Livres
399 100
Comms
1 403 590
Membres
298 149

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Dem et Sven, l'inacceptable destinée ajouté par marina34 2014-03-06T22:38:08+01:00

-Ne compte pas là-dessus. Tu pourrais me passer par toutes les couleurs, me jouer tout tes sort de sorcier en herbe je ne partirais pas !

Il a l’air surpris que je sache qu’il joue à Harry Potter. Il a pourtant levé le sort en trois mots incompréhensible. A Moscou j’en ai vu plus d’un utiliser la sorcellerie et ce n’est jamais bon, il y a toujours un retour. Démétrios passe une main dans ses cheveux en regardant autour de lui. Je me demande si ils sont doux, j’imagine les tirer pendant que je le baiserai et qu’il criera mon nom alors que…

-C’est vraiment ton bureau ?

Il me tire de mes pensées et je repousse l’idée de le prendre là sur mon bureau pourtant c’est bien tentant. Mais c’est un mec et malgré toute l’attirance physique que j’éprouve, je suis plus fort que ça.

-Oui pourquoi ?

-Non comme ça, bon écoute (il s’assoit en face de moi) je crois qu’on est partis du mauvais pied toi et moi, on pourrait peut-être trouver un terrain d’entente qui conviendrait a tout le monde.

J’acquiesce et appuie mes avant-bras sur mon bureau très intéressé par ce qu’il va dire, par ce que je sens que son « qui pourrait convenir a tout le monde » veut dire « surtout à Démétrios ».

-Le mieux serait que tu retournes en Russie. Après tout ici il n’y a rien qui te retient et puis j’étais un peu là avant toi.

J’en étais sur !

-Ça t’arrive de faire les choses pour une autre personne que toi ?

Il me regarde l’air de demander si je suis stupide. Effectivement ma question est conne, évidement que non.

-Bon. Au risque de te décevoir Démétrios, il y a un astre qui s’appel soleil et c’est autour de lui que la Terre tourne, pas autour de toi.

La chute va être dur pour lui, je le sens.

Afficher en entier
Extrait de Dem et Sven, l'inacceptable destinée ajouté par Folize 2014-07-29T21:59:07+02:00

Je tapote machinalement le volant et Sergei sifflote en me regardant avec un sourire qui m’agace, mais ne dit rien.

– Quoi ? Je demande au bout d’un moment.

Sergei arrête de siffler, mais sourit toujours comme un crétin, sans rien dire. Je hausse les sourcils, pour l’inciter à sortir ce qu’il a sur le cœur.

– Toi ou lui ?

– Quoi ?

Il se retourne dans son siège pour me faire face.

– Je n’arrive pas à t’imaginer coucher avec un mec. Je veux dire, je t’ai déjà vu baiser des femmes, mais un mec…je me demande si c’est toi qui as pris.

– Tu… (J’inspire) putain Sergei, mêle-toi de ton cul !

– Dans l‘immédiat, c’est le tien qui m’intéresse !

Afficher en entier

- Le mot magique ?

- Bouge ton cul.

Afficher en entier

Sven:

Je monte les marches et arrive dans le couloir désert, il n’y a pas sa secrétaire qui essaye en vain de faire barrage et j’entre dans son bureau en souriant. Ah cette odeur je ne m’en lasserai jamais, même si elle met mon corps en charpie, elle est délicieuse.

– Tu n’es pas encore retourné dans ta caverne l’ours?

Toujours aussi agréable. Je m’avance, m’installe sur un siège en face de lui et le déshabille du regard un instant. Il est de dos face à la vitre qui donne sur la boite et bordel, super bandant dans son costume noir. Il se retourne et je ne vois que le vert de ses yeux qui me transperce.

– Content de te voir aussi Démétrios.

– Qu’est-ce que tu veux?

Question judicieuse, je ne sais pas ce que je veux, je sais juste que j’ai besoin de m’assurer qu’il va bien, mais je n’ai pas réfléchi à ce que j’allais lui dire.

Démétrios n’en finit pas de me fixer, je vois même sa respiration s’accélérer et son odeur se fait plus forte, il a envie de moi.

Je souris, peut être que Sergei a raison, on devrait peut-être arrêter de lutter, mais… non ce mec incarne tout ce que je déteste, sans oublier que, justement, c’est un mec.

– Je voulais m’assurer que tu étais toujours en vie.

– Je suis vivant, au revoir, Sven.

Je ris et me lève pour le rejoindre.

– Ça n’a plus l’air de t’inquiéter que quelqu’un en ait après toi.

– Je suis habitué, ce n’est pas la première fois qu’on me menace.

Je m’arrête en face de lui et pose mes fesses sur son bureau, il me regarde d’un oeil sévère, comme si je venais de piquer la caisse.

– Tu avais pourtant l’air secoué quand je te l’ai dit.

Démétrios détourne le regard et retourne à la contemplation de sa boite. J’admire ses épaules larges, son dos et putain son cul.

– Ça n’a rien à voir.

Je songe à sa réaction dans mon bureau, il avait l’air tout retourné qu’on cherche à le tuer voir même inquiet et…

– Tu t’inquiètes pour moi dis-je en soufflant.

Je suis touché, c’est bien la première fois que quelqu’un s’inquiète pour moi. J’ai un physique qui parait indestructible et jamais on a estimé qu’il pourrait m’arriver quelque chose. Pourtant je suis mort une fois, enfin presque mort, mais c’était la guerre.

Je me redresse et me colle derrière lui, je le sens trembler quand il prend conscience de mon corps derrière le sien, si proche que ses cheveux viennent chatouiller mon visage.

– Je n’en ai rien à faire de ce qui peut t’arriver.

– Tu sais que je ressens la même chose, c’est bien pour ça que je suis là.

J’inspire son odeur à pleins poumons, ma queue fait des bonds de se savoir si près de lui, mais pas en lui. Je me rapproche encore jusqu’à ce que nos corps se touchent et je l’entends grogner. Bordel je joue avec le feu, mais il arrive un moment où même le plus fort des hommes ne peut plus lutter ; et là

je laisse libre cours à mes instincts qui me hurlent de le baiser, de le mordre, de le faire mien et de le protéger au péril de ma vie.

Mes mains viennent se poser sur son torse et c’est à mon tour de grogner, je sens à travers le tissu fin de sa chemise toutes les courbes de ses muscles et des images de moi en train de lécher ce corps, se mettent à danser dans ma tête. Démétrios s’appuie un peu plus sur moi, ses fesses se frottent à présent contre ma queue dure comme du marbre.

– Qu’est-ce que tu fous? me demande-t-il, la voix pleine de désir.

Je crois qu’il ne le sait pas plus que moi et que peut être lui aussi a décidé d’arrêter de lutter contre moi. Je ne réponds pas et enfouis mon nez dans son cou, mes crocs sortent d’instinct, pensant pouvoir se planter dans sa chair tendre et enfin recevoir ce sang qu’ils attendent depuis trop longtemps. Je me contente de le humer, j’aime tellement cette odeur.

Mes hanches se frottent contre lui dans un mouvement lascif et Démétrios se détend dans mes bras que je resserre autour de lui, avant qu’il ne se tourne vers moi.

Il me regarde, haletant, ses yeux remplis de désir et se jette sur ma bouche. Nous grognons à l’unisson tellement c’est bon de sentir le goût de l’autre sur ses lèvres.

Sa bouche s’ouvre, nos langues se mêlent et je perds totalement le contrôle de mon corps. Je le plaque contre la vitre, mes mains parcourent son corps, avides de lui et les siennes s’accrochent à mon dos pour me rapprocher encore plus de lui.

J’ai envie de sa peau de la sentir et je tente de le déshabiller, quand il me repousse violemment pour atterrir contre le bureau.

– Arrête bordel!

Sa voix trahit sa lutte entre le désir de son corps et ce que lui veut. Je tente de me reprendre, mais je m’étais tellement laissé aller, qu’il est difficile de me contrôler.

– Casse-toi Sven et ne reviens pas!

Afficher en entier

Dem:

– Tu vas être gentil et te barrer dès demain. Tu prends un vol aller simple en direction de Moscou et tu m'oublies! Sinon je te jure que le pieu ou la vodka ne seront que le commencement de tes problèmes!

Sven se met à rire.

– Il faut arrêter de rêver Démétrios, je ne me barrerai pas parce que tu m'as mis KO ce coup-ci, ni que tu t'amuses à mettre je ne sais quelle connerie dans mes boissons. Je reste.

– Alors tu en payeras les conséquences!

– Ça reste à voir.

Sven se met à remuer sous moi pour tenter de me faire perdre l'équilibre, mais je reste raide comme un piquet, surtout quand je sens quelque chose de dur contre ma cuisse. Si près de ce qui fait de moi un homme et qui hurle l'envie.

Merde!

D'un mouvement fluide, je perds le pouvoir que j'ai sur lui, et me retrouve plaqué à mon tour contre ce maudit bureau, pris au piège, et sous Sven qui m'écrase de son corps. Vengeance.

Danger!

– Ça va? Tu la sens plus? je grogne

– Je dois dire que je suis plutôt satisfait de voir que je te fais de l'effet!

Misère, il a dû LE sentir! Garde ta fierté Dem!

– Tu ne me fais pas d'effet connard! Descends de là sinon...

– Sinon quoi?

Han le con! Me voilà pris à mon propre jeu, et je suis perdant. Je me débats à mon tour. Mais deux puissances face à face, c'est comme bouger un mur de roche : impossible. Me débattre ne fait qu'empirer la situation, nos deux corps à vif, enfin surtout le mien, se frotte au sien et éveille de puissantes pulsions. Très mauvaise idée!

– Bon maintenant qu'on a fait mumuse, et qu'on a chacun la gueule en sang…

Je respire par le nez, et constate qu'il a raison, je saigne, lui c'est pareil et... bordel, cette odeur c'est... Son sang. De son arcade sourcilière coule un fin ruisseau de sang, et je suis hypnotisé. Il est... QUE DALLE!

– Tu m'enlèves ça immédiatement.

– Va crever Sven!

– OK!

Le vampire se penche vers moi, je me raidis, il compte faire quoi là au juste.

– Redresse-toi merde!

Je sens son souffle près de mon cou, brûlant sur ma peau. Je le bute s'il compte faire ce que je pense.

– Enlève-moi cette merde tout de suite, sinon, je te mords et tu es sûr de devoir me supporter jusqu'à la fin de ta vie.

Jamais.

Putain j'en reviens pas que ce soit lui qui gagne.

– Connard.

Je claque des doigts et murmure deux trois conneries en langue morte, et pouf, tout disparait sur son visage.

– Voilà! Te revoilà moche! J'espère que tu es content.

Sven se redresse en me fixant. J'ai le regard qui se perd sur son arcade ensanglantée. Ce sang... Et lui tout entier, qui représente pour mon corps la tentation ultime.

Résiste!

Sauf que tout dérape, et je comprends que je ne contrôle plus rien désormais.

Afficher en entier

- Ma douleur vient de toi.

- Mon plaisir vient de toi.

Afficher en entier

En Russie, c'est système D, tu veux boire ? Ouvre la porte, penche-toi, ramasse de la neige et fais-la fondre.

Afficher en entier

PROLOGUE:

La vie d’un vampire peut être simple. Ou pas.

Si vous prenez l’exemple de Démétrios Vasilis dit le « le Grec », vous remarquerez qu’il n’y a que trois choses qui l’intéressent dans la vie.

Avant tout, Démétrios s’intéresse à Démétrios!

Tout doit être fait dans son propre intérêt, sinon ça l’indiffère!

La faim dans le monde, les maladies, la guerre, tout ça lui passe à des kilomètres au-dessus de la tête, s’il n’y a pas d’argent à se faire ou quelque chose à récupérer pour lui.

Ensuite, il y a le business. Dem aime être un requin et surtout gagner. Damer le pion à ses concurrents est un véritable plaisir pour lui. Être le plus fort et le montrer, voilà ce qu’il aime.

Et pour finir la dernière chose à laquelle Dem s’intéresse, ce sont les femmes!

Et plus exactement le sexe avec les femmes! Dans toutes les positions, n’importe où! On ne compte plus le nombre de femmes qui ont défilé dans sa vie, dans son lit, sur son bureau, contre un mur. Bref vous voyez le topo!

Dem est, selon les rares proches qu’il a, « le pire con égoïste que la terre ait jamais porté ». Il vit pour lui, sans jamais faire attention aux autres, et ce, depuis un peu plus de 80 ans. Une vie bien tranquille en somme, pour un vampire.

Propriétaire d’un club parisien nouvellement acquis, tout est pour le mieux.

Ça, c’est le côté simple.

Maintenant, prenons l’exemple d’un autre vampire.

Sven dit « le Russe ».

Il ne lui reste que quatre petites années à vivre et il entend bien les vivre pénard.

Il quitte la Russie pour Paris. Grand amateur de vodka et DJ de renommée internationale, il ouvre lui aussi, un club.

Il est décrit comme un être froid et impassible et souvent comparé à un ours, à cause de sa taille et son humeur, plutôt grognon en général.

Tout ce qu’il souhaite c’est de passer ses dernières années à vivre, à gérer son club et mixer. Voilà pour le côté simple.

À présent, imaginez Dem, ajouté à Sven.

Déjà, la situation serait des plus cocasses.

Puis ajoutez un ingrédient incontrôlable et inéluctable.

La destinée.

Là vous avez besoin d'un cours d'histoire pour comprendre la destinée.

L’Oracle, de son vrai nom Anne, était la première femme de Caïn, oui, celui qui a commis le premier meurtre de l’histoire. Caïn était vampire quand il a rencontré Anne, une prophétesse. Elle pouvait voir l’avenir des gens. Il l’a transformée en vampire après l’avoir mise enceinte. Anne a compris qu’il avait fait d’elle une immortelle assoiffée de sang pour la garder auprès de lui, non par amour, mais par besoin. Parce qu’Anne pouvait lui apporter les réponses aux questions qu’il se posait sur l’avenir. Elle l’aimait et s’est sentie trahie, alors elle l’a tué. Caïn est mort en lui promettant qu’elle le regretterait, que son enfant le vengerait et qu’elle ne verrait plus rien de son avenir. Ce fut la dernière parole du vampire avant de mourir. Quand l’enfant est né, il était humain parce qu’Anne était humaine quand elle est tombée enceinte. Elle a voulu le transformer en vampire pour ne pas le voir mourir avant elle. Mais elle n’a pas réussi, quelque chose dans son sang l’a empêchée de le mordre.

Jacob, cet enfant, est le premier chasseur. Jacob grandit normalement, sans se préoccuper de ça, même s’il remarque qu’autour de lui les gens l’évitent ; tout le monde garde en mémoire les dernières paroles de Caïn. Il apprend la sorcellerie et se révèle très doué. Anne ne voit plus son propre avenir, mais elle perçoit celui de son fils. Plusieurs fois, elle lutte contre le destin pour lui sauver la vie.

Mais le destin te rattrape toujours. Un jour, Jacob rencontre la femme de sa vie et il l’aime plus que tout. Ils ont un enfant ensemble. Anne, obsédée par l’idée de garder son fils le plus longtemps possible auprès d’elle, décide de transformer Layna, la femme de Jacob. Une fois devenue vampire,

Layna pourra ainsi donner son sang à Jacob, ce qui lui permettra de rester en vie plus longtemps qu’un être humain normal… Sauf qu’elle la tue en voulant faire d'elle un vampire. Jacob, fou de chagrin, veut venger son épouse, mais sans tuer sa mère. C’est celle qui lui a donné la vie et pour un sorcier c'est inenvisageable. Alors, il jette un sort sur Anne : tous les gens qu’elle transformera à l’avenir seront liés à elle et quand l’un d’eux mourra, elle ressentira la même peine que Jacob a éprouvée en perdant Layna. Les vampires qu’engendrera Anne auront un siècle pour trouver l’amour et se repentir, sans quoi ils mourront. Anne avoue alors à son fils que c’est elle qui a tué Caïn quand elle s’est rendu compte des raisons pour lesquelles il l’avait épousée. Jacob, fou de colère, décide alors de tuer sa mère ; la rage avait pris la place de la raison, c'était trop pour lui. Mais Anne est déjà partie. Jacob a passé le reste de sa vie à la chercher et ses descendants ont fait pareil.

Voilà, il ne reste plus qu'à agitez le tout, et vous obtenez la partie compliquée de la vie d’un vampire!

Un cocktail pour le moins … explosif!

Afficher en entier

Mes crocs je n'en parle même pas, je suis obligé de penser à mes numéros de compte à l'étranger pour tenter de me calmer.

Afficher en entier
Extrait de Dem et Sven, l'inacceptable destinée ajouté par Kanon 2017-01-26T22:09:34+01:00

Démétrios

J'étais donc sorti, j'avais eu la joie de voir à deux mètres de moi, un ours, en train de finir son repas gentiment, enfin il avait l'air d'être drôlement à cran, lorsqu'il m'a vu.

Sven dira que le hurlement venait de moi, et moi j'insiste lourdement sur le fait que c'est l'ours qui a gueulé, rien ne me fait peur et certainement pas un ours tout velu et plus grand que Sven. Je n'ai pas peur des ours, j'ai Sven donc bon, je suis habitué à leur présence.

Afficher en entier