Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Delph-3 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
panique pas, Oli! panique pas, Oli!
Karine Anselme   
Oli est mère célibataire de deux grandes jumelles (ou grumelles.) A trente-cinq ans, elle en a vu des vertes et des pas mûres ; malheureusement, la dernière en date lui a coûté sa confiance en elle et l’amour de sa vie (du moins, de ce qu’elle croyait.) Déçue, brisée, elle se refuse à penser à une prochaine idylle, portant encore le deuil de ce mariage tombé en ruines. Elle s’accroche à la vie grâce à ses filles et à ses deux meilleures amies, Maggie et Emma. Enchainant soirées de beuverie, fous rires et job atypique, Oli ne parvient néanmoins à retrouver « le petit truc » qui lui manque. Jusqu’à cette folle nuit vouée à fêter son anniversaire où elle rencontre Isaac … ou Superman, pour les intimes !

Karine Anselme nous propose un sacré pavé, surtout au vu du genre qu’elle traite : l’érotisme qui tient une place prépondérante dans le récit. Une chose est toutefois certaine : l’écriture est fluide, la lecture facile … malgré quelques petites coquilles bien cachées, tocs d’écriture que l’on finit par repérer à force de lire, des longueurs issues de petites redondances dans la bobine de l’intrigue et des répétitions.





Karine a pris le parti de jongler avec la vulgarité, faisant d’Oli un personnage capable de jurer comme un camionneur. Ce choix est malgré tout à double-tranchant : parfois, c’est peut-être un peu trop et finit par dégoupiller une certaine lassitude et faire sauter quelques passages tournant autour de « putain » « bordel de merde » et autres mots fleuris. Certains peuvent en arriver à les occulter en lisant les dialogues où ils sont les plus présents. C’est un peu dommage si ce n’est pas ce que le lecteur recherche. C’est tout de même posé, expliqué dès le début : c’est Oli et c’est comme ça, c’est elle.





Oli est une héroïne qui doit évoluer, « arrêter de paniquer » et prendre confiance en elle. C’est une femme immature qui fait des choix pas toujours justes, avec moult défauts dont elle s’accommode et, parfois, s’en amuse. Jurer comme un charretier est un moyen pour elle de se façonner un masque plus dur, visant à dissimuler sa sensiblerie et son petit cœur en miettes.

Ce qui est appréciable avec Isaac, c’est qu’il n’est pas un éternel bad boy que l’on croise à tous les rayons New Adult ou Erotique. C’est un héro bien sur lui, agréable … normal, même, hormis quelques particularités qui font de lui un Superman. Et c’est ce qui fait tout son charme.

Les personnages présents dans la vie d’Oli participent en majorité à ce récit, surtout Emma et Maggie qui ponctuent l’intrigue de leurs pitreries et autres conseils avisés. En débutant Panique pas, Oli ! il ne faut pas appréhender l’éventualité de passer bons nombres d’heures avec ces personnages secondaires déjantés, francs, qui ne tournent pas autour du pot. Ils sont là pour dire ce qu’ils pensent, pousser Oli dans ses retranchements et pimenter le récit de leurs interventions pour le moins cocasses. On parle de sexualité, déboires, alcool ... mais, surtout, ce petit groupe s'amuse comme des petits fous.

Si ce roman est une romance érotique, Karine Anselme laisse toutefois un petit coin pour laisser s’installer les émotions, les introspections nécessaires à l’évolution de son héroïne.

En parlant d’érotisme, adepte de la sensualité soft, passez votre chemin. Un chat est appelé un chat dans ce livre. Oli doit réapprendre, se découvrir, s’affirmer … et le côté érotique (majoritaire) va beaucoup l’y aider … mais je n’en dis pas plus.





Vous l’aurez compris : Panique pas, Oli ! est donc un roman érotique, romantique et Chicklit (notamment avec la manie d’Oli de s’adresser directement aux lecteurs, attention de ne pas trop en abuser ?) qui vous fera passer un bon moment : tantôt par des sourires, voire des petits rires pour ceux qui sont sensibles à l’humour livresque, des montées d’adrénaline enfiévrée ou des traits attendris par quelques passages dédiés à l’émotion.

Paniquez pas, lecteurs !

P.S : je peux vous conseiller de lire la Note de l'Auteur et les Remerciements... !

http://surlesailesdunlivre.forumactif.com/t1666-panique-pas-oli-de-karine-anselme?highlight=panique+pas+oli
Too Late Too Late
Colleen Hoover   
Avant de commencer, il faut absolument que je vous prévienne. Too Late n'est pas à mettre dans toutes les mains. D'ailleurs, même l'auteure a prévenu tout au début du livre.

Vous le savez certainement, je suis fan de Colleen Hoover. c'est d'ailleurs en refermant son roman Maybe Someday que j'ai décidé d'ouvrir mon blog, pour dire à la Terre entière qu'il fallait lire ce roman.. Et tant qu'à faire, je vous conseille aussi Hopeless, Indécent et Ugly Love.. Confess aussi d'ailleurs.. ah et Jamais Plus aussi (même s'il change de ton)

Bref, c'est donc parce que je suis fan de CoHo, que j'étais hyper curieuse de découvrir l'histoire de Sloan. Il faut savoir qu'à la base, l'auteure a écrit cette histoire pour le délirer, et c'est à force que ses lectrices lui demandent de leur montrer, qu'elle en est venue à publier chapitre par chapitre Too Late, sur WattPad.
J'avais donc eu écho très vite de certains détails de ce roman, et j'avoue, j'ai attendu sagement la traduction pour le lire car j'étais assez septique, voire réticente sachant certains points.. mais en même temps c'est Colleen Hoover, donc je me devais de la lire. (Il faut savoir que j'ai actuellement 31 livres de cette auteure dans ma bibliothèque.. En VO, en VF, de différentes Maisons d'édition, bref je suis accro)
C'est donc sans grande attente, et en connaissance de cause de que je me suis lancée hier dans cette lecture. Direct quand il est arrivé dans ma PAL.

La première chose que j'ai envie de dire, c'est que pour une fois je suis HEUREUSE d'avoir été spoliée. Heureusement que j'étais au courant des grandes lignes du bouquin, et heureusement que Colleen Hoover explique comment et pourquoi Too Late a été écrit, puis publié.. Parce que là, autant vous le dire tout de suite.. J'ai la moitié du temps de ma lecture à me dire "non mais WTF !!, t'es sérieuse là, Colleen ??"
L'écriture de CoHo est toujours addictive. Ça, c'est un fait, je ne peux pas lui retirer ça. J'ai dévoré les 350 premières pages (sur 470) .. Je suis passée par plusieurs stades durant ma lecture. Dès les premiers chapitres j'ai senti que je n'allais pas pouvoir m’arrêter de lire, et j'étais donc soulagée.. Puis, plus je tournais les pages, plus je déchantais.. pour ensuite retrouver espoir. Il faut dire que Carter avait tout pour lui au début. Malheureusement, Asa était là, et avait droit, lui aussi à ses chapitres (avec son point de vue). Du coup je suis passée par plein d'émotions. J'étais à fond, puis surprise, blasée, agacée, énervée, pi je reprenais espoir.. Jusqu'à la fin du livre.. enfin, quand je dis fin, c'est plutôt, la fin de l'histoire avant les prologues et épilogues.
Car Il faut le savoir, ce livre a été publié comme il a été écrit, et mis en ligne sur Wattpad.. Du coup, quand on arrive à la fin du livre, et qu'on se dit : ah, c'est bon, j'ai compris l'idée.. Ba Colleen Hoover nous en rajoute une couche.. puis une autre.. et encore une autre.. Franchement, les derniers chapitres là, je les ai lus presqu'en diagonales.

Je suis donc là à rédiger cet avis, et je ne sais toujours pas quelle note donner à ce roman.
Tout à l'heure, j'étais avec ma voisine-amie, et je lui parlais de mes impressions, à chaud (je venais juste de le terminer) et je lui ai sorti un truc du genre "non, mais je pense qu'en fait, l'auteure l'a écrit alors qu'elle faisait une overdose de Coca-Cola.."

En fait je pense qu'on a deux possibilité pour lire ce roman et l'apprécier un tantinet soit peu :
- Soit en ne connaissant pas la plume de l'auteure, et là, on n'en a donc aucune attente, et soit ça passe, soit ça casse.. (faut surtout ne pas trop réfléchir sur les réactions des personnages, car bien souvent je m'disais que ce n'était pas du tout crédible, voire pire, que ce n'était pas du tout plausible ..les histoires de dépôts de plainte, etc.. je veux bien que la justice américaine soit bancale, mais là, hein)
- Soit le prendre comme une grosse blague. Le prendre au 39è degré, et le lire avec humour.

En plus, je n'ai pas du tout réussi à avoir de l'empathie pour les personnages (j'y ai cru au début, mais c'était tellement surdosé, et pas réaliste par moment, ou du moins trop "catastrophisé", sans émotion).. Pire, même, j'étais agacée de voir que l'auteure avait envie de nous faire ressentir de la sympathie pour Asa.. Non franchement, j'avais envie de hurler durant certains passages.. Je n'ai pas du tout retrouvé la plume de l'auteure niveau romance, moments choupinou.. J'veux dire.. Ok, CoHo change totalement de registre, de genre.. mais mince quoi, où est passé ce qui a fait son style à proprement parler? Cette faculté qu'elle avait de nous faire passer des larmes aux rires en 3 paragraphes ?

En résumé, je ne sais pas quoi penser de cette lecture. Franchement, si ce livre avait un autre nom d'auteure sur la couverture (que je trouve bizarre mais qui représente finalement bien l'histoire), je ne m'y serais pas du tout intéressée.. C'est parce qu'il était écrit par Colleen Hoover que je l'ai lu, car comme on le dit souvent (Nos étoiles contraires, le film, ou encore l'introduction de Jay Crownover dans Wild Men 1) , quand on aime une personne, on serait "capable de lire sa liste de courses" tellement on est impatient de replonger dans ses œuvres, d'en découvrir de nouvelles..
Malheureusement, depuis November 9 que j'ai lu en VO, et Jamais plus que j'ai lu en VF, je commence à perdre mon amour pour ses romans. Je veux bien que les auteures ont le droit, et souvent ont besoin de changer de registre.. Mais .. je reste bloquée sur un truc en fait :
Comment peut-on passer de l'écriture de Jamais Plus, avec un message fort, beau, poignant.. à Too Late.. Comment, après avoir écrit Jamais plus, peut-on faire sortir de son imaginations des personnages, et surtout leur faire faire des trucs de ce genre ?
Colleen Hoover explique bien au début de son roman, qu'au départ, elle écrivait pour elle-même et n'avais pas l'intention de publier cette histoire... Bah j'ai envie de dire .. J'aurais peut-être préféré qu'elle le garde secret. Mon cerveau et mon petit cœur n'avait peut-être pas besoin de ça en fait..

En conclusion je dirai que si vous avez le cœur bien accroché, si vous arrivez à vous détacher des histoires précédentes de Colleen Hoover, si vous n'en attendez pas grand chose, et si vous gardez en tête qu'il n'est pas fait pour tout public, alors laissez-vous tenter, il vous plaira peut-être.
En ce qui me concerne, j'espère vite l'oublier. Et je ne le conseillerai pas du tout à ma fille qui est fan de Colleen. Je veux qu'elle garde son amour pour l'auteure intact. Par contre, je le conseillerai à mon amie Christelle, pour avoir son avis ;)
D'ailleurs si vous l'avez lu, je serai heureuse d'avoir votre avis.. pour voir si on a ressenti les même interrogations au fil de notre lecture..
Dive Bar, Tome 3 : Chase Dive Bar, Tome 3 : Chase
Kylie Scott   
je l'ai lu en une journée l'histoire est globalement bien mais sans plus même s'il y a des passages mignons avec la petite de Jean mais je préfère la série Stage Dive largement

par maeva81
The pink panthers, Tome 3 : Haittie The pink panthers, Tome 3 : Haittie
Audrey Dumont   
L'avisde Galie de Words of love : https://wordsoflovebooks.jimdo.com/2019/01/28/the-pink-panthers-3-haittie-audrey-dumont/

Entrez une fois au Pink Panthers et vous n'aurez qu'une envie : y retourner encore et encore. Et quand Audrey Dumont vous propose un pass VIP, c'est le paradis! Me voici donc plongée dans ce troisième tome des Pink Panthers consacré à notre serveuse rebelle : Haittie.

Je ne pleure que très rarement quand je lis mais, là, je n'ai jamais pleuré aussi vite dans une lecture. Ça vous prend aux tripes dès le prologue! Je n'en reviens pas d'avoir été submergée aussi vite par cette histoire.

Chaque tome peut se lire indépendamment mais je ne vous le conseille pas, vous rateriez l'essence même de cette série: la symbiose entre les membres du Pink. Alors, lisez-le dans l'ordre pour ne pas en perdre une miette.

Haittie est une rebelle impulsive, je m'attendais donc à un livre explosif...Et bien non, au contraire, je l'ai trouvé plein de réflexion et de recul sur la vie. On comprend pourquoi Haittie se protège derrière ce côté rentre-dedans, et surtout pourquoi il y a un tel paradoxe entre sa vie professionnelle délurée et son cocon personnel, au calme avec vue sur l'océan. Ce tome reflète à mon sens la personnalité de Haittie: le Pink comme famille pour qui elle sera toujours présente mais aussi ce besoin viscéral de vivre en retrait et seule, pour retrouver son refuge. De ce fait, on passe beaucoup de temps hors du Pink par rapport aux tomes précédents mais cela ne m'a pas gênée car le Pink ne se limite pas à un local commercial à Sacramento, ce sont ses membres qui le rendent vivant et le côté "famille de cœur" que j'avais ressenti et adoré ressort bien dans ce troisième tome.

Brad est tout aussi stupéfiant. On l'a rencontré précédemment et l'image que j'avais de lui était la même que celle que s'est faite Haittie : un macho, limite lourd. Quelle surprise de découvrir sa vraie personnalité! Il m'a sincèrement émue. 

L'alchimie entre eux est plus que palpable, même dès leurs premiers ébats on comprend que Brad veut plus alors qu'il laisse croire le contraire. 

J'ai étrangement trouvé ce tome reposant. Haittie m'a profondément touchée, probablement parce qu'on se ressemble sur beaucoup de points. C'est plus que le tome de "Haittie", c'est un roman sur l'acceptation de son propre passé, sur comment en faire une force au lieu d'un fardeau.

Ne cherchez pas d'intrigue avec des rebondissements de dernière minute dans cette histoire, il n'y en a pas et c'est très bien ainsi car ce ne serait que superflu. Découvrez seulement Haittie, son histoire, ses tourments et son parcours pour que, enfin, la vie soit aussi simple que cette maxime:
"Des étoiles pour nous éclairer.
L’horizon pour nous guider.
Des vagues pour nous faire vibrer."
Le jour où..., tome 1 Le jour où..., tome 1
Miss Hl's   
J'ai adorée cette histoire avec Laura et Thomas ♥
Bon des moments j'avais envie de secouer Laura pour la réveiller, Thomas lui est parfait. On s'attache très vite aux personnages, c'était dur de voir la fin arriver et de ce dire que le livre est bientôt fini.
[spoiler]Sans spoiler, j'ai hâte de lire la suite car une fin comme ça ce n'est pas possible[/spoiler].
En tout cas je suis triste de ne pas avoir pu aller au SDL à Paris pour rencontrer l'auteur et lui parler de sa jolie plume.
Je recommande vraiment ce livre, il est top.

par Nath-5