Livres
381 073
Comms
1 332 900
Membres
266 130

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

D'acier



Description ajoutée par anichinabe 2011-10-29T19:48:20+02:00

Résumé

Anna et Francesca ont treize ans, presque quatorze. C’est l’été à Piombino, ville désolée de Toscane bien loin de l’image de carte postale que l’on peut s’en faire quand on n’est pas d’ici. Chez elles, pas de vignes et Florence et son art sont bien loin. Leur quotidien : des barres d’immeubles insalubres et surtout l’aciérie, personnage monstrueux qui engloutit jour et nuit tous les hommes du coin.

Les hommes, ils ne sont pas à l’honneur dans le roman de Silvia Avallone. Le père d’Anna est un fantôme, un voyou du dimanche qui réapparait quand ça lui chante. Celui de Francesca nous est présenté dès les premières lignes, puissantes, comme un homme qui épie sa fille aux jumelles pendant qu’elle joue sur la plage, obsédé par ce corps qui se transforme, irrémédiablement, malgré les coups qu’il lui porte, ce géant sans cervelle.

Mais Anna et Francesca, les reines de la cité, éclaboussent toute cette laideur de leur jeunesse insolente. Treize ans et demi mais déjà starlettes, elles jouent de cette aura qu’elles savent par instinct éphémère, avant que la réalité des autres ne les rattrapent. En attendant, elles rêvent. D’être écrivain ou femme politique pour l’une, de passer à la télé de Berlusconi pour l’autre, ou simplement d’aller ensemble, pour la première fois à l’île d’Elbe, inaccessible et pourtant à quelques brasses de leur cité plombée.

Autour d’elles, il y a aussi le grand-frère d’Anna, Alessio, Apollon échoué au royaume d’Hadès, amoureux abandonné, déjà usé à vingt ans par des années passées au haut fourneau, à faire couler l’acier et à se défoncer pendant les pauses. Sandra, leur mère, la militante d’extrême gauche, qui assure et qui se maudit d’aimer malgré tout son vaurien de mari. Rosa, enfin, la mère de Francesca, la petite calabraise arrachée à son village par Enrico, cet homme fruste qui les enferme dans sa folie et qu’elle ne quitte pas. Pour aller où ? C’est trop tard semblent-ils tous penser. Les parents, les vieux, les grands-frères, résignés, lassés, tous. Pas Anna et Francesca, pas si elles sont deux, toujours.

« D’acier » est un roman physique, qui vous happe dès la première page, pour vous relâcher, quatre cents pages plus tard, un peu sonné, avec le sentiment d’être face à un futur grand écrivain qui, à tout juste vingt cinq ans, fait preuve d’un sens de la narration assez exceptionnel et d’une capacité à saisir l’essence de l’adolescence, ces amitiés fusionnelles qui nous construisent et cette obsession de la beauté, cette fascination régressive qu’elle peut susciter chez ceux qui n’en sont plus.

D’acier pourrait n’être qu’un portrait social sombre d’une Italie de banlieue, de laissés pour compte sans envergure, pauvres humains tentant de se dépêtrer d’un monde qu’ils n’ont pas vu venir. Il est bien plus que cela. L’acier est constitué d’au moins deux éléments. D’acier aussi : d’une réalité désespérante et d’une petite poésie qui s’élève malgré tout, et l’ensemble, ça donne un sacré bon roman.

Afficher en entier

Classement en biblio - 77 lecteurs

Or
25 lecteurs
PAL
21 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Didie6 2014-11-18T13:22:39+01:00

Dès qu’elle voyait la mer, Anna devenait comme folle.

Elle lâchait sac à dos et serviette n’importe où, prenait son élan et se mettait à courir. Elle courait jusqu’à ce que l’eau devienne trop haute, que ses poumons explosent dans sa poitrine, et là, elle plongeait. Elle frottait son ventre contre le dos ondulé du fond sableux, ressortait une dizaine de mètres plus loin, où l’on n’avait plus pied, même du bout des orteils. Elle adorait frôler ce dos, rêche et doux à la fois. Le toucher de la main, y enfoncer les doigts. Sous l’eau, là où les bruits du monde deviennent placenta, où le sel brûle la cornée et que tu n’entends plus que le bruit de ton coeur, qui ne t’appartient plus.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Diamant

J'achève tout juste ma lecture. J'ai dévoré ce livre en une semaine, et j'ai savouré chacune de ses pages comme avec plaisir les mets les plus fins et les plus rares. D'Acier est une oeuvre d'art littéraire comme on n'en fait plus bouleversante d'émotion. Malgré les mots crus et le style brut (et l'inverse) qui lui donne un air (et c'est juste un air) mal dégrossi, D'Acier est d'une finesse incomparable. Unique en son genre, il présente les faits sans détours, la dure réalité qui trop souvent ne va pas plus loin que la cours des immeubles, avec pourtant une certaine forme de grâce.

Il y a dans ce livre une tension sexuelle à la fois malsaine et délicieuse, successivement tournée de plusieurs façons : tantôt avec des mots durs dans la bouche de Cristiano principalement, tantôt avec des tournures subjectives très réussies. Au passage, le travail de la traductrice est admirable. A la fin, j'ai réellement eula boule au ventre, ressentant le même sentiment de panique et de traumatisme que Mattia, Elena, et Cristiano et j'en ai vraiment eu l'estomac retourné. A ceux qui veulent découvrir ce qui se passe de chaque côté de via Stalingrado...

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Christopher-Schwitzer 2016-09-18T17:00:31+02:00
Diamant

Je l'ai acheté en Juillet 2014, la couverture m'attirait tout simplement, et c'était le saut dans l'inconnu dans le monde de la lecture.

Je n'ai pas regretté une seconde de découvrir l'histoire, m'attachait aux personnages. Surtout à Anna et Francesca.

Je vous le recommande car il y a de tout, du suspense, de l'humour, de la bonne humeur, de l'amour ( même familiale) .

Une auteure avec un livre d'exception.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mia45 2016-05-27T18:19:52+02:00
Or

Ce livre a été un vrai coup de coeur. Il décrit en profondeur la vie quotidienne d'une cité italienne. On s'attache aux personnages qui sont tous un peu perdus et se raccrochent à ce qu'ils peuvent pour survivre. Un livre assez dur par son réalisme mais qui interpelle.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pralinette 2015-03-23T15:19:56+01:00
Or

Un livre que j'ai beaucoup apprécié malgré des côtés sombres et durs de cette histoire. La vie de ses italiens de milieu peu favorisé qui de part leurs conditions vivent des drames m'a vraiment touchée.

Ce genre de fresque de la société a le mérite de nous remettre à notre place et nous invite à apprécier la chance que l'on a.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nonore-06 2015-02-21T15:07:52+01:00
Bronze

Un roman d'un réalisme frappant, touchant, extraordinaire.

A lire!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MiLn 2014-11-17T15:06:12+01:00
Argent

Un livre qui décrit le milieu ouvrier en Italie, à travers l'amitié de Francesca et Anna deux adolescentes, belles, provocantes...Un bon moment de lecture, un roman intense.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nataly 2013-12-22T06:55:56+01:00
Or

Dès le début du roman, silvia Avallone donne le ton de son écriture simple mais frappante à la fois, car elle nous imprègne immédiatement dans cette histoire.

Francesca et anna vivent dans un quartier HLM construit près d'usine ouvrières face à l'ile d'elbe. Elles entrent toutes deux dans l'age de l'adolescence où le seul reve est l'évasion vers un monde plus beau, l'amour toujours… Mais elles vont etre confronté au quotidien réel de leur vie avec les conflits parentaux, les aventures et les flirts d'adolescentes, les amours déçus, les problèmes financiers et le chomage qui les entourent. Et elles vont vite se rendre compte que leur amitié de toujours va etre mise à mal.

C'est un roman dramatique, poignant, triste aussi, que nous décrit son auteur en nous montrant que meme aujourd'hui malgré l'évolution capitaliste certains endroits sont comme celui-ci, et que nos vies en découlent forcément. Mais dans tout ce désarroi on y entrevoit une petite lueur positive et on a envie d'y croire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PPJ63 2013-08-19T15:35:46+02:00
Or

Droit au cœur. Silvia Avallone nous décrit superbement ces cites ouvrières de bord de mer ou se jouent une amitié sans faille entre deux adolescentes qui a force de rêves vont les briser, trop pressées d'être adulte. La férocité masculine confrontée aux rêves de ces jeunes files nous conduisent tout au long de ce roman vers un drame que l'on pressent et que l'auteur amène sans faille pour une fin pourtant optimiste

Afficher en entier
Commentaire ajouté par dashka 2013-05-20T20:01:13+02:00
Argent

ce roman je l'ai lu il y un an , il m'a marqué énormément car c'est un roman qui aborde une des thèmes que j'aime beaucoup:l'amitié

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aristoloche 2012-11-30T12:18:36+01:00
Bronze

Terrible ! Cette plongée dans l'adolescence, ces amitiés qu'on croit à la vie-à la mort. Dans un quotidien sans fards (cité ouvrière), deux adolescentes, tiraillées par de désir, défient le monde par leur fraîcheur insolente. J'ai revécu avec elles cette envie de l'âge adulte qu'on rêve dans son petit lit, cette envie de s'affranchir d'une famille qu'on n'a pas choisi et qu'on aime malgré tout, les copains qu'on fréquente pour ne pas être seul... Un grand livre -saluons au passage l'excellente traduction.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LivresEmois 2012-09-12T16:41:58+02:00
Bronze

On me l'avait beaucoup recommandé et sous certains aspects, comme la description du contexte sociale, j'ai trouvé ce livre vraiment intéressant... http://lemondedesylvie.over-blog.com/article-d-acier-de-silvia-avallone-106975296.html

Afficher en entier

Date de sortie

D'acier

  • France : 2013-05-02 - Poche (Français)

Activité récente

Ori06 le place en liste or
2016-12-08T23:14:17+01:00
Mia45 le place en liste or
2016-05-18T18:30:10+02:00

Les chiffres

Lecteurs 77
Commentaires 15
Extraits 51
Evaluations 17
Note globale 7.81 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Acciaio - Italien
  • Stal - Allemand