Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de DameCelie : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Chronique du tueur de Roi - Deuxième Journée : La Peur du Sage - Partie 2 Chronique du tueur de Roi - Deuxième Journée : La Peur du Sage - Partie 2
Patrick Rothfuss   
J'ai juste adoré ce livre, est encore, c'est un euphémisme. J'ai tout aimé, tout du début à la fin ( un peu comme les deux autres avant lui ). J'ai tellement hâte de lire la suite !
Chronique du tueur de Roi - Deuxième Journée : La Peur du Sage - Partie 1 Chronique du tueur de Roi - Deuxième Journée : La Peur du Sage - Partie 1
Patrick Rothfuss   
Ce découpage était certe malheureux mais nécéssaire, vu le gros pavé que nous avait pondu Rothfuss...
Et au final ce tome des Chroniques du Tueur-de-Roi (personnellement, j'appellerais toujours cette saga "le Nom du Vent" tant ce titre est accrocheur) se lit tout seul, d'un pure régal de bout en bout !
Et... ça m'a fait un bien immense ! Ce livre m'a rappelé pourquoi j'aime désespérément lire ! Pourquoi est-ce que j'aime lire ? Pour ce sentiment qui tord les tripes, pour cette écriture qui nourrit l'âme aussi bien que l’appétit vorace de la connaissance et la profonde fascination pour l'histoire qui se construit.
Ce tome était un bonheur, un enchantement hors du temps. Pendant la semaine qu'a durée ma lecture, ma vie n'avait qu'un seul sens : rentrer au plus vite chez moi, et reprendra ma lecture. Rothfuss fait parti de ces auteurs qui arrivent à me faire tellement aimer son écriture que je me surprends à reprendre ma lecture un chapitre avant celui où je m'étais arrêté, juste pour le plaisir de me replonger dans l'ambiance de son récit.
La Peur du Sage est de ces récits doux, terriblement bien menés, dont tout l'intérêt réside en l'envoutement qu'il déploie : ce tome manque un peu d'action (la faut au découpage) mais les tableaux qu'il dépeint, l'ambiance qu'il installe, tout ceci relève d'un long charme bienveillant et puissamment révélateur de son talent. La Peur du Sage n'est pas faite pour se lire vite, au contraire : elle se déguste, avec toute la patience et la délicatesse que requière ce genre de chose. Une longue étreinte, face à face avec l'écriture et ses histoires entre magie et vérités.
C'est beau, il y a là tout ce que j'aime dans l'écriture, tout ce que je voudrais un jour créer : l'harmonie presque parfaite, un récit passionnant sans jamais être racoleur, et une sensibilité profonde doté d'un sens précis de la mesure.
Ma plus belle et saisissante lecture de ce début d'année, assurément pour un bout de temps (jusqu'à ce que j'entame la seconde partie de cette Peur du Sage ? Sans doute)
Chronique du tueur de Roi - Première Journée : Le Nom du vent Chronique du tueur de Roi - Première Journée : Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.
A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.
J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

par Aude
Sorceleur, Tome 1 : Le Dernier Vœu Sorceleur, Tome 1 : Le Dernier Vœu
Andrzej Sapkowski   
J'ai débuté avec cette série après avoir joué au jeu vidéo. J'ai eu peur au début d'être déçu par le livre, d'avoir trop enjolivé l'univers et le personnages de Geralt. Et bien je n'ai pas été déçu, au contraire. Je trouve que l'auteur a un style excellent, clair, concis, et qui donne une certaine authenticité, avec des dialogues parfois cru, mais réaliste. On apprend plus de détails sur Geralt de Riv, sur sa condition de mutant, sa vie, et sur son caractère qui lui vaut parfois des ennuies. D'autre personnages du jeu sont bien sur présent, comme Jaskier par exemple. J'ai vraiment eu l'impression de "voir" ce monde évoluer devant moi en lisant, avec les détails médiévaux et en même temps fantasy. Je pense qu'il est important de préciser que c'est le jeu vidéo qui est inspiré du livre et non le contraire. Si le jeu est d'aussi bonne qualité, c'est qu'il y aune bonne raison : le livre en lui même est réussi.

par krisalt
Sorceleur, Tome 2 : L'Épée de la providence Sorceleur, Tome 2 : L'Épée de la providence
Andrzej Sapkowski   
Pour l'instant j'accroche toujours autant à l'univers proposé par l'auteur.
On continue à en apprendre plus sur Geralt et sur son entourage grâce au format particulier du livre. Cela permet également à l'histoire de garder un rythme assez soutenu car on reste essentiellement dans l'action. Les personnages sont complexes mais ils ne nous délivrent pas encore tous leurs secrets. Je ne sais pas si toute la série est écrite sous forme de nouvelles mais j'apprécierais d'avoir un récit plus romancé justement pour approfondir les personnages.
Je pense que je vais vite me lancer dans le tome 3 histoire d'avoir terminé les livres avant que la série Netflix ne sorte.

par Fo0stine
Codex Aléra, Tome 1 : Les Furies de Calderon Codex Aléra, Tome 1 : Les Furies de Calderon
Jim Butcher   
Ayant entendu énormément de très bonnes critiques sur ce livre, et connaissant déjà un peu l'auteur grâce à ses Dresden Files (bien que le style soit totalement différent !), je n'ai pas hésité une seule seconde avant de me le proccurer. Et je ne le regrette pas !
Si les premières pages ne sont pas les plus intéressantes, la suite s'enchaîne de façon hallucinante ! Très vite, on est plongé dans le livre et le lâcher devient presque une torture !! Point positif, c'est que l'auteur a écrit son livre de façon à nous tenir en haleine durant 478 pages. A chaque fin de chapitre, le suspense est à son paroxysme, et le plus impressionnant c'est que tout se passe systématiquement dans les quelques dernières lignes !
Tout ça pour dire que ce livre est un petit bijou à dévorer sans modération ^^

par Fantasyae
Codex Aléra, Tome 2 : Les Furies de l'Academ Codex Aléra, Tome 2 : Les Furies de l'Academ
Jim Butcher   
Si j'ai littéralement adoré le premier tome, le second est une pure merveille. C'est avec un immense plaisir qu'on retrouve les personnages auxquels on s'était attachés dans le premier volet.
L'histoire se déroule deux ans plus tard. Tavi est à présent page du Premier Duc et apprenti Curseur dans la ville d'Aléra. De nouveaux personnages font eux aussi leur apparition, des gentils comme des méchants.
Comme pour le premier tome, l'histoire est très bien ficellée, la suite logique et les complots politiques se créés et se disolvent, ce qui, parfois, est un peu dur à suivre.
Plongé au coeur des intrigues du Royaume, Tavi devra affronter un ennemi bien plus puissant et organisé qu'il n'y paraît et sera prêt à tout pour sauver sa famille et ceux qu'il aime, pendant que de leur côté, Bernard et Amara, accompagnés de Doroga, mênent une bataille pour sauver le Royaume au péril de leur vie.
Si on avait des doutes quant à certains points de l'histoire tout au long du livre, ceux-ci se voient littéralement confirmés dans les dernières pages, et c'est frustré au possible qu'on referme le livre, attendant la suite avec impatience.
C'est un pure régale !!



par Fantasyae
Codex Aléra, Tome 3 : La Furie du Curseur Codex Aléra, Tome 3 : La Furie du Curseur
Jim Butcher   
Tout comme les tomes précédents, c'est avec un réel plaisir que l'on retrouve Tavi et son entourage. Et comme à son habitude et pour notre plus grand plaisir, tout ce petit monde se retrouve dans les ennuis jusqu'au cou.
Ce tome trois ne démérite pas des précédents, dés les premiers chapitre nous sommes plongé au cœur de l'action et cela jusqu'à la dernière page.

par manu74
Codex Aléra, Tome 4 : La Furie du Capitaine Codex Aléra, Tome 4 : La Furie du Capitaine
Jim Butcher   
J'avais oublie a quel point, une fois qu'on entre dans le monde des furies, il est difficile d'en ressortir.....

S'il est un peu long et difficile de se replonger dans les aventures de Tavi apres un an d'attente depuis le dernier tome, une fois que les noms, les personnages et l'intrigue principale nous sont revenues en memoire, il est quasiment impossible de reposer ce quatrieme tome !

Depuis deux ans maintenant, Tavi, en mission pour le Premier Duc, est a la tete de la Premiere Alereenne sous le nom de Rufus Scipion. Le but de cette armee : contenir les forces canims qui tentent de coloniser Alera. Pour parvenir a une treve, Tavi devra faire preuve de beaucoup de ruse et de diplomatie, et surtout, d'ingeniosite pour dejouer les complots qui visent a le demettre de ses fonctions de capitaine.

Ce quatrieme tome est une mine de revelations. Les personnages se devoilent comme jamais. Le passe de Tavi, le voile qui plane sur ses parents et sur sa mysterieuse absence de furies, tout (ou presque, car je suis convaincue que nous ne sommes toujours pas au bout de nos surprises....) nous est devoile dans ce quatrieme tome de la saga. Meme si on soupconnait déjà la verite sur ces mysteres, les voir confirmes de la sorte et devoiles au grand jour, c'est aussi surprenant que si on ne c'etait attendu a rien de tout ca. Connaissant le plaisir qu'avait Jim Butcher a nous mener en bateau depuis trois tomes, je m'etais presque attendue a ce que ca dure encore un tome ou deux. Finalement ce n'est pas le cas, et ces revelations vont radicalement changer la suite de l'histoire, pour notre plus grande satisfaction !

Si replonger dans Codex Alera a ete un vrai plaisir, en retrouver les personnages l'est tout autant.
Capitaine de la Premiere Alereenne depuis deux ans, Tavi a beaucoup change. Lui qui, jusqu'a maintenant n'avait aucune furies, on decouvre non sans surprise qu'il a fait enormement de progres. En plus de ca, il fait preuve d'une grande maturite et de facultés mentales encore plus developpees qu'auparavant. Sa relation avec Kitaï s'est approfondie, de meme que le lien qui les unit. Le jeune couple est tres touchant. Loin de tomber dans la mievrerie et le roucoulement, ils sont cependant très proches et la confiance, le respect et l'amour qu'ils ont l'un pour l'autre est magnifique.
Un autre couple vois également le jour. Araris, anciennement Ombre, le singulare (garde du corps) de Tavi, et Isana, sa tante, qui se sont avoues leurs sentiments dans le tome precedent, nous reserve une surprise de taille, pour notre plus grand plaisir..... ! Dans les tomes precedents, Araris, connu sous le nom de Ombre, etait l'un des personnages les plus enigmatiques de l'histoire. Dans le troisieme tome, l'esclave muet se revelait etre Araris Valerien, le bretteur le plus celebre de tout Alera. Dans ce quatrieme tome, Araris est maintenant le singulare de Tavi, son garde du corps personnel. Araris est un de mes personnages preferes. J'aime sa personnalite, et surtout, j'admire enormement les sacrifices qu'il a du faire et endurer en devant Ombre pour pouvoir proteger Tavi. C'est un personnage vraiment admirable !
Isana quant a elle, est un personnage avec qui j'ai toujours eu un peu de mal, et elle ne fait pas exception dans ce tome-ci, même si, c'est moins pire que dans les tomes precedents. Quoique, ca depend des moments.... Elle a un je-ne-sais-quoi qui fait que je n'arrive pas a accrocher avec ce personnage. Il en est de meme pour Amara, Curseur du Premier Duc et femme de Bernard, l'oncle de Tavi. Depuis le premier tome je ne l'ai pas aimee du tout. Je la trouve fausse et pas credible. Je ne saurais expliquer ce qui me fait penser ca, mais c'est un fait, je la trouve totalement inutile, sa présence ne servant qu'a meubler les trous donner une certaine consistance et credibilite a quelques passages.

Cependant, si d'une maniere generale je suis satisfaite des personnages, je reste neanmoins enormement decue par la quasi inexistence de Maximus dans ce tome. C'est pourtant un personnage qui a son importance, de par son amitie avec Tavi, et que l'auteur puisse l'ecarter d'une maniere aussi mesquine et basse qu'il l'a fait, c'est tout simplement scandaleux ! Un petit coup de gueule qui pour vous peut ne pas avoir d'importance, mais qui pour moi compte beaucoup et que je tenais a signaler.

Pour en venir au style d'ecriture de l'auteur, je suis toujours autant sous le charme de sa plume simple et accrocheuse, malgre certaines tournures de phrases m'ont fait tiquer plus d'une fois. Erreur de syntaxe du a la traduction ou non je sais pas, mais il y a dans ce tome des phrases qui ne veulent absolument rien dire. C'est dommage mais pas non plus matiere a plomber ce roman, les erreurs etant peut nombreuses et tout a fait humaines. C'est juste un autre point que je tenais egalement a signaler.

Bref, pour resumer, encore un coup de coeur pour la suite de cette superbe saga, meme si je ne m'attendais pas a autre chose. Et bien que j'ai trouve la premiere partie un peu longue, le temps que tout se mette (et remette) en place, la seconde partie est tout simplement fantastique !! Tellement que ca m'a meme fait mal au coeur de devoir refermer ce livre en me disant qu'il me faut maintenant patienter encore un an avant de pouvoir lire la suite qui promettait d'etre tout aussi bien, si ce n'est plus ! Que de frustration !!

par Sly-Stark
Codex Aléra, Tome 5 : La Furie du Princeps Codex Aléra, Tome 5 : La Furie du Princeps
Jim Butcher   
Retour dans le sauvetage d'Alera qui se fait peu à peu envahir par les puissantes et ingénieuses Vordes qui ont décidés d'éradiquer toute vie sur le continent, mais pas que, puisque lorsque Tavi va débarquer sur Canea il va découvrir qu'elles sont sur le point d'exterminer les Canims.
Une aventure trépidante ou les exploits d'une poignée d'humains fort attachants se battent pour la survie de leur civilisation, agrémenté d'une petite touche d'humour pour les dialogues de Max et Kitaï.
Un petit bémol pour certaines scènes héroïque mais inextricables ou deux héros s'en sortent avec une épée enfoncée jusqu'à la garde et une attaque de Vordes dans le nid de celles ci, ou, elles grouillent littéralement sans grandes blessures, voir en pleine forme.
Une fin toujours en happy end dans des situations désespérées sans jamais aucune perte du côté des gentils.....
Cela reste une lecture,malgré ma petite critique, qui me plaît énormément et qui m'évade totalement le ciboulot.