Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Cyril-Sche-Sulken : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Jeu de l'ombre Le Jeu de l'ombre
Sire Cédric   
Au tout départ du récit, quand l'histoire débute à peine, le lecteur est plongé dans le roman dès les premiers mots. Au fil des pages, l'histoire se révèle un peu plus, l'ambiance glauque et oppressante s'installe petit à petit tout en prenant de soin de ne pas "écœurer" le lecteur. Sire Cédric est un maître du suspense et des rebondissements de situation étonnants. Il n'en dévoile jamais trop en se situant au juste niveau. Il impose un contrôle total à son style d'écriture et ne se laisse jamais emballer au fil de la plume. Les soupçons s'imposent dès qu'une bonne partie du roman est entamée et on éprouve du plaisir à mener sa propre enquête avec ces interrogations en tête, classiques des romans policiers ou thrillers : " Mais qui est le tueur ? Pourquoi ? Comment ?". Puis on se plaît à s'embusquer dans ce défi où l'on a l'impression de tout connaître de l'histoire alors que réellement on n'ignore tout.

Au tout départ, l'auteur nous conte l'accident de Malko Swann, une rock-star achevant son première concert. S'échappant d'une soirée, il est retenu par son meilleur ami qui lui, en vain, ne réussira à dissuader Malko de prendre le volant. Roulant à 170km² jusqu'à atteindre Le Pont du Diable, Malko ressort miraculé d'une chute de trente mètre de hauteur. Mais uniquement dans un sens. Il devient amusie (fait du cerveau qui ne sait comment interpréter les notes de musique tout en les distinguant). Malko se trouvera tourmenté par ce défaut et ne pourra poursuivre sa carrière qu'en attendant que son hyperacousie musicale ne revienne.Mais il va être l'objet d'une manipulation d'un jeu totalement sanguinaire. Le jeu de l'ombre. Mêlant suspense et découvertes, Malko au tout pour le tout tentera de débusquer l'auteur de ses souffrances qui ne fait que débuter.

D'un autre côté on suit une enquête policière qui semble toute "banale". Le cadavre d'une jeune-femme retrouvée dans les flots, sauvagement meurtrie et frappée par son agresseur. Se lance alors, une longue enquête se poursuivant dans l'ambiance glaciale, menant dans toute une flopée d'interrogations, de soupçons et de suspects. Mais cette enquête s'avèrera lié par Le jeu de l'ombre.

J'ai trouvé ce thriller totalement excellent et exceptionnel. J'ai totalement adorer le lire, surtout que l'ambiance et les tons superposées sont dans un accord qui lie le roman dans un style qui ne s'épuise pas. J'ai littéralement adoré Le jeu de l'ombre qui pour moi est une excellente réussite et qui s'annonce comme une excellente découverte. L'univers est propre à soi-même et tout se respecte. L'histoire fréquentée entre deux espaces semblent sans aucun rapport mais au bon rythme, l'auteur nous fait comprendre que l'enquête criminelle n'est pas dans le roman pour un motif hors-sujet. Malgré tout, je n'ai pas apprécié la tournure fantastique de l'histoire à la fin du roman.

Un roman excellent ! Je ne peux que vous recommander de vous le procurer et d'en apprécier la lecture. Pour moi, c'est un coup de maître que nous fait là, Sire Cédric ! Une découverte qui me précipite vers les autres ouvrages de cet auteur, en espérant de ne pas être déçu.

http://jotmanbook.blogspot.com/2011/05/avancement-de-la-lecture-19476-pages-le.html

par Jotman
Mattimeo Mattimeo
Brian Jacques   
Salik le Barbare, un renard au visage ravagé et au cœur rempli de haine, n'a qu'un seul but : se venger des habitants de Rougemuraille et en particulier de Mathieu le Guerrier qu'il déteste et qu'il juge, à tort, responsable de sa monstrueuse apparence. Pour parvenir à ses fins, il décide de s'attaquer à ce que Mathieu a de plus cher : son fils Mattiméo. Salik met au point un plan machiavélique. Se faisant passer pour une troupe de baladins, le renard et ses mercenaires parviennent à pénétrer au cœur de l'abbaye et à s'emparer de cinq petits, comptant bien les revendre comme esclaves au terrible Malkaris, maître du royaume du Mal. Aussitôt Mathieu et ses amis s'élancent à leur poursuite. Mais, privés de leurs meilleurs guerriers, ceux qui restent à Rougemuraille, vont affronter des heures bien noires...
Salamandastron Salamandastron
Brian Jacques   
Redwall slumbers in the summer sun, unaware that the mountain stronghold of Salamandastron lies besieged by the weasel army of Ferahgo the Assassin. Or that danger is creeping towards the Abbey too, in the form of the Deadly Dryditch Fever...

par dede2448
Cluny le fléau Cluny le fléau
Brian Jacques   
Ce livre ne m'a pas séduite, ni enchantée. La quatrième de couverture stipulant que ce bouquin donne envie de lire aux enfants, m'a plus ennuyé qu'autre chose. Le début est pourtant sympathique, je me suis pris d'affection pour tous les personnages même Cluny et tout. Les pages avançaient, la bataille de Cluny aussi, l'engrenage de l'histoire également, la quête pour une épée tout aussi.
Et l'histoire s'essouflait. Un coup Cluny arrivait à avancer, la fois d'après il reculait, puis il réavançait dans sa prise d'otage de l'abbaye, puis il reculait de nouveau tout en nous présentant divers autres personnages tous faisant partie de la race des animaux et bien souvent des rongeurs.
Ce système à répétition m'a lassé et je me suis dit que ce livre aurait pu être bien plus court et bien plus intéressant.

En plus, ce bouquin est un répertoire de clichés en tout genre. Une épée légendaire, un élu, un méchant pas beau, et on devine immédiatement ce qui va se passer par la suite
J'avais déjà lu le livre donc je savais aussi comme ça allait se dérouler, mais quand même, y avait vraiment aucune surprise. Le héros m'a donc tout aussi ennuyé, et si certains personnages me charmaient plus que lui, Sol le silencieux, Basile le lièvre, d'autres n'ont cessés de me faire bailler d'ennui, Florine la souris par exemple, qui est la fille typique que tu sais qu'elle va finir avec le héros.

En fait, arrivé à une certaine partie de l'histoire, celle avec les Moinos, leur langage était tellement embêtant à décrypter, que j'en ai eut marre et que j'ai commencé à tourner les pages en lisant à moitié. En fait, j'essayais surtout de repérer les éléments importants, et je zapais les autres.

Et puis, le style d'écriture était certes assez simple, mais trainait en longueur et n'avait absolument aucune particularité pour que je m'y intéresse.
En conclusion : J'ai fini ce livre le plus vite possible, n'en pouvant plus de le lire. Et même si certains passages m'ont remis dans le bouquin ne serait-ce que quelques instants, ça n'a pas suffit du tout pour me séduire et me plaire.
Le Cycle de Fondation, tome 2 : Fondation et Empire Le Cycle de Fondation, tome 2 : Fondation et Empire
Isaac Asimov   
il y à longtemps que j'ai lu empire et fondation dans sa version complète mais j'en garde un tendre souvenir. ces romans que je défini comme d’anticipation plutôt que de science fiction pure m'a permis de vraiment m’intéresser à ce genre d'ouvrages

par ezery
Annabel Annabel
Kathleen Winter   
Quand j'ai fini ce livre je n'ai pas pu m'empêcher de le prendre encore et encore entre mes mains, le feuilleter, relire quelques lignes par-ci par-là, sentir l'odeur des pages qui m'on accompagnées pendant quelques jours. J'ai du passer un bon moment, assise, à tenir ce livre dans mes mains. Je suppose que vous l'aurez compris, cette histoire m'a touchée, émue, emportée... Que ce soit la langue simple mais des plus poétique ou que ce soit l'histoire saisissante et troublante, j'ai rarement lu des livres qui portent autant d'émotions avec eux et qui laisse une telle trace dans mon esprit. Les paysages magnifique par leur simplicité du Canada, l'incompréhension entre le fils et le père, le rejet, l'amour, l'amitié, le mal-être, le complexe physique, l'adolescence, l'entrée dans le monde adulte, le harcèlement, le changement de monde... pleins de thèmes et d'images qui sont abordés d'une manière très poétique, avec sensibilité et émotion. J'ai été transporté dans un conflit entre la tragédie de ce que vit Annabel et la beauté du langage, entre la tristesse de ce destin et la beauté de la pensée.
Que dire de plus que LISEZ CE LIVRE !!!!!!! Même si le sujet de hermaphrodisme ne vous intéresse pas particulièrement, il y aura toujours un thème abordé qui suscitera votre intérêt, ou juste le plaisir de lire cette langue poétique !

par leonie-fb
Le Cycle des Robots, Tome 6 : Les Robots et l'Empire Le Cycle des Robots, Tome 6 : Les Robots et l'Empire
Isaac Asimov   
Et me voilà avec ce goût doux-amer en bouche, la douceur d'avoir fini une excellente série, et l'amertume de se dire que je ne pourrais jamais plus la lire pour la première fois... J'ai vraiment énormément aimé le cycle des robots et j'ai un petit pincement au coeur en en tournant la dernière page !

Ce tome-ci en particulier est vraiment intéressant. Cela se passe plusieurs décennies après le décès d'Elijah, on ne retrouve donc plus la paire Elijah/Daneel [spoiler]excepté vers le milieu du roman où Elijah souhaite revoir son coéquipier avant sa mort ... dans la première partie du roman on nous laisse à croire qu'Elijah n'a revu Daneel qu'une fois, lorsque qu'il est venu voir Gladia sur Aurora, mais il l'a en fait vu une dernière fois, dans un moment particulièrement émouvant et déterminant pour la suite de l'histoire !! [/spoiler]
On se retrouve à présent avec une équipe plus originale, R.Daneel l'humaniforme associé à R.Giskard dont on a découvert la télépathie dans le tome précédent. Ce qui rend ce tome vraiment intéressant, c'est que les deux robots évoluent beaucoup, et par d'eux-même, ce qui est plutôt original, et vraiment agréable à lire ; on rentre vraiment dans le cerveau positronique des deux robots et on comprend beaucoup mieux leur vision du monde, ce que les autres tomes n'apportaient pas avec autant de profondeur !
Un gros coup de coeur pour ce dernier tome qui clôt bien la saga, quoiqu'en laissant quelques questions en suspens ... (par exemple, la quasi-totalité de la question solarienne)

[spoiler]Et cette fin ... M.Asimov, c'est terrible de nous faire ça dans les derniers paragraphes du tout dernier chapitre du tout dernier livre... Pitié pour nos petits coeurs tendres de lecteurs ... [/spoiler]
J'agonise fort bien, merci. J'agonise fort bien, merci.
Oren Miller   
Encore un coup de cœur pour Oren Miller !! Un livre magnifique, avec une écriture fluide, de l'humour, du mysticisme et des personnages tous plus intriguant les uns que les autres !
Ce roman nous entraine en Bretagne, de découverte en découverte, tant et si bien que j'ai eu du mal a décrocher. Je n'avais qu'une envie : en savoir toujours plus !
L'enquête que même Évariste et Isabeau oscille entre surnaturel et réel et nous offre un magnifique cocktail d'émotions et de surprises.
Au rendez-vous, des personnages vraiment fabuleux, que je suis ravie de retrouver dans : A présent vous pouvez enterrer la mariée... et que j’espère retrouver, plus tard, ailleurs, encore et encore !!
En clair, un livre magnifique, sublime, merveilleux et envoutant ! Que je ne peux que recommander !!

par Azuriea
Toinot, le preux Toinot, le preux
Nicole Dillenschneider   
Enfin le voilà tout beau, tout frais sorti des presses. J'ai eu la chance de participer aux corrections de ce magnifique ouvrage durant l'automne dernier, c'est la raison pour laquelle je l'ai déjà lu 2 fois, un an avant sa sortie officielle. Je le conseille à tous les passionnés d'Histoire et de croisades.

par nf23
Sur les traces de Lovecraft Sur les traces de Lovecraft
Cyril Durr    Paul Martain Gal    Jean-Pascal Martain    Sylwen Norden    Yann Quero    Serge Rollet    Marie Thullien    Kéti Touche    Pierre De Beauvillé    Hélène Duc    Barnett Chevin    Stéphane Vranckx   
https://lecturesmmdoriane.wordpress.com/2018/04/20/sur-les-traces-de-lovecraft-tome-1-masse-critique/

Je souhaite vivement remercier Babelio et Nestiveqnen qui, grâce à la Masse Critique, m’ont permit de découvrir ce livre.

Dans cet ouvrage nous découvrons douze nouvelles d’auteurs différents, alors en faire un résumé rapide est impossible. Et faire un résumé de chaque nouvelle prendrait trop de temps et surtout certaines nouvelles sont vraiment courte alors ça gâcherait tout. Du coup je vais simplement de parler de l’œuvre dans sa globalité plutôt que de me concentrer sur chaque texte comme j’aurais pu le faire pour un recueil de nouvelles plus petit.

Nous découvrons donc douze récits qui ont une thématique en commun : Lovecraft. Un auteur assez peu connu au final sauf peut-être pour ce qui tourne autour de Cthulhu car en ce moment on en mange à toute les sauces. Dans les jeux vidéo, dans les séries, sur internet, etc… Et je le dire, c’est pour cette raison que je connais Lovecraft, sinon je ne me serais jamais intéressé à ce recueil de nouvelle. Après quand je dis qu’il n’est pas très connu c’est plus par rapport à d’autres auteurs. Beaucoup de gens qui ne lisent pas ou ne s’intéresse pas du tout à ce plaisir connaissent pourtant JK Rowling, Guillaume Musso ou encore Marc Levy. Lovecraft de son côté passe plutôt inaperçu…

En tout cas chaque nouvelle est plus ou moins longue et je dois dire que c’est déroutant au début. Car lire une nouvelle qui fait soixante-quinze page et ensuite une qui n’en fait que quatorze c’est particulier. Mais après chaque auteur à son histoire à raconté et le fait de la manière qu’il le souhaite. Et après tout la longueur d’une nouvelle ne correspondra jamais à l’intérêt qu’elle peut susciter.

Alors au final tout ça c’est bien beau, mais qu’est-ce que j’ai pensé de ce livre ? Et bien… je ressors assez déçu je dois le dire. Pas à cause des nouvelles en elles-mêmes, car elles sont assez fluide, sans vraiment de temps mort car vu que ce sont des nouvelles elles vont directement au cœur du sujet. Mais je n’ai pas accroché pour autant. Que ce soit à l’univers qu’aux différentes histoires. Alors cela veut peut-être dire que je ne suis pas faite pour lire ce genre d’histoire, ou c’est peut-être parce que je n’ai pas lu de Lovecraft avant. Peut-être que si je l’avais fait j’aurais été bien plus plongé dans l’histoire.

C’est donc avec de moins en moins d’envie que j’ai fini ma lecture. Mais l’écriture et la curiosité m’ont quand même fait finir ma lecture. Même s’il y a une nouvelle entière que je n’ai pas lu. Pour vous expliquer, avant chaque nouvelle il y a une très belle illustration. Je ne m’y attendais pas en recevant le livre, mais j’ai trouvé l’idée très bonne. Surtout que les illustrations sont vraiment belles. Mais voilà, au bout de la deuxième nouvelles ont comprend tout de suite que l’illustration n’est pas juste là pour faire jolie : elle représente la nouvelle. Et il y en a une où, en gros plan, on a une araignée géante. Je ne peux pas, quand il s’agit de ces bestioles là je suis incapable d’apprécié ma lecture et pire je sais que je suis capable d’angoisser alors j’ai simplement passé la nouvelle. Donc mon avis ne concerne que de onze nouvelles. Si ça tombe c’était la meilleure du lot et je suis passé à côté d’une pépite… Tant pis, avec n’importe quel autre animal j’aurais pu prendre sur moi, mais pas là.

En tout cas si vous aimez Lovecraft je vous conseille ce livre car cela devrait vous intéressez. Et si vous êtes curieux de découvrir ce recueil sachez qu’il faut apprécier les histoires sombres, remplie de mystère. Ce livre n’était certes pas pour moi, mais je sais qu’il plaira à un bon nombre de personne.