un danger

Mortel sans le vouloir, exquis sans y songer,

Un piège de nature, une rose muscade

Dans laquelle l'amour se tient en embuscade.

Qui connaît son sourire a connu le parfait.

Elle fait de la grâce avec rien, elle fait

Tenir tout le divin dans un geste quelconque,

Et tu ne saurais pas, Vénus, monter en conque,

Ni toi, Diane, marcher dans les grands bois fleuris,

Comme elle monte en chaise et marche dans Paris !...

Afficher en entier