Livres
439 728
Membres
369 604

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-09-30T18:32:51+02:00

Petit à petit, la forêt que je parcours devient mienne, non parce que je la possède, mais parce que je finis par la connaître. Je la vois différemment maintenant. Je commence à saisir sa diversité – dans la forme des feuilles, l’organisation des pétales, le million de nuances de vert. Je commence à comprendre sa logique et à percevoir son mystère. Où que j'aille, j'essaie de noter ce qu'il y a autour de moi - un massif de menthe, une touffe de fenouil, un buisson de manzanita ou un champ d'amarante à ramasser maintenant ou plus tard quand je reviendrai, quand le besoin se fera sentir ou que ce sera la saison.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-09-30T18:37:48+02:00

Si on a vraiment besoin de quelque chose, on le trouvera dans la forêt.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-09-30T18:30:06+02:00

Alors même qu'elle disait cela, et que mon moi conscient acquiesçait, je crois que nous savions toutes les deux que les rêves viennent d'un lieu, quelque part, qui existe vraiment, qu'un rêve n'est que l'écho de ce qui a déjà été vécu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par comete_etoile 2018-02-16T16:05:14+01:00

"À Noël prochain, tout ceci sera terminé, et ma sœur et moi aurons retrouvé les vies que nous sommes censées vivre. L'électricité sera rétablie, les téléphones fonctionneront. Des avions survoleront à nouveau notre clairière. En ville, il y aura à manger dans les magasins et de l'essence dans les stations-service. Bien avant Noël prochain, nous nous serons permis tout ce qui nous manque maintenant et dont nous avons terriblement envie - du savon et du shampoing, du papier toilette et du lait, des fruits et de la viande. Mon ordinateur marchera, le lecteur CD d'Eva tournera. Nous écouterons la radio, lirons le journal, consulterons Internet."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Hillja 2017-03-31T20:23:15+02:00

C’est étrange, d’écrire ces premiers mots, comme si je me penchais par-dessus le silence moisi d’un puits, et que je voyais mon visage apparaître à la surface de l’eau – tout petit et se présentant sous un angle si inhabituel que je suis surprise de constater qu’il s’agit de mon reflet. Après tout ce temps, un stylo a quelque chose de raide et d’encombrant dans ma main. Et je dois avouer que ce cahier, avec ces pages blanches pareilles à une immense étendue vierge, m’apparaît presque plus comme une menace que comme un cadeau – car que pourrais-je y relater dont le souvenir ne sera pas douloureux ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elodie-131 2018-10-30T23:32:51+01:00

D'après notre mère, il avait une aptitude infinie à apporter de la gaieté, quoique je me demande maintenant si ce n'était pas juste une aptitude infinie à l'aimer, car, après qu'elle nous a quittés, tout ça a changé. Quand elle est morte, la vie entière de notre père a semblé s'effondrer comme un trou noir, créant cette densité que l'encyclopédie appelle singularité, une force de laquelle rien ne peut s'échapper, une négativité qui dévore même la lumière.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-09-30T18:36:57+02:00

Ce matin je suis allée dans le garde-manger – juste pour me tenir là, entourée par notre collaboration de six mois avec la terre et l’eau et le soleil. Dans cette pièce mal aérée et sans fenêtres, j’ai regardé les denrées que nous avions mises en conserves, les citrouilles et les pommes de terre empilées sur le sol, les chapelets de fruits secs et de haricots qui pendaient du plafond, les ballots t les bocaux de racines et de feuilles et d’écorce et de fleurs que j’avais rassemblés, portant chacun une petite note indiquant où je les avais trouvés, ce qu’ils pouvaient soulager ou provoquer ou soigner. J’ai pensé aux sachets de graines dans l’atelier, toutes séchées et triées en attendant le printemps, et aux barils dans la souche, lourds de glands et de baies et de viande de porc séchée, et j’ai eu la sensation d’avoir finalement réussi l’Achievement Test.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cacoethes-scribendi 2018-09-30T18:28:28+02:00

Il m’est alors venu à l’esprit que je pouvais trouver le réconfort dans le deuil de mon père et de ma mère, puisque le mystère de la mort les avait déjà étreints. Quoi qu’il arrive quand une personne meurt, ça leur était arrivé. Ils étaient partis devant, ils avaient montré le chemin, et à cause de ça, la mort semblait un peu plus confortable, un peu plus tranquille, un peu moins terrifiante. Parce que mes parents étaient déjà là - dans la mort -, j’ai compris que je pouvais me permettre de profiter de la lumière du soleil aussi longtemps que possible. Assise près de la tombe de mon père, j’étais heureuse - et fière - d’être en vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par comete_etoile 2018-02-16T16:44:15+01:00

"Aussi, tandis que les autres enfants récitaient leurs tables de multiplication et demandaient l'autorisation pour aller boire de l'eau, Eva et moi étions libres de nous promener et d'apprendre à notre guise. Ensemble on peignait des fresques et on créait des pièces de théâtre, on construisait des forts, on élevait des papillons et on inventait des jeux informatiques. On fabriquait du papier, on concoctait de nouvelles recettes de cookies, on éditait des bulletins d'informations et on attrapait des vairons. On faisait pousser des courges et on soignait des oisillons et on jouait avec des prismes, et nos parents expliquaient à l'État que ce que nous faisions, c'était l'école."

Afficher en entier
Extrait ajouté par comete_etoile 2018-02-16T16:36:14+01:00

"Comme Père ne manquait pas de me le rappeler chaque fois que je rêvais d'aller en ville, ici au moins nous avions un garde-manger bien rempli, un jardin et un potager, de l'eau douce, une forêt pleine de bois de chauffage et une maison. Ici au moins nous étions protégés des obsessions, de la cupidité et des microbes des autres. Ici au moins un aspect reconnaissable de nos vies interrompues demeurait - et demeure encore même aujourd'hui."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode