Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Darwinia : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Route La Route
Cormac McCarthy   
Bouleversante histoire post-apocalyptique, où surgit l'amour entre un père et son fils, où tous les humains sont à la fois des victimes et les responsables du monde dans lequel ils vivent (un monde en perdition). Un road movie (en caddie) initiatique composé de peintures de désolation désertique, de paysages réduits en cendres par un cataclysme.
Les souvenirs de l'homme font leurs apparitions au fil des pages et nous permettent de comprendre l'entêtement à vivre dans ces prairies où l'herbe ne poussera plus jamais, avec son fils (né après la catastrophe).
Une étrange histoire existentielle sur la manière de contrarier la vérité de la déchéance, les atrocités du cannibalisme, les dernières limites de l' « homme » et son « petit » (aucuns noms). Nous devenons les voyeurs macabres de leur relation.
Les lectures doivent être différentes selon que l'on soit optimiste ou non sur le devenir de l'humanité. Un bon ouvrage en résumé.
Darwinia Darwinia
Robert Charles Wilson   
Lu Avril 2010

En 1912, toute la vieille Europe est remplacée, du jour au lendemain, par un nouveau continent, vierge de toute occupation humaine, peuplé d'espèces végétales et animales qui violent ouvertement les lois de l'évolution. Un tel événement ne peut manquer de bouleverser le devenir de l'humanité. Sur le plan spirituel, d'abord : la religion semble mieux outillée que la science pour expliquer un événement qui s'apparente aussi visiblement à un miracle, ou du moins à un mystère. Sur le plan géopolitique, ensuite : le vieux continent étant devenu une sorte de « nouveau Nouveau Monde », il va devenir la proie des appétits colonialistes de ses anciennes colonies. Sur le plan stratégique et militaire, enfin : les états européens ayant disparu corps et biens, la première guerre mondiale ne peut éclater, mais de nouveaux conflits menacent bien vite entre les nouvelles puissances coloniales. Lorsque le jeune photographe Guilford Law se joint à une expédition dont les membres sont, en parts à peu près égales, partisans de l'explication scientifique et de l'intervention divine.
L'illusion ne dure guère que quelques pages. Très vite, en effet, le cours normal de l'Histoire commence à transpirer dans les rêves des explorateurs et dans l'apparition d'étranges pouvoirs chez certains êtres humains peu reluisants. On se croit alors embarqué dans une histoire de mondes parallèles... mais là encore, on s'aperçoit rapidement qu'il s'agit d'autre chose encore. Car les deux mondes, outre le fait qu'ils ne cessent de s'entrecroiser (ce qui est somme toute assez incompatible avec le parallélisme), n'ont ni la même temporalité, ni la même densité d'être.

Une partie des protagonistes est en fait "habitée" soit par des dieux, soit par des démons, ce qui leur confère l'immortalité.
A la fin du roman, les deux factions s'affrontent, par humains interposés, ce qui s'avère une chute assez décevante.


par Phael
Chroniques de la Fin du Monde, Tome 1 : Au Commencement Chroniques de la Fin du Monde, Tome 1 : Au Commencement
Susan Beth Pfeffer   
http://wandering-world.skyrock.com/3131585104-Chroniques-De-La-Fin-Du-Monde-Tome-1-Au-Commencement.html

Bon ok, j'ai envie de pleurer. De pleurer, de hurler, de courir dans mon lit, de me rouler dans mes couvertures et de m'endormir. Purée, je suis dans un sale état. Ce premier tome de la trilogie Chroniques De La Fin Du Monde m'a bouleversé. Je ressors de ma lecture avec un goût étrange dans la bouche. Je suis perdu. Égaré dans le brouillard. C'est angoissant. Angoissant et merveilleux. Mon cœur est en train de louper des battements, et j'ai les mains qui tremblent. Au Commencement est un coup de cœur. Pas un gigantesque coup de cœur, mais un coup de cœur quand même. Le genre de coup de cœur qui vous laisse haletant pour la suite, et qui vous donne envie de sortir de chez vous en courant pour vous rendre dans la librairie la plus proche et payer n'importe quel prix pour avoir le second tome entre les mains.
En commençant ma lecture, je ne m'attendais vraiment pas à être autant retourné. Le truc, c'est que je désirais lire ce livre depuis des mois ( voire même un an maintenant ), mais que je n'avais pas vraiment eu l'occasion de me le procurer. Puis on attend plus trop parler de cette trilogie, vu que le dernier tome est paru en mai 2012. Haaaaaaaaaaa, mais pourquoi n'en parle-t-on plus ?!!! Il faut absolument que cette histoire se retrouve entre les mains de tout le monde. Purée, je suis vraiment vraiment vraiment vraiment anéanti par ce chef-d'œuvre !
Nous découvrons ce récit derrière le regard de Miranda, une lycéenne de seize ans. Aurais-je déjà dû ajouter que j'avais complètement craqué pour elle ? Parce que c'est le cas. Sincèrement. Miranda est une héroïne hors du commun, qui me manque déjà terriblement. Elle est drôle, forte, cynique, sincère, aimante, prête à se sacrifier pour ceux qu'elle aime et vraiment humaine. Tellement profonde et authentique. Tellement touchante et émouvante. Mon cœur a saigné à de nombreuses pour elle. J'ai ressenti tellement de peine pour Miranda que je pense avoir épuiser mon stock. Surtout qu'au départ, c'est une jeune femme comme les autres. Elle vit avec sa mère et ses deux frères, son père va se remarier et sa nouvelle compagne est enceinte. Quoi de plus normal ? Enfin, c'est le cas jusqu'au jour où un astéroïde frappe la Lune de plein fouet, et modifie complètement l'attraction de cet astre. Là, tout change. A jamais.
Je ne vous cache pas que j'ai surtout voulu lire Au Commencement parce que je voulais découvrir de quelle manière l'auteure allait traiter cet aspect apocalyptique, et parce que j'étais vraiment très curieux concernant les effets de se rapprochement Terre/Lune. Hé bien sincèrement, Susan Beth Pfeffer a dépassé toutes mes attentes. Mais absolument toutes. Maintenant, j'ai peur de la Lune, et je risque de la regarder d'un mauvais œil pendant pas mal de temps... Je n'arrive même pas à trouver les mots pour exprimer tout ce que j'ai ressenti. L'auteure maîtrise son sujet à la perfection. Tout est cohérent. Tellement vrai que le récit nous paraît trop réaliste, d'ailleurs. Tout ceci pourrait nous arriver demain, dans dix ans, dans un millénaire, et je suis persuadé que les choses se dérouleraient exactement comme Susan Beth Pfeffer les a décrites.
On passe par des catastrophes naturelles aux dégâts immenses, par des tremblements de terre monstrueux, des gelées en plein mois d'août, des tornades, des tempêtes, des éruptions volcaniques, des tremblements de terre et j'en passe. J'ai toujours été captivé par ce genre de catastrophes. Bon ok, j'ai peut-être un soucis mental, mais tous ces phénomènes ont toujours été passionnants à mes yeux. Du coup, l'adorateur de phénomènes apocalyptiques en moi a complètement succombé. Tout est décrit de manière à ce qu'on y croit. Les rebondissements se manifestent au moment idéal. Tout est parfait. Tout est dévastateur. Un rien nous brise dans ce récit.
Susan Beth Pfeffer possède une telle écriture qu'il en devient presque difficile physiquement de refermer le roman. Mes bras et mes yeux n'en faisaient qu'à leur tête. Alors que je voulais dormir, ils continuaient à dévaler les mots et les lignes, et à tourner les pages. On devient véritablement addicts à ce récit. Et j'ai bien une explication à cela... En effet, bien qu'on y découvre comment la planète réagit à ce bouleversement dans l'univers, on vit également au jour le jour l'évolution de la situation dans la famille de Miranda. Et là, je devrais vous écrire un milliards de "ouaw" pour vous transmettre toutes mes émotions. J'ai pleuré. J'ai ri. J'ai eu peur. J'ai paniqué. J'ai suffoqué. J'ai été déchiré, éclaté, fragmenté. L'auteure nous offre une histoire de survie, de courage, de sacrifice, de mort, de bonheur, d'amour et d'espoir. Miranda nous livre via son journal intime tout ce qui se déroule autour d'elle. Et on comprend dès lors que son monde, tout comme le nôtre, est dévasté. On la voit traverser des dizaines d'émotions, toutes plus justifiées et légitimes les unes que les autres. Les autres membres de sa famille, Matt, Laura et Jon, m'ont énormément touché également. On les voit devenir fous, heureux, s'aimer, se haïr, s'inquiéter les uns pour les autres, et on n'a aucun mal à croire à toutes leurs réactions. Comment ne pas débloquer en restant enfermé pendant des mois dans la même pièce, tout en sachant pertinemment que l'univers tout entier s'écroule autour de vous ? Je crois que je ne me remettrai jamais de cette lecture.
Susan Beth Pfeffer est vraiment très forte pour nous en faire voir de toutes couleurs. Si son roman est véritablement teinté d'horreur où la mort et le chaos sont omniprésents à chaque page, elle parvient à rendre son histoire pleine d'espoir et de rêves. Même dans un monde sombre et violent, elle arrive à laisser se perdre quelques éclats d'espoir par-ci par-là. Je ne compte même plus les fois où j'ai eu des papillons dans le ventre en lisant certaines réflexions gorgées d'espérances de Miranda. C'est beau. C'est poétique. C'est envoûtant. Mais j'ai également pris plusieurs coups de poing dans l'estomac face aux phrases tout aussi poignantes glissées dans quelques chapitres. Si l'espoir est bien présent, la peur de mourir, l'effroi et la désillusion le sont aussi. Un récit perdu entre lumière et ténèbres, duquel il est impossible de ressortir indemne.
Au cœur même de l'intrigue se cachent des messages et des leçons de vie frappantes, qui m'ont laissé sur les fesses à chaque fois. Chaque réaction des protagonistes dépeint avec brio comment l'humanité pourrait se comporter face à une telle catastrophe, et nous permet ainsi de tirer des conclusions pour le moins surprenantes. Sacrifice, loyauté, amour, mort et prises de conscience saisissantes sont au rendez-vous dans ce récit. Et accrochez-vous. Vraiment. De véritables gifles vous attendent ici.
En résumé, et vous l'aurez compris, Chroniques De La Fin Du Monde Tome 1 est un coup de cœur. C'est une histoire sans fautes ni défauts que nous découvrons ici. L'intrigue m'a juste achevé, et je sens que je vais avoir besoin de pas mal de temps pour m'en remettre. J'ai envie de pleurer parce que Miranda et sa famille me manque, de hurler devant l'injustice de l'existence et de courir dans mon lit, de me rouler dans mes couvertures et de m'endormir pour tenter de dissiper tous les sentiments intenses qui se chevauchent dans ma tête. Je veux le tome 2. MAINTENANT !!! L'onglet "Amazon" m'attend bien sagement en haut de la page de mon navigateur, et je sens que je ne vais pas tarder à craquer. Mais comment ne pas vouloir retourner dans cet univers angoissant et consumant ? Une lecture exceptionnelle et inoubliable, à ne manquer sous aucun prétexte.

par Jordan
Chroniques de l'Après-Monde Chroniques de l'Après-Monde
Geoffrey Claustriaux   
Geoffrey Claustriaux est un auteur très prometteur que j'ai découvert il n'y a pas longtemps lors du Fesiv'arts.be. Quand j'ai vu ses trois ouvrages présentés sur le stand, je me suis directement tournée vers celui-ci. La quatrième de couverture m'a intriguée. Elle m'a donné envie de savoir comment l'auteur imaginait notre monde après avoir été ravagé par les bombes atomiques. Ce qui a fait que j'ai de suite acheté ce livre.

Et je n'ai pas été déçue. Ce livre est un petit peu écrit comme un journal intime. L'héroïne, Casca, nous raconte tout ce qu'elle a traversé depuis qu'une épidémie a tué sa famille et ses amis. Je l'ai vue grandir et évoluer comme si j'avais moi aussi vécu cette aventure.

Une héroïne qui veut partir à l'aventure, qui est très curieuse et caractérielle mais aussi sentimentale. J'ai partagé chacun de ses sentiments. Autant la haine, que la compassion, la vengeance ou l'amour et l'amitié.

Une histoire divisée en deux parties. La première ou l'héroïne n'est encore qu'une enfant, qui vit avec ses parents et ses amis, dans l'abris dans lequel elle a grandit. On y découvre son quotidien, comment ils vivent. Ainsi que la liberté à laquelle l'héroïne rêve. Suivit de l'épidémie dont elle est la seule survivante et où elle doit apprendre à se débrouiller seule. La deuxième partie où elle doit remonter à la surface de la terre, où elle croyait que personne ne vivait à cause des radiations. Mais elle découvre que tout ce qu'on lui a dit depuis son enfance n'est pas vrai. L'air de la terre n'est pas radioactif et les humains peuvent donc vivre à la surface. Elle décide donc de partir à la recherche d'autres humains. Et elle tombe sur plusieurs ville, certaines avec des pratiques étranges ou venues d'un autre temps et d'autres tout a fait normales. Une fois on voit l'évolution que les humains peuvent avoir mais aussi les régressions qui les renvoient à l'état d'animaux sauvages. Voici une histoire riche en rebondissements et pleine de suspens. Où la survie prime sur le reste.

Mais ce n'est pas que ça. C'est aussi un livre qui m'a amené à me poser des questions. Autant sur l'homme, que sur le monde. Sur les sentiments que l'on peut avoir, la manipulation, ce que l'on fait aux autres mais aussi à notre planète. Des questions sur notre vie et toute l'humanité. Je me suis demandée ce que j'aurais fait si je m'étais retrouvée à la place de l'héroïne.

Un style d'écriture autant percutant que fluide et très agréable à lire. Une histoire qui pourrait être vraie. Des questions que l'on se pose tout au long de l'histoire. Ainsi que beaucoup de rebondissements et d'émotions différentes font de ce livre un ouvrage divertissant et intelligent.

Un énorme coup de coeur pour moi (et c'est une première dans ce genre de livre). Je vous le recommande donc chaudement. Pour ma part, je vais m'empresser de découvrir les autres livres de cet auteur que je mettrai au même rang que les grands auteurs de best-sellers.

http://chroniques-etoilees.blogspot.be/2014/12/chroniques-de-lapres-monde-geoffrey.html
Le faiseur d'histoire Le faiseur d'histoire
Stephen Fry   
Je n'ai pas apprécié le style de ce roman dont la narration est particulière. L'histoire est super longue à commencer, il faut attendre la partie 2 (page140)pour comprendre dans quoi on s'engage. Quant a l'uchronie en elle-même, pas très originale. Le personnage principal souhaite modifier l'histoire en supprimant la naissance d'Adolf Hitler. Il utilise pour cela un appareil qui permet d'envoyer des objet dans le passé. L'explication de l'appareil est un peu hasardeuse. La suite est intéressante, sur le fait d'avoir changer le passé. Il reste à mon avis une incohérence dans le fait que le personnage principal garde la mémoire tandis que son partenaire d'expérience n'a pas garder la mémoire d'avant.Je conseille un excellent roman uchronique sur le même thème: FATHERLAND de Robert Harris.

par dune92
Les enfants de l'hiver Les enfants de l'hiver
Gilbert Bordes   
très belle histoire. On découvre des enfants plein de courage et de ressource. Un combat pour la vie et surtout survivre dans des conditions atroces.
Sur la route Sur la route
Jack Kerouac   
Le sujet tourne autour de l'aventure. Celle de l'amitié (partage de pureté et naïveté mêlées) entre Sal Paradise et Dean Moriarty, de la jeunesse, de la liberté, du jazz, de la consommation de drogue et d’alcool, de l'adolescence et du sexe.
Aucun suspens hitchcockien ici, mais une seule dynamique : la route. Elle happe les héros beatnik qui se rejoignent, se séparent, se retrouvent encore et philosophient sur le monde pourri des Etats-Unis des années 50. C'est d'ailleurs une bonne critique sociale de l'époque : contestation des valeurs, des manières de vivre normatives et des limites imposées, ce livre reste toutefois optimiste (ayant foi en la nature humaine et en un monde idéaliste sans contraintes).
La pierre de Iorden La pierre de Iorden
Henri Lœvenbruck   
les sectes d'aujourd'hui seront les églises de demain. Bientôt,les scientologues et autres crapules du même acabit se seront achetés une réputation respectable et les foules auront oubliés leurs crimes passés comme on essaie d'oublier ceux des grandes religions d'aujourd'hui,qui ont fait pourtant jadis beaucoup plus de morts

par Nicy70
Les faucheurs sont les anges Les faucheurs sont les anges
Alden Bell   
Une très agréable surprise.
Je m'attendais à une histoire comme tant d'autres sur des zombies d'un côté et les survivants de l'autre, les bons contre les méchants...
L'originalité ici c'est que l'héroïne, une adolescente orpheline, préfère se débrouiller seule. Elle veut voyager et préfère rester dehors avec les morts plutôt que la sécurité d'un centre protégé avec les humains.
On découvre une fille sans éducation qui n'a jamais connu le monde tel qu'il était avait le changement, elle aura plus de problèmes avec les survivants qu'avec les Zombies... Un livre prenant que j'ai tout simplement adoré, une héroïne hors du commun et une fin que je ne suis pas prête d'oublier.
La Ballade de Lila K La Ballade de Lila K
Blandine Le Callet   
Des amis m'avaient recommandé ce livre mais, je restais assez peu motivée pour le lire. Je ne savais plus quoi lire alors je l'ai pioché, un peu au hasard.
Je n'en attendais rien et n'avais aucune idée de ce qui m'attendais, n'ayant même pas lu le résumé.

En un mot, j'ai été subjuguée. La plume de Blandine Le Callet est simple mais très juste, ce qui la rend absolument majestueuse.
L'histoire est très touchante et le personnage de Lila extrêmement attachant. Fragile, intelligente, on ne peut rester insensible à cette petite fille qui ne sent bien qu'au fin fond d'un placard, en sécurité.
La trame se déroule sur un fond d'anticipation mais qui reste loin de la science-fiction.
Je vais mettre du temps à ressortir de ce roman dont je ne voulais pas tourner la dernière page.

En conclusion, c'est une vraie perle. Beaucoup de sentiments, beaucoup d'émotions, il est difficile de résumer le moment que j'ai passé avec ce livre en quelques mots. Une chose est certaine, c'est qu'il est à lire !


___________________________________________________________________

Édition :

À peine trois mois après avoir découvert cette perle, j'ai eu envie, ou plutôt besoin de le relire.
Je l'ai savouré comme si c'était la première fois !
Retrouver les personnages et surtout les réflexions de Lila furent vraiment un bonheur.

Je ne vais pas m'éterniser à répéter ce que j'avais pu dire dans mon premier commentaire, seulement, ce livre entre au panthéon des rares ouvrages que je considère comme des doudous. Que je peux ouvrir à n'importe quelle page et qui me permettent de me sentir bien, lorsque j'en ressens le besoin. C'est un peu mon placard à moi si vous voyez ce que je veux dire. Il est certain qu'il est de ceux que je vais relire régulièrement.

par dadotiste
  • aller en page :
  • 1
  • 2