Livres
462 317
Membres
419 556

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Dark Web



Description ajoutée par fleur_de_lune 2018-02-12T10:50:17+01:00

Résumé

Tels sont les derniers mots d’un homme que la vie semblait avoir comblé... mais qui y a mis fin. Brutalement.Jane Hawk, inspectrice du FBI, refuse de croire que son mari se soit donné la mort. Pour elle, il y a une autre raison. Sa conviction en sort renforcée lorsqu’elle apprend qu’une vague inexpliquée de suicides frappe le pays.

Quitte à se mettre à dos sa hiérarchie – qui souhaite étouffer l’affaire –, Jane veut des réponses, quel qu’en soit le prix... Or, son enquête dérange. Ses ennemis de l’ombre détiennent un secret si terrifiant qu’ils sont prêts à tout pour l’éliminer.

Mais, bien que seule contre tous, la fugitive la plus recherchée des États-Unis possède pour atouts son intelligence et sa froide détermination. La vengeance est comme l’amour : elle ne connaît aucune limite...

Afficher en entier

Classement en biblio - 20 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Masa50 2018-07-11T20:13:11+02:00

— L’édito que je signe n’est pas politique, je m’intéresse aux gens, mais si vous deviez vous définir politiquement, comment le feriez-vous ?

— Je dirais que je suis dégoûtée.

Il prit note en éclatant de rire.

— Ça pourrait bien être le premier parti du pays. D’où venez-vous ?

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Jenna95 2019-05-17T19:40:09+02:00
Lu aussi

Non mais le titre c'est juste une grosse blague. C'est pas parce qu'un terme apparaît une fois dans un roman, que ça légitime de donner ce titre au dit bouquin. Le titre passe complètement à côté du contenu, et cela s'avère terriblement frustrant. J'espère que vous ne vous attendiez pas à une histoire sur le dark web, parce que sinon... vous allez sûrement être déçu.

Mais bon, ne jugeons pas ce livre simplement à son titre très très mal choisi.

Sans compter que ce n'était pas du tout ce que j'attendais, je dirais que globalement le genre ne me correspondait pas de base. Si j'aime les thrillers psychologiques, là on se croirait dans un film d'action. Chasse à l'homme, tout va très vite, trop vite, ça part dans tous les sens. Le récit est très éclaté, avec des chapitres vraiment très courts, on n’approfondit pas et on s'y perd.

L'intrigue de base n'est d'ailleurs pas particulièrement intéressante : ni très originale, ni très surprenante (assez peu de suspense, je trouve), et finalement j'ai assez vite décroché. Je me suis cruellement ennuyée. Le fin mot de l'histoire ? Cela ne m'intéressait même plus.

Point positif, tout de même, le personnage principal. Elle change des enquêteurs/policiers mous et peu intéressants. Mais cela ne suffira pas à sauver cette lecture, pour moi c'est clairement une déception.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2019-03-03T22:15:49+01:00
Or

Action, action, action, voilà ce que j’ai le plus ressenti dans ce livre, une trame principale menée tambour battant par une héroïne hors du commun.

Nous suivons les péripétie de Jane, une agent du FBI en congé sans solde suite à la mort douteuse de son mari. Le tout va s’enchainer dans une course contre la montre pour découvrir ce qui se trame et ce qui a bien pu lui arriver réellement.

Le point central de l’histoire pointe le doigt sur les « ILS », ils, ceux qui sont en haut, qu’on ne connait pas mais qui peuvent grâce à leur argent manipuler les masses. Complot, corruption, meurtres en masse, prostitution, pratiques malsaines, Dean Koontz nous plonge vraiment dans un profond tourbillon vers l’enfer.

J’ai tout de même trouvé quelques longueurs parfois, mais cela est vite essuyé par des chapitres courts.

Pour l’héroïne je dirais que son personnage est très bon, déterminée, froide de par les circonstances, ne recule devant rien au péril de sa vie si cela peut préserver celle des autres. Vraiment charismatique.

En conclusion, si vous cherchez un roman à suspense avec de l’action pour passer vos soirées pluvieuses ou simplement vous détendre, Dark Web est un très bon choix.

Sur le blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2019/03/dark-web-dean-koontz.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mzelle_yoko 2018-11-28T20:48:22+01:00
Lu aussi

Au vu des notes, je m'attendais à bien pire. Evidemment, ce n'est pas le roman de l'année mais il se laisse lire. L'histoire est à cheval entre policier et SF (bientôt plus) et nous raconte la quête d'une femme du FBI qui ne veut pas croire que son mari se soit suicider et qui va tomber sur un complot mondial.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chichie 2018-07-23T20:19:55+02:00
Pas apprécié

J'en aurais eu du mal à lire ce livre... tellement, que je ne me suis pas donné la peine de le finir. Ni de m'informer auprès d'amis de la fin!

Rien ne m'a vraiment plu, le titre alléchant n'a rien à voir avec le fond, je n'ai pas trouvé cette course poursuite très addictive, l'histoire démarre sans aucune explication... Bref, une mauvaise rencontee avec l'auteur!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Masa50 2018-07-11T20:12:29+02:00
Argent

Nous en aurons fait du chemin ensemble, moi et l'ami Dean, même si nous nous sommes jamais rencontré. Avec lui, je suis passé par tous les états. J'ai adoré ses romans Fantastiques, qui furent ses meilleurs écrits : « La maison interdite », « Spectres », « Les yeux foudroyés », « La cache du diable »… J'ai apprécié ses textes de Science-Fiction : « Le temps paralysé », »Le monstre et l'enfant », « La dernière porte ». Seulement, le californien a une préférence pour les thrillers… et là, ce n'est plus la même chose.

Le californien continue sa carrière de businessman et d'écrivain, et publie toujours autant aux États-Unis. Ignoré pendant plusieurs années en France, c'est avec une énorme surprise que j'ai aperçu son dernier roman « Dark web » dans la liste Masse critique “mauvais genre”. Alors, j'ai tenté ma chance pour être l'heureux élu pour recevoir ce livre.

Je remercie les Éditions l'Archipel pour son envoie très rapide, ses quelques mots de gentillesse et son marque-page.

Même si au début des années 2000, l'auteur était revenu au surnaturel, j'avais très peu d'espoir qu'il continue dans cette direction. Je n'étais donc pas étonné de m'apercevoir que « Dark web » est un thriller.

Suite au décès de son mari, Jane Hawk décide de quitter son emploi au FBI pour se consacrer à une traque sur la vérité. Tel le personnage de Jack Repairman de Francis Paul Wilson, elle souhaite devenir anonyme dans ce monde où chaque fait est fiché. Tous les appareils connectés sont désormais bannis de son quotidien. Ses seules sources d'information viennent des ordinateurs des bibliothèques.

Même si le roman se nomme « Dark web », l'ensemble du récit se déroule dans le monde réel et celui de la réalité n'est juste qu'une toile de fond. J'ai trouvé dommage que l'auteur n'ait pas développé davantage la perversité de l'informatique et des nouvelles technologies. Cela dit, le texte est très sympa à lire et est très dynamique. À vrai dire, je ne me suis pas ennuyé. Par les thématiques, il m'a fait penser à « Au clair de lune » et « La peste grise », mais est bien inférieur à ces deux livres cités.

Du côté des personnages, ils sont bien développés, même s'ils ne resteront pas inoubliables comme Franck Pollard de « La maison interdite » ou bien encore le Docteur Cain et Thomas Vanadium de « Regard oblique ». On notera par ailleurs que Dean Koontz ne nous a pas développé une histoire d'amour entre trentenaire, comme il a la fâcheuse tendance à le faire régulièrement, ce qui est appréciable.

À l'instar de « La clé interdite », Dean Koontz nous parle ouvertement de son inspiration, dans cet ouvrage c'est « Un crime dans la tête » de Richard Condon qui est cité. Je dois dire que ça m'intrigue et je pense que je pourrai le lire dans l'avenir.

Les Golden retriever ont souvent été une source d'inspiration pour l'auteur, puisqu'il possédait une chienne de cette race avec qui il était très attaché. Il a par ailleurs écrit deux livres (il me semble) en sa mémoire. Ici, encore, le chagrin est bien vivace et Dean Koontz n'a pu s'empêcher d'y glisser un clin d'oeil.

Sous un air de nostalgie, l'écrivain nous parle de la musique qu'il écoutait. Ainsi quelques titres viennent s'intercaler dans le récit.

J'ai bien apprécié « Dark web » dans son ensemble, mais si j'ai une très grosse préférence pour le Dean Koontz du surnaturel. Ça reste livre divertissant qui se lit très facilement et l'histoire reste sympathique. Ça m'a fait plaisir de retrouver le californien. Merci encore les Éditions l'Archipel.

Pour en connaître davantage sur l'auteur, je vous laisse le lien vers un article que j'ai rédigé : https://songesecarlates.wordpress.com/dean-koontz/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serafima 2018-06-21T13:35:28+02:00
Pas apprécié

J'ai tellement peiné à lire les 400 premières pages que j'ai tout simplement fini par abandonner, je n'ai même pas pris la peine de survoler la fin...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stevique 2018-05-31T14:18:39+02:00
Lu aussi

Je m’attendais Vraiment à un autre genre de livre. Le titre n’a rien à voir avec l’histoire. Cette femme du FBI qui prend un congé sans solde pour prouver que son mari ne s’est pas suicidé... elle est poursuivie pendant tout le livre .... non.

Je passe; je suis déçue

Afficher en entier
Commentaire ajouté par leslecturesdEsmeralda 2018-04-13T15:57:13+02:00
Diamant

L'avis d'Esméralda :

Nouvelle découverte d’un très grand auteur. Il est annoncé comme le maître du suspense d’anticipation… et bien oui ce livre est une sacrée claque. Je trouve toujours ça aussi extraordinaire lorsqu’un auteur ose s’attaquer à des sujets sensibles touchant à l’évolution de la société. Définir l’inextricable frontière entre ce qui pourrait advenir et entre le réel. Il n’y a souvent qu’un pas, mais ici Dean Koontz nous plonge dans l’impensable, l’immorale et l’innommable. Alors il est vrai qu’au départ j’ai été induite à l’erreur en ayant eu la folle pensée que ce livre traiterait dans sa totalité du fléau dû au dark web (commerce illicite, prostitution, proxénétisme… et toute autre chose aussi répugnante). Et bien non, si le fin fond de l’histoire de Koontz prend part et se propage via le dark web, la réalité est bien pire !! Voire effrayante !

Une femme se bat pour rétablir la vérité sur la mort de son mari, classifiée suicide par l’administration. Jane Hawk n’y a jamais cru un instant. Elle ne peut pas se contenter de ce mot « suicide ». Forte de son expérience au sein du FBI, elle va mener à bout sa vendetta. La haine qu’elle porte en elle est aussi forte que l’amour qu’elle portait à son mari. Son road trip vengeur lui fait traverser le pays en quête aux réponses silencieuses. Ses questions la hantent, la taraudent, l’empêchent de dormir. Ce cercle vicieux et intransigeant où la vérité doit trouver obligatoirement sa place. Si je devais décrire Jane Hawk, l’image qui s’impose à moi est celle d’un GI Jo !! Une femme déterminée, combative, insouciante, fonceuse, têtue, machiavélique, caméléon, impulsive, calculatrice… Une femme qui n’a plus rien à perdre et qui est prête à confronter la mort. Son combat devient sa vie. Sa vie devient son arme. Son arme sera l’annihilation.

Cette lecture fut totalement hallucinante. Eprouvante, haletante. Une course poursuite sans temps mort. Un blockbuster littéraire !! Je ne sais pas si je peux le dire de cette sorte. Mais voilà c’est pour vous mettre en tête, que DARK WEB est une frénésie impitoyables d’actions, de rebondissements, de secrets, de balles qui fusent… Un big bang ! C’est du lourd, très lourd !!! C’est sans oublier que Koontz traite des sujets sensibles. Le suicide vu au travers des membres de la famille endeuillés ainsi que l’incompréhension dû à ce geste. L’auteur dépeint avec des mots lourds de sens toute cette phase d’acceptation, de déchirement. D’ailleurs la personnalité de l’héroïne repose entièrement sur ce processus agrémenté et augmenté par la haine. Ce qui la rend imparfaitement héroïque. Le méchant qui se prend pour un Darwin en herbe est une mégalomane fou de pouvoir et de contrôle. A travers lui, Koontz expose un tableau épouvantable d’un potentiel futur : le contrôle et la manipulation mentale via une technologie sophistiquée. La frontière entre le réel et l’irréel est tellement fine que je me suis prise rapidement au jeu. Une écriture fine, incisive et précise. J’ai agréablement été surprise par cette petite note d’humour qui survient parfois notamment sur le fin du roman.

Que dire de plus, DARK WEB est juste extraordinairement incroyable et prenant !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Avalon 2018-03-02T08:37:12+01:00
Lu aussi

Grosse déception.

Une couverture sublime, un titre alléchant et un résumé tout aussi attirant, pour au final une histoire sans aucune originalité.

Ce qui me mets surtout en colère, c'est que le titre "dark web" n'a rien avoir avec l'histoire racontée dans ce roman.

Or c'est justement ce titre qui m'a donné envie de me lancer dans cette lecture.

C'est honteux. Bon j'y vais sans doute un peu fort mais ça m'énerve d'avoir perdu de l'argent à cause d'éditeurs peu scrupuleux.

Je ne sais pas si les tomes suivants seront traduits en français mais je passe mon tour.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Dark Web" est sorti 2019-02-06T00:00:00+01:00 en version poche
background Layer 1 06 Février

Dates de sortie

Dark Web

  • France : 2019-02-06 - Poche (Français)
  • Canada : 2018-03-12 (Français)

Activité récente

Maks le place en liste or
2019-03-01T22:05:54+01:00

Les chiffres

Lecteurs 20
Commentaires 9
Extraits 3
Evaluations 9
Note globale 6.56 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode