Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de daggry : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
The Thief-Taker's Apprentice, Tome 1 The Thief-Taker's Apprentice, Tome 1
Stephen Deas   
A teenage thief becomes a teenage assassin and must live with the consequences. Berren has lived in the city all his life. He has made his way as a thief, paying a little of what he earns to the Fagin like master of their band. But there is a twist to this tale of a thief.

One day Berren goes to watch an execution of three thieves. He watches as the thief-taker takes his reward and decides to try and steal the prize. He fails. The young thief is taken. But the thief-taker spots something in Berren. And the boy reminds him of someone as well. Berren becomes his apprentice.

And is introduced to a world of shadows, deceit and corruption behind the streets he thought he knew.

Full of richly observed life in a teeming fantasy city, a hectic progression of fights, flights and fancies and charting the fall of a boy into the dark world of political plotting and murder this marks the beginning of a new fantasy series for all lovers of fantasy - from fans of Kristin Cashore to Brent Weeks.

par Aude
Les rois dragons, Tome 1 : Le palais Adamantin Les rois dragons, Tome 1 : Le palais Adamantin
Stephen Deas   
Je l'ai acheté sans trop savoir si il me plairait ou pas, et j'ai été surpris ! Ce livre est un renversement de tout ce que j'ai lu sur les dragons de la fantasy , dans certains livres, les dragons sont chassés , vénérés ou encore une espèce à l'agonie et très peu d'auteur ne les avait décris comme des montures !(par exemple Téméraire mais dans ces bouquins, les dragons ont touts leurs esprits contrairement au livre " les rois dragons ").

Je trouve que cette histoire est originale, beaucoup de personnages se battent pour avoir le trône, il y a des complots, des trahisons et des batailles de vols de dragons à foison ! L'auteur nous rentre dans ses personnages petits à petit, on apprend à les connaître et ensuite à les aimer ou a les détester. Le dragon en liberté essaie de délivrer sa race du joug des humains et je suis présser de lire le troisième tome pour connaître enfin la fin ( j'ai lu le deuxième tome et je pense que je ne le commenterais pas puisque il est à la hauteur du premier tome et avec plus de suspens ! )

J'ai lu ce livre avant de commencer la série du trône de fer et la je dois dire que ce livre est à la hauteur des premiers volumes du trône de fer (mais pas meilleurs) . Donc une très bonne lecture pour tous les fans de G.R.R Martin !

par fitz
Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume
Leigh Bardugo   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/05/the-grisha-tome-1-shadow-and-bone.html

Ma plus grande peur résidait sur le monde crée par Leigh Bardugo dans lequel j'avais peur de me perdre. S'il est vrai que j'ai un peu tâtonné au début, principalement à cause d'un vocabulaire imaginaire très présent, je m'y suis vite faite. Après tout il n'y a pas plus de difficultés et de choses à intégrer que dans un roman comme Le Labyrinthe, une dystopie au monde différent et au vocabulaire marqué. De plus, Leigh Bardugo devait avoir anticipé mes peurs puisque le roman possède un petit récapitulatif de la hiérarchie des Grisha, ces êtres magiques qui sont au centre du roman, mais également une jolie carte qui aide à se resituer dans l'univers. (Cependant il me semble que, sans surprise, la carte n'est pas présente dans l'édition française mais que vous pouvez la consulter sur le site de l'auteure.)

Bien sûr tout bon livre se doit d'avoir une héroïne du tonnerre, qu'il s'agisse d'un roman fantasy ou contemporain c'est toujours primordial. Or l’héroïne de Shadow and Bone, Alina, fait définitivement parti du haut du panier. C'est une jeune femme qui à la base n'a rien de remarquable. Orpheline, frêle, elle est une apprentie cartographe moyenne et a tendance à ne jamais réellement se démarquer. Sauf que lorsque son régiment travers le Fold, un brouillard sombre qui scinde le pays, et se fait attaquer par des Volcras, les bêtes ailées affreuses qui y vivent, son pouvoir se révèle. Malgré qu'elle ait été déclarée comme normale lors de l'examen pratiqué chez tous les enfants du pays, Alina est une Grisha. Une Grisha spéciale. Celle qui pourrait être la solution aux problèmes que pose le Fold. Et j'ai beaucoup apprécié la façon dont la jeune femme gérait ce nouveau statut qui lui tombe sur la tête. On ressent sa réticence à accepter qu'elle puisse être quelque chose d'exceptionnel, elle qui s'est toujours fondue dans la masse et a l'habitude d'être insignifiante. Elle est très touchante dans ses doutes et ses faiblesses, mais également dans la force qu'elle gagne au fil du récit et de l'apprentissage qu'elle fait d'elle-même.

Côté protagonistes masculins, deux se démarquent des autres et ont une certaine importance tout au long de l'histoire. Le premier c'est Mal, le meilleur ami d'enfance d'Alina. J'ai eu énormément de mal avec ce personnage qui représente exactement ce que je déteste chez un héro de Young Adult. Je suis tellement fatiguée des meilleurs amis de l’héroïne qui ne la regardent pas deux fois avant de finalement se rouler par terre dès qu'elles deviennent plus attirantes ou plus puissantes. C'est une attitude que je trouve extrêmement vaine et superficielle. Du fait Mal est passé dans ma liste noire très rapidement et je crois qu'entre lui et moi ce ne sera jamais le grand amour. Il est ce personnage du roman qui me met en pétard et envers qui l’attitude de l’héroïne me laisse coite. Le second personnage, à l'opposé du précédent, n'est autre que le Darkling, chef des Grisha. Je dois être faible et futile, comme Mal, mais je suis folle du Darkling. J'ai adoré ce personnage ambigu, sombre et fascinant, qui ne manque pas de nous laisser interrogateurs. On évoque souvent dans le roman le magnétisme de son personnage sur les autres, notamment sur les Grisha représentantes de la gent féminine, et c'est tout à fait remarquable de constater à quel point son magnétisme transpire au delà des pages. Le Darkling est à mon sens le personnage le mieux construit de l'univers, tout en facettes et nuances, et ce qui est certain c'est qu'il ne laissera personne indifférent !

Le monde mis en place dans Shadow and Bone est tout aussi riche et divers que ses personnages. Inspiré par la Russie du XIXème siècle, ce sont des paysages enchanteurs et un royaume bien installé que Leigh Bardugo nous offre dans ce premier roman. Le concept des Grisha, ces magiciens au service du royaume évoluant dans une hiérarchie dictée par leurs dons, est également fort et appliqué. J'ai été rassurée de voir qu'on intégrait très rapidement les subtilités de cet univers unique, puisque c'est ce qui m'inquiétait, et même le vocabulaire inventé par l'auteure finit par être retenu sans que l'on ne s'en rende compte. Le tout est bien sûr servit par une fluidité évidente dans l'écriture et le récit. Il y a beaucoup de rythme dans ce roman, les moments de réflexions plus posés sont insérés de manière très naturelle, et on ne s'ennuie jamais tout au long des près de 400 pages que dure cette histoire.

Shadow and Bone est un roman fascinant et captivant. Les personnages sont envoûtants, le monde original, et l'ensemble ensorcelant. Ce premier roman est une belle réussite et un coup de cœur comme on aimerait en avoir plus souvent. J'ai hâte de retrouver Alina, le Darkling, le Royaume de Ravka, les personnages secondaires, et même Mal, dans la suite Siege and Storm !

par Althea
Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, Tome 1 : L'Œuf de Tanglemhor Chroniques des secondes heures de Tanglemhor, Tome 1 : L'Œuf de Tanglemhor
Azaël Jhelil   
Ils sont rares, les romans qui parviennent à me rendre complétement muette d’admiration, mais celui-ci fait assurément parti de cette catégorie : cela fait déjà trois heures que je tente désespérément d’écrire cette chronique, trois heures que j’essaye de coucher sur papier mon ressenti, sans y arriver. Car les mots me manquent pour vous parler de ce livre, qui n’a eu besoin que de quelques pages pour faire une entrée fracassante dans le cercle très fermé des « trois meilleurs livres que j’ai jamais lu de toute ma vie de lectrice » ! La rumeur voudrait même qu’il se soit hissé tout en haut du podium, détrônant sans vergogne son prédécesseur … Ma mission du jour ? Parvenir à vous expliquer comment cet énorme pavé de presque 800 pages, premier tome d’une tétralogie de dark-fantasy épique, a réussi cette incroyable prouesse !

Le Vénérable Kannlis l’avait prédit, mais nul ne l’avait cru : le Divin Krûl, Premier vindicateur du dieu de la Vengeance, règne désormais en maître absolu sur le Bassin ctasharre devenu son Empire. A la tête d’une armée de non-vivants et autres créatures des ténèbres, auréolé d’une aura de noirceur et de cruauté, le semi-lacertys écrase dans le sang et la douleur toute tentative de rébellion. Seul le duché de la Marche résiste encore à sa domination … mais plus pour bien longtemps. Du moins le croit-il. Car Oriana, fille du duc, échappe au sorcier qu’il a envoyé pour soumettre le duché, et autour d’elle se forme progressivement un petit groupe fort hétéroclite de rebelles bien décidés à mettre fin à la tyrannie de l’empereur du Levant. Le périple sera long et difficile pour la jeune femme et ses compagnons, mais au terme de l’épopée se trouve peut-être la clef qui permettra de détruire l’artefact qui permet à Krûl de commander aux démons : l’œuf de Tanglemhor …

Quel roman incroyable ! Avec ce premier tome, l’auteur plonge le lecteur dans un univers admirablement bien construit et maitrisé, où se côtoient des dizaines de peuplades aux coutumes et croyances diverses et où cohabitent diverses formes de magie et de sorcellerie … On s’y croirait ! Ou plutôt : on s’y croit ! Je suis vraiment époustouflée par le travail de l’auteur, qui a poussé le détail jusqu’à mettre en évidence les maladresses linguistiques de ce cher Baar-Hal-kryne (que j’ai personnellement surnommé Baaral, j’espère qu’il ne m’en voudra pas) qui ne maitrise pas parfaitement la lingua franca ! Le réalisme est épatant et l’immersion assurée ! Beaucoup d’informations sont apportées, autant par le narrateur que par les personnages eux-mêmes, et pourtant je ne me suis pas une seule fois sentie perdue ou submergée : ces explications s’inséraient très naturellement dans le récit, sans l’alourdir ou le ralentir, elles étaient à leur juste place. Du grand art, vraiment, autant dans la création de cet univers que dans sa présentation au lecteur !

Mais plus encore, l’auteur entraine son lecteur dans une intrigue d’une richesse et d’une complexité éblouissantes ! Le prologue annonce la couleur : l’histoire qui va nous être contée est sombre, violente, cruelle … mais surtout, addictive. Que de rebondissements, que d’actions, que d’émotions ! On retient son souffle, on pleure, on rit, on grogne de colère, on a le cœur qui s’emballe … Cette histoire ne se lit pas, elle se vit. Quelle expérience saisissante ! Lorsque j’ai tourné la dernière page de ce récit, lorsque le livre s’est refermé pour la dernière fois entre mes mains, j’étais en larmes : je ne parvenais pas à me faire à l’idée que c’était fini, qu’il allait me falloir quitter ces personnages, devenus de véritables compagnons de route, qu’il allait me falloir quitter cet univers, rapidement devenu familier. C’est un livre que l’on voudrait voir s’éterniser, un livre qu’on aimerait sans fin. Pas uniquement pour connaitre le fin mot de l’histoire, mais bien plutôt parce que ce livre vous habite, et ne vous quitte plus. Je pense que je n’attendrais même pas la sortie du second tome pour me replonger dans cet univers, j’ai déjà tellement hâte de retrouver Oriana … et Meldaïn !

Car une autre grande force de ce roman, ce sont ses personnages : l’auteur nous en offre une ribambelle, tous aussi intéressants les uns que les autres ! Certains sont franchement détestables – pensons à l’empereur, à son assassin, et pire encore, à son nécromancien – alors que d’autres sont incroyablement attachants – mention spéciale à Elperïn, ce myrmidon est tellement drôle et attendrissant ! –, mais tous sont vraiment intrigants. Des personnalités riches et complexes, des caractères hauts en couleur … tous les éléments sont là pour les rendre inoubliables. J’ai beaucoup apprécié Oriana, notre héroïne, seule femme au milieu de ce troupeau de mâles : sa bonté, son altruisme, sa douceur, son sens de l’honneur et du devoir, sa fragilité, ses doutes … la rendent vraiment très attachante à mes yeux. Elle est courageuse, certes, mais d’un courage qui se veut discret : elle n’est pas du genre à éventrer tout le monde sur son passage comme le font la plupart des héroïnes de récits young-adult ! Que c’est rafraichissant, une héroïne qui reste sensible malgré son statut d’héroïne ! Mais, malgré tout, mon personnage préféré reste Meldaïn. Ceux qui me suivent depuis un certain temps comprendront pourquoi lorsqu’ils liront le livre !

Car, vous l’aurez bien compris, je vous encourage, non, je vous exhorte, à lire ce roman ! C’est une vraie perle littéraire, un ouvrage comme on n’en trouve que peu. Une plume magnifique au service d’une histoire incroyable, un récit dynamique sans aucun temps mort qui captive totalement le lecteur, des personnages attachants que l’on a envie d’avoir pour amis … et beaucoup d’humour malgré la noirceur de l’histoire, malgré le danger qui rôde sans relâche au-dessus de la tête de nos héros … Ne vous laissez pas impressionner par l’épaisseur de cet ouvrage, et lisez-le, vous ne le regretterez pas ! Ce livre est le digne successeur des plus grands classiques de la fantasy, alors ne passez pas à côté ! Rejoignez la Conjuration de Tanglemhor, laissez-vous happer par cette histoire pleine de suspense et de magie … Vit ma hal ! (Comprendra qui lira)

*~*~*

A la fin de l’ouvrage, une belle surprise, très émouvante, attend le lecteur : un hommage à Xavier Moreaux, ami de l’auteur. Le Cygne d’Arbélia est le seul écrit que cet ami a eu le temps de terminer, aussi l’auteur a-t-il décidé de la publier en guise d’hommage. Et quel bel hommage, cela m’a mis les larmes aux yeux ! Et cela d’autant plus que la nouvelle est très belle, à la fois très sombre et incroyablement poétique, c’est vraiment très joli. Imaginez un arbre qui rêve … qui rêve de ne plus être seul, qui rêve d’une douce jeune fille qui rêve. Lorsque l’on lit cette nouvelle, le temps s’arrête, et nous voici transporté dans un univers onirique, brumeux, où rien n’est ce qu’il semble être au premier abord … Préparez-vous à rêver …

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2018/07/chroniques-des-secondes-heures-de.html

par Aryia
Le Pouvoir des lys, Tome 1 : Précieuse Le Pouvoir des lys, Tome 1 : Précieuse
Maria V. Snyder   
Je suis sous le charme ! Quel plaisir de retrouver la plume de Maria V Snyder ! Il est d'ailleur fort dommage que cette auteur soit très peu traduite chez nous. Car mis à part sa série Study et Inside et Out, ses autres séries tel que Glass, le spin off en 3 volumes de la série des Study (Elena et Valek) et Healer volume 1 et 2 ne sont malheureusement pas traduit en français ! Et d'après les dires ce n'est pas pour tout de suite ! Mais je tiens à rassurer ses fans françaises, l'américain/anglais de l'auteur est assez aisé à lire, même pour un débutant ! Bref !

Ici l'histoire se situe dans un monde créé de toute pièce par l'auteur, c'est son credo, nous faire voyager à travers des mondes issus de son imagination débordante et fantastique !

L'histoire démarre avec la capture de Avry de Kazan, jeune femme de 20 ans, magicienne guérisseuse ! Depuis que la peste s'est abbatue sur le monde, les guerisseurs, du moins le peu qu'il en reste, font l'objet de traques soit pour les contraindre à soigner les infestés, soit plus couramment pour les discéminer car il est dit que les guerrisseurs sont à l'origine de la peste ! 15 royaumes se partagent ce monde et comme dans tout univers politique, il y a les bons et les mauvais !
Avry se retrouve donc enfermée, pour avoir osé guerrir la fille de ses logeurs, dans l'attente de sa pendaison, mais réussit à s'échapper grâce à une faction d'hommes, composés de 5 guerriers dont le chef, Kerrick n'a d'autre dessein que l'obliger à soigner le roi de son royaume, Ryne, ce dernier atteint de la peste !
Mais le don de guérison a un prix, car les magiciens qui usent de ce don absorbent une part des blessures et des maladies en retour !
Avry qui a entendu bien des choses horribles au sujet du roi, n'est pas du tout encline à user de son pouvoir surtout quand on connait les conséquences d'un tel acte et cette jeune femme de caractère compte bien ne pas obéir et suivre sans broncher ce petit groupe de guerriers auquel elle va s'accrocher bien malgré elle ! De plus, la froideur, voire la violence dont fait preuve Kerrick à son encontre n'aident en rien !
Leur périple va prendre cependant une tournure inattendue, puisque Avry va faire l'objet de convoitises de la part d'autres royaumes, et de géôliers, ses compagnons guerriers vont devenir ses protecteurs, sa famille, ses frères...
Un magnifique roman de fantasy où l'amour et l'amitié vont prendre une place des plus importantes ! Une fin presque tragique pousse le lecteur à sauter sur la suite, scent of magique, avec frénésie !
Les fans de la première série de l'auteur avec Elena et Valek trouveront leur compte, puisque j'ai eu l'immense plaisir de retrouver des similitudes dans cette nouvelle série ! Espérons une traduction chez Darkiss pour cette série sensationnelle !

....

Bonne nouvelle, je viens d'apprendre par Darkiss que cette série devrait être traduite d'ici fin 2013 !
Mardaas, Tome 1 : Le Retour des Immortels Mardaas, Tome 1 : Le Retour des Immortels
Michael Bielli   
Rares sont les fois où j'abandonne un livre en cours de route.... Là ce fut le cas... C'était un supplice de continuer : le style d'écriture est grossier (sans aucun raffinement), immature, fade et superficiel. L'histoire est bateau, les personnages vus et revus et l'humour lourd à souhait.... Ce livre est ultra cliché et on a la sensation que l'auteur a simplement voulu faire du remaché des grands classiques qu'il a pu lire. Si vous voulez de la vraie dark fantasy, passez votre chemin. Mardaas c'est du disney à côté.........
Les Chroniques de Ferin, Tome 1 : Ensorcelé Les Chroniques de Ferin, Tome 1 : Ensorcelé
Faith Kean   
Quel plaisir de retrouver le monde d’Infeijin. Ici, l’intrigue se passe 100 ans avant les chroniques de Ren. On y suit alors Rydënhad, jeune roi. Si je n’avais pas forcément trop apprécié son personnage dans la trilogie sur Ren car trop dur, trop intransigeant, il en est autrement dans ce livre. On le découvre paternel, protecteur et amoureux. Et je suis juste trop contente de connaître les détails de la rencontre entre Rydënhad et Eïen, ce dernier étant un personnage que j’ai particulièrement aimé dans les chroniques de Ren.
L’intrigue est bien menée, avec des rebondissements. C’est drôle de voir que déjà enfant Ryhad tenait tête à son père, de découvrir/redécouvrir le passé des personnages de la trilogie de base. Une lecture franchement très agréable qui m’a permis de voir Rydënhad sous un autre jour et d’apprécier toujours plus Eïen.

par Floreen
Five Hundred Kingdoms, Tome 1 : The Fairy Godmother Five Hundred Kingdoms, Tome 1 : The Fairy Godmother
Mercedes Lackey   
In the land of the Five Hundred Kingdoms, if you can't carry out your legendary role, life is no fairy tale...

Elena Klovis was supposed to be her kingdom's Cinderella - until fate left her with a completely inappropriate prince ! Determined not to remain with her stepfamily, Elena set out to get a new job - and ended up becoming the Fairy Godmother for the land. But breaking with "The Tradition" was no easy matter. True, she didn't have to sleep in the chimney, but she had to deal with arrogant, stuffed-shirt princes who kept trying to rise above their place in the tale. In fact, one of them was so ornery that Elena could do nothing but change him into a donkey.
Still, her practical nature couldn't let him roam the country, so she brought the donkey - er, the prince ! - home to her cottage to teach him some lessons. All the while keeping in mind that breaking with tradition can land everyone into a kettle of fish - sometimes literally !

And so begins a whole new tale...
Neverwinter, Tome 1 : Gauntlgrym Neverwinter, Tome 1 : Gauntlgrym
Robert Anthony Salvatore   
Pour ma part, il s'agit du premier roman de cette série que je lisais et j'avoue qu'au début, j'étais quelque peu perdu par le nombre impressionnant de personnages que je ne connaissais pas (et que je n'avais aucune façon de connaître puisqu'ils proviennent de d'autres collections qui, semble-t-il, étaient préalables à la lecture de celui-ci). J'ai bien aimé la trame de l'histoire et la description des combats, qui nous transporte vraiment sur les lieux. Le seul bémol qui était présent dans ce roman est la négligence de définir la profondeur des émotions des personnages. À ma connaissance, dans ce type de livre, il est préférable d'utiliser un narrateur "héros" afin que l'on se sente vraiment dans la tête du personnage, surtout quand autant de souvenirs l'habitent et lui font faire des choix. Cette façon de voir les choses s'est présenté dans un seul chapitre écrit en terme de "journal de bord" et c'est vraiment celui que j'ai préféré.

Bref, c'est vraiment un très bon livre malgré tout et j'espère que le prochain tome sera encore meilleur !
La Pentalogie du Clerc, Tome 1 : Cantique La Pentalogie du Clerc, Tome 1 : Cantique
Robert Anthony Salvatore   
Une bonne fantasy comme l'auteur sait les faire .Une histoire crédibles bien racontée des personnages en volume et un style indéniable qui font que les livres de Salvador sont très rarement médiocres. Celui ci est bon.

par al61