Livres
461 303
Membres
417 532

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« – Tu me surprends, Sloane. Et j’aime être surpris, gronde-t-il.

– Eh bien, tu m’as également surprise mais je ne peux pas dire que la réciproque soit vraie.

Il rit. Sa voix est si profonde et puissante que je la sens résonner jusque dans mes pieds.

– Tu devrais t’ouvrir un peu plus. Tu ne sais pas ce qui pourrait te procurer du plaisir avant de l’avoir essayé.

– Je sais parfaitement ce qui me procure du plaisir, Zeth, et me tenir au milieu d’une cinquantaine de personnes à moitié nues en train de se peloter n’en fait pas partie.

Une lueur d’irritation danse dans ses prunelles quand je prononce son nom. Il s’avance vers moi et tend sa main, effleurant ma mâchoire du bout de ses doigts. Mon immobilité le laisse pensif et intrigué tandis qu’il touche ma peau. Je suis incapable de bouger.

– Si tu n’aimes pas regarder, Sloane, tu peux participer. »

Afficher en entier

Quand je dis que je suis un fantôme, ce n’est pas juste une métaphore.

Je suis bien vivante. Ou tout du moins, certains jours, la douleur est si intense que je sais que mon cœur bat toujours dans ma poitrine. Mais quand je dis que je suis un fantôme, c’est parce que je suis invisible aux yeux de la plupart des gens. Je suis la fille en arrière-plan. Je suis cette femme à la taille moyenne, au poids moyen, à la couleur de cheveux quelconque, celle sur qui les yeux ne s’attardent jamais.  

Je traverse silencieusement la ville endormie dans laquelle je vis, sans esquisser le moindre sourire. Sans avoir à dire bonjour aux autres pendant plusieurs jours d’affilée. Cela fait six mois que c’est comme ça. Il est assez rare que j’aie besoin de parler à des étrangers et quand je le fais, c’est superficiel. Les gens savent instinctivement que je n’aime pas faire la causette. Aujourd’hui ne fait pas exception à la règle.

— Voici la clé de votre chambre, madame Fredrich, m’indique la réceptionniste de l’hôtel Marriot, situé dans le centre-ville de Seattle. Elle pose une carte magnétique sur le comptoir en marbre et la glisse vers moi. Une fois qu’elle a retiré sa main, j’avance la mienne et récupère la clé.

— Merci.

Les yeux baissés, elle agrafe les feuillets générés par mon arrivée.

— Vous êtes ici pour le travail ou pour le plaisir ? La chaleur de son regard s’éteint quand elle pose finalement les yeux sur moi et remarque le regard morne que j’arbore. Son sourire disparaît de son visage aussi vite que de la neige au soleil.

— Pour le travail, lui dis-je. Après tout, c’était la stricte vérité.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode