Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Deborah-Dominger : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Une constellation de phénomènes vitaux Une constellation de phénomènes vitaux
Anthony Marra   
Une constellation de phénomènes vitaux, premier roman d’Anthony Marra salué par la critique dès sa sortie en 2013 est traduit en français pour cette rentrée littéraire 2014.

Ce texte nous emmène dans ce pays à l’histoire cruelle et sanglante, la Tchétchénie, dans lequel deux guerres ont tout détruit : les infrastructures et le peuple. Nous suivons plusieurs personnages, plusieurs destins qui s’entremêlent pour nous parler d’espoir.

Sur cinq jours ces personnages nous content l’histoire de la Tchétchénie entre 1994 et 2014.

Havaa, une enfant dont le père vient d’être emmené par les russes et la maison brûlée, Akhmed l’ami et voisin de son père qui sauvera Havaa et Sonja, médecin dans l’Hôpital n°6 délabré, à moitié détruit et vide. Khassam, ancien militaire qui toute sa vie tenta de publier un livre de plus de trois milles pages sur les origines de la civilisation tchétchène, et son fils Ramzan qui choisira la voie de la dénonciation, seul moyen de survivre pour lui dans un pays en guerre.

Pendant les deux premiers jours nous en apprenons un peu sur Akhmed, sa femme Ula qui, malade, ne quitte plus son lit, sur sa vie et son ami Dokka, sa petite fille Havaa qu’il mettra à l’abri des russes encore à sa recherche et de Ramzan. Et on rencontre Sonja, elle a quitté Londres, son travail et son petit ami pour revenir dans ce pays détruit après une première guerre afin de retrouver sa sœur Natasha, qui quitta elle-même le pays pour en revenir détruite par la drogue et par ce qu’elle a pu vivre d’ignoble.

Ces deux personnages rapportent à eux seuls la violence et le déchirement de ce pays en guerre mais aussi le chagrin et l’espoir qu’elle suscite. Le sacrifice de Sonja pour retrouver l’amour de sa sœur, le sacrifice d’Akhmed pour témoigner de sa profonde amitié au disparu Dokka.

Puis viennent les autres jours faits de révélations, de vérités cachées, qui éclairent l’histoire personnelle de chaque personnage, leur souffrance. Ramzan et sa trahison, Akhmed et son passé, Havaa et ses secrets, Sonja et ses remords. Et toutes ces vies détruites pas la cruauté de la guerre.

C’est un récit où la violence est omniprésente, une violence physique comme solution à une douleur intérieure plus terrible qui pousse à briser les autres, une torture utilisée comme un jeu, des prisonniers attendant la mort dans une fosse et un village débarrassé de toute vie. Des mots qui terrifient. Des destins qui se croisent au fur et à mesure des chapitres et c’est l’Histoire d’un pays, la Tchétchénie, qui à travers ce roman ressemble davantage à une succession de destructions que de moments de joie, où le seul espoir finalement réside dans l’autre, un voisin, un ami, un inconnu ou une enfant.

Un roman bouleversant dont la lecture m’a pris beaucoup de temps, j’ai voulu intercaler un autre roman pour ne pas laisser tomber. J’ai été touché par la vie de ses personnages, leur histoire, par le style de l’auteur allant crescendo dans ses révélations, dans la douleur et la peur, dans l’amour et la foi.

Il est évident que je vous conseille la lecture de ce roman mais il est évident aussi que sa lecture sera, pour les plus sensibles, difficile.

par Stemilou
Bloc 11 Bloc 11
Antoni Piero Degli   
Encore un livre qui commence par un flash-back, me suis-je bêtement dit. Une fois projeté dans la cruelle réalité des camps de concentration, je n'ai plus pu lâcher Bloc 11. Une histoire prenante, touchante et révoltante à la fois qui nous fait prendre davantage conscience des horreurs qui ont été perpétrées dans ces camps, des jeux vicieux et inhumains qu'y pratiquaient les SS, de la peur constante dans laquelle les détenus survivaient, du pessimisme mêlé à ce faible zeste d'espoir qui les animait et les aidait à faire face à la perversion et au mépris des Nazis, ainsi qu'aux misérables et exécrables conditions de vie. Ce roman m'a profondément bouleversé et tenu en haleine jusqu'aux dernières pages.
Je le recommande chaudement à tout un chacun.
Un chef-d'oeuvre.

par Douwess
Dolfi et Marilyn Dolfi et Marilyn
François Saintonge   
Pas vraiment convaincu par ce livre qui m'intriguait pourtant... J'ai trouvé l'idée originale, plutôt bien menée, je me suis bien amusé tout au long des 288 pages, il y a quelques idées qui font sourire, mais je ne vois pas ce que veut nous dire l'auteur et la chute est plutôt convenue... Un bon moment de lecture, avec une visite dans un Germania d'opérette mais si la forme y est, manque le fond.
Dernière récolte Dernière récolte
Attica Locke   
La plantation proprement dite s'étendait sur plus de sept hectares, encadrée au nord par le fleuve et à l'est par les paysages rudes de la paroisse d'Ascension. En faire le tour — la bibliothèque, au nord-est, le magasin de souvenirs, puis au-delà la maison principale, après la cuisine en pierre et la roseraie, les pavillons Manette et Le Roy, l'ancienne école et les quartiers des esclaves — prenait presque une heure. Caren avait appris à se réveiller de bonne heure, quand tout était calme, et à sortir de chez elle avant le lever du jour — elle s'était arrangée pour que Letty vienne à 6 heures au moins trois jours par semaine, pendant que sa fille dormait encore. Six matinées sur sept, elle faisait le tour complet de la propriété, vérifiait chaque centimètre carré, à l'affût d'un parquet rayé, d'un parterre de fleurs désséché ou de rideaux qui avaient besoin d'être repassés. Une fois, même, elle avait dû changer seule le moteur d'un des ventilateurs au plafond de la terrasse.
La Petite Fille au manteau rouge La Petite Fille au manteau rouge
Iris Von Finckenstein    Roma Ligocka   
Un livre très touchant, j'ai beaucoup aimé même si certains passages sont difficiles et très émouvants. Une biographie touchante que j'ai décidé de lire après avoir vu le film de Spielberg "La liste de Schindler".
Le Confident Le Confident
Hélène Grémillon   
Une perle ! J'étais un peu septique au début, puisque c'était un livre que je devais lire dans le cadre du lycée ... Mais je n'ai pas du tout été déçue de mon choix, bien loin de là ! L'auteur joue avec nous de la première page jusqu'à la dernière ligne. Ce livre est une énigme géante que l'on résout petit à petit. Je le conseille vivement !

par Caam
La Petite Fille de monsieur Linh La Petite Fille de monsieur Linh
Philippe Claudel   
Un très beau livre, émouvant et plein de poésie sur les relations entre un vieil homme, exilé dans un pays étranger qu'il ne comprend pas toujours, et sa petite fille. Une très belle histoire où la langue est loin d'être une frontière à l'amitié.

par emy27
Monsieur le commandant Monsieur le commandant
Romain Slocombe   
La 2de guerre du point de vue d'un antisémite notoire et collabo fier de l'être... ce livre, bien écrit, m'a laissé une désagréable impression : je l'ai trouvé presque malsain.
La Trilogie berlinoise La Trilogie berlinoise
Philip B. Kerr   
Un polar d'ambiance effectivement, cette période en Allemagne étant propice à tous les bons ingrédients d'une enquête policière: espionnage, bars enfumés, pègre locale, femmes fatales... Manque juste à ces 3 histoires un léger souffle épique qui les porteraient encore plus haut.

par tolomas
L'Équilibre du monde L'Équilibre du monde
Rohinton Mistry   
Un livre sur le temps qui passe. Un livre aussi sur l’utilité ou le sens de la vie. un livre enfin sur un pays puissant, violant, incoherant et magnifique à la fois. Les personnages tous meurtris par la vie, se trouvent, s’aiment et s’entraident dans ce pays sans pitié qui écrase ceux qui ne peuvent suivre. 5 personnages de castes différentes, nous entrainent dans une Inde impitoyable où le mot "destinée" prend tout son sens. Poids des traditions, lois absurdes du gouvernement, malchance… et pourtant l’envie de vivre est la plus forte.

Presque, même si celui-ci est inégalable, à la hauteur de la "Cité de la Joie" (j’ai aimé à en pleurer)

J’ai passé un très bon moment, je vous le conseil le nombre de pages ne doit pas inquiéter. On voudrait que cela ne s’arrête jamais. Ce texte est sublime, ces personnages attachants ou révoltants à la fois. On arrive même à trouver le chef des mendiants sympathique. C’est foisonnant et chatoyant, et si on ferme les yeux (ce serait dommage, on ne pourrait plus lire), on peut sentir les effluves issus des bidonvilles, de masala…Quel portrait saisissant de l’Inde contemporaine et de la complexité de sa société.