Livres
550 854
Membres
591 987

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MilieP 2019-06-23T22:05:54+02:00

“Choose your words carefully, even the words you think, because they become seeds,and seeds become history.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aur31 2020-03-03T21:50:50+01:00

"J'ai envie de t'embrasser, Kazi, chuchota-t-il enfin. Et j'ai envie que tu me rendes mon baiser. Mais cette fois, je ne veux pas que ce soit pour tirer le meilleur parti de la situation. Ou pour nous donner en spectacle. Ou pour négocier un accord. Cette fois, je veux que tu m'embrasse juste parce que tu en as envie. Parce que tu en as vraiment envie. Personne ne nous observe. Tu peux t'en aller, je ne te retiendrai pas, et je te promets que je ne t'en reparlerai jamais."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Luc18 2021-01-10T20:35:14+01:00

Écoute les mots qui ne sont pas prononcés, Kazi. Écoute le souffle des gens, leurs pauses. Observe leurs poings serrés, leur regard, leurs larmes et leurs frémissements. Tout le monde peut entendre les mots prononcés à voix haute, mais rares sont les personnes capables d’entendre le cœur qui bat derrière.

Afficher en entier
Extrait ajouté par leclipsa 2020-06-01T10:13:21+02:00

- C'est gênant, hein ? lança-t-il.

- Quoi donc ? demandai-je d'une voix un peu trop aiguë.

- Ces moments où on ne se déteste pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aur31 2020-03-03T21:44:47+01:00

Choisis tes mots soigneusement, y compris ceux que tu ne prononces pas. Ils deviennent des graines; les graines deviennent réalité, et la réalité devient l'histoire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par leclipsa 2020-06-01T10:13:41+02:00

Je n'ai pas de bouche, mais je me sustente

D'un regard ou d'une parole bienveillante.

Je n'ai pas d'yeux, mais je vois une âme fière

La seule qui me complète aujourd'hui comme hier.

Je m'éveille sous la main d'une Rahtan,

Ses caresses sont mon souffle et mon sang.

Je suis totalement perdu mais complètement trouvé

Détenu, prisonnier... attaché à jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aur31 2020-03-03T21:59:08+01:00

- Oui, j'ai envie de t'embrasser, Jase Ballenger. Pas pour me donner en spectacle ni pour tirer le meilleur parti de la situation. J'ai envie de t'embrasser parce que j'ai envie de toi, de toi tout entier, même des choses chez toi qui me rendent dingue, parce que tu m'as infectée avec un poison dont je ne veux pas guérir. Pourtant, j'ai plus envie de toi que de respirer. Oui, Jase, j'ai envie de t'embrasser mais je ne peux pas te promettre de lendemains.

Il me dévisagea, et je vis chaque mot que je venais de prononcer passer dans ses yeux tandis qu'il me jaugeait, les examinait, les rejetait ou les assimilait. Enfin, ses épaules se détendirent d'une fraction de centimètre, et il eut un sourire en coin.

- Un poison ? Puisque tu es déjà infectée, un peu plus ou un peu moins...

Afficher en entier
Extrait ajouté par MilieP 2019-06-23T22:05:43+02:00

“What did they do to you, Kazi?” His voice was low, earnest. Even in the dim light, I was able to see the worry in his eyes.

I pretended I didn’t know what he was talking about. “Who did what?”

“Who made you afraid of an open world? An open sky? Was it Venda? Your parents?”

“No one did anything,” I answered quietly.

“Then hold on to me,” he said. “Let me show you the stars.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cllem 2021-01-14T22:27:26+01:00

Était-il possible de vivre deux vies simultanément ? De servir deux objectifs contradictoires ? De tisser des mensonges d'une main et de les défaire de l'autre ? C'était sa gentillesse qui m'avait seduite; à présent, tout en lui me captivait. Je jouais avec le feu en espérant ne pas me brûler.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Iscia 2021-01-11T23:47:37+01:00

CERTAINS DISENT que tout a commencé avec les étoiles.

Qu’elles ont apporté une magie que le monde ne pouvait pas contenir.

« Non », répondait mon grand-père. « Tout a commencé avec la colère des hommes. »

Quel qu’ait été le début, nous sommes la fin. J’avais cinq ans lorsque la première étoile s’est abattue sur Terre.

Je ne me souviens pas de ma famille. Juste de mon grand-père – un des hommes les plus puissants du monde, le chef d’une grande nation – me prenant dans ses bras avant de s’enfuir.

La fuite, c’est tout ce que je me rappelle.

Des années de fuite.

Je ne fuirai plus jamais.

Greyson Ballenger, 16 ans.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode