Livres
482 961
Membres
470 057

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Suzanne55 2020-01-04T02:42:35+01:00

Tu sais ce qu’on fait aux chiennes dans ton genre ? me sort Sharkov de mes interrogations. On les marque !

Entre ses mains danse un opinel. La fine lame fait redoubler mes larmes.

— Je suis précis, dit-il en avançant dangereusement.

Il reste un mètre entre nous. Telle une panthère noire prête à bondir, il réduit la distance qui nous sépare.

— Méticuleux…

Son souffle irrite ma peau glacée. Ma frayeur l’amuse. Il est persuadé que je suis une traîtresse, une espionne du camp adverse. Alors que j’étais juste au mauvais endroit au mauvais moment.

— J’aime le travail bien fait.

Aussi vif que net, il me balafre trois fois le ventre. C’est pire que de se coincer le gros orteil sous une porte. Impossible de retenir le braillement de douleur. Le collier s’en donne à cœur joie. Qu’est-ce qui fait le plus mal, la plaie sanguinolente ou la brûlure des décharges sur la carotide ? Je serre la mâchoire avec force et désespoir, réveillant un supplice tout juste guéri. Je parviens à couiner plus qu’à hurler. Je n’ai plus l’énergie de soutenir ma tête qui tombe en avant. J’ai ainsi une vue pitoyable sur ma blessure. Moins terrible qu’imaginée, mais le tracé formant un S me file la nausée.

— Tout le monde saura que j’ai capturé la femme de Whelan.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Suzanne55 2020-01-03T18:43:32+01:00

Alec ne se relève pas. Il reste inexorablement inerte sur le sol, tel un pantin désarticulé. Les secondes me paraissent des heures tandis que je le fixe, le cœur battant à tout rompre. Au lieu de lui venir en aide, Blaise m’entraîne à travers les décombres. J’ai beau hurler, le frapper, me contorsionner, il ne me lâche pas. Pour les agents d’Alec, une mission doit être menée, peu importe les dommages collatéraux, et quel qu’en soit le prix à payer. Seul le but compte. Une question de loyauté, de principe, d’honneur… J’ai clairement conscience de cette clause alors, je redouble d’énergie. Je suis bien décidée à me faire entendre.

— Alec ! Alec ! ALEEEEEC !

Mes cordes vocales vibrent douloureusement sous l’effort. Le cri strident n’a aucun effet sur l’interpellé. Les balles qui sifflent dans la pièce ne m’affolent pas autant que la vision du mercenaire intouchable au sol. J’ai toujours su m’adapter au pire. Mon esprit flexible surmonte sans cesse les claques du quotidien. Néanmoins, il serait difficile d’imaginer plus terrible à cet instant. Je viens de me marier avec l’homme qui m’a kidnappée. Notre union tout juste officialisée, voilà que son mode de vie s’impose à moi de la plus effroyable des façons : la guerre. Ma longue robe empêche mes jambes d’être efficaces dans ma rébellion. Toutes mes perceptions sont mises à rude épreuve. Entre l’entrave, le capharnaüm, les tremblements, l’odeur de poudre, de poussière, de fer, mes sens sont perturbés. Si ma cage thoracique comprimée n’était pas si douloureuse, je pourrais croire être une shootée en plein trip. Un grognement monte dans ma gorge, de frustration, d’impuissance.

— Blaise, lâche-moi !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Suzanne55 2020-01-03T18:34:43+01:00

Aimer rend faible. Pourtant, avec Athanaïs blottie dans le creux de mes bras, je me sens plus puissant que jamais. Légèrement dans les vapes, elle se remet de ses émotions. Il faut dire que depuis qu’elle a affronté mon regard, il y a six mois, j’ai fait de sa vie mon nouveau joujou. Elle est arrivée dans mon existence, tel un boulet de destruction, s’est imposée à mon quotidien de manière irréversible. Quand j’ai quitté le bar ce soir-là, je n’avais qu’une seule idée en tête ; la revoir pour l’anéantir afin de la posséder.

Aujourd’hui a été mon coup de maître, la fin de son incertitude. Mes griffes l’ont irrémédiablement agrippée. Elle m’a épousé. Un sourire carnassier se dessine sur mon visage. Signe d’une satisfaction absolue, d’euphorie grisante. Son parfum fruité et sensuel me fait soupirer d’aise. Je ne peux m’empêcher d’embrasser son front avec une délicatesse effrayante. Ses paupières papillonnent à mon contact. Parfait. Chaque parcelle de son corps réagit comme je lui ai appris à le faire. Elle est formatée au moindre de mes désirs, même si elle refuse toujours de l’accepter. Je l’ai façonnée afin qu’elle ait besoin de moi sans pour autant construire de sentiments niais. Sa vue se stabilise au moment où nous pénétrons dans notre chambre. Je marque un temps d’arrêt pour lui permettre d’apprécier le spectacle. Ses yeux s’arrondissent sous la surprise. Ses lèvres charnues dessinent un « O » merveilleux.

Dans cette décoration immaculée, j’ai fait suspendre des boules de roses blanches à différents niveaux. Des bougies au sol forment un chemin vers le lit nuptial recouvert de pétales ivoire. C’est majestueux, à la hauteur de ce que nous représentons. Si elle a eu le pire mariage de l’histoire, sa nuit de noces sera mémorable. Je m’y engage personnellement.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode