Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Daerinn : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Un si brillant cerveau - Les états limites de conscience Un si brillant cerveau - Les états limites de conscience
Steven Laureys   
« La conscience de soi, qu’est-ce que c’est ?

Les êtres humains sont-ils les seuls à être conscients ou bien les animaux ont-ils aussi conscience de ce qui leur arrive, de leur existence et de leur être ? Quelle est la différence entre le sommeil, le rêve, l’hypnose, l’anesthésie, le coma, la mort cérébrale et l’expérience de mort imminente ?

Ce que je raconte dans ce livre, ce sont les histoires cliniques, vécues à l’hôpital, de patients en état de conscience altérée, ces états que l’on observe après une lésion grave du cerveau. J’explique également comment les patients comateux évoluent vers un état non répondant (auparavant appelé “état végé-tatif”), vers un état de conscience minimale ou vers le locked-in syndrome.

Je tente ici de décrire simplement ce que nous savons aujourd’hui sur l’état de conscience et sur le fonctionnement du cerveau. Ce brillant cerveau qui nous permet d’être conscient et unique. » S. L.

Neurologue, professeur de clinique et directeur de recherches au Fonds de la recherche scientifique belge, Steven Laureys dirige le Coma Science Group (CHU de Liège-Université de Liège). La majeure partie de ses travaux de clinicien-chercheur est consacrée à l’étude des altérations de la conscience chez les patients sévèrement cérébrolésés. Lauréat de nombreux prix scientifiques, Steven Laureys est assurément l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la problématique des états de conscience altérée.

par x-Key
After Anna After Anna
Alex Lake   
Lien ici : http://wp.me/p5AuT9-2yO

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de Thriller. Et avec ce résumé qui a de quoi attiser ma curiosité, je dois dire que ce roman est arrivé à point nommé. Résultat ?

Un thriller psychologique qui va vous rendre dingue !

Julia est une mère de famille active et débordée. Nous avons tous un jour, été en retard pour aller récupérer son enfant à l'école. Mais il suffit d'un malencontreux contretemps pour que votre univers bascule et qu'il vous plonge dans votre pire cauchemar… la disparition de votre enfant…

Un univers que je découvre pour la première fois.

Une plume précise, frappante et captivante. Une intrigue qui est brillamment menée, qui va vous interpeller et qui ne vous laissera pas indifférent. On accroche dès les premières pages. Des personnages qui sont bien travaillés. Des émotions bruts qui sont habilement retranscrits permettant aux lecteurs de se mettre facilement dans la peau de cette mère de famille. Lorsqu'un enfant est concerné, on ne peut reste insensible.

Mais là où l'auteure a su faire preuve d'ingéniosité…

…c'est dans la construction de sa trame. Un récit particulier et troublant. Nous assistons aux évènements en même temps que notre héroïne. Mais à certains moments nous sommes témoins d’événements assez perturbants. On aura qu'une question en tête : Mais de qui peut-il s'agir ?
Un suspens prenant qui est à son comble pendant la disparition et même après la réapparition de l'enfant. Une enquête corsée où Alex Lake prend un malin plaisir à jouer avec nos nerfs en brouillant les pistes avec une grande finesse. On angoisse. On retient notre souffle. On perd patience. On récolte chaque indice. On se pose des questions. On se doute de quelque chose. Et pourtant on n'arrive pas à découvrir l'identité du ravisseur. Et lorsqu'on découvre de qui il s'agit, on est sous le choc. Jamais, je n'aurai deviné que cette personne puisse être à ce point instable…
En bref

"After Anna" de Alex Lake est un excellent thriller psychologique. Une lecture qui m'a été difficile de lâcher et où ma nuit fut très courte (mais je ne le regrette rien). Fans de Gillian Flynn ou de Paula Hawkins ce livre est fait pour vous !
Ragdoll Ragdoll
Daniel Cole   
Les idées sont vraiment intéressantes !
L’auteur nous plonge très rapidement dans son univers et fait durer le suspense jusqu’au bout ! On ne se doute pas du tout de la fin et c’est ce que j’ai vraiment apprécié.

Ce qui m’a un peu dérangée c’est le fait que l’histoire ne soit pas constante, comme si finalement l’auteur avait pris plus de plaisir à écrire certaines situations… Au final il y a des passages qui m’ont déçue...
Les descriptions sont présentes sans alourdir le texte. Daniel Cole parvient parfois avec peu de mots à nous mettre dans l’ambiance de son roman.

En ce qui concerne les personnages je suis assez partagée. Autant quelques protagonistes m’ont touchée, autant j’ai été un peu frustrée par d’autres et j’aurais apprécié avoir plus de détails et d’informations les concernant…
Certains personnages secondaires n’ont malheureusement pas retenu mon attention et je les ai parfois vite oubliés. Du coup je ne savais plus qui ils étaient et quel était leur rôle… Ce qui est dommage.

Ce qui m’a plu c’est le fait que le roman se passe en très peu de temps (environ quinze jours). L’auteur sépare ses chapitres et met en avant les jours et les heures qui s’écoulent. C’est vraiment une bonne idée !
Par contre je n’ai malheureusement pas vraiment compris l’utilité des retours en arrière. Ils ne sont pas assez nombreux et selon moi pas assez approfondis. Je pense que cela aurait été mieux d’en mettre davantage et de mieux les exploiter.

Les points de vue s’alternent assez bien même si j’aurais peut-être voulu en avoir un peu plus.
L’épilogue est intéressant, il y a pas mal de suspense, mais un peu trop selon moi. On s’attend à une suite, c’est un peu frustrant.
En résumé, malgré un avis mitigé, le livre est tout de même un bon roman pour découvrir cet auteur si ce n’est pas déjà le cas.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0291

par manue14
L'Inconnue du quai L'Inconnue du quai
Mary Kubica   
L'inconnue du quai se construit de la même manière que Une fille parfaite, que j'ai aussi eu l'occasion de lire : les chapitres sont chacun dévolus à un personnage, ce qui permet d'avoir l'histoire sous plusieurs angles et points de vue. Celui de Heidi, celui de Chris et celui de Willow.
J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, au début, mais dès le premier chapitre centré sur Willow, l'intrigue prend forme. En effet, ces chapitres-là ont lieu après que quelque chose soit arrivé. Quelque chose qui a précipité Willow en prison. On ne sait pas ce qu'il est advenu du bébé ou de Heidi et sa famille. Évidemment, on commence à se poser des questions et, à partir de là, l'histoire décolle et le roman devient vraiment difficile à lâcher. D'autant que les chapitres sur Willow dévoilent peu à peu son enfance et ce qu'elle a subi, ce qui l'a conduite dans la rue avec un bébé. Et l'histoire qu'elle nous raconte est plus horrible et tragique que tout ce à quoi on s'attendait.

Mais le grand intérêt du roman est situé, pour moi, dans le personnage de Heidi. J'ai très vite ressenti un fort sentiment de malaise en lisant son comportement vis-à-vis de Willow et du bébé. Sa façon de s'approprier la petite Ruby, de déprécier les efforts de l'adolescente pour prendre soin du bébé. On pressent déjà une cassure, chez Heidi, alors que rien ne semble encore l'indiquer, et j'ai trouvé cela très bien amené.
C'est que Heidi adore les bébé. Elle en voulait des tas, avant qu'un cancer ne mette fin à ses rêves, ainsi qu'à sa deuxième grossesse, qu'elle a dû interrompre.
A mesure que le temps passe, on voit Heidi devenir de plus en plus possessive avec Ruby. le bébé devient une obsession, Heidi n'a plus d'intérêt que pour lui et ressent un besoin violent de le tenir en permanence dans ses bras. Elle en délaisse sa propre fille, Zoé, en crise d'adolescence précoce et avec laquelle Heidi n'arrive plus à se connecter.
A travers ce comportement dérangeant, on commence à percevoir que quelque chose ne tourne pas rond du tout, chez Heidi. Seulement, personne ne semble s'en apercevoir, entre son mari absent et sa fille rebelle. Nous, lecteurs, nous voyons forcés d'assister à cette spirale dans laquelle Heidi descend toujours plus. On la voit glisser vers la folie alors que sa sollicitude pour Willow se transforme en compétition pour le bébé.

En conclusion, L'inconnue du quai est un excellent roman, que j'ai préféré à Une fille parfaite, le premier roman de Mary Kubica qui, bien que très bon lui aussi, était par certains aspects un peu trop prévisible. L'inconnue du quai, en revanche, nous happe complètement, on a le sentiment que l'histoire se complexifie de page en page et, sur les cent dernières pages, il est juste impossible de lâcher le livre.
En jouant sur deux tableaux, l'auteure donne un rythme et une tension incroyable à son intrigue : d'un côté, nous sommes à la fois fascinés et épouvantés par le comportement de plus en plus délirant de Heidi. de l'autre, on découvre, horrifiés, toute l'histoire de Willow, un personnage qui ne peut qu'émouvoir.

par Anna19
La Menace La Menace
S. K. Tremayne   
Un très bon thriller mais tout comme dans « Le doute », même s'il y du mieux, la psychologie des personnages est trop présente dans le roman pour pouvoir être presque absente dans le dernier chapitre.

Rachel a épousé le brillant avocat David Kerthen. Tout semble lui sourire. Mais sur la maison, plane une menace, un doute sur l'évènement qui a emporté Nina, la première femme de David. Son fils, Jamie reste traumatisé. Il sent la présence de sa mère, refuse de croire à sa mort et profère de troublantes prophétie à l'encontre de Rachel. Au premier abord, cela semble juste être un gamin traumatisé. Mais s'il disait vrai ? Si il avait raison.
Rachel finit par douter et le lecteur aussi.
Que s'est-il vraiment passé le soir de la mort de Nina ?

C'est angoissant, c'est prenant et c'est plutôt bien mené. Je n'ai pas pu le lâcher.
Le seul point négatif est pour moi la fin qui, comme dans le doute n'est pas assez explicite. La résolution de l'intrigue tombe puis nous retrouvons les personnages un an et demi plus tard. J'aurais aimé plus de détails sur les jours ayant suivi Noël. Cela manque beaucoup et c'est vraiment dommage car cela donne un impression de fin bâclée. Avec une fin digne de ce nom, ce thriller aurait vraiment été très bon.

En conclusion, je recommande mais je reste certaine que l'auteur peut mieux faire.

par dadotiste
L'Élite, tome 2 : Sous surveillance L'Élite, tome 2 : Sous surveillance
Joelle Charbonneau   
Une très bonne suite.
Cia est vraiment un personnage intéressant, à la fois forte et fragile, obligée de perdre son innocence et de devenir adulte avec des décisions très difficiles à prendre.
Vivement le dernier tome.

par Adèle
Amelia Amelia
Kimberly McCreight   
Un bon roman ou l'enquête menée par la mère d'Amelia et Lew le policier est bien ficelée malgré quelques longueurs.
La façon dont tout cela se déroule me fait penser à un roman d'Agatha Christie ou à un épisode de Columbo mais bien plus moderne avec les technologies de maintenant, internet, sms, e-mail etc..
J'ai particulièrement aimé la relation entre Amelia et Dylan.
De plus le fait que le roman se déroule alternativement entre le présent de l'enquête et la pensée d'Amelia pendant ses derniers jours de vie pour que tout se rejoigne au final est bien pensé et cela donne une excellente construction du récit.
Je recommande chaudement ce livre à ceux qui aime suivre une enquête, de plus cela s'adresse à tout type de lecteurs, jeunes et moins jeunes.

par Maks
L'Élite, tome 1 : Résilience L'Élite, tome 1 : Résilience
Joelle Charbonneau   
Du déjà vu mais très addictif tout de même

On a beau nous prévenir que non, non, ce n'est pas un copycat d'Hunger games (mais que bien évidemment les fans y trouveront grandement leur compte), force est de constater que la trame est radicalement la même. Quelques aménagements sont néanmoins bien trouvés pour orienter le lecteur vers d'autres réflexions. Ici ce n'est pas une course à la mort pour gagner un "jeu" mais un "testing" (à la mort quand même) afin d'accéder à l'université qui formera l'Elite (les futurs gouvernants du pays). La médiocrité n'est pas de mise, pas de place pour les faibles. L'héroïne ressemble à s'y méprendre à Katnyss, et là où l'une maitrisait l'arc et le collet, l'autre est d'une intelligence telle, qu'elle peut détecter des eaux polluées, calculer des trajectoires de balle, recoudre un bidon éventré... Bref, survivre en milieu hostile avec un kit antipollution, une paire de draps et 3 fois rien. Evidemment un chevalier servant, Tomas, (qui vient du même patelin qu'elle) se joindra à sa cause (peut-être même 2 prétendants, car Michal veille dans l'ombre, et un triangle amoureux c'est tellement mieux, ça permettrait de bien alimenter le tome 2 ^^). Elle a quelques doutes sur lui, mais pas grave, il est tellement bôoo. J'ironise un peu mais j'ai beaucoup aimé, sans doute presque autant qu'Hunger games (l'effet de surprise en moins), car tout cela est tellement bien ficelé que j'y ai cru à nouveau. La fin apporte un joli cliffhanger qui vous hérisse un peu le poil en songeant au délai d'attente entre les tomes. Mais si comme moi vous êtes encore en manque d'Hunger Games, ce roman vous apportera un nouveau souffle.

Or : 8/10

L'Élite, Tome 3 : Dernière épreuve L'Élite, Tome 3 : Dernière épreuve
Joelle Charbonneau   
Prenant : Afin de mettre un terme au Test, la présidente Collindar doit demander aux membres de la chambre des débats du gouvernement de la communauté de voter une proposition qui retirera le contrôle du Test à Barnes, qui devra répondre de ses actes mais la présidente n’est pas sûre d’obtenir un vote favorable, ce qui mettrait sa position dans une situation délicate et déclencherait des conflits avec les Rebelles. De plus maintenant que Cia sait que le chef des Rebelles est en réalité de mèche avec Barnes, elle a peur que tout bascule. Après avoir donné ces infos à la présidente, elle se voit contrainte d’accepter une terrible mission : éliminer 12 personnes responsables du Test. Cia n’a pas le choix mais aussi peu de temps et va devoir s’entourer de personnes de confiance pour l’aider à effectuer cette sinistre mission. Elle sait pouvoir compter sur Tomas mais il lui faut aussi d’autres personnes et décide de tester leur sincérité. Cia va tout mettre en œuvre pour que le Test prenne fin, sauver Zeen et si possible rester en vie… Un 3ème tome aussi prenant que les précédents où on tremble souvent pour Cia et ses amis mais la fin est trop ouverte pour un dernier tome, assez ouverte pour pouvoir un jour faire une suite... Un très bon moment.

par Folize
Paranoïa, Tome 2 : Miroir Paranoïa, Tome 2 : Miroir
Melissa Bellevigne   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2017/10/20/paranoia-tome-2-miroir-de-melissa-bellevigne/

Un second tome peu différent du premier…

Et moi qui espérais secrètement que le tome 2 rattraperait toutes les bourdes du tome 1…

Dans ce tome, on retrouve Judy après son accouchement. À nouveau, les diagnostics et les mots savants s’enchaînent sans réelle logique. L’auteure ne semble absolument pas en avoir lu la définition avant d’écrire ce second tome et c’est bien dommage.

L’idée de fond était bonne et l’histoire aurait pu être très intéressante s’il n’y avait pas un tel manque de recherches sur les éléments fondateurs du récit.

Le plus flagrant a quand même était le « trouble dissociatif de l’identité » qui est mis en avant dans certaines séries de façon hilarante. C’est pourtant logique, si vous êtes atteint de ce trouble alors on se doute que c’est un trouble de votre identité à vous que vous présentez. Dans la série United States of Tara c’est montré comme le fait qu’une même personne jongle avec différentes personnalités très différentes. Ici, on vous dit que le trouble dissociatif de l’identité, c’est le fait de confondre l’identité des autres, pas la sienne… enfin bref. Même en n’ayant pas fait de psycho, de psychiatrie, les erreurs sont grossières et auraient pu être largement évitées rien qu’en lisant 4 définitions pourtant simples.

En dehors de cela, les personnages sont agaçants, sans fraîcheur, enclins à la victimisation perpétuelle. On ne voit toujours pas trop où l’intrigue nous mène, cela reste très très flou et cela sans suspense…

La fin est servie sur un plateau puis expressément réfutée dans l’épilogue ce qui, à nouveau, manque de logique, de rigueur. On essaye de vous faire douter sans que cela soit effectif. On ne comprend juste rien à l’histoire.

Ce tome 2 est une nouvelle catastrophe psychiatriquement parlant. L’idée de fond était bonne, mais le manque cruel de recherches rend l’écriture agaçante, grinçante, l’intrigue plate et les personnages ennuyeux. Les mots sont durs, mais cela ne fait que montrer à quel point cette lecture a été difficile pour moi.

par Mayumi