Livres
447 282
Membres
387 579

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Dans la forêt



Description ajoutée par Hillja 2018-03-23T23:18:11+01:00

Résumé

Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses.

Afficher en entier

Classement en biblio - 145 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-09-30T18:32:51+02:00

Petit à petit, la forêt que je parcours devient mienne, non parce que je la possède, mais parce que je finis par la connaître. Je la vois différemment maintenant. Je commence à saisir sa diversité – dans la forme des feuilles, l’organisation des pétales, le million de nuances de vert. Je commence à comprendre sa logique et à percevoir son mystère. Où que j'aille, j'essaie de noter ce qu'il y a autour de moi - un massif de menthe, une touffe de fenouil, un buisson de manzanita ou un champ d'amarante à ramasser maintenant ou plus tard quand je reviendrai, quand le besoin se fera sentir ou que ce sera la saison.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par alain42 2019-02-19T09:39:30+01:00
Or

ce livre est magnifique j'ai été pris dans l'histoire du début à la fin, je pense qu'il aurait pu faire une suite pour savoir ce qu'ils deviennent plus tard

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Phil_33 2019-01-21T19:38:47+01:00
Lu aussi

Pourquoi ai-je voulu lire ce livre ? Parce qu’il est le premier au top cinquante ? Parce que deux de mes éclaireurs l’ont lu et ont été emballés ? Parce que plus de deux cents personnes l’ont lu et neuf sur dix lui ont attribué une note au moins égale à sept ? Ou plus certainement parce qu’en lisant le synopsis j’ai tout de suite pensé à « Malevil » de Robert Merle, ce roman post-apocalyptique qui, à l’époque, m’avait beaucoup séduit par son côté « Je survis parce que je me débrouille » dans le style MacGyver. C’est du moins, le souvenir qu’il m’en reste : faire preuve d’une grande inventivité pour tirer partie de tout, afin d’assurer sa survie…

Mais voilà que dans la première partie de ce livre (qui en compte trois) on découvre les héroïnes, directement échappées de « La petite maison dans la prairie », téléportées un siècle plus tard dans la série « La petite maison dans la forêt » dans une variante un peu plus catastrophe, la mère est morte d’un cancer, le père ne parvient pas à faire son deuil, Laura s’appelle Nellie, a 17 ans, et sa sœur Mary devient Éva et a 18 ans quand tout s’effondre. Plus d’électricité, plus d’Internet, plus d’essence, plus rien dans les supers marchés. Le pire, c’est que c’est arrivé progressivement laissant à chacun l’espoir du provisoire.

Mais nous, lecteurs avertis, on sait bien que la situation va durer et même empirer (sinon il n’y aurait pas de livre !). Et ça empire ! Et nos jeunes filles, complètement déconnectées de la vie réelle et sociale, devenues orphelines, ayant toujours vécues isolées dans leur petite maison dans la forêt, chacune enfermée dans sa bulle, sont totalement inconscientes de la gravité de la situation. Tout particulièrement l’ainée qui ne vit que pour la danse au son d’un métronome mécanique et de la musique qu’elle joue dans sa tête. Quant à la cadette, elle incarne un certain rêve américain, celui de la réussite des études, dans la meilleure université possible. Ce sera Harvard ! Comme elle ne sait quelles études elle entreprendra et bien elle apprend TOUT !... Sans fréquenter d’écoles… et bien sûr, elle est très en avance sur les autres enfants de son âge et… Harvard lui tend les bras !

On est dans l’utopie absolue et le délire le plus complet.

L’irresponsabilité est totale. Il faut pratiquement attendre la fin de la narration pour entendre une parole sensée :

« Depuis que tout a commencé, nous avons attendu d’être sauvées, attendu comme de stupides princesses que nos vies légitimes nous soient rendues. Mais nous n’avons fait que nous berner nous-mêmes, que jouer un autre conte de fées » et encore

« Pendant tout ce temps on a vécu dans le passé, en attendant d’y revenir. Mais le passé n’existe plus. Il est mort. »

Pour une fille très en avance sur les autres enfants de son âge… Quelle lucidité !... Quid des autres enfants ?

Lorsque cette fille très en avance décide de prendre les choses en mains, c’est-à-dire d’utiliser le livre de sa mère sur les plantes (afin d’en extraire de la teinture naturelle), on obtient une liste d’actions, une liste à la Prévert, une longue énumération fastidieuse de faits et gestes, de plantes qui soignent, de mauvaises herbes qui deviennent bonnes, sans âme et sans émotion. Nellie devient experte en herboristerie alors qu’elle faisait tout juste la différence entre un arbre et un buisson ! En un rien de temps elle redécouvre ce que ses ancêtres avaient mis des générations à appréhender… Ce que c’est que la femme moderne ! Quand même ! C’est d’une naïveté touchante mais pas très crédible…

.

Bon. On a vu d’excellents livres dont la cohérence du rationalisme n’était pas la qualité première. Aussi ai-je cherché l’univers poétique dégagé par cet ouvrage… je ne l’ai pas trouvé. J’aurais aimé plus qu’une simple évocation du ciel nocturne que nul contemporain n’a plus contemplé depuis des décennies du fait de la pollution lumineuse… J’aurais aimé plus qu’une simple allusion à la communion avec nos frères vivants, animaux ou végétaux qui peuplent la forêt…

J’ai cherché une leçon philosophique développée dans cet opus… je ne l’ai pas trouvée. Bien sûr on peut tirer une leçon. Chacun à sa façon. Le bilan anthropologique de l’auteur sur ces deux enfants gâtées du XX° siècle n’est pas brillant, à mes yeux. Il semble que ce soit le fruit de l’éducation laxiste des parents qui avaient tout des soixante-huitards attardés. Rejet du groupe, fuites. Fuite dans le passé puis fuite en avant vouée à l’échec du fait du rejet des autres. Les deux sœurs sont à ce point repliées sur leurs deux nombrils qu’elles voient dans l’autre un ennemi systématique. Or il n’y a pas de salut hors du groupe, de la horde, de la tribu la plus importante possible. Les tribus indiennes dont il est fait le panégyrique étaient très nombreuses (fin XVIII°, en Californie on comptait plus de 300 000 indiens) … Alors deux jeunes filles, seules, perdues dans les bois…

.

Alors, pour ma part, la leçon philosophique sera celle du poète : « Pendant que nous parlons, le temps jaloux s’enfuit. Cueille le jour, et ne crois pas au lendemain ». La recherche du bonheur n’est pas dans un retour au néant mais dans un évitement des extrêmes. Entre le retour à un dépouillement extrême et l’assujettissement au matérialisme extrême, il y a tout une gamme d’équilibres où l’homme peut vivre heureux.

Je ne crois pas en ce livre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Dorfenor 2019-01-19T23:08:21+01:00
Or

Voici un livre post catastrophe qui sort du lot. Ici on voit peu les violences et le chaos qui pourraient survenir dans cette situation mais on les devinent. Le livre développe essentiellement la relation des deux soeurs, leur angoisse face à leur isolement, les vivres qui diminuent, les dangers liés à la forêt. Les choses se mettent en place progressivement. On voit ces deux soeurs être d'abord terrifiées par la situation puis s'adapter peu à peu et commencer à chercher des solutions. On les voit se tourner vers cette même forêt dont elles se méfient mais qui, finalement, pourrait être la clé de leur survie. Elles se tournent de plus en plus vers leur instinct et leur nature sauvage, et abandonnent progressivement leurs possessions et les habitudes de leur vie d'avant.

J'ai trouvé cette lecture vraiment intense, d'une force et d'une simplicité incroyable.

Mon seul bémol est le fait que malgré tout, je n'ai pas réussi à m'attacher aux deux personnages. J'ai été happée par leur histoire, leur lutte de chaque instant, leur peur. Mais quelque chose m'a empêchée d'adhérer totalement à leur manière d'être.

Bref un livre très immersif qui nous fait nous interroger sur notre rapport à la nature et notre société de consommation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Armony22 2018-12-18T17:19:56+01:00
Diamant

"Chaque fois que nous avons ouvert un placard ou un tiroir, je me suis arc-boutée, prête à reculer et à me sauver alors que les souvenirs attaquaient, crotales au bruit de crécelle et aux crochets s'enfonçant dans ma chair. Mais curieusement, même quand ils mordaient, ces souvenirs n'étaient pas venimeux."

Dans ce roman post-apocalyptique on ne sait pas vraiment ce qui s'est passé. Le pays a sombré dans le chaos, plus d'électricité, plus d'essence, plus d'activtité commerciale. Mais ce n'est pas le plus important, l'histoire se concentre sur Nell et Eva, deux soeurs vivant en lisière de forêt. Restées seules après la mort de leurs parents, elles vont devoir apprendre à survivre.

Elles voient leur monde s'écrouler, leurs rêves brisés, leurs réserves de nourriture diminuer. Elles vont comprendre qu'elles ne peuvent désormais compter que sur elles-mêmes. Elle vont apprendre à vivre autrement, à économiser la plus petite ressource, comme un sachet de thé, à cultiver un potager, utilisant le moindre objet pour un unique but, la survie Elles vont se tourner vers une aide précieuse, la forêt et toutes les richesses insoupçonnées dont elle regorge.

Ce roman fait la part belle à l'amour et la relation entre les deux soeurs. Tantôt fusionnelle, tantôt mouvementée, faite de disputes et de réconciliations, jusqu'à ce qu'elles réalisent qu'elles sont tout l'une pour l'autre désormais.

L'une ne pense qu'à danser, même sans musique, et voulait intégrer un ballet. L'autre passe son temps plongée dans la lecture, lisant une à une les pages d'une encyclopédie, et rêvait d'Harvard. C'est en écrivant dans son journal, un seul carnet rescapé, que cette histoire nous est racontée.

L'écriture est magnifique. L'auteure raconte à merveille aussi bien le quotidien des filles que la nature omniprésente dans ce roman. Ce n'est pas un livre d'action, c'est une ode à la nature et au courage des deux soeurs, avec beaucoup de poésie et d'émotions.

Ce livre fut écrit il y a vingt ans et il est plus que jamais d'actualité. Il nous fait prendre conscience de beaucoup de choses, la façon dont nous vivons, notre société de surconsommation, la nature bienveillante que l'on délaisse et pire que l'on détruit. Même si je n'adhère pas à tous les messages qu'il véhicule, il pousse à la réflexion.

Un roman magnifique que j'ai adoré et vous invite à découvrir.

https://www.facebook.com/lecturesnoirespournuitsblanches/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Snake 2018-12-14T17:00:44+01:00
Diamant

Ce livre a été une magnifique surprise. J'ai accrochée du début à la fin. J'ai eu du mal à lâcher le livre. C'est bien écrit, c'est prenant. On a l'impression d'être avec Eva et Nell, sans leurs parents. On ressent ce qu'elles ressentent. J'ai trouvé ce livre tout simplement magnifique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ljs13 2018-12-07T12:43:38+01:00
Or

C’était incroyable. Choquant et terrifiant mais juste incroyable. Avant de l’ouvrir, j’ai pensé que le roman serais monotone vu le peu d’activités possibles, jusqu’à ce que tout revienne à la normale. Mais dans la première moitié on apprend à connaître la famille et son quotidien avant la catastrophe ce qui permet de s’attacher à eux. Puis les premiers problèmes se posent, les réserves sont épuisées, un danger rôde.. il se passe beaucoup plus de choses que je ne l’imaginais. Puis le fait de se retrouver seule, au sens le plus large que l’on puisse imaginer, fait que Nell a le temps de faire son introspection, faire le point sur ce qui est important et ce qui ne l’est pas, ce qui est nécessaire et ce qui ne l’est pas.. et forcément ça nous fait nous poser des questions à nous aussi. Pour un exemple, Nell a passé une grande partie de sa vie a accumuler des connaissances et apprendre de nouvelles langues.. mais cela ne lui a pas été utile quand elle a été livrée à elle même. Elle a découvert qu’elle ne connaissait pas le monde qui l’entourait.

Ce roman était choquant (au sens littéral) parce que tout ce qui est raconté est parfaitement crédible et donc plutôt effrayant, mais incroyable par la débrouillardise et le courage dont les filles ont du faire preuve et les épreuves qu’elles ont du affronter. On se demande si on serait capable d’en faire autant.

Donc c’est un énorme coup de cœur pour moi, que je vous conseille ! Il coute 23,50€ pour 300p (ouch) mais vaut vraiment le coup

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mcn89 2018-11-28T14:17:53+01:00
Or

Un roman plein d'amour et de poésie ! Une finale comme une leçon de vie. J'ai, à la fois aimé et redouté ce scénario. Et si cela nous arrivait réellement, quelles seraient nos priorités ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mladoria 2018-11-23T14:01:49+01:00
Diamant

Je ressors un peu rêveuse et tremblante de cette excursion en forêt.

Merci à Neneve de m'avoir permis de lire ce livre marquant tant au niveau du style que de cette histoire en quasi huis-clos forestier.

J'ai aimé l'atmosphère feutrée tant douce tantôt sombre de menaces de cette forêt sauvage. Ce décor servi par la narration introspective de Nell est une façon très originale de mettre en scène ce post-apocalyptique "soft".

Un retour aux sources, une histoire de fraternité, d'amour et une ode à la nature contemplative et émouvant.

Beaucoup de scènes éprouvantes et un panel de descriptions toutes plus réussies, criantes de réalisme à tel point qu'on croirait entendre crisser les branches sous les pieds et ronfler le feu de bois.

Soufflée par cette lecture qui fait réfléchir sur la relation de l'homme à la nature et nous remet un peu à notre place, toute petite face à la toute-puissance de Celle qui nous permet de vivre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2018-11-01T12:51:24+01:00
Or

Quel bouquin ! Au bout du premier quart, on se demande comment l'auteur va parvenir à tenir trois cents pages avec un pitch aussi simple. Et elle y parvient ! L'idée de génie étant d'avoir pris deux ados comme personnages centraux, si bien que c'est au moins autant le récit d'un rite de passage que d'un roman post-apo. Et puis, surtout, il y a cette découverte du monde de la forêt... A lire ! A relire, même !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par iletristan 2018-10-26T17:32:42+02:00
Bronze

Nell et Eva, 17 et 18 ans, se préparent à fêter Noël. Un jour un peu particulier car le monde a bien changé depuis le dernier Noël : leur mère est décédée d’un cancer, leur père s’est tué accidentellement, le pays a sombré dans la nuit et le silence, elles sont seules entourées de la forêt de leur enfance.

On sait peu de choses sur ce qui s’est passé car elles ont toujours été isolées, sans contact avec la ville. Quand il manque de tout (essence, électricité, nourriture, médicaments...) la ville semble encore plus éloignée voire inaccessible. Les deux sœurs vont alors apprendre à vivre avec le peu qu’elles ont encore en leur possession en espérant que bientôt tout reviendra comme avant : la musique, l’ordinateur, le téléphone... Mais peu à peu les rêves de danse et d’études à Harvard semblent dérisoires, le temps s’éternise. Alors la forêt si proche et inconnue révélera ses secrets à celle qui prendra le temps d’examiner et d’apprendre. La nourriture qui venait à manquer se fait soudain abondante. Nell et Eva vont retrouver les gestes d’antan quand toute la modernité qui faisait jusqu’à ce jour leur vie, n’existait pas.

Que devient le monde quand tout s’arrête ? Ici l’exode n’est pas relaté, ni la famine, ni les saccages, ni les maladies. Seule la petite cellule familiale est le focus du livre, deux jeunes filles qui ont tout à apprendre et qui réinventent le monde avec ce que la nature peut leur offrir. Dans l’oubli de la facilité au risque de devenir sauvage, s’approprier la forêt à l’instar de l’ourse venue se reposer une nuit près de la souche du séquoia ou faisant fuir l’importun près du ruisseau. Dans la reconnaissance de celles qui ont compris l’esprit de la forêt.

Afficher en entier

Dates de sortie

Dans la forêt

  • France : 2017-01-03 (Français)
  • France : 2018-06-07 - Poche (Français)

Activité récente

Miwhi l'ajoute dans sa biblio or
2019-02-09T23:22:46+01:00

Les chiffres

Lecteurs 145
Commentaires 29
Extraits 17
Evaluations 57
Note globale 7.58 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Into the forest - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode