Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de DameCelie : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos
Christelle Dabos   
Les effondrements se multiplient, de plus en plus impressionnants : Babel, le Pôle, Anima… aucune arche n’est épargnée. Pour éviter l’anéantissement total il faut trouver le responsable. Trouver l’Autre. Mais comment faire sans même savoir à quoi il ressemble ?
Plus unis que jamais, Ophélie et Thorn s’engagent sur des chemins inconnus où les échos du passé et du présent les mèneront vers la clef de toutes les énigmes.

Au sommet de son art, Christelle Dabos signe le final éblouissant d’une saga devenue un phénomène et une référence de la littérature fantastique.
« L'intelligence psychologique, la finesse du trait, l'humour discret du regard : c'est tout le charme de ces épais volumes. » Télérama
Le Porteur de Lumière, Tome 5 : The Burning White Le Porteur de Lumière, Tome 5 : The Burning White
Brent Weeks   
Stripped of both magical and political power, the people he once ruled told he's dead, and now imprisoned in his own magical dungeon, former Emperor Gavin Guile has no prospect of escape. But the world faces a calamity greater than the Seven Satrapies has ever seen... and only he can save it.

As the armies of the White King defeat the Chromeria and old gods are born anew, the fate of worlds will come down to one question: Who is the Lightbringer?

par PetraMTQ
In the After, Tome 1 In the After, Tome 1
Demitria Lunetta   
Je tiens à dire que j'adore la couverture que je trouve tout simplement superbe!
L'histoire en elle-même est très immersive. À l'arrêt du livre, j'ai dû me faire violence pour ne pas imaginer des monstres partout!!
L'histoire et les personnages sont très bien travaillés. Beaucoup de suspens et ça, j'adore!
[spoiler]La première partie est véritablement mon coup de cœur, dommage qu'on ne soit pas resté dans l'Après![/spoiler]

par dedei77
Phobos, Tome 1 : Les Éphémères Phobos, Tome 1 : Les Éphémères
Victor Dixen   
PHOBOS fait parti de ces livres que vous commencez doucement en vous disant "ouais pas mal ...", et puis au fil des pages vous ne pouvez plus le poser, ça devient addictif, vous tournez les pages plus vite, votre impatience grandit pour arriver à la dernière ligne en vous disant "c'est déjà fini !".
Nous avons là une lecture qui vous renvoie dans l'univers de la télé-réalité et de la fiction. Mais pas que ! Ce n'est pas aussi simple qu'il n'y parait car derrière la recherche du grand amour et d'une nouvelle vie sur Mars, se cache des enjeux politiques et financiers.

En ce qui me concerne, avec PHOBOS je découvre la plume de Victor Dixen et c'est une belle découverte ! C'est clair, c'est précis, c'est riche, c'est détaillé mais sans être redondant, c'est recherché et c'est instructif.
C'est tellement juste et bien écrit que lorsque l'action se déroule dans le Cupido, on s'imagine parfaitement avec les candidats. Tout comme on se voit posé devant notre poste de télé en train de regarder la chaîne Genesis, comme on le ferait pour n'importe quelle émission de télé-réalité ! C'est totalement prenant et déroutant.
Très vite on découvre les dessous et le but de ce programme, mais notre impuissance à venir en aide aux douze candidats nous oppresse, nous stresse, et peu importe qu'on nous dévoile tout, on a quand même la curiosité de voir comment les candidats vont le découvrir et comment ils vont gérer cette nouvelle et cette situation.

La narration peut être déconcertante car nous suivons plusieurs personnages et/ où situations. Mais tout ceci est bien amené et à chaque fois on attend avec impatience de découvrir l'évolution de chacun. Que ce soit le point de vue de Léonor quand nous sommes dans Cupido, qui nous permet de suivre l'évolution des filles. Où que ce soit l'émission H24, qui nous permet de suivre les speed-dating et les aventures des candidats. Où encore Serena, la Directrice de production, et William, le fils de l'un des instructeurs. Tous ont de l'importance !
En résumé, ce Young Adult français fait parti des surprises et des belles découvertes. On peut dire sans risque qu'il n'a rien à envier à ses homologues étrangers.

par coco69
Terre de Brume, Tome 1 : Le sanctuaire des dieux Terre de Brume, Tome 1 : Le sanctuaire des dieux
Cindy Van Wilder   
Fin de ce premier opus dont la suite n est pas encore parue.
Pour être honnête, je nai pas vraiment apprécié ma lecture. Mon epsrit a souvent vagabondé m obligeant à revenir en haut de ma page. Mon avis : bof, voilà.
J ai lu le commentaire d'une lectrice qui disait en gros bonne idée mais niveau collège. Elle a tout à fait raison.

Terre de brume c est l histoire d un monde, Mirar, dont une partie de la population peut maîtriser les éléments avec un prix à payer. Tout usage de magie entraîne la création d'une brume qu il faut contenir. Un jour la brume se repend partout, elle est toxique et mortifère mais personne ne sait s'il sagit d'un réservoir brisé ou d'une punition des Dieux. L histoire se déroule, un chapitre sur deux, avec Hera apprentie prêtresse de l'eau et Intissar apprentie soeur du feu.
L'idee est donc bonne, la 4eme de couverture donne totalement envie de se plonger dans l'histoire et pourtant lorsque l on y est, on se demande si on ne s est pas trompé de livre. La double narration ne fonctionne pas car il n'y a aucune différence entre les deux héroïnes, réflexion et traits de caractères identiques. Quel intérêt donc ...
Les intrigues sont levées à une vitesse folle, les personnages entrent et soit il meurent soit on n en entend plus parler ...
Chaque utilisation de magie engendre une capture de la brume produite. Et puis au milieu du livre une bataille sans fin et là, la brume bah on ne sait pas ce quelle devient. On ne sait même pas comment ces combattants se rechargent en magie ...
Le prologue était pourtant super bien écrit. Le reste n a pas suivi.

Ma première lecture décevante... :/

par COCA-IN
Le Dernier Magicien, Tome 1 : L'ars Arcana Le Dernier Magicien, Tome 1 : L'ars Arcana
Lisa Maxwell   
http://www.my-bo0ks.com/2018/09/le-dernier-magicien-tome-1-l-ars-arcana-lisa-maxwell.html

Le Dernier Magicien est sans doute le livre de la rentrée qui fait le plus parler de lui. Il faut dire que les éditions Casterman ont mis le paquet pour cette sortie tant attendue. Pour ma part, il ne m'a pas fallu plus de quelques secondes pour savoir que je voulais découvrir cette histoire. Pourtant une fois dans ma PAL, j'ai attendu le bon moment pour me plonger enfin dedans.

Le Dernier Magicien est un roman fantasy young adult, pourtant, celui-ci est vraiment dense et à l'univers riche. J'ai étalé ma lecture sur plusieurs soirée pour pouvoir pleinement l'apprécier.

Pour la petite histoire, nous suivons une petite bande de magiciens qui se cachent du monde qui les entoure. La magie est considérée comme mauvaise et l'Ordre en place est bien décidé à ce que cela le reste avec notamment sa Barrière. Esta, notre héroïne a une affinité assez particulière qui lui permet de ralentir le temps et même d'aller dans le passé. Elle a été élevé par le professeur afin de récupérer un livre du passé qui permettrait de libérer la magie. Mais lorsque l'on joue avec le passé, l'avenir peut en être totalement perturbé. Une mission a haut risque qui ne laissera personne au hasard.

Dès le début de ma lecture, j'ai su que j'allais apprécier ma lecture. Il faut dire que le style de l'auteure, Lisa Maxwell est efficace et très addictif. Je me suis de suite attachée à Esta, qui n'a pas sa langue dans sa poche et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Une héroïne à l'image de ses aînées bad-ass et un peu tête brûlée.

Côté personnage secondaire, je préfère ne pas en dire trop pour que vous gardiez le mystère intacte, mais sachez que les apparences sont trompeuses et qu'il faut se méfier de l'eau qui dort. J'ai particulièrement apprécier Harte, dont le mystère reste complet pendant de nombreux chapitres. J'ai notamment aimé la relation Esta/Harte qui n'est que piques et réparties à mourir de rire. Un duo surprenant et attachant.

L'univers du Dernier Magicien est vraiment bien construit. J'ai adoré les multiples affinités de nos personnages et leur particularité. Chaque chose à un intérêt bien précis dans l'histoire et rien n'est laissé au hasard. L'auteure nous plonge avec beaucoup d'imagination dans ces époques et les descriptions sont vraiment parfaites pour s'immerger dans le passé. D'ailleurs, ces petits bonds dans le temps peuvent dérouter au début, mais croyez-moi, après, vous allez vous y faire sans problème.

Je me suis vraiment laissée emporté par l'histoire et la mission d'Esta. A tel point que lorsque je suis arrivée à la dernière partie je n'avais plus envie de quitter les personnages. C'est assez marrant car après plus de 630 pages, on pourrait s'attendre à ce que quelques longueurs nous aient ternies ce premier tome, mais pas du tout. On ne s'ennuie pas une seconde et le suspense est à son comble.

Pour tout vous dire, la fin de ce premier tome du Dernier Magicien m'a tenu en haleine comme jamais. Je tournais les pages en ayant peur que ce soit la dernière. Et bien sur, le moment fatidique de la dernière phrase est arrivé. Je n'ai qu'une chose à dire, mais où est le second tome, que je puisse me jeter dessus !

En conclusion, vous l'aurez compris, j'ai adoré Le Dernier Magicien. Un premier tome qui mêle à la perfection magie, amour, suspense, amitié et complot. Je me suis laissée happée par l'histoire et les personnages. Si vous aimez les romans de magie, foncez, vous ne le regretterez pas !

par Carole94P
Amisseum, Tome 1 : Les Terres Inconnues Amisseum, Tome 1 : Les Terres Inconnues
Maes Larson   
Suivez moi vers un monde fascinant.

Adam, Isaac et Ryan sont inséparables.
Ces trois amis se connaissent depuis longtemps et malgré leurs différences ont toujours gardé cette amitié indéfectible.
Ils sont au lycée et mènent une vie plutôt tranquille jusqu'à ce qu'ils se mettent à faire d'étranges rêves .
Mais est-ce vraiment de simples rêves?
Une succession d'événements catastrophiques va alors remettre en cause leur perception de la réalité.
Cela ne sera que le commencement d'une aventure qui s'annonce extraordinaire.

En refermant ce livre la première chose que je me suis dite c'est Vivement la suite !

Ce roman commence très fort, dès les premières pages l'on sent qu'il va se passer quelque chose et que ces fameux rêves que font nos trois héros cachent un secret étonnant.
Je n'ai donc pas été surprise quand au bout de quelques chapitres l'on a enfin découvert la vérité.
Et je peux vous dire que vous n'allez pas être déçus.

Ouvrir ce livre c'est entrer dans un nouveau monde, un monde loin du nôtre certes mais qui pourtant a une forte connexion avec nous.

Tout comme nos trois héros on part à la découverte de ce nouvel univers , Amisseum, avec ses codes, sa façon de vivre ( qui n'est pas sans nous rappeler notre passé pas si lointain) et surtout ses dangers.
Car même si ce monde semble au départ plutôt paisible, il n'en est rien.
Dans le passé il y eu un terrible conflit "La sordide guerre" et alors que la paix semble régner à nouveau , certains agissent dans l'ombre pour remédier à cela, qu'importe les conséquences.

Adam, Isaac et Ryan vont se retrouver malgré eux au coeur de ce qui pourrait sonner le glas d'une paix à peine retrouvée.
Car ils ont quelque chose de différent des autres, une chose qui va se révéler petit à petit et leur prouver qu'ils ne sont pas là par hasard.
Ils ont un rôle à jouer.
Mais pour cela ils vont devoir faire preuve de courage et s'entraîner durement​.

J'ai beaucoup aimé suivre les aventures de ces trois jeunes hommes, ils ne sont pas parfaits, font parfois des erreurs mais ils sont toujours là les uns pour les autres.
Et c'est ce qui fait leur force.
Et il va leur en falloir un gros paquet tant ce qu'ils vont affronter va les mettre à rude épreuve.

Je ne peux pas trop en dévoiler sur ce qu'il va se passer mais je peux dire que l'on ne s'ennuie pas une seconde .
Ce qui n'est pas une mince affaire pour un livre de presqus 500 pages.
500 pages intenses où il se passe beaucoup de choses et où l'on peut même parfois avoir le tournis face à cette kyrielle de personnages que l'on découvre dans ce nouveau monde.
On découvre beaucoup de choses , beaucoup de personnages qui nous ancrent dans ce monde et nous le fait sembler plus réel encore.

Ce livre a tout de ces fresques épiques que je dévorais étant adolescentes.
Je voyageais en compagnie de personnages qui aujourd'hui encore
continue de me fasciner.
Ce roman m'a rappelé tous ces bons moments de lecture et m'a donner envie de continuer à voyager à travers cet univers.

Maintenant il ne me reste plus qu'à attendre la suite qui s'annonce d'ores et déjà passionnante.
Nos trois héros arriveront-ils à s'en sortir ?
Un goût de cannelle et d'espoir Un goût de cannelle et d'espoir
Sarah McCoy   
Une gifle en pleine face.
Quand je suis allée me fournir en livres, je ne comptais absolument pas l'acheter. Mais le vendeur connaissait très bien son métier.
Et mon dieu, je ne regrette vraiment pas ! Je l'ai lu d'une traite. Je ne sais que dire de plus.
Il est extrèmement bien écrit, fluide, touchant, et réel. J'ai eu le sentiment que je connaissais les personnages, que je les côtoyais, que je les touchais du bout des doigts.
Quel talent. Et quelle histoire. Et en bonne fille sensible que je suis, j'ai forcément versé une ou deux larmes sur la fin.
Je pense que je le relirais sans problème.
Ce livre est époustouflant et vivifiant.
Merci Sarah McCoy.

par Yalee
Dans son silence Dans son silence
Alex Michaelides   
"Dans son silence" est un thriller atypique, basé sur la psychanalyse, les temps de parole, les traitements psychiatriques, et c'est un récit vraiment bien travaillé, proche de la réalité des établissements psychiatriques réels et cela donne une vraie plus-value sur l'intérêt de cette histoire.

Les personnages sont vraiment très bien construits, chaque personnalité est étudiée de près, détaillée au maximum et donne beaucoup d'intérêt à l'histoire. L'esprit et ses dérives sont au centre de l'intrigue et captivent de bout en bout. Dommage que parfois c'est un peu long (même s'il le faut pour détailler au maximum et donc ajouter à la compréhension).

Je ne dévoilerai rien de l'histoire car nous en savons assez dans le quatrième de couverture pour ne pas vous gâcher la surprise avec trop d'infos. Je vous dirais simplement que l'originalité, le suspense, la folie, la psychanalyse, les manipulations mentales, sont les maîtres mots de ce thriller atypique pour le plus grand plaisir du lecteur.

Si vous aimez les thrillers psychologiques ou les histoires se déroulant en milieu psychiatrique vous adorerez ce récit.

Sur le blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2019/06/dans-son-silence-alex-michaelides.html

par Maks
Le Cycle des Robots, Tome 1: Les Robots Le Cycle des Robots, Tome 1: Les Robots
Isaac Asimov   
Forcement, il était plus ou moins logique que suite au Cycle de Fondation, je poursuive sur l’autre cycle majeur d’Isaac Asimov, celui qui le rendit célèbre, même pour les non amateurs de littérature fantastique, je veux bien évidement parlé du Cycle des Robots. En toute franchise, qui n’a jamais entendu parler des Robots, de la robotique dont le nom fut utilisé pour la première fois, et accessoirement a la grande surprise de son auteur, par Asimov en personne, et, bien évidement, des trois lois de la robotique ? Quelques uns peut être, mais dans la grande majorité des cas, et ne serais ce que pour ce qui est du mot « robotique », la plus part des gens, sans avoir lu ne serais ce qu’une seule ligne d’Asimov en ont déjà entendu parler, au moins une fois dans leur vie. Et tenez, prenez un exemple concret de l’importance qu’eut Les robots, non seulement dans le petit monde de la SF, mais également, si un jour, mais pourquoi n’y parviendrait-il pas, l’homme finisse par créer des robots aussi perfectionnés que ceux inventés par Asimov, les fameuses lois de la robotique, qui, pour rappel, sont celles-ci :

Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.

Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Le jour où l’homme créera des robots véritablement perfectionnés, et non des automates (mais nous n’en sommes pas forcement si loin que ca, regardez donc ce qui se passe au Japon), pensez vous donc que de telles lois ne seront pas utilisées en tant que soupape de sureté vis-à-vis des humains ? Que pourrait-on ajouter d’autre ? Pas grand-chose tant elles sont parfaites, et là, indéniablement, l’on sort du simple cadre de la science fiction, non ?

Mais au-delà de l’importance non négligeable des Robots dans l’histoire de la science fiction, que peut-on dire véritablement de celui-ci, en tant qu’œuvre ? Certes, cela fait longtemps que celle-ci est louée pour ses innombrables qualités mais combien de soit disant chef d’œuvres, que cela soit dans le domaine de la littérature, du cinéma ou de la musique, sont reconnus en tant que tel mais sont, soit difficiles d’accès, soient, après coup, laisse des impressions mitigées du genre « ah, finalement, ce n’était que ca ? ». Alors forcement, une question semble s’imposer d’elle-même : que vaut pour le lecteur moderne, c'est-à-dire, celui de 2010, les robots ?

Tout d’abord, il est bon de rappeler que ce premier volume du cycle est en fait un recueil de 9 nouvelles, plus ou moins longues et dont voici la liste : « Robbie », « Cycle fermé », « Raison », « Attrapez-moi ce lapin », « Menteur ! », « Le petit robot perdu », « Evasion ! », « La preuve » et « Conflit évitable ». Par le biais de celles-ci, pas forcement écrites dans l’ordre proposé, Asimov nous montre l’évolution des robots au sein de la société humaine, des premiers modèles, tout juste bon a servir de nounous pour enfants dans « Robbie », a Byerley qui deviendra coordinateur de la fédération planétaire et que l’on retrouve dans « La preuve » et « Conflit évitable ». Ces mêmes nouvelles sont à séparer en deux catégories, celles où intervient directement le docteur Suzan Calvin, la robopsychologue, et les autres, où sont mis en avant deux ingénieurs de l’US Robot, Powell et Donovan. Mais dans un cas comme dans l’autre, Asimov utilise, en plus de son fil conducteur qu’est l’interview du docteur Calvin, le même procédé : un problème survient sur un ou plusieurs robots et les protagonistes essayent d’y remédier par la réflexion et la logique, en sachant qu’a chaque fois, l’un des aspects des lois de la robotique sont mis en cause par tel événement qui les contredit et rend, en quelque sorte, un peu « détraquer » le robot en cause qui ne sachant plus quoi faire, se met a agir « bizarrement » au regard de sa programmation. Le fait que ce procédé revienne sans arrêt peut a première vu rebuter les plus perplexes d’entre nous, qui pourraient craindre que l’ennuie ne survienne assez rapidement, or, il n’en est rien et c’est là, il me semble, la grande force d’Asimov en nous offrant par le biais de nouvelles, des textes inventifs, forts bien choisis, a la logique imparable quant à ses implications et ses conclusions, mais aussi, parce que l’on pourrait appeler un certain sens du génie pour ce qui est de l’anticipation pure, en particulier dans l’évolution humaine/robot.

Bref, ceci étant dit, l’on pourrait croire que l’on pourrait se jeter les yeux fermés dans la lecture des robots ; pourtant, quelques petits avertissements me semblent s’imposer : tout d’abord, il faut se remémorer que ces nouvelles ont été écrites il y a une soixante d’années, et que le style, a forcement vieilli ; certes, cela reste largement lisible, mais les lecteurs modernes, peu habitués de la chose, pourront y trouver à redire. De même, ne vous attendez pas a des personnages fouillés, charismatiques et travaillés au possible ; ceux-ci sont a peine esquivés, voir, pour certains, stéréotypés, mais bon, sachons se remettre dans le contexte de l’époque : on n’allait droit au but dans les années 40 et 50 et l’on ne perdait pas de temps en délires descriptifs et autres états d’âmes. Ainsi, si vous êtes un adolescent mordu de cycles de 10 volumes composés de tomes de 700 pages chacun, vous risquer de tiquer légèrement avec les robots. Mais cela serait dommage de ne pas découvrir une telle œuvre, qui elle, accessoirement, restera dans l’histoire. Alors, si vous n’avez pas peur de lire de la SF « old-school », je ne saurais trop que vous conseiller la lecture des robots, tant par son coté historique, son importance, mais aussi, et surtout, pour ses qualités, ce qui reste tout de même le plus important.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3