Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Dariaa : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Reine des esprits, Tome 1 : Coup d'état La Reine des esprits, Tome 1 : Coup d'état
Valérie Simon   
L’intrigue :
Dans l’empire des Rauthans, un petit pays est très riche et attire les convoitises, Alsybeen. Cette richesse vient de son emplacement idéal qui permet l’extraction du Réalah-chaad dans l’océan permettant la fabrication du Cristal, un matériau aussi solide que léger permettant beaucoup de choses. dont faire voler les vaisseaux tirés par des dragons. L’ordre du Denaia de Valenz est un établissement formant les femmes au pouvoir politique et à la magie, les Initiées seront stratégiquement placées auprès des hommes les plus importants des divers pays et seront autant leurs conseillères que leurs concubines, on comprend d’ailleurs que le Denaia est peut-être bien le pouvoir dans l’ombre.

On commence avec le retour de l’héritière d’Alsybeen après 10 ans d’absence, Alia Shanine de Messaline, confiée au Denaia après le meurtre de sa mère et qui revient la vengeance au coeur. La première tentative de meurtre à son encontre se déroule à peine le pied posé sur le sol de son royaume ce qui donne le ton. En tant qu’Initiée elle sera difficile à abattre mais les tentatives vont se multiplier.

Le monde parait plutôt oriental dans le choix des noms et patronymes ainsi que l’habillement et l’armement. Les créatures sont toutes munies de plus ou moins d’écailles bien que les dragons ne soient pas les créatures principales.

Les personnages :
Les dirigeants :

Soth Shoddam est le roi d’Alsybeen, Alia est le fruit illégitime de son union avec une Initiée, Galah, empoisonnée par le Denaia car elle a désobéit aux ordres et s’est mariée par amour plutôt que de suivre les ordres, c’est pour cette raison qu’Alia est considérée comme bâtarde par le Denaia. Soth Shoddam de la Maison Trajei est à la tête du pays le plus riche de l’empire grâce à l’exploitation du Cristal mais il sait qu’une insurrection anormale couve au sein de la capitale.

Dvorak Prim, est l’empereur. Toutes les maisons Aristas doivent allégeance au dirigeant de l’empire des Rauthans. C’est un homme mou et obèse qui n’a d’empereur que le titre car la Mère du Denaia est sa conseillère et les intérêts qu’elle protège ont l’air plus que troubles.

Pour finir, l’ordre du Denaia de Valenz, lieu de pouvoir strictement féminin est dirigé par la Mère Mircea Karach Wee. On peut dire qu’il y règne une grande sororité…du moment que les Initiées obéissent. La règle de cette institution : tout ordre doit être exécuté sous peine de sanction.

Les héritiers :

Alia Nahai, autrement appelée Alia Shanine de Messaline de son nom complet, héritière de la Maison Tarjei et du trône d’Alsybeen a 16 ans. Elle sait que le Denaia est derrière la mort de sa mère et ne comprend pas pourquoi son père l’abandonné aux mains de ces femmes. Elle arrive à Alsybeen bien décidée à se venger.

Rémo Than des Rauthans est le cousin de l’empereur et héritier du trône en seconde position. Il est l’homme éconduit par Galah il y a 20 ans et pour prix de son aide dans les plans du Denaia, il exige Alia, portrait craché de sa mère dont le refus de l’épouser lui est toujours resté en travers de la gorge.

Haslet Jorka est l’héritier du trône des Rauthans, à 20 ans, il a perdu sa mère à 9 ans et rêve de fonder une famille. Carotte que le Denaia va s’empresser de lui agiter sous le nez quand il va tenter de contrecarrer les plans de Mircea et proposer de demander la main de Alia Nahai là où le Denaia cherche la destruction pure et simple de la Maison Tarjei.

Des scènes quelque peu déstabilisantes :
Pour une lecture prévue pour les jeunes ados, on peut dire qu’ils ne sont pas pris pour de pauvres petites choses fragiles ce qui est une bonne nouvelle, les scènes de complots se succèdent avec des détails violents. Ce qui m’a interloquée par contre c’est qu’il y a entre 2 scènes sombres des accès de guimauve à paillettes quand les jeunots de l’histoire pensent aux sentiments, est-ce qu’un ado est vraiment incapable de mettre ce genre de futilité de côté alors que sa vie est en danger ? Y pense-t-il seulement ? Je suis plutôt mitigée mais je suis plutôt connue pour mon côté bourrin niveau romantisme donc voilà ^^ je pense notamment à une scène avec Haslet qui sachant pertinemment que la jeunette envoyée dans sa chambre vient du Denaia qu’il hait se laisse tout de même attendrir au moment où il apprend que la mission de la minette c’est de lui faire des bébés…mouais…heureusement une flèche bienvenue vient le sortir de cette situation embarrassante (sadique je suis j’ai dit ^^). Si vous êtes romantique par contre ça devrait le faire je suppose.

Attention, ça gratte :
L’ordre du Denaia se maintient à la tête du pouvoir grâce à ses Initiées envoyées auprès de chaque homme influents. Elles sont belles, maîtrise l’art du sexe autant que fines politiques et n’hésitent pas à tuer ou ensorceler ceux qui se mettent en travers de leur chemin. Ces femmes sont dépeintes de la même façon que les hommes de pouvoir qui écrasent les autres pour parvenir et rester au sommet. Votre âme féministe risque de pas apprécier ^^ mais d’un autre côté c’est une piste de réflexion peu commune qui est bien venue, on nie très souvent la violence des femmes mais si elles en avaient les moyens seraient-elles vraiment meilleures que les hommes ou seraient-elles aussi capable d’atrocités permises par le statut social et le pouvoir ? Hé ouais ça pique ^^

En bref, j’ai bien aimé le côté politique c’est d’ailleurs ce que je préfère dans la fantasy avec les complots à gogo, mais beaucoup moins les scènes dégoulinantes de bons sentiments même si ce n’est pas le principal et vu comment se termine le premier tome je pense qu’on ne sera pas gêné par ce genre de scènes dans le deuxième tome qui ne s’y prêtera sûrement pas ^^ et bien sûr j’aime beaucoup les pistes de réflexion ouvertes par cet ordre féminin qui rendent plutôt mal à l’aise…

par Elhyandra
Misery Misery
Stephen King   
Sans doute le plus éprouvant des huis-clos qui existent, ecrit en prime par le maitre de l'horreur. On soutient Paul dans cet enfer, on souffre avec lui ! On se demande quand ce calvaire s'arrêtera, au fond on n'est pas vraiment certain qu'il cesse. C'est une horreur et, en même temps, c'est un chef d'œuvre. Magnifique.
Et un petit plus pour le premier chapitre de ce roman. Une prouesse d'écriture.

par Mystix
The Vanishing Girl, Tome 1 : The Vanishing Girl The Vanishing Girl, Tome 1 : The Vanishing Girl
Laura Thalassa   
J'ai entendu beaucoup de bien sur ce livre. Et beaucoup de louanges et d'exultations dû aux sentiments qu'il fait ressentir. Je regrette vraiment ne pas partager l'avis de ces personnes, car au moins, mes heures passées à lire m'auraient paru rentables et bénéfiques.

Le résumé avait l'air pas mal. Des personnes qui se téléportent, ça aurait été ma première lecture de ce genre si ma mémoire est bonne. Mais hélas, je n'ai pas réussi à être transporté par l'écriture de l'auteur qui, bien que correcte, ne me faisait strictement rien ressentir. Et cela valait aussi bien pour les scène de tensions, d'angoisse ou de romances. Parlons-en d'ailleurs de cette romance. Tout roule comme sur des roulettes. A tel point que c'en est décevant. La soi-disant froideur d'Ember a fondu plus rapidement qu'une glace au soleil de 56° C. Et cette manie à vouloir mettre les personnages à poil dès le départ...et constamment...tout cela m'échappe. 68% du livre est composé de ça. Si encore ça créait une émotion, mais nop...Rien.

Pour les moments d'actions, j'ai trouvé pas mal de parties ultra clichées. Certaines scènes avaient carrément l'air d'être découpées d'un film puis collées dans le livre et ce n'était pas top-top vu mes grimaces.

Le scénario est très prévisible, ce qui a accru mon ennui. Pas de suspense, pas d'envie de connaitre la suite, j'avais hâte de finir le livre pour passer à autre chose.

Côté personnage, on a le mec parfait arrogant, la rivale furieuse qui s'enflamme toute seule et une "héroïne" terne et naïve à souhait. Les questions qu'elles posaient....franchement. Elle m'a paru vraiment sotte, surtout au vu de ses agissements. Elle semblait tout le temps oublier où elle était et faisait clairement des trucs qui lui vaudraient des ennuis sans s'en rendre compte compte avant d'être devant le fait accompli.

Exemples ? Allons-y : [spoiler]elle envoie des mails à ses proches et attends sérieusement de leurs nouvelles. Vraiment ? Elle croyait qu'elle était dans un centre aéré ou quoi ? Deuxièmement, elle fait des recherches sur un type que le gouvernement recherche à l'aide d'un réseau surveillé par le gouvernement !! N'est-elle pas idiote ?Oui, elle l'est. Et enfin, elle s'imaginait que ses déplacements et sa fréquentation avec Caden passerait pour du beurre....Sincèrement ? ça m'a vraiment fait tiqué. C'est trop gros tout ça.[/spoiler] Pour tous ces exemples et bien plus, j'ai été indifférente à cette héroïne et à son histoire. J'ai bien trop levé les yeux au ciel pour l'apprécier. Je n'apprécie personne en fait. Les autres personnages sont des figurants juste pour faire genre qu'il y en a d'autres. Caden sort des disquettes valant leur pesant d'or de cliché et voilà quoi, tout le reste est fade et creux.

J'ai l'impression aussi que tout est surestimé dans cette histoire. Que ce soit les compétences d'Ember ou encore les situations dans lesquels ils sont. Et puis, malheureusement, quand l'auteur essaye de créer une "phrase fatal" pour faire choc, ça fait chou blanc. Un très gros chou blanc.

Bref. J'avais quelques étranglements de rire nerveux tant j'étais surprise par les clichées mais en rien par amour des blagues pouvant se trouver dans le livre.

Pour conclure, le livre n'est pas horrible en soi mais il n'avait pas ce qu'il fallait pour me donner un petit coup d'intérêt. Les histoires sans chamboulement que je ne vois pas venir me déplaise vraiment. Même la fin ne m'a pas surprise...quelle tristesse ! C'est vraiment regrettable car ça aurait peut-être remonté mon intérêt mais en tout cas, il est clair et net que je ne lirai pas le tome 2.
Carrie Carrie
Stephen King   
mon deuxième king lu après christine...encore un choc ! cette ado souffre douleur de ces camarades et de sa mère,son don qui est aussi une malédiction,pour ceux qui on vécu les années lycée galères on s'identitfie forçément
,dire qu'il ne voulais pas le publier !! heureusement que sa femme l'à convaincu du contraire !!
Covenant, Tome 1 : Sang-mêlé Covenant, Tome 1 : Sang-mêlé
Jennifer L. Armentrout   
Pffffff je l'ai déjà fini :( et pourtant j'ai ralenti ma lecture pour pouvoir le garder un peu plus longtemps.
En lisant la quatrième de couverture je m'attendais a une bonne petite histoire a lire entre 2 grosses lectures.
Hé ben je dois dire que je ne m'attendais pas du tout a ce que ce soit un coup de coeur et pourtant s'en ai un!!
Je suis tout simplement tomber amoureuse des personnages et de cette histoire remplis d'amour, de drame et d'action.
En gros il relie tout ce qui fait un bon livre!
Alex est super attachante et on arrive facilement a ce mettre a sa place, on a l'impression de ressentir toutes les émotions qu'elle éprouve.
Et Aiden le beau mec avec qui tout avenir est interdit.
Rolala j'ai vraiment adoré lire chaque passages ou ils étaient a deux, ou on sent qu'il ce passe quelque chose mais qu'aucun des deux n'ose franchir le pas.

Un livre qui ce lis extrêmement vite tellement l'histoire est prenante.
Je le recommande vivement a tout ceux qui lisent en VO car je ne sais pas s'il sortira en Français.





La Maison de York, Tome 1 La Maison de York, Tome 1
Charlotte Byrd   
Le monde est mien… puis elle détruit tout.

Pouvoir, contrôle et luxure sont la seule vie que je connaisse.

Everly est tout ce que je ne suis pas : gentille, douce, normale.

Je ne la mérite pas, mais il me faut l’avoir. Je suis un papillon de nuit. Elle est ma flamme.

Cet endroit est dangereux et traître et elle n’a rien à faire ici. Mais elle ne me fait pas confiance. Pourquoi me ferait-elle confiance ?

Que se passera-t-il quand elle deviendra prisonnière et que le pouvoir que je pensais avoir ne suffira plus ?

Que se passera-t-il quand ils essaieront de nous arracher l’un à l’autre ?

par Sophie74
Le Fléau - Intégrale Le Fléau - Intégrale
Stephen King   
Encore un de ses livres qu'il faut absolument lire.Un gros pavé que l'on regrette si petit une fois fini....

par rafounet
Salem Salem
Stephen King   
Un livre sur les vampires très loin de ce qui a été fait dans la bit-lit, et même du temps de la Chronique des Vampires. Un récit de vampires assez conventionnel dans le sens où la religion est très présente ; ou ces vampires se rapprochent plus je pense des "originels", qui craignent les crucifix, l'ail, et les pieux en bois dans le cœur. Des vampires qui se tiennent a l'écart du divin, qui sont bannis des églises, et qui doivent se faire inviter pour entrer chez quelqu'un. Et puisque c'est un Stephen King, c'est forcément une œuvre à ne pas manquer.
Le suspense et la peur sont toujours présents, la violence, l'horreur... On n'est pas déçu ; c'est du Grand King !
La Ligne verte La Ligne verte
Stephen King   
Livre qui ne ressemble pas du tout aux autres livres de S. King mais très bien contre la peine de mort. Histoire étrange, dure parfois, injuste, tendre et belle. Limite fantastique parfois. j'ai beaucoup aimé !
bonne adaptation cinématographique.

par Lilou
L'Éducation sentimentale L'Éducation sentimentale
Gustave Flaubert   
Ce livre est un désœuvrement… Que raconte-t-il ? Pas grand chose et il ne s’y passe presque rien ! Pourtant, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture ; parce que je me suis peut-être un peu reconnu dans cette vision passive de l’existence. Mais ce qui m’a surtout marqué, c’est la qualité de la langue, le style de l’écriture avec lequel Flaubert est parvenu à me passionner pour un récit fait de petits riens. Les descriptions sont de vrais poèmes et cette éducation est d’une clarté sublime sur les sentiments des personnages, leurs vies, leurs états d’âme et leurs amours.
Flaubert nous offre ici un livre sur la grisaille des amours bourgeois, la grisailles des cœurs inertes et sur la niaiserie des souffrances de gens trop bien naît. C’est aussi un roman de passions. Frédéric Moreau a une passion ardente, sublime mais platonique pour madame Arnoux ; une passion charnelle avec Rosannette, encore une autre, plus intéressée avec madame Dambreuse. D’autres personnages ont eux, des ardeurs pour leur carrière et la gloire comme Deslauriers. Arnoux à lui, l’appétit pour l’argent et les femmes tandis que Pelerin a une adoration pour l’art. Etc. … Ainsi, tous ses personnages (et bien d’autres encore ; ils sont très nombreux dans ce roman) ont pour point commun la recherche vaine d’un idéal et d’une félicité qui semble leurs être promise. Malheureusement, ses exaltations sont éphémères et c’est la vacuité, l’échec de leurs vies (sentimentales et sociales) qui prédomine. Flaubert pourfend ainsi la bourgeoisie de province, incarnée par tous ses jeunes gens séduisants mais décevants. Se sont les rois de l’occasion manquée, les fils d’une révolution trop ambitieuse pour eux. Les occasions se multiplient mais ils n’en saisissent aucunes. Leurs désirs s’étiolent ; leurs projets meurent par manque de volonté… Frédéric Moreau, le personnage central de l’éducation sentimentale est un homme médiocre, influençable, insignifiant, hésitant… Je l’ai même souvent trouvé pathétique ! Sa participation même à des événements politiques bouillonnants, terribles et tragiques comme la fin de la monarchie de juillet, la révolution de 1848 et l’avènement de la seconde république deviennent fade à son contact. Il est si imbu de lui-même et sa personne est si ennuyeuse !
Mais que j’ai apprécié ce très bel ennui…


par RMarMat
  • aller en page :
  • 1
  • 2