Livres
411 469
Membres
320 585

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Je peux pas te promettre que les choses seront parfaites, Emilia.

je peux te promettre que je n'abandonnerai jamais ce que nous avons. Parce que je ne pense pas que je savais comment vivre avant que tu rentres dans ma vie.

Afficher en entier

He moved to stand in front of me and, slowly, carefully, he placed his hands on my shoulders. “I’m going to say something right now that I know is going to scare the shit out of you because it scares the shit out of me. But I have to say it.” He paused, waiting for me to look at him. But I knew what he was going to say. And I didn’t want to hear it. Finally my eyes met his.

“Please, don’t,” I whispered.

He closed his eyes, clearly disappointed. When he spoke, his voice was shaky. “I love you, Emilia. I love you so goddamned much that I can’t breathe when I don’t know where you are or how you are doing. This last month has been torture. I wonder if it’s possible to have room in my heart for anything else but these feelings.”

Afficher en entier

“I can’t promise that things will be perfect, Emilia. But I can promise you that I will never give this up. Because I don’t think I knew how to live before you came into my life.”

Afficher en entier

- J'ai besoin de toi, dis-je.

Sa bouche se déplaça sur mon cou, il m'embrassa là et une décharge électrique pulsa dans chaque nerf connecté à cet endroit. Cela m'avait tout demandé de l'admettre...parce que j'avais fermement cru pendant toute ma vie jusqu'à cette seconde que je n'avait besoin de personne...surtout pas d'une âme sœur. Que Mia Strong était une île, une forteresse.

Mais j'avais besoin d'Adam Drake. J'avais autant besoin de lui que j'avais besoin de respirer, de manger ou de boire. Et finalement, mon cerveau avait permis à mon cœur de l'admettre.

- J'ai tellement besoin de toi, répétai-je. Je t'aime.

Il prit mon visage entre ses mains, le maintenant tranquille. Il leva ma tête pour qu'il puisse regarder dans mes yeux.

- Je ne peux pas te promettre que les choses seront parfaites, Emilia. Je peux te promettre que je n'abandonnerai jamais ce que nous avons. Parce que je ne pense pas que je savais comment vivre avant que tu entres dans ma vie.

Afficher en entier

- Pourquoi? Pourquoi est-ce que tu es entré dans ma vie pour renverser tout ce que je connaissais? Je pensais que j'étais heureuse. Je pensais que je n'avais besoin de personne...

Ma voix s'estompa. Ses lèvres se tordirent dans un sourire sans humour.

- Je pourrais te demander exactement la même chose.

J'essuyai mes joues avec le dos de ma main.

- Aujourd'hui, j'ai pleuré plus que je l'ai fait pendant les dix dernières années. Je ne suis pas une idiote pleurnicharde, je jure que je ne le suis pas.

Je posai mes mains sur mon visage.

- Je...je ne sais pas quoi faire.

Il garda le silence, déplaça son poids pour reposer une épaule robuste contre la porte.

- Si tu le sais.

Je baissai mes bras et secouai la tête sans un mot.

- Viens là, Emilia.

Et je le fis. Je marchai directement dans ses bras. Et il m'attira à lui et les larmes recommencèrent. Il embrassa mes cheveux, resserrant ses bras.

Afficher en entier

- Tu sais que je suis un piètre juge de caractère, donc tu ne devrais pas me faire confiance à ce sujet et tu peux m'envoyer paître, mais...

Je me tournai vers elle.

- Arrête de te blâmer, maman. Arrête de douter de toi. Tu as fait une seule erreur et tu ne devrais pas te blâmer pour ça pour le reste de ta vie.

Son visage s'éclaira en un sourire.

- Des mots sages que tu devrais suivre. Tu ne devrais pas baser toute ta vie sur mon erreur, non plus.

Je grimper sur mon lit et la regardai. Je pris une respiration tremblante.

- J'ai peur.

Elle s'installa sur le lit à côté de moi et passa ses bras autour de mes épaules.

- Grandir est une chose effrayante. Je pense que je sais pourquoi il est venu ici et je pense que je sais quelles décision tu as peur de prendre. Et la seule chose que je peux te dire est que cette décision, c'est à toi et à toi seule de la prendre. Mais écoute-moi. J'ai été seule pendant très longtemps par choix et j'aimerais que tu te trouves quelqu'un qui te rende heureuse. Mia, si tu l'aimes, ne choisis pas d'être seule.

Si tu l'aimes...Je reposai ma tête sur son épaule et fermai mes yeux, cette douleur pulsant de nouveau au plus profond de moi. Je soupirai, reconnaissant la vérité dans ses paroles.

Afficher en entier

- Je voulais plus et je ne l'avais jamais voulu avec aucune autre femme. Je voulais passer toutes mes soirées à regarder des films avec toi où à te taquiner avec des indices inutiles sur le jeu ou argumenter pour décider qu'elle version de la trilogie Star Wars est la meilleure où me faire taquiner parce que mon goût en musique est exactement celui de ta mère.

Il s'interrompit et je le regardai finalement. Je souhaitai ne pas l'avoir fait. L'émotion était inscrite sur ses traits. Ses yeux m’épinglèrent, me défièrent de me détourner.

- Chaque minutes que je passais avec toi me faisait désirer cent minutes de plus.

J'extirpais mon regard du sien. Mes yeux piquaient et les émotions menaçaient d'exploser de ma poitrine. Je ne pouvais plus reprendre mon souffle. Il se déplaça pour se tenir devant moi et, lentement, prudemment, il plaça ses mains sur mes épaules.

- Je vais te dire quelque chose maintenant qui, je le sait, va te foutre la trouille parce que cela me fout la trouille également. Mais je dois le dire.

- S'il te plaît non, murmurai-je.

- Je t'aime Emilia. Je t'aime tellement que je ne peux pas respirer quand je ne sais pas où tu es ou ce que tu fais. Ce dernier mois a été une torture. Je me demandais si c'était possible d'avoir de la place dans mon cœur pour autre chose que ces sentiments.

Je fus incapable de répondre et me contentai de secouer la tête. Je voulais qu'il arrête de parler et je voulais qu'il n'arrête jamais.

Il s'éclaircit la gorge et poursuivit.

- Si ce dernier mois sans toi m'a servi à quelque chose, c'est à me montrer ce que je voulais. Je veux, j'ai besoin de toi dans ma vie. Si je le dois, j'attendrais aussi longtemps qu'il le faudra pour l'obtenir.

Afficher en entier

- Je ne suis pas fier de ça. Mais tout ceci entre nous m'a dépassé très rapidement. Je ne pouvais pas arrêter de penser à toi d'une fois à l'autre et je continuais à me dire que j'arrêterais les frais la prochaine fois. Et la prochaine fois ne venait jamais parce que chaque fois que j'étais avec toi, je découvrais que je te voulais encore plus. Et pas seulement dans mon lit, Emilia, même si cette partie me rendait cinglé.

Afficher en entier

Je m'en souciais. C'était vrai. Et il le savait sacrément bien. Mais à quel point est-ce que je m'en souciais ?

Qu'est-ce que cela impliquait ? Pouvait-il s'agir...

Non. Non, cela ne pouvait pas l'être parce que je le refusais. Il m'avait blessé. Cette comédie avec Lindsay m'avait atteint et c'était ce qui m'effrayait plus que tout. Je lui avais donné le pouvoir de le faire. Aimer quelqu'un signifiait lui donner le pouvoir de vous écraser de mettre la partie la plus délicate, la plus tendre de vous dans la paume de main de quelqu'un d'autre.

Afficher en entier

- Te blesser n'était pas la seule raison pour laquelle je l'ai fait, dit-il finalement d'une voix rauque.

La douleur irradiait dans ma poitrine chaque fois que je respirais.

- Oh ?

- Je voulais me prouver et te prouver que tu t'en souciais.

Il fit un pas en avant, leva la main pour faire courir son pouce le long de ma mâchoire et inclina ma tête vers lui. Je reculai et il me suivit jusqu'à ce que j'arrive contre le poteau qui soutenait le toit du porche. Son visage fut à quelques centimètres du mien et mon cœur battit sous chaque micromètre de ma peau.

- Tu t'en soucies, n'est-ce pas Emilia ?

Je fermai mes yeux et déglutis, essayant de rassembler chaque once de colère et d'agacement que je ressentais envers cet homme. Mais son pouce, ce minuscule contact sur ma mâchoire, se déplaça sur mes lèvres, me rendit folle, réveillant cette faim profondément enfouie en moi. Je m'en souciais. Bien sûr que je m'en souciais. Je n'avais pas été capable de détourner mon esprit de lui pendant le mois où nous avions été séparés. Il était la première chose à laquelle je pensais le matin, la dernière chose chaque nuit et il glisser facilement dans la plupart de mes pensées éveillées pendant les moments entre les deux.

- Je n'ai jamais dit que je ne m'en souciais pas, dis-je finalement, lamentablement.

- Tu n'as jamais dit que tu le faisais non plus.

Mes yeux trouvèrent les siens, je tremblai et il retira sa main.

- Je m'en soucie, murmurai-je.

Afficher en entier