Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Dael_Liane : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Elle voulait juste marcher tout droit Elle voulait juste marcher tout droit
Sarah Barukh   
https://aliceneverland.com/2017/03/22/elle-voulait-juste-marcher-tout-droit-sarah-barukh/

Dans ce roman d’après-guerre et de Paris à New York, Sarah Barukh nous raconte l’histoire et l’évolution d’Alice, une fillette de huit ans qui vit avec sa nourrice et qui se pose des tas de questions sur ses origines, mais aussi sur le monde qui l’entoure. Un jour, sa maman revient la chercher, seulement, celle-ci n’est pas du tout à la hauteur des espérances de la petite fille, mais elle n’a pas d’autre choix que de la suivre. Au-delà de son apparence effrayante, elle semble vouloir éviter à tout prix certaines questions, ce qui la rend très mystérieuse et difficilement accessible. Alice réussira-t-elle à la comprendre, à rattraper le temps et à découvrir ce qu’elle lui cache malgré son silence ?

En premier lieu, vous remarquerez cette petite fille qui tient un bagage et qui marche tout droit sur des rails. À cet instant, vous vous poserez probablement certaines questions et c’est alors en ouvrant ce livre que vous comprendrez la justesse du choix du titre et de l’illustration et vous obtiendrez, bien sûr, les réponses à vos interrogations de départ…

Que vous ayez l’habitude de lire des romans de ce genre ou non, vous serez indéniablement touchés par la sensibilité de ce récit qui vous offre une vision totalement novatrice de ce qu’il est possible de ressentir face à la guerre lorsque l’on est encore qu’un enfant. La plume de l’auteure est enivrante, rythmée par de nombreux dialogues avec un vocabulaire simple, ce qui facilite grandement notre découverte ou redécouverte de cette époque d’après-guerre.

Certaines choses m’ont émue et ont retenu mon attention, comme les prières innocentes et alarmantes de la petite Alice, les fameuses réclames au cinéma qui précédait les actualités et la projection du film ou encore le petit rappel bien placé sur les sky boys, qui avaient toute mon admiration lorsque j’étais tombée sur des photos qui me donnaient le vertige et de bonnes grosses nausées face à cette phobie qui peut rendre dingue certaines personnes.

Ce qui rend ce premier roman de l’auteure aussi riche et épuisant émotionnellement, c’est sa galerie de personnages qui ont tous été, et chacun à leur niveau, affectés par les conséquences de la guerre. Alice est jeune et insouciante, pourtant les circonstances vont l’obliger à grandir et à accepter ce qui ne peut être changé.

Pour que la critique soit complète, je pense que cette histoire aurait pu tenir en moins de 400 pages, il y a quelques longueurs, mais très vite effacées grâce aux échanges qu’Alice tente d’avoir avec les personnes qui l’entourent, moments très intenses où le manque d’affection de cette enfant se ressent inévitablement et nous peine à un point inimaginable.

Pour conclure, j’ai trouvé également que tout était malheureusement, un peu trop prévisible. Néanmoins, la beauté des sentiments, la sensibilité des personnages et la justesse des mots qu’utilise l’auteur nous livrent au final un magnifique voyage à découvrir sans plus tarder !
Georgina Kincaid, Tome 4 : Succubus Heat Georgina Kincaid, Tome 4 : Succubus Heat
Richelle Mead   
Suite à la rupture avec Seth dans le précédent tome, Georgina fil un mauvais coton et semble en vouloir à la terre entière. Elle recommence à fumer, boit comme un trou et fini en couple avec Dante que tout ses amis réprouves. Elle met même du cœur au travail quand il s'agit de coucher avec des âmes pures pour leurs voler leurs forces vitales.
Elle mets tellement de cœur à l'ouvrage que son patron Jérôme ne la supporte plus et décide de la prêter à un collègue archidémon. Ce dernier est dans une situation délicate suite à un groupe de Sataniste dont les actions créées une mauvaise image pour les démons. Mais ce que Georgina ne sait pas, c'est qu'elle se retrouve en plein milieu d'un complot qui pourrait remettre en cause les hiérarchies démoniaques de la région.

J'avoue que la première partie du récit a été un vrai délice. Cette façon qu'a Georgina de se comporter comme une vraie garce... Une garce oui, mais une garce que j'adore et je sais quelles blessures se cachent derrière cette attitude mesquine. Et puis avouons le, quand on voit la façon dont tout ces amies immortels ont réprouvé sa situation avec Seth... Cela devient un régale de voir ce qu'ils récoltent maintenant que leurs vœux sont exaucés.
Pour autant, Richelle Mead ne pouvait pas laisser cette attitude de Georgina durer trop longtemps et peu à peu, on retrouve notre Georgina habituelle. Mais on est pas au bout de nos surprise puisque vers le tiers du livre, tout les immortels de Jérôme sous contrats voient leurs pouvoirs annuler. Et voila une Georgina qui devient sans prévenir une immortelle sans le moindre pouvoir de Succube et pratiquement humaine.
La encore, le récit nous occasionne de beau passage touchant comme quand Georgina commence à prendre peur de sa propre mortalité. Mais le clou du spectacle, cela reste sa relation avec Seth. Voila qu'elle peut désormais coucher avec l'homme qu'elle aime sauf que ce dernier est en couple avec Maddie. Maddie, un personnage que l'on aimerait détester mais cela s'avère impossible tellement elle nous apparait gentille et vulnérable.
Je peux toutefois dire que ces événements s'inscrivent à merveilles dans la relation Seth/Georgina et que cela permet de faire évoluer la relation qu'ils entretiennent. Alors que leur histoire était dans une impasse, voila qu'ils ont l'occasion de gouter aux fruits défendus sans répercutions apparentes. C'est d'ailleurs l'une des forces de cette saga ou Richelle Mead ne semble pas faire machine arrière dans la romance mais ou chaque tome de la saga apporte une pierre à l'édifice de cette romance impossible.

Niveau intrigue, c'est du tout bon aussi avec une histoire suffisamment complexe pour tenir en haleine. Qui est le(s) traître(s)? J’avoue que rapidement j'ai eu de gros soupçons sur une personne en particulier et mon instinct c'est, tout comme pour le tome 1, révélé juste car par trop évident. Mais l'intrigue est d'autant plus addictive que Georgina doit se débrouiller avec des capacités purement humaines. Pas de transformation et autres comme l'invisibilité pour lui prêter mains forte. Cela va lui créer de mauvaises surprises comme quand elle se rendra compte qu'elle est vulnérable aux viols (un comble pour une Succube).

Encore un tome de Richelle Mead que j'ai savouré avec délices. Le livre nous offre par ailleurs l'une des plus belles scènes "olé olé" de la saga et pour quelqu'un qui n'aime pas trop ce genre de chose, c'est un sacré aveu! J'ai maintenant hâte de pouvoir lire les 2 derniers tomes de cette saga qui fait partie des meilleurs récits Bit-Lit que j'ai pu lire.

par Caly
Georgina Kincaid, Tome 2 : Succubus Nights Georgina Kincaid, Tome 2 : Succubus Nights
Richelle Mead   
Le 1er tome m'avait moyennement plû, mais j'ai trouvé le tome 2 meilleur.
J'ai vraiment accroché avec le personnage de Georgina. Dans ce tome elle est beaucoup plus optimiste, joyeuse et dynamique.
Sa relation avec Seth est, pour moi, magnifique.
Leurs sentiments sont profonds et bien exprimés.
Georgina doit mener 2 enquêtes en même temps.
Elle doit découvrir pourquoi Doug a un comportement aussi bizarre et elle doit également aider son ami et incube Bastien à corrompre une femme.
J'ai tout de même des regrets, les personnages secondaires sont toujours aussi peu exploités. Du coup les apparitions de Carter l'ange, Jérôme l'archidémon ou encore Cody et Peter les vampires, se font rares. Dommage.
Bref, cette saga ne fait pas partie de mes "chouchou" mais elle reste plaisante à lire.

par Adèle
Georgina Kincaid, Tome 3 : Succubus Dreams Georgina Kincaid, Tome 3 : Succubus Dreams
Richelle Mead   
Triste,tellement triste.On voudrait la consoler,la prendre dans nos bras et lui dire que tout va s'arranger.Mais nous ne sommes que de simples lecteurs.J'avais la gorge nouer et de légers sanglots m'ont prit,un beau livre,qui ce lit en un rien de temps.Nos émotions sont à fleurs de peau tout le long et les rêves de Georgina,nous font espérer!Mais il est le plus triste que j'ai lu!Bonne lecture!

par zith22
Georgina Kincaid, Tome 5 : Succubus Shadows Georgina Kincaid, Tome 5 : Succubus Shadows
Richelle Mead   
Georgina ne coule pas vraiment des jours heureux. Si a la fin du tome 4, elle avait préféré quitter Seth pour à peu prêt les mêmes raison que ce dernier l'avait quitter dans le tome 3, elle n'avait certes pas prévu que ce dernier, prit de culpabilité envers Maddie qu'il a tromper lui fasse une demande en mariage. Et comme Maddie ce sent très proche de Georgina, elle insiste pour que Georgina l'aide à préparer le mariage.
Quand aux problèmes surnaturels, Georgina ce sent attirée par une lumière spectrale chaque fois qu'elle a le blues et qui lui fait prendre des risques inconsidérés. Elle doit donc garder le morale mais pas facile quand elle doit préparer le mariage d'une amie qui épouse l'homme qu'elle aime.

Ce tome 5 diffère pas mal des autres tomes. Notamment car l'intrigue avance assez rapidement pour nous offrir quelque chose d'assez inattendu au tiers du tome : Georgina se fait séquestrer! Mais pas par n'importe qui mais par des créatures des rêves et qui la pousse à revivre son passé tout en lui créant son propre enfer personnel. C'est l'occasion pour Richelle Mead de revenir sur certains moments forts du passé de Letha et notamment quelques romances tragiques comme celle de Kyriakos ainsi qu'une histoire en Italie et une autre en France.

Mettre l'intrigue entre parenthèse pour revivre le passé de Letha a de quoi surprendre puisque cela coupe tout avancé de l'intrigue. Ce ne sera toutefois pas le cas car régulièrement, Georgina entrevoit le présent en rêve ou ses amis immortelles font tout pour la retrouver. Un tome 5 ou Georgina restera donc en grande partie passif et ou on la découvrira toujours un peu plus. L'inconvénient d'un tel procédé, c'est que cela coupe tout avancé des relations entre Georgina et les autres. Un peu dommage car c'est aussi l'un des points fort de cette série ou on prend toujours plaisir à voir Georgina interagir avec les autres (j'adore les passages ou Georgina passe du temps avec la famille Mortensen).
Mais avec une héroïne en coulisse, ce sera aux autres immortelles de prendre le devant de la scène avec notamment Roman que l'on retrouve depuis le tome 4. Ce dernier nous apparait bien plus humain et fragile que dans le premier tome et il perd beaucoup de l'antipathie que j'avais ressenti alors pour un monsieur trop parfait. La surprise venant aussi de Jerome qui se montre presque prévenant (je dit presque) envers notre Succube. Cela sera aussi l'occasion pour Georgina et Seth de remettre en question leurs relations l'un envers l'autre. A ce sujet d'ailleurs, la fin est assez amère pour certains personnages secondaires qui ne méritaient pas un tel sort.

Un tome 5 un peu différent des autres donc mais qui n'entache en rien le plaisir de lecture. J'aurais sans doute préféré des Flash Backs un peu mieux répartis sur les 6 tomes plutôt qu'un gros bloc qui prend une grosse partie de ce roman mais cela ne nuit en rien la qualité du récit. Il ne me reste plus qu'a entreprendre la lecture de l'ultime tome de la saga en espérant que Georgina aura finalement droit au bonheur qu'elle mérite.

par Caly
Georgina Kincaid, Tome 6 : Succubus Revealed Georgina Kincaid, Tome 6 : Succubus Revealed
Richelle Mead   
Comme souvent dans cette série, bien que avare en révélation, la fin du tome 5 avait laissé sous-entendre qu'il existe peut-être un espoir de sauver l'âme de Georgina de l'enfer. Bien que nous ignorons encore de quoi il s'agit, on se doute que pour ce dernier tome, nous aurons les réponses à nos questions mais quand à savoir si la fin sera heureuse et si l'amour triomphera...

Alors que tout semble s'arranger dans la vie de Georgina et qu'elle accepte enfin une relation sans compromis avec celui qu'elle aime, un message de l'enfer va venir tout chambouler. Cette dernière se voit donc transférer de Seattle à Las Vegas. Pas d'inquiétude toutefois, la majeure partie du livre se passe bien à Seattle et nous retrouverons tout les personnages que l'on connait. En faite, ce transfert fait surtout figure d'ultimatum au récit (Seth se retrouve donc entre 2 feux, celle qu'il aime à Las Vegas et sa famille qui a grand besoin de lui à Seattle).
Un transfert qui, lors de sa visite professionnel de 2 jours à Las Vegas prend une vision idyllique : un endroit de rêve pour Succube rattaché à l'archidémon qu'elle préfère et secondée par son ami incube de toujours : Bastien. Elle décroche même le poste de danseuse dont elle a toujours rêvé. Une vision sans doute un peu trop idyllique justement...

Mais la véritable star de l'intrigue dans ce tome, c'est Roman. Ce dernier se décarcasse comme un fou pour découvrir se qui se cache derrière les manoeuvres de l'enfer et j'avoue qu'il est dommage de voir Georgina passif de ce coté la. C'est ce dernier qui va découvrir la vérité qui se cache derrière les dernières paroles d'Erik et tout faire pour sauver l'âme de celle qu'il aime. Le point culminant revenant au "jugement" qui sera stressant au possible et d'une intensité rare.

Les personnages ne seront pas en reste car si Georgina reste un peu en retrait sur l'intrigue, elle a quoi faire avec les relations. La mère de Seth et le jeune frère de ce dernier arrivent en ville pour aider. Une relation Succube/Belle mère, voila qui a de quoi intriguer mais hormis un ou deux passages sympathiques, cela reste trop anecdotique à mon gout. Je prend toutefois toujours autant de plaisir à voir la relation qu'entretien Georgina avec la famille Mortensen. Une famille que j'aime vraiment avec toutes ces petites filles adorables avec une mention pour Kayla.
Les amis immortelles ne sont pas en reste et j'avoue que c'est la première fois que Hugh va enfin m'apparaitre par ses bon cotés et véritablement justifié son amitié avec Georgina. Mais l'immortel que l'on retiendra surtout, c'est Carter une fois de plus. La relation qu'il a avec Georgina est toujours aussi touchante et sérieusement, j'ai adoré la scène ou il joue le Père Noel.

Avec ce tome, nous concluons donc l'histoire de Georgina Kincaid. Un peu dommage que l'épilogue soit un peu court mais je retiendrais surtout de cet oeuvre sa protagoniste. Rarement je n'ai eu d'héroïne aussi touchante et qui m'a mis les larmes aux yeux. Le personnage de Seth n'est d'ailleurs pas en reste et j'ai énormément apprécié son coté humain qui fait tant défaut aux autres "amants" dans ce genre de bouquin. C'est un peu avec peine que je les quittes mais l'auteur finit d'une bien belle façon. Richelle Mead conserve toutefois une corde à son arc pour un éventuel spin of mais qui, si il voit le jour, n'aura certainement rien a voir avec notre Succube.

par Caly
Georgina Kincaid, Tome 1 : Succubus Blues Georgina Kincaid, Tome 1 : Succubus Blues
Richelle Mead   
Premier constat après la lecture de ce premier tome, c'est que l'action ne prédomine vraiment pas. Une succube n'est vraiment pas au dessus de la chaine alimentaire des immortelles et Richelle Mead ne nous détrompera à aucun moment. Pour quelqu'un comme moi qui aime les histoires mouvementées, j'avoue que ce n'était pas gagné d'avance et pourtant, j'ai véritablement savouré ce livre. Il faut dire que je suis littéralement tombé sous le charme de Georgina. Rarement une héroïne n'a été aussi touchante que cette succube millénaire. Sacrifiant son âme délibérément pour une seule erreur, arpentant les siècles en volant l'énergie vitale des hommes "bon" (plus ils sont corrompus et moins ils ont d'énergie vitale à transmettre), elle ne trouve le bonheur qu'avec des relations éphémères avec d'autres immortels. On comprend donc parfaitement le blues qui l'anime et son choix à ne plus vouloir voler l'avenir d'hommes honnêtes.

Richelle Mead décrit parfaitement bien des sentiments purement humain d'une personne qui n'était pas préparée à traverser les siècles et à semer le mal. Comment ne pas être touché face à un amour impossible? Non car elle est une Capulet et lui un Montaigu mais tout simplement car la moindre affection causerait la perte de celui qu'elle aime. On a vraiment envi de pleurer avec elle quand elle pose son regard sur des enfants qu'elle ne pourra jamais avoir ou quand elle éconduit celui-qu'elle aime sans que celui-ci n'en comprenne la raison.

Quand aux autres personnages qui arpente le livre, nous avons ses amis immortels ne m'auront guère laissé une grosse impression. Ce ne sera toutefois pas le cas de l'ange Carter qui, malgré son apparence froide, me touchera à plusieurs reprise (j'ai littéralement fondu en larme à la fin du livre ou il est en compagnie de Georgina). Quand aux amants "potentiel" (car bien sur, nous en avons), Roman ne m'a guère laissé une grande impression. Il m'a tellement fait penser au petit ami parfait "typique" que je n'ai à aucun moment senti mon cœur se serrer dans leurs relations. Je ne peux pas en dire autant de l'écrivain Seth qui, sous des couverts maladroits et timides cache une profondeur et des sentiments qui ne peuvent que toucher le lecteur.

Et l'intrigue dans tout ça? Et bien, si elle est présente, elle ne sera pas vraiment la prédominance du récit. Quelques événements ci et là qui permettra de la relancer et une Georgina qui fera fi des ordres de son supérieur pour trouver la nature de l'être qui tue les immortels. Dommage que l'identité du mystérieux meurtrier devient assez vite évidente et manque un peu d'originalité.

Certaines personnes qui ont lu la série m'ont certifié que la série perdait un peu de charme et finissait par tourner en rond par la suite. Il m'est encore impossible de dire si c'est vrai mais dans tout les cas, ce tome 1 m'a profondément ému de par son personnage principal. Rarement une héroïne de Bit-Lit n'a su m'atteindre à ce point et à me mettre la larme à l'œil chaque fois qu'elle même partait en sanglot. Pour ça, un grand bravo à Richelle Mead.

Et dernière chose, un grand merci à Milady qui au final est revenu sur son choix premier de couverture (peu attrayante) au profit de la magnifique couverture du Grand Format.

par Caly
Vampire Nation, Tome 1 : Riker Vampire Nation, Tome 1 : Riker
Larissa Ione   
Je commence officiellement la dernière série qu'il me reste de cette auteur, et j'y vais les yeux fermés ! Et à nouveau, elle me charme avec son univers unique, où les vampires sont les esclaves des humains, une inversion des rôles en quelque sorte qui sort de l'ordinaire !
Ce contexte déjà bien peu gaie commence avec une scène qui l'est aussi peu : un massacre aillant marqué à jamais l'esprit de l'héroïne, encore une enfant à cette époque. S'en suit une histoire prenante et touchante. J'ai surtout apprécié ce côté caché de la société vampire, et donc toute l'histoire sur comment le monde en est arrivé là, les images qu'ont les uns sur les autres, en clair : ce monde et ses caractéristiques. Ce livre m'a beaucoup plu.
Vampire Nation, Tome 2 : Hunter Vampire Nation, Tome 2 : Hunter
Larissa Ione   
Riker a trouvé le bonheur, son chef y a bien droit lui aussi. Et en faite non, le voilà enchaîné à une femme détestable ! Mais le hasard fait bien les choses, et il rencontre sa sœur jumelle, qu'on avait d'ailleurs rencontré au tome précédent, je l'avais adoré, alors évidemment j'étais satisfaite de la tournure des choses. Encore plus touchant que le tome 1, ce livre est une réussite ! Vivement le T3
Madame la Marquise, Tome 1 : Save my soul Madame la Marquise, Tome 1 : Save my soul
Keira Quinsley   
Un livre drôle mais vraiment interressant, la Marquise est un personnage excellent! (C'est elle l'héroïne d'apres moi XD)
Je n'ai pas l'habitude de ce genre de roman, mais je ne le regrette point du tout! Plus de 300 pages en une soirée, autant vous dire que j'ai peu dormi x)