Livres
462 209
Membres
419 325

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— C’est du venin ce genre de pensée. Je n’ai pas le droit de songer à lui de cette façon, je ne suis qu’une amie-plan-cul. Je dois me comporter comme telle en me montrant très indépendante. Pas vrai, Brutus ?

Ce dernier est allongé de tout son long sur le canapé, a tête appuyée sur mes cuisses. Il tourne le museau vers moi, inquisiteur.

— Tu crois que si je le visualise nu ce serait plus légal ?

Brutus ouvre grand la gueule, émettant un bâillement sonore, et me lance un regard torve.

Afficher en entier

Brutus apparaît subitement derrière la porte-jardin et, sans même me laisser le temps de réagir à son apparition, il échappe un « wouf » impatient en donnant un coup de patte dans la vitre.

— Attends-moi une minute, papa, grogné-je en me hâtant pour ouvrir à mon chien avant qu’il ne passe au travers la porte. Calme-toi ou je t’arrache les couilles ! Oh, désolée, je ne m’adressais pas à toi, papa.

Peu impressionné, Brutus passe à mes côtés, la tête haute, et gambade jusqu’au seuil du foyer où il se roule en boule pour profiter de la chaleur. Mon père éclate de rire à l’autre bout du fil.

— Brutus agit parfois comme un enfant de deux ans… Oui, je vais beaucoup mieux que la semaine dernière. Ne t’en fais plus pour moi.

Un autre rire jaillit de mon téléphone et j’ai soudain une vision de mon père me regardant avec ses yeux aimants.

Afficher en entier

Sous l’emprise du moment, il exerce une douce morsure sur la pointe brûlante de mon sein, me propulsant dans un tourbillon de plaisir infini. En plein abandon sauvage, j’enfonce mes ongles dans la chair de ses omoplates, et mon bassin se déchaîne. Les dents serrées, soulevant les hanches pour les souder aux miennes, Ethan me rejoint dans un orgasme féroce en grondant mon nom alors que mes muscles intimes l’étreignent inexorablement.

Vidée et hors d’haleine, je m’écroule sur le corps d’Ethan. Il m’écrase fortement contre lui.

— Princesse… waouh…

Afficher en entier

Bientôt, j’ondule sensuellement les reins, faisant sortir ma poitrine et mes fesses en alternance.

— Voilà, c’est bien, murmure-t-il à mon oreille. Me sens-tu ? Tu m’as à peine touché que je suis déjà dur. Juste pour toi. C’est l’effet que tu as sur moi.

Afficher en entier

— Ne bouge pas, princesse, je te porte à mon lit, chuchote la voix enrouée d’Ethan à mon oreille. Tu pourras continuer de dormir pendant mon jogging.

Il passe un bras sous mes genoux, l’autre derrière mon dos, et me soulève, la couverture recouvrant mon corps las encore nu. Avec toute la volonté du monde, j’entrouvre un œil et, d’une vision très embrouillée, j’aperçois l’aurore naître sur la ville ; nous sommes encore sur la terrasse d’Ethan. J’essaie de marmonner qu’il est beaucoup trop tôt pour aller jogger, que le soleil se lève à peine, mais tout ce que je réussis à soutirer de mes cordes vocales ensommeillées, c’est un grondement sourd inintelligible. Alors je démissionne, puis me laisse porter par Ethan, la tête appuyée sur son épaule.

Après m’avoir déposée avec minutie sur son lit, il prend soin de me border et abandonne un chaste baiser sur mon front.

— Dors bien, princesse.

Je m’agite, me disant qu’un seul baiser c’est trop peu, mais hélas ! Ethan est déjà parti et je me rendors aussitôt.

* * *

C’est une lointaine mélodie d’Our Lady Peace qui me sort paisiblement de mon sommeil. Je roule sur le côté, enfouis mon nez dans l’oreiller et renifle l’odeur qu’Ethan y a laissée.

Hier, après quelques semaines de fréquentations non officielles, il m’a fait une proposition éhontée que je n’ai pas eu la force de refuser. Celle d’être amis et amants exclusifs. Pour l’instant, c’est tout ce qu’il peut m’offrir puisqu’il refuse de former de réels liens d’attachement avec une femme. Pourquoi ? Je n’en ai aucune idée, mais je me promets de le découvrir dans les prochains jours.

Le seul hic qui me pose problème en ce moment, c’est que j’ignore comment ce sera entre nous. Torride, certes, mais en dehors du sexe, comment dois-je me comporter avec lui ? Comme une amie ou une petite amie ? Puis-je l’embrasser ou devrais-je plutôt m’abstenir ? Si j’en crois le chaste baiser qu’il a déposé sur mon front tout à l’heure, je suppose que c’est un geste réservé à nos moments intimes…

Je soupire, un peu perdue face à la conduite à adopter en tant que parfaite amie-plan-cul. Je ne voudrais surtout pas créer un froid en tentant une manœuvre interdite. En plus, ce doit être tout à fait rebutant de se faire repousser par Ethan Layne. Il a beau avoir quatre ans de moins que moi, il reste un amant hors pair et un homme d’affaires monstrueusement riche et imposant.

Afficher en entier

- Cette chose qui te hante, tu peux l'enfouir de nouveau ou tenter de t'en libérer. Tu sais que tu peux me parler, Ethan.

Il expire longuement, puis plaque son front sur le mien.

- Je sais princesse, mais je suis incapable d'en parler. C'est beaucoup trop douloureux.

Je prends sa mâchoire dans le creux de mes paumes.

- Alors oublie ce qui te fait si mal et reviens-moi, ordonné-je en chuchotant sur ses lèvres. Je t'en prie, reste avec moi.

Afficher en entier

Il me presse contre lui, les lèvres entrouvertes. Son haleine au parfum d'orange caresse ma bouche, mon visage flottant tout près du sien.

- Ta peau... elle est si douce. On dirait de la soie blanche.

Dans l'attente d'un baiser, je me sens mon coeur battre la chamade. Quand enfin ses lèvres prennent possession des miennes, je ne peux réfréner un sourire satisfait. Je l'embrasse avec fougue, ma langue glissant dans sa bouche.

Afficher en entier

Il se place en position de combat devant moi.

— Allez, frappe-moi.

— Quoi ? Ne fais pas l’idiot veux-tu ? Viens, on retourne à l’appartement, j’ai beaucoup trop envie de toi pour me battre, dis-je, stoïque, faisant demi-tour vers les sentiers.

Mais Ethan m’agrippe par la main et m’attire près de lui.

— Sois sans crainte, princesse, moi aussi j’ai envie de baiser, mais je suis on ne peut plus sérieux. Je veux que tu me frappes.

Il reprend sa garde, l’air concentré, alors que moi, je fronce les sourcils en calant mes poings sur mes hanches.

— Non. Il n’est pas question que je te cogne volontairement. Je m’en veux déjà de l’avoir fait sans m’en rendre compte l’autre nuit, je refuse de retenter l’expérience.

Ethan laisse retomber ses poings de chaque côté de son corps, puis échappe un court soupir.

— Écoute, Emma, commence-t-il d’un ton patient. J’ai beaucoup réfléchi ces derniers jours et je pense que si tu veux cesser de craindre tes peurs tu dois les affronter. Tu dois non seulement savoir te défendre parfaitement, mais aussi être capable d’attaquer sans hésiter.

— Tu crois ?

— Je ne crois pas, j’en suis certain. Vivre dans la peur tous les jours n’est pas une vie, c’est ni plus ni moins qu’une prison. Crois-moi je parle par expérience. Ce n’est pas toi qui mérites d’être en taule, c’est Quentin. Tu te défends sûrement très bien, mais dans certains cas ce n’est pas suffisant. Le meilleur moyen de défense a toujours été et restera toujours l’attaque.

Je l’écoute sans vraiment le voir, revoyant Quentin en pensée me surprendre par-derrière, alors que je rentre tranquillement chez moi. Même si j’avais su me battre à ce moment-là peut-être que cela n’aurait rien changé. Ou peut-être que si…

— Je comprends.

Ethan prend mon visage entre ses mains, puis esquisse un sourire clément.

— En outre, je me dis que si tu apprends à te battre convenablement, peut-être auras-tu la chance de foutre une bonne raclée à cet enfoiré dans tes rêves. Bertolt Brecht a dit : « Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu ! » Alors la prochaine fois, bats-toi pour toutes les fois où tu n’as pas eu l’occasion de le faire.

À ce moment, je comprends que la véritable raison de cette discussion est, une fois de plus, pour m’aider à me délivrer de mes cauchemars.

— Tu penses qu’on peut contrôler les rêves de cette façon ?

Il s’écarte en haussant les épaules.

— Pour être franc, je n’en sais fichtrement rien, mais je l’espère !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode