Livres
461 470
Membres
417 847

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par mooky 2014-04-28T22:38:24+02:00

l'heure du crime, en l'occurrence, car deux écrans se mirent à scintiller. C'étaient le première fois qu'ils s'allumaient, je savais donc que c'étaient ceux de Connor Bloom et d'Alex Chow.

Une curiosité morbide m'envahit et mon regard passé d'un écran à l'autre, comme devant des émissions de téléréalité qui seraient en parties en live.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ilikedobby 2017-06-12T00:31:17+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)Je crois que Rainsford est poursuivi par le chasseur le plus efficace de tous, et il le sait ; un chasseur qui, à la fin, ne manque jamais sa cible. Il est chassé par la mort. Et la mort, en matière de précision, enregistre un taux de 100 pour cent.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ilikedobby 2017-06-12T00:27:24+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)Si je vis encore soixante ans, je l'attendrai dans la septième pièce. Et si cela ne tient qu'à moi, il n'en ressortira pas vivant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Enekia 2014-01-05T12:47:46+01:00

Les aveux que je lui fis cette nuit-là étaient motivés par de nombreuses raisons : la culpabilité cuisante, la solitude, la peur véritable d'être surpris et jeté dans une pièce au fond du monde. Mais surtout, je voulais juste lui tenir la main encore une fois. Après ça, je pouvais mourir en paix. Peut-être que je n'espérais qu'une chose : libérer ma conscience.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-05-29T17:51:05+02:00

Nous t'avons posé une question, Will. Pourquoi te caches-tu là, tout seul, dans cette pièce ?

Parce que je savais. Je savais, et j'avais peur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-05-29T17:50:52+02:00

— Je suis ravie que tu ailles bien, Will, dit-elle.

— Moi aussi.

— Es-tu en colère ?

— A votre avis ?

— Tu es en colère.

— Dr Stevens, je ne sais pas ce que je ressens.

— Tu es guéri, dit-elle. Ne sous-estime pas la difficulté d'un tel exploit.

— Vous nous avez menti.

— Tu verras les choses différemment demain matin. Fais-moi confiance encore une fois, d'accord ? Tout va bien se passer.

— Pourquoi est-ce que je ne vous crois pas ?

— Je l'ignore, mais tu as tort. Tu devrais me croire.

— Comment est-ce que vous connaissez Rainsford ?

— C'était mon mentor ; je te l'ai déjà dit. Il est brillant.

— Pourquoi est-ce qu'il vit au pied de cet escalier interminable ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-05-29T17:50:37+02:00

Comment sait-il tout cela sur nous ? me demandai-je.

J'avais trois réponses possibles :

1) Rainsford suivait chacun de nous depuis longtemps ; il avait alors enregistré ces événements ou pire, il les avait mis en branle.

2) Le casque avait ouvert le cerveau de Kate et de Ben. Rainsford avait conçu un moyen grâce auquel il pourrait retrouver une sorte de souvenir, puis le ressusciter à l'intérieur du casque et sur les écrans que j'avais devant les yeux.

3) Le Dr Stevens avait révélé chaque peur dans ses moindres détails, parvenant à récolter des renseignements auprès de la famille, ou lors de séances d'hypnose, ou par quelque autre moyen. Et l'on avait méticuleusement recréé les scènes afin de susciter une sensation de peur extrême.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-05-29T17:50:20+02:00

— Je ne supportais pas l'étang quand je suis arrivé ici, dit-il. Il me faisait horreur.

— Parce que t'as peur des poissons ? demanda Connor, ce qui fit rire Ben et Alex.

— Je préférerai toujours un steak haché à un bâtonnet de poisson, mais je n'avais pas peur des poissons. J'avais peur de l'eau. Je pouvais même pas en boire. Je sais, c'est bizarre, hein ?

— Ouais, carrément, dit Alex, mais Avery vint à la rescousse de Davis.

— Je ne trouve pas ça si étrange. T'as peur des chiens. C'est quoi la différence ?

— Un chien peut te tuer, dit Alex.

Être interpellé ne lui avait pas plu.

— Vous saviez qu'on peut se noyer dans une petite cuillère remplie d'eau ? demanda Davis.

— Vraiment ? demanda Kate.

Il y eut une pause.

Peut-être Davis était-il en train de s'essuyer la bouche avec une serviette.

— Non, pas vraiment, dit-il. Mais avant que je vienne ici, je croyais à des trucs dans le genre. D'après moi, la douche pouvait me tuer. Je ne sentais pas très bon à l'époque.

— J'ai du mal à imaginer, dit Kate.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-05-29T17:50:05+02:00

Tous s'étaient rassemblés tandis que Mrs Goring tapaient sur les doigts de ceux qui approchaient trop les mains.

— Je vous servirai le petit déjeuner à table, et à table uniquement. On n'est pas au zoo.

— Oh, allez, on meurt de faim, protesta Connor.

C'était le plus costaud, donc c'était logique qu'il soit le plus affamé.

— Écarte-toi ou bien je te rentre dedans avec le chariot.

Comme je ne pouvais risquer de passer la tête dans l'entrebâillement, je ne pouvais pas voir ce qui se passait.

Apparemment, Connor avait bloqué le passage mais s'était écarté, en riant fort :

— Vous êtes drôle, Mrs Goring.

— Fais gaffe, Connor, dit soudain Alex. Elle pourrait te bousiller le genou avec une poêle à frire.

— Nous vous sommes reconnaissants pour la nourriture, Mrs Goring. Ne faites pas attention à ces Cro-Magnon, dit Kate.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jenna95 2013-05-29T17:45:40+02:00

— Tout le monde a parlé. Sauf toi.

— Avery n'a pas parlé.

Marisa leva les yeux vers la faible lumière au-dessus de la table et se leva pour partir.

— Laisse tomber.

Je voulais, plus que tout au monde, qu'elle reste. Je voulais que notre soirée secrète ne s'arrête jamais.

— Je vais te confier un autre secret, mais pas celui-là. Pas encore.

Elle s'arrêta, se retourna et s'assit.

J'avais piqué sa curiosité, mais elle restait méfiante, je le voyais bien, comme si je m'apprêtais à la duper. Du moins, elle était revenue.

— Balance.

Je respirai profondément et la regardai droit dans les yeux.

— Je ne vais pas dans un lycée privé. Je suis scolarisé à domicile.

— Ah bon ? Pourquoi ?

— Parce que l'école et moi, ça ne fait pas bon ménage.

Ce n'était pas un aveu énorme, mais c'était quelque chose, et cela suffit.

— Est-ce que ç'a un rapport avec ce qui te fait peur ?

— Peut-être.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode