Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Delphine-42

Extraits de livres par Delphine-42

Commentaires de livres appréciés par Delphine-42

Extraits de livres appréciés par Delphine-42

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 13-11
Irrespirable est un thriller anxiogène et addictif bien qu'avec une construction convenue.

Sur une intrigue somme toute classique, la puissance du premier thriller d'Olivia Kiernan réside dans la personnalité de son personnage principal, Frankie Sheehan, commissaire de police qui reprend du service après une interruption de travail suite à une agression pendant le service qui lui a laissé des séquelles.

Nous suivons son point de vue pendant tout le roman, faisant des incursions dans la vie du commissariat, ce qui rend le récit plus réaliste et vivant.

Cette femme se bat contre ses propres démons ainsi que contre sa hiérarchie, tentant d'imposer ses intuitions contre les restrictions budgétaires et les doutes émis à son encontre.
Un peu tête brûlée sur les bords, elle a le chic pour se mettre dans des situations dangereuses et anxiogènes.

L'intrigue nous mène dans les milieux BDSM extrêmes que l'on peut trouver sur le Dark Net, mais bien loin des petites fessées de 50 Shades of Grey^^

Ce milieu est bien plus un prétexte qu'une véritable thématique du roman, car plutôt survolé, j'avoue avoir été assez décontenancée par la quatrième de couverture, qui en raconte beaucoup trop (certains éléments n'arrivant qu'à la moitié du roman) et d'autres qui laissaient à penser que le roman serait un peu plus trash qu'il ne l'est réellement.

Irrespirable est un bon thriller avec des personnages solides et complexes. Le roman garde son suspense jusqu'au bout et distille une ambiance intrigante à souhait.

Un premier roman prometteur et un personnage principal, qu'on aimerait retrouver :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-11
Pour les amateurs de la page Facebook de Virginie Grimaldi, ce titre doit vous interpeler, tant les rendez-vous avec cette chère Mamie sont des rendez-vous réguliers, plein d'humour, de légèreté et d'authenticité.

Ce recueil, dont l'intégralité des bénéfices iront à l'association CéKeDuBonheur, qui aide les services pédiatriques à améliorer les conditions de vie des enfants séjournant à l’hôpital à travers de multiples actions (www.cekedubonheur.fr), est une petite pépite de bonne humeur, de franche rigolade, et de tendresse, à l'instar des romans de l'auteure.

Sur une année, nous partageons des tranches de vie de Virginie Grimaldi, au travers de ces cartes postales, envoyées à cette chère Mamie. Une photo, un texte avec des anecdotes remplies de l'humour de l'auteure et qui démontre que ces héroïnes ne sont pas si loin d'elles finalement et de nous toutes en fait ^^

Un pur moment acidulé, qui peut se déguster lentement au fil des jours ou d'un coup pour les plus boulimiques ^^
Une jolie parenthèse à s'offrir tout en accomplissant une bonne action :)


Prix du livre : 5 €, ce n'est rien, ce n'est toujours pas remboursé par la Sécurité Sociale mais c'est bien plus efficace que bien des traitements anti morosité ;)
L'objet livre est de très bonne qualité, ce qui ne gâche rien :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-11
Une couverture et un titre percutants et à la lecture de la 4e de couverture, je me suis dit : "bon sang, ce livre, faut que je le lise absolument !!!"

Allez tous vous faire foutre est un livre atypique, totalement barge à l'instar de son personnage principal.

Suite au meurtre de sa voisine du dessous, Jack Price interroge son quartier et ses sources afin de savoir ce qui a pu se passer. Non pas qu'il appréciait sa voisine, Jack n'aime personne vraiment... juste une curiosité et un intérêt pour son business.
Quand des hommes le passent à tabac et le laissent dans un sale état, sa curiosité devient une obsession et il commence à remuer et bousculer des personnes qui vont vite s'agacer au point de lui mettre un contrat sur sa tête. Contrat qui va être alloué aux Sept Démons, organisation de sept mercenaires sanguinaires et internationalement reconnus...
Mais Jack Price n'est pas une personne lambda et le lecteur va se retrouver plonger dans une marée de violence, d'humour, d'action et de dialogues et monologues incessants.

Tout d'abord, il m'a fallu un temps d'adaptation sur la forme du roman. Le personnage principal s'adresse au lecteur directement comme une voix off dans un film. Un peu déroutant à la base, une fois immergée dans le roman et son style, c'est un one man show de Jack Price qui part totalement en roue libre dans ses actes et paroles tout en narrant une histoire complexe et pleine de rebondissements. Un roman totalement hors norme qui rentre dans la catégorie "ça passe ou ça casse" et qui fut totalement addictif pour moi.

Un vrai plaisir coupable ce roman qui allie moments défouloirs, moments de tension et humour corrosif. Aussi bavard que certains dialogues de Tarantino, Allez tous vous faire foutre va vous emporter dans une aventure atypique où l'humanité n'est qu'un moyen de pression dont le taux de change est en totale perdition.

Une très bonne lecture en ce qui me concerne mais qui risque d'en déconcerter plus d'un mais comme le dirait si bien Aidan Truhen : Aimez-moi ou Allez tous vous faire foutre... ;)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-11
Ce thriller horrifique me faisait envie depuis sa sortie, j'avais repoussé sa lecture le pensant trop jeunesse... finalement, ce fut une excellente lecture addictive que j'ai littéralement dévorée.

Sophie, 16 ans, part passer deux semaines chez ses cousins, suite à la mort de son meilleur ami dans de mystérieuses circonstances.
Arrivée sur place, des phénomènes étranges se produisent et elle s'aperçoit qu'elle a emmené un esprit avec elle dans ses bagages, esprit qui était présent lors de la mort de son meilleur ami...

Alex Bell réussit à distiller une ambiance pleine de suspense et oppressante. Quelques passages sanglants mais pas trop mais surtout une atmosphère malsaine, énigmatique et dont on veut absolument connaître les tenants et aboutissants.

Emmurées est une lecture angoissante, avec des personnages troubles dont la vraie facette fera jour au fil des pages pour révéler un dénouement glaçant.

Si vous aviez déjà des soucis avec les poupées du style Chucky ou Annabelle, sachez que ça ne va pas s'arranger^^ Jouer à la poupée n'est pas si anodin que ça, vous allez l'apprendre au fil de ces pages.

Pour ma part, ce fut un excellent moment de lecture, j'ai apprécié de frémir sur cette histoire d'esprits et de possession ainsi que sur le mal inné de l'être humain...

Une lecture que je vous recommande dès 14 ans ;)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-11
L'assassin de ma sœur, le meurtre de départ mis à part, est un thriller psychologique, qui commence de façon forte pour se perdre dans des fausses pistes et des flashbacks, nous en apprenant, certes, plus sur les personnages mais nous déroutant très souvent également.

Le personnage de Nora est très intrigant également : femme fragile, elle est très touchée par la mort de sa sœur mais développe un instinct obsessionnel à trouver elle même le coupable, quitte à se comporter très bizarrement, éveillant chez le lecteur des sentiments divers.

Si ce thriller a une intrigue plutôt solide, j'ai déploré les longueurs et le match se livrant deux suspects, se renvoyant constamment la balle, occultant les autres possibilités de suspects.

Du coup, le dénouement m'a paru un peu bâclé, tout se termine en une dizaine de pages, on a tout de même les motivations mais le final m'a frustré, personnellement.

Cependant, comme je le disais plus haut, l'intrigue est solide et le suspense est bien conservé jusqu'au bout mais j'ai trouvé la forme trop déroutante pour que je sois totalement captivée.
Sachant que c'est un premier roman, la plume de l'auteure est bien sûr perfectible et je reste curieuse de lire son prochain roman.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-11
Mon premier Matthieu Biasotto, oui, j'aurai mis le temps. Très connu dans le milieu de l'auto-édition, il aura fallu qu'il soit édité chez Bragelonne pour que je lise alors que j'ai son intégrale dans ma liseuse, achetant ses titres à chaque sortie^^

Le supplément d'âme n'est pas à proprement parler un thriller, plus un roman contemporain avec un petit suspense en toile de fond.

Thomas Garnier est victime d'un accident qui le laisse entre la vie et la mort. Coincé dans cet entre-deux, il va faire le dur constat de sa vie qui l'a mené jusque là et voir toutes ses erreurs en quête d'une rédemption?

Le supplément d'âme ne traite pas d'un sujet très original mais j'ai beaucoup aimé le traitement et la plume.
Le personnage de Thomas est quelqu'un d'abject que l'accident va totalement chambouler, au-delà de l'aspect physique. En même temps que le lecteur, il va prendre conscience des nombreuses erreurs qu'il a commis dans sa vie grâce aux notes d'un mystérieux carnet qu'un fantôme du passé (merci Dickens^^) va lui révéler au compte gouttes...

Au fil des révélations, les événements sont vus sous un autre jour et on se prend à espérer que cet être abject ait droit à sa seconde chance, ne serait-ce que pour son fils...

J'ai bien aimé cette incursion dans l'univers de l'auteur même si par moment, je trouvais les situations répétitives.

J'ai juste trouvé dommage qu'on n'en sache pas plus sur le concept de la cible qui est abandonnée à un moment crucial :(

Un roman sympathique, qui n'est pas une grande découverte sauf pour la plume très addictive et poétique de l'auteur que je relirai très prochainement :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 31-10
Une innovation avec cette lecture pour moi, puisque c'était mon premier polar japonais. J'avais l'habitude de voir des films, marqués par une noirceur qu'on ne trouve pas ailleurs, et l'envie m'a titillée de lire un roman pour voir l'univers littéraire d'un polar :)

Le loup d'Hiroshima reprend le schéma assez classique du policier aguerri et taciturne qui prend sous son aile une nouvelle recrue.
L'originalité vient des rapports qu'entretient le commandant avec les Yakuzas, qui amène le lecteur et le jeune lieutenant à se poser des questions sur l'intégrité d'Ôgami.

J'ai beaucoup aimé les personnages, que ce soit du côté des policiers que celui des yakuzas, avec leurs forces et leurs faiblesses ainsi que leur code de l'honneur.
L'intrigue nous plonge dans le milieu de la guerre des gangs que se livrent les yakuzas, leurs règles et leurs méthodes. Parallèlement, on suit les moyens dont dispose la police japonaise pour contrer la criminalité.

Par les yeux du novice Hioka, nous découvrons les us et coutumes du Japon et la complexité des personnages où la corruption n'est pas toujours là où on s'attend à la voir...

Le bémol à ce roman pour moi fut le rythme, peu d'action, on est beaucoup dans la narration et dans la description. Beaucoup de suggestions là où être dans le moment de l'action aurait été préférable pour moi.

Cependant, Le loup d'Hiroshima est un très bon polar noir avec du suspense et une ambiance oppressante et fut une belle découverte pour moi :)
Une adaptation cinématographique est sortie cette année au Japon.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J'avais découvert l'auteure Delphine Biaussat avec sa nouvelle, Les Survivants d'Aglot (http://aufildesevasionslivresques.blogspot.com/2018/10/les-survivants-daglot-de-delphine.html) qui m'avait donné envie de découvrir d'autres romans de l'auteure.

C'est aujourd'hui chose faite avec ce roman policier teinté de fantastique, qui rappelle beaucoup les ambiances à la Agatha Christie, so british, et avec un policier, digne successeur d'un Hercule Poirot.

Tout l'aspect enquête et mystère du roman m'a beaucoup plu, le suspense étant maintenu jusqu'au bout...

Sur la forme, je suis plus mitigée...
La narration, alternant un chapitre/un personnage, est intéressante mais il est regrettable de ne pas avoir le point de vue de tous les personnages présents au manoir et que les points de vue se limitent à une poignée de personnages...
De plus, j'ai trouvé dommage que le personnage principal, Caroline, tienne des propos très naïfs, ce qui plombait l'enquête pour ma part...

Le prologue avec l'héroïne est bien trop long à mon goût pour l'intrigue qui nous intéresse...

L'aspect fantastique est intéressant également mais malheureusement survolé. Je m'attendais à plus d'interactions entre le réel et l'irréel qui auraient pu donner beaucoup plus de piquant à l'intrigue.

Une enquête sympathique donc, malheureusement trop de maladresses dans la forme pour emporter mon adhésion. La plume et la créativité de l'auteure demeurent intéressantes et je continuerai à la suivre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-10
Le premier roman de l'auteur, Les Démoniaques, avait été un coup de cœur pour moi. La découverte d'un auteur à la plume très sombre mais, qui, au-delà des apparences, nous livrait aussi une belle histoire.

Dire que j'attendais le second roman de Mattias Köping est un euphémisme, une réelle excitation, une attente fébrile mais à la fois, la peur que l'attente soit déçue, une attente de quasi deux ans ...

Et c'est de nouveau un coup de cœur, un énorme...
Avec ce nouveau roman, Mattias va encore plus loin dans les tréfonds de l'horreur qu'un être humain peut commettre. Pas d'élément fantastique, beaucoup de faits basés sur l'histoire de conflits (ici, le conflit serbo-croate et la guerre des Balkans), l'horreur à l'état pur, la bestialité de l'homme qui peut se camoufler dans la jungle urbaine.

Le Manufacturier n'est pas un thriller où le bien combat le mal mais où le Mal combat le Pire.

Des personnages doubles, des personnages meurtris, des victimes, des bourreaux, de la drogue, du sexe, de la violence, des meurtres, de la vengeance ... oui Le Manufacturier vous apportera tout ça mais pas que...
Une intrigue très dense avec de multiples personnages, lieux et époques mais qui s'imbrique à merveille.

Ce thriller vous plongera dans l'horreur des criminels de guerre et ceux de l'ère du Dark Web. Mais aussi dans ce que la torture physique et psychologique a de plus abject.

Oui, Le Manufacturier est pour un public averti...

Oui, Le Manufacturier va très loin dans les violences et les tortures.

Oui, Le Manufacturier ne pourra pas être prêté à tout le monde (sauf si vous avez des copains badass, fallait bien les choisir ^^)

Oui, Le Manufacturier est un thriller très bien écrit et fort bien documenté.

Oui, Le Manufacturier est très addictif malgré son propos.

Oui, j'ai adoré Le Manufacturier et je proclame Mattias Köping, grand auteur de thrillers qui dérangent autant qu'ils font réfléchir.

Oui, Mattias, t'es dingue et je t'aime toujours :)

Ah et oui, je vous le conseille si vous avez le cœur et les tripes bien accrochés ;)
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 23-10
Enfermé.e est un roman très noir et bouleversant. C'est un roman qui vous bouscule violemment et vous terrasse par sa narration.

Narration qui alterne entre le passé de Virginie et un présent (qui pour nous, est le futur) où Virginie est en réinsertion professionnelle après sa peine carcérale et agit de façon étonnante.

Narration qui nous montre le calvaire de Virginie ces années d'enfance, d'adolescence, de jeune adulte et d'enfermement.

Narration étrange où personne n'est nommément nommé mais désigné par sa fonction ou une caractéristique physique ou caractérielle. Chaque personnage dans l'entourage de Virginie se retrouve désincarné, à part Fleur et Lana, ses compagnes d'armes en prison.

Narration révoltante face à la cruauté et l'ignorance des gens qui se retrouvent dans le sillage de Virginie. Le sang du lecteur bouillonne face à autant de violences gratuites, de bêtise humaine et d'injustices.

Narration qui finit par trouver tout son sens quand les deux époques finissent par se rejoindre et nous fait comprendre les sombres desseins qui habitent Virginie.

Enfermé.e est un roman à part dans l’œuvre de l'auteur, un roman personnel dédié à sa nièce. Un roman sociétal où est traité le transgenre dans la vie quotidienne et dans le milieu carcéral.
Un thème peu connu et peu traité dans les romans. Jacques Saussey s'est plongé dans le sujet et, riche de ses nombreuses documentations, nous livre un roman poignant, cru et dérangeant sur les difficiles conditions de vie de ces hommes et femmes dans le quotidien et en situation d'enfermement.

Aguerri aux thrillers et polars, l'auteur réussit avec brio cette transition dans le roman noir sociétal avec sa plume riche et addictive. Et bien qu'une enquête se profile dans les toutes dernières parties du livre, c'est bien un roman noir.

J'ai été happée par l'histoire, le désarroi de Virginie, bien qu'elle m'ait aussi décontenancée par moments. Une envie de la consoler, de frapper les idiots qui l'entouraient, de lui dire que ce n'était qu'une poignée d'idiots et qu'heureusement, bien d'autres personnes la tolèrerait et ferait fi de sa "différence".

Un roman qui bouleverse et révolte, un roman qui restera ancré dans les esprits, un roman qui explique ce que des mots ne suffisent pas toujours à faire comprendre, un roman qui prend vos tripes, les retourne en vous giflant au passage.

Une grande claque!!!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
Erin Kelly s'est fait connaître en France avec la série Broadchurch, un bijou britannique de suspense.

Par omission est un thriller qui explore la thématique, jusqu'ici peu développée, des chasseurs d'éclipses. Pour ma part, c'était un sujet que je ne connaissais pas et dont je n'imaginais même pas l'existence et cet aspect du roman m'a beaucoup appris et fasciné.

Mais, Par omission est surtout un thriller psychologique où les deux personnages principaux, Laura et Kit, ont vécu un événement traumatisant en 1999 lors d'une éclipse, et se débattent toujours avec les conséquences en 2015.

Pourquoi?

Parce que le doute s'est immiscé suite à la duplicité des personnages, qu'ils soient internes ou externes au couple. Les mensonges, qui pouvaient sembler anecdotiques, ont enchaîné des catastrophes en cascades.
Par une narration alternée des deux personnages principaux en 1999-2000 et en 2015, Erin Kelly permet au lecteur de voir les conséquences d'un événement qui petit à petit se dévoile pour se livrer au lecteur, qui va de surprise en surprise jusqu'à la fin...

Par omission est un excellent thriller qui manipule le lecteur grâce à des personnages savamment développés et intrigants et à des situations ambiguës pouvant semer le trouble.

Le seul hic pour moi a été le rythme. Autant, le livre se lit à une vitesse étonnante, autant j'ai peiné quelquefois face à la lenteur dans la progression du récit.
En ayant la globalité du roman, beaucoup de ces longueurs étaient nécessaires pour le dénouement, cependant, même si ma lecture se faisait rapidement, j'avais hâte qu'on entre dans le vif du sujet à plusieurs reprises.

Par omission est donc pour moi une très bonne lecture et si vous êtes comme moi, accrochez-vous à la lecture même si vous y voyez des longueurs car le jeu en vaut la chandelle ;)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Alma écrit par Cizia Zykë
date : 17-10
Dernier roman de Cizia Zykë, Alma est comme son testament d'écrivain - décédé en 2011, nous livrant toute la richesse de son talent de conteur.
Précédé d'une préface écrite par Thierry Poncet qui fut un compagnon d'aventures de l'auteur, je vous invite à la lire avant le roman afin de découvrir les circonstances qui ont mené l'auteur à écrire ce conte et pour comprendre la personnalité de l'auteur qui sera le conteur d'Alma.

En effet, Alma est un conte, un conte cruel, certes, mais adouci par l'humour de l'auteur.

Nous suivons Alma, jeune fille juive, ayant miraculeusement échappé au massacre de sa famille dans la première année de sa vie et qui atterrit chez sa tante à Séville où elle évolue dans une communauté juive aimante.

Seulement, nous arrivons en 1492, année du décret de l'Alhambra, édit de l'expulsion des Juifs d'Espagne et le quotidien d'Alma et de ses proches va se retrouver totalement chamboulé, notamment avec l'arrivée du Grand Inquisiteur, Tomas de Torquemada.

Alma est une jeune fille avec d'étranges pouvoirs dont celui de parler avec Dieu et ce conte va nous raconter son parcours de sainte dans un monde d'horreurs et de violences.

Alma est un beau conte historique où l'horreur des faits se mêle à la légèreté du conteur. Une histoire bouleversante terriblement actuelle sur de nombreux points, narrée avec la plume talentueuse de l'auteur qui nous embarque dans un récit palpitant.

Une jolie découverte bien que glaçante que je vous invite à découvrir à votre tour :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-10
Gallimard a sorti ce roman en littérature blanche dans sa collection du monde entier. Pourtant, la couleur de ce roman est noire indéniablement...

Roberto Saviano, dix ans après avoir dénoncé sur la mafia dans Gomorra, revient avec une sorte de suite romancée. De son titre original, La parenza del bambini (la parenza est aussi bien un bateau de pêche qu'un groupe de personnes formant une famille loyale), le roman sort en France sous le titre Piranhas, ces petits poissons voraces attaquant en groupe.

Malgré son quotidien chamboulé depuis la sortie de Gomorra et d'Extra Pure (le romancier est menacé de mort et vit sous protection depuis et ne se déplace pas sans garde du corps), Roberto Saviano nous livre, certes, une fiction, mais basée sur des faits réels : les bandes d'enfants formant des gangs, avides de pouvoir et de reconnaissance.

En effet, dans Piranhas, nous suivons le périple de Nicolas et de sa parenza, formée d'enfants de dix à seize ans, qui profite que les anciens soient en prison pour prendre le contrôle du marché et former leur propre mafia.
Un récit terrifiant... Voir ses enfants, à peine sorti de l'enfance, se prendre pour des adultes criminels, étant sans pitié, même entre eux.
Des enfants qui veulent tout immédiatement, sans attendre, sans vision réelle de l'avenir car ils savent tous qu'ils peuvent mourir d'un jour à l'autre et le plus terrifiant est qu'ils n'ont pas peur de mourir... Ils vivent intensément chaque moment comme si c'était le dernier, s'impliquant dans des délits de plus en plus dangereux, peu importe le prix à payer tant que le délit rémunère...

Un récit glaçant et bouleversant qui ne nous épargne rien... Les premières pages sont à la limite du voyeurisme mais avec la globalité du roman, on se dit que ce n'était que le début d'une morbide escalade...

Les gangs d'enfants se généralisent malheureusement, même s'ils ne sont pas aussi organisés que dans ce roman, les faits divers regorgent de violences commises par des jeunes de plus en plus précoces.

Un roman qui fait peur et qui nous informe à la fois. On peut crier au voyeurisme, je n'y ai vu, personnellement, que fiction et information.

Une lecture dure et marquante, une belle incursion de Roberto Saviano dans la fiction, certes pas parfaite, mais instructive.

Je le conseille à un public averti ;)

« -Pour devenir un enfant j'ai mis dix ans. Pour te mettre une balle dans la tronche je mettrai pas plus d'une seconde. »
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-10
Une très belle claque que ce thriller très noir se passant en Afrique du Sud.

Turner se pose en personnage intègre, droit dans ses bottes et totalement incorruptible.

Ce thriller utilise tous les codes du western :
L'étranger venant défendre une cause perdue dans une communauté totalement corvéable au "seigneur" du coin bien qu'ils ne soient pas forcément d'accord avec ses agissements.
De nombreux duels et des tours de force où les personnages se respectent quel que soit leur côté...

Chaque personnage a ses raisons d'agir comme il le fait et campe sur ses positions quoi qu'il arrive...

J'ai vraiment eu un coup de cœur pour le personnage de Turner, héros dont on sait peu de choses finalement mais dont la force de caractère impose le respect et l'empathie.

Très cinématographique, ce roman entraîne le lecteur du début à la fin dans une quête de justice éperdue dans un monde où l'injustice arrive toujours à ses fins.

La mort selon Turner est un roman très noir où les morts se succèdent au nom de l'entêtement des deux parties. Une sorte de combat entre le Bien et le Mal, même si le Mal, ici représenté, n'est pas manichéen mais cherche juste à défendre son intérêt.

Un roman haletant, prenant et rythmé qui vous entraînera par son souffle puissant. Un drame en trois actes, totalement hypnotique et épique.

Une lecture que je vous recommande vivement bien sûr :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-10
Le dernier festin regroupe « La trilogie des verticales » parue aux éditions Ex-æquo entre 2010 et 2012 : La verticale du fou, A la verticale des enfers et La verticale du mal-Le dernier festin.

Ce triptyque est original en prenant un parti pris non conventionnel, celui de la victime qui suit l'enquête pendant qu'il est en instance dans une sorte de purgatoire.

L'écriture est efficace et très poétique plongeant le lecteur dans une réalité froide et violente tout en le menant à une alternative onirique et poétique.

Cette trilogie nous emmène dans une enquête avec une multitude de victimes entre Lyon et Los Angeles, dont le lien va se rétrécir au fil des découvertes et rebondissements.

Une trilogie certes sanglante mais surtout psychologique, dans laquelle nous pénétrons dans les tréfonds des âmes de certains protagonistes.

Le dernier festin est une œuvre intrigante et angoissante dans laquelle les monstres sont plus ou moins visibles et dans laquelle la locution latine "Homo homini lupus est" (L'homme est un loup pour l'homme) prend tout son sens...

J'ai dévoré cette trilogie qui m'a passionnée avec l'incursion de deux personnages s'inspirant de deux serial killers célèbres. Une sorte de docufiction qui nous transporte dans une enquête déroutante, haletante et surprenante avec un final des plus inattendus.

Une jolie découverte que ces premiers écrits de Fabio M. Mitchelli, auteur depuis notamment de La compassion du diable, Une forêt obscure et Le tueur au miroir.

Je vous conseille donc cette immersion angoissante dans l'univers de l'auteur pour une frissonnante évasion livresque :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-10
Apocryphe : On qualifie d’apocryphe une œuvre « dont l'authenticité n'est pas établie. (Source Littérature et Art).

René Manzor annonce la couleur dès le titre, ce roman est une fiction bien que s'appuyant sur des personnages et des faits réels.

Apocryphe est une évasion livresque comme j'en n'ai rarement connue. Dépaysement assuré avec ce suspense biblique et épique où le talent de conteur de René Manzor fait des merveilles.

Beaucoup de personnages comme dans toute fresque historique et biblique, dont les destins vont se croiser et se rejoindre pour un combat, celui de l'idéologie, de la religion, de leur Terre sacrée contre l'envahisseur.

René Manzor ne fait pas de sentimentalisme avec ses personnages, n'hésitant pas à les sacrifier, tel un George R.R. Martin dans Game of Thrones.

Avec Apocryphe, l'auteur s'éloigne de sa zone de confort en quittant les thrillers "classiques" et force est de constater que l'exercice est accompli avec brio.

Apocryphe est violent, épique, émouvant et passionnant. Un véritable dépaysement et une plongée dans une relecture historique.

Un roman noir à découvrir pour vibrer avec les personnages, une réussite à différents niveaux. Un joli coup de cœur pour moi dans lequel je vous invite à plonger :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 03-10
Troisième volet de la trilogie du chuchoteur, L'égarée est un thriller puissant et angoissant. Il est préférable d'avoir lu Le chuchoteur et L'écorchée au préalable mais vous pourrez cependant suivre sans l'avoir fait ;)

Au début du roman, une jeune fille, Samantha, est découverte dans les bois, nue avec une jambe cassée. Elle vient de s'enfuir après une longue période de séquestration mais ne se rappelle de rien. Prise en charge dans un hôpital, elle est suivie par un spécialiste, le docteur Green, qui va s'efforcer à lui faire revenir tous ses souvenirs afin d'arrêter le ravisseur.

En parallèle, à l'annonce de la réapparition de la jeune fille, le privé, Bruno Genko, décide de reprendre l'enquête qu'il avait mené lors de sa disparition...

J'ai beaucoup aimé retrouver la plume de l'auteur que j'avais découvert avec cette trilogie (je n'ai pas encore lu le reste de son oeuvre...).
Il arrive totalement à happer le lecteur et à le plonger dans son histoire qu'il développe avec une plume ciselée et efficace.

L'égarée est un thriller très réussi qui jouera avec vos nerfs, vous fera frissonner et qui vous étonnera par ses rebondissements.

Donato Carrisi conclut magistralement sa trilogie, en manipulant ses personnages tout comme ses lecteurs. Une véritable réussite que je conseille aux amateurs de l'auteur et aux amateurs de thrillers aux intrigues bien ficelées :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 01-10
Les survivants d'Aglot est une nouvelle sur une épidémie de zombies.
L'auteure prend un angle différent en amenant une touche fantastique à un récit généralement horrifique.

Pas de réelle scène gore ici, tout n'est que suggestion, nous sommes plus dans une nouvelle survival où les survivants vont devoir s'entraider pour avoir une chance de s'en sortir.

J'ai beaucoup aimé l'interaction entre les personnages qu'on apprend à connaître au fur et à mesure.
L'auteure a réussi à créer une véritable atmosphère anxiogène et j'ai trouvé très originale la source de l'invasion zombie.

Delphine Biaussat entraîne le lecteur avec le groupe de survivants qui évolue en même temps que les personnages. La scène du cimetière est magnifique et aurait mérité d'être plus étendue :)

Au vu du format du récit, j'ai déploré la fin quelque peu précipitée, j'aurai préféré un récit plus long afin d'avoir un développement de l'intrigue plus poussé.

Une très belle découverte cependant et j'ai très envie de découvrir d'autres récits de l'auteure car la plume est très fluide et immersive.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-09
Jaune soufre est un court roman (192 pages) diablement efficace.
Dès les premières pages, une jeune adolescente planifie et exécute le meurtre de l'ancien compagnon violent de sa mère, pendant qu'elle est hospitalisée pour son accouchement. Lors de l'enquête, elle est logiquement lavée de tout soupçons. Des années plus tard, les enfants de l'homme assassiné réclameront vengeance.

Jacques Bablon nous livre ici un roman noir, nous décrivant des personnages violents et à la dérive avec une écriture très cinématographique.
Tous ces personnages vont se retrouver dans une histoire qui les dépasse, les enfants payant pour les erreurs de leurs parents...
Une histoire dense où les relations familiales sont au cœur du récit, que ce soit les relations mère-fils ou fraternels. Ces relations si naturelles se retrouvent ici dénaturées et douloureuses.

Jaune soufre est un polar noir qui sent le soufre (c'est le cas de le dire^^).
Une ambiance poisseuse, des personnages paumés et à fleur de peau, un mal être en épée de Damoclès, cependant un roman résolument humain avec une fin pour l'un des personnages augurant des jours meilleurs.

Ce polar est une belle découverte, condensée et rythmée que je vous conseille :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-09
Sorti en avril 2017, Disparue de Darcey Bell fait peau neuve avec une nouvelle couverture à l'occasion de la sortie de son adaptation cinématographique.

Ce thriller m'avait échappé l'année dernière, j'ai donc eu envie de le lire avant sa sortie ciné^^

Disparue est un thriller psychologique, dit domestique, avec un trio principal de personnages.
Ces personnages ont chacun leurs secrets, plus ou moins avouables, et cette situation va servir l'intrigue en plongeant le lecteur dans une narration révélant les personnages au fur et à mesure.

De forme assez classique, la narration va adopter le point de vue de chacun des trois personnages, remontant dans le passé et se plaçant dans le présent afin de révéler au lecteur de plus en plus d'informations au mystère autour de la disparition.

Sans révolutionner le genre, Disparue est un bon thriller psychologique donnant la part belle aux femmes, car si le rôle du mari de la disparue est central, c'est bien les personnalités de Stéphanie et d'Émily, qui amènent tout le piquant de l'intrigue.

Plus on avance dans le récit, plus les certitudes s'évanouissent. La plume de l'auteure est fluide et amène le lecteur à se poser de plus en plus de questions qui le font avancer rapidement dans l'intrigue.

Disparue est un thriller à l'intrigue diabolique qui fait beaucoup référence aux films noirs des années 40-50 ainsi qu'aux romans de Patricia Highsmith.

Pour ma part, je regrette que la personnalité de certains personnages ne soit pas plus étoffée et le côté gratuit dans les mauvaises actions des personnages.

Un thriller psychologique qui fait le boulot sans être une référence, une lecture divertissante, qui, je l'espère, donnera un bon film de suspense :)

https://aufildesevasionslivresques.blogspot.com/2018/09/disparue-de-darcey-bell-adapte-au.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 25-09
Blind est un drôle de roman mêlant thriller, romance, action et fantastique.

Dans la petite ville d'Orshen, des meurtres se succèdent, tous plus énigmatiques les uns que les autres. Johan, jeune adolescent, se retrouve comme juré dans un étrange tribunal où de nombreuses révélations seront faites sur les habitants de la ville et sur les meurtres.

Blind est un roman un peu fou : on y croise des adolescents menant l'enquête, un proviseur pervers, un enfant surdoué, des robots, un aveugle à la peau brûlée, un tatou géant, ... Tout ce petit monde forme la communauté d'Orshen et cohabite tant bien que mal.

Autant le côté enquête et tribunal m'ont bien plu, autant j'avais du mal avec les éléments fantastiques que je trouvais sortis du fond d'un chapeau de magicien, voire d'un épisode de Scoubidou.
La fin m'a permis de relativiser tout ça avec un twist final que j'étais loin d'imaginer.

Blind est un roman puzzle où chaque élément apporte sa pierre à l'édifice. Un roman déjanté, plein d'humour et de rebondissements.

J'ai une lecture plutôt mitigée de ce roman. J'ai beaucoup aimé l'aspect enquête et tribunal mais j'ai trouvé la construction du roman assez bancale et un peu répétitive.

Cependant, la lecture demeure addictive et le suspense haletant.

Une lecture plutôt bonne, étrange et originale que je conseille à ceux qui veulent lire un thriller atypique :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Bragelonne nous offre, avec cette sublime édition collector d'Hellraiser de Clive Barker, trois textes.

Tout d'abord une préface de Benoît Domis, retraçant la carrière de Clive Barker (théâtre, cinéma, littérature, peinture...).
Ensuite, nous avons le court roman Hellraiser que j'ai pris un grand plaisir à découvrir, n'ayant jusqu'ici vu que l'adaptation cinématographique.
En troisième partie de cet ouvrage, nous trouvons un entretien, Dans les collines datant de mars 2010, entre Clive Barker et Peter Atkins, auteur et ami de l'auteur qui fut également co-scénariste dans la saga cinématographique des Hellraiser.

De quoi parle Hellraiser?

Hellraiser est un court roman d'horreur où nous avons un chapitre d'introduction diablement efficace, annonçant la couleur du livre : mysticisme et horreur sur un fond d'une extrême noirceur.

Un homme, Frank, ouvre, chez lui, à Lodovico Street, une boîte énigmatique, appelée la boîte Lemarchand. Cette boîte qu'il a ramené, après de nombreuses recherches à travers le monde, est une promesse aux plaisirs ultimes.
Frank, homme blasé par sa vie et cynique, va avoir la désagréable déconvenue d'ouvrir en fait un portail vers un monde de douleurs inédites en faisant la connaissance des créatures appelées les Cénobites.

Quelques temps après, Frank ayant disparu, son frère Rory emménage dans la maison familiale avec sa femme Julia. Bientôt, des faits vont amener Julia à ressentir la présence de Frank en ces murs et tenter de le ramener dans le monde des vivants... Mais le prix à payer pour faire revenir Frank va semer le sang et les meurtres dans cette maison...

Hellraiser (littéralement démon des enfers) est un roman horrifique de 130 pages où le sang coule à flots.
Clive Barker a créé une mythologie inédite avec des créatures surprenantes que sont les Cénobites, une sorte de créature qui ne s'épanouit qu'à travers les tortures qu'elle fait subir aux êtres humains trop inconscients pour ouvrir cette boîte Lemarchand (sorte de boîte de Pandore), déchaînant les enfers et les pires souffrances à la personne l'ayant ouverte.

Au delà de ces créatures sadiques, le couple diabolique, Frank et Julia, va se révéler bien plus sanguinaire que ces créatures, semant les cadavres autour d'eux pour leur égoïste bien être.
Qui sont les vrais monstres de ce roman?

Un roman culte, une mythologie ingénieuse et inédite, des frissons et du sang à foison, voici le cocktail d'Hellraiser de Clive Barker, que Stephen King surnomma le futur de l'horreur, tant il fut impressionné par le talent de l'auteur.
Une effroyable évasion livresque que j'ai lue avec un plaisir sadique :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-09
Ce roman, qui fait suite à un concours Fyctia, est le coup de coeur RTL 2018, en association avec Fyctia, Hugo Thriller, VSD et RTL.
Ce roman succède au très bon Itinéraire d'une mort annoncée de Fabrice Barbeau qui avait remporté ce prix en 2017.

Ce thriller nous projette dans une entreprise qui œuvre dans le milieu de la mode. Les tensions sont palpables ainsi que le stress que cette activité génère. Au retour d'un séminaire, la tension va être à son comble quand après plusieurs disparitions et un suicide, les menaces vont s'intensifier auprès des salariés.

De défiance en manipulations, l'auteur nous ballade dans un thriller haletant magistralement rythmé par des chapitres assez courts dans lesquels il se passe toujours quelque chose, poussant le lecteur à aller toujours plus loin dans sa lecture.

Un véritable page turner où les personnages sont passionnants. On aime autant en aimer certains qu'à en détester ou craindre d'autres.

Le véritable enjeu du roman est de savoir qui est derrière tout ce jeu de massacre, pourquoi et jusqu'où ce serial killer est prêt à aller.

J'ai vraiment adoré ce roman qui nous dénonce un phénomène malheureusement d'actualité qui est la souffrance au travail et le burn out.
On se surprend à avoir un côté sadique (ou peut-être n'est-ce que moi?^^) à voir souffrir certains personnages imbuvables et qui ont plus ou moins déjà fait partie de notre quotidien : ce chefaillon avide de son petit pouvoir qui en use et en abuse, la working girl pimbêche qui a remisé son humanité au vestiaire, ...

Organigramme est un thriller tendu plein de rebondissements et qui vous tiendra en haleine jusqu'au bout.
Un très beau coup de maître de l'auteur qui faudra suivre à n'en pas douter.
Un thriller dur mais en même temps jubilatoire (oui, je sais, faut que je consulte^^).

Je vous recommande les yeux fermés ce thriller qui vous happera de la première à la dernière page.

N'hésitez pas au risque de passer à côté d'une excellente évasion livresque :)
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-09
Avec ce deuxième roman, Jérôme Loubry confirme son talent de conteur.
Bien loin de la moiteur et de l'horreur des Chiens de Détroit, ce thriller ne s'attaque pas à un serial killer qui sévit dans une ville mais à un mystère surgissant du passé pour être résolu actuellement.

Dans ce thriller, les souvenirs des personnages principaux vont aider à résoudre une enquête vieille de 30 ans.
Ils vont recevoir un énigmatique manuscrit dont seul, le douzième chapitre, diffère, les mettant individuellement en situation afin de les aider à élucider ce qui avait pu leur échapper à l'époque...

L'auteur nous plonge dans une atmosphère insouciante lorsqu'il décrit ce fameux été 1986. Avec ses drames, certes, mais un été heureux où trois amis passèrent une semaine idyllique jusqu'au soir de la disparition de l'un d'entre eux.

Cette première partie, si elle n'est pas à proprement parler un thriller, est une source d'informations pour la seconde partie. De plus, son ton léger ne prépare pas du tout le lecteur à la noirceur qui va suivre...

L'alternance entre le passé et le présent est parfaitement maîtrisée, tout se dilue à merveille.
Une maîtrise qui est une marque des plus grands romans noirs de ces dernières années.

Je me suis laissée entraîner par l'histoire, berner par le conteur :)

Bien loin d'imaginer le final, j'ai été surprise jusqu'au dénouement.

Le douzième chapitre est un excellent roman noir, passionnant, que je vous invite à découvrir au plus vite.

Bravo à Jérôme Loubry pour cette plume qui nous berce et nous surprend, un auteur de thrillers qui prend de plus en plus de place dans la cour des grands.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-09
Le chercheur d'âme est un thriller magistral qui puise dans les tréfonds de l'âme du serial killer.

Avec comme toile de fonds le milieu de la lutte québecoise, très bien documentée. Personnellement, ça m'a passionné car j'aime beaucoup le catch mais que ceux qui n'aiment pas ça se rassurent, ce n'est pas omniprésent :)

Les meurtres sont très sanglants, je préfère prévenir^^
Dans le chercheur d'âme, la noirceur est très présente que ce soit dans l'ambiance ou dans les personnages.

Steve Laflamme livre avec ce premier roman un thriller complexe, très abouti et avec de nombreux rebondissements.
Ce roman est très surprenant.
Le personnage du sergent-détective Xavier Martel est passionnant, avec un passé tortueux et qui vit de manière très marginale.
J'ai adoré ce personnage torturé, très attachant et sans concession. Un personnage de flic inoubliable qui rentre dans mon top 10 des personnages de flics préférés.

Très dense, Le Chercheur d'âme vous glacera le sang à de nombreuses reprises (bien qu'il ne soit pas horrifique, j'insiste), le suspense est savamment distillé et de nombreux rebondissements rythment parfaitement le roman.

Les petits moins, car oui, il y en a^^
Le chercheur d'âme est un roman québécois et de nombreuses expressions dans le roman le sont aussi. On arrive à comprendre dans le contexte mais pour une sortie en France, il faudrait ajouter des notes de l'auteur ;)
Quelques passages sont en anglais (très peu et dans des dialogues) et ne sont pas traduits... Je les ai compris mais je pense que ça pourrait rebuter quelques lecteurs (à faire traduire également pour une sortie française).

En ce qui me concerne, ce sont les seuls reproches que j'ai à faire sur ce roman (qui sont moindres, vous en conviendrez^^).

J'ai passé d'excellentes heures de lecture avec ce thriller machiavélique et parfaitement maîtrisé.

Un thriller hautement recommandable donc que je vous conseille vivement pour une glaçante évasion livresque.

https://aufildesevasionslivresques.blogspot.com/2018/09/le-chercheur-dame-de-steve-laflamme.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-09
Jerry Josnes (J'ai ri jaune) est le pendant sarcastique de l'auteur Gérard Boutet, un peu comme San Antonio l'était pour Frédéric Dard.

Écrit en 1972, Gérard Boutet décide de faire publier ce roman, des années après que Jerry Josnes ait raccroché la machine à écrire, lui qui était publié dans la collection des "romans de gare".

C'est ainsi que Flic Flaque arrive chez Marivole en 2016 dans sa collection Polars du Terroir :)

Dans ce polar, on retrouve un monde désuet pour les nouvelles générations. Point d'internet, de smartphones ou de technologies modernes... Les téléphones avaient des fils, les télévisions avaient tout juste une ou deux chaînes en couleur et les femmes paradaient dans de jolies toilettes qui sont aujourd'hui estampillées vintage.

Beaucoup d'humour dans ce roman qui nous montre des personnages peu recommandables. Tous ayant le vice dans la peau ou pas les coudées franches en tout cas. Un casting de pauvres bougres qui ont la folie des grandeurs mais qui ont oublié un détail qui va les mener à leur perte^^

Un polar sympathique qui m'a plongée dans une ambiance et une période que je ne connaissais pas, bien que je sois née pas loin^^
Un polar en forme de fable sociale qui est très divertissant, avec son lot de rebondissements et sa nostalgie qui y apporte son cachet.

Une très sympathique évasion livresque au pays des femmes fatales :)

https://aufildesevasionslivresques.blogspot.com/2018/09/flic-flaque-de-jerry-josnes-resume-jean.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0