Livres
565 016
Membres
617 861

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Spoiler(cliquez pour révéler) - Tu m'entends ? Je veux que tu saches quelque chose, dit-il d'une voix sourde et éraillée, qui semblait à la fois très lointaine et emplie d'urgence. Je t'aime, Layla. Tu m'entends ? Je t'aime depuis le jour où j'ai entendu ta voix pour la première fois, et je t'aimerai toujours. Quoi qu'il arrive. Je t'aime.

Afficher en entier

- Allez, je veux te montrer quelque chose.

Je haussai un sourcil et il fit la grimace.

- Pas mon service trois pièces, petite perverse.

- Ton service trois pièces ?

Je ne pus m'empêcher de rire.

- Tu es trop bizarre.

- Mais c'est à ça que tu pensais.

Le feu me monta aux joues. Maintenant, oui, j'y pensais

- N'importe quoi.

Il sourit.

- Puisqu'on en parle, mon service trois pièces n'a rien d'une dînette. Que les choses soient claires.

- Oh, mon Dieu...

Afficher en entier

« You’re going to go against Hell—against your boss?”

He grinned as he shrugged. “Yes.”

“Why would you risk that?”

His eyes met mine. “You know the reason. Deep down, you know. »

Afficher en entier

Roth s’attarda près de la cheminée à gaz en pierre.

— Ça te dit qu’on se lâche un peu et qu’on s’envoie en l’air sur leur canapé ?

Les bras m’en tombèrent.

— Ou sur le plan de travail de la cuisine, si tu préfères, ajouta-t-il avec un clin d’œil. Ou alors, on se lâche carrément, et on fait ça dans les chambres.

Le feu me monta aux joues, et il éclata de rire.

— Si tu voyais ta tête.

— Tu n’es qu’un pervers, lâchai-je, réprimant un sourire.

Roth haussa les épaules.

— C’est loin d’être le pire reproche qu’on puisse me faire.

— En tout cas, c’est sans doute le plus vrai, marmonnai-je.

Afficher en entier

- Layla.

- Quoi ? Hurlai-je.

Ses yeux s'illuminèrent, deux lacs d'or en fusion.

- Tu es sexy quand tu t'énerves.

Afficher en entier

- Layla ?

Je voulais répondre, mais je n'en avais plus la force. Le néant m'appelait, et je ne pouvais plus résister.

- Tu m'entends ? Je veux que tu saches quelque chose, dit-il d'une voix éraillée, qui semblait à la fois trés lointaine et emplie d'urgence. Je t'aime, Layla. Tu m'entends ? Je t'aime depuis le jour où j'ai entendu ta voix pour la première fois, et je t'aimerai toujours. Quoi qu'il arrive. Je t'aime.

Afficher en entier

Il affichait un grand sourire, mais ses yeux restaient froids.

- Salut, mon po...

Un muscle tressaillit sur la machoire de Zayne, qui pivota vers Roth, ramena son bras en arrière et lui envoya son poing dans la figure.

[...]

Je me tournai vers Roth pour lui dire quelque chose, genre le remercier de mavoir aidée, mais les doigts de Zayne se mêlèrent soudain aux miens. Les yeux de Roth se fixèrent sur nos mains jointes. Sa bouche se durcit et ses traits se tendirent, puis il releva ses barrières, oblitérant toute pensée ou émotion.

- Au fait, Zayne...

La froideur de la voix de Roth me fit frissoner.

- C'est la dernière fois que tu lèves la main sur moi sans conséquences.

Afficher en entier

Maddox émit un sifflement.

— Arrête un peu de faire le beau, toi.

— Ce n’est pas ma faute si je suis beau.

Son sourire s’étira, mais ses yeux couleur ocre restaient glacials.

— Et drôle avec ça.

Afficher en entier

Mon cerveau se mit sur arrêt. L'esprit vide de toute pensée, j'avançais la main, lui arrachait son hamburger et le jetai par terre derrière lui de toutes mes forces. Le "ploc" satisfaisant qu'il produisit et les giclées de ketchup et de mayonnaise expulsées de son burger massacré me tirèrent un large sourire.

Stacey éclata d'un rire incrédule.

Roth regarda le hamburger, puis ses yeux remontèrent lentement jusqu'au miens, ronds comme des soucoupes.

- Mais j'avais très envie de ce hamburger.

- Dommage pour toi, répliquai-je en ravalant un gloussement hystérique. Dégage ou tes frites seront les prochaines victimes.

Afficher en entier

— N’oublie pas que c’est une…

— … démone ? achevai-je avec une grimace.

— Non, répondit Dez en haussant les sourcils. J’allais dire « une fille », une fille jeune qui n’a pas besoin de se faire blesser. 

— Oh.

Je me sentis bête.

— Merci de le signaler.

Zayne claqua ma portière avant que j’aie le temps d’ajouter quoi que ce soit. En passant devant Dez, il ajouta :

— Tu sais que je ne laisserai rien lui arriver.

Dez hocha la tête.

— Quand même. Soyez prudents.

Tandis que Dez disparaissait dans les profondeurs du garage, je regardai Zayne s’installer au volant.

— Tu sais quoi ?

— Quoi ?

Le moteur démarra dans un ronronnement.

— Je suis une fille.

Il retroussa les lèvres.

— La ferme. 

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode