Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
Tout d'abord, je souhaiterai faire une mention spéciale pour la couverture de ce roman qui est de toute beauté. Une vraie réussite! Comment ne pas succomber à ce regard d'or envoutant, hypnotique et à cette fourrure sombre ? Moi, j'avoue, j'ai plongé direct ! J'adore les chats et ce sujet ne pouvait être que pour moi !! Soit, le but « commercial » non déguisé est sans doute d'attirer l'attention des « amis » des chats », mais pas que...

Mais enfin quand même pourquoi noir? Alors que Bastet semble tigrée et Pythagore est un siamois…. Il existe bien des siamois noir mais qui n'ont rien à voir avec ce chat à poils longs de la couverture. Bon, je cherche « la petite bête » me direz-vous….

Alors, c'est vrai que Werber n'est pas un inconnu pour moi et j‘étais très près de devenir une véritable « inconditionnelle » de ses oeuvres après plusieurs lectures qui m'avaient enchantée. Loin d'avoir épuisé tous ses romans publiés j'ai quand même lu et aimé la trilogie des « Fourmis », adoré « le rêve de Cassandre » et lu aussi la trilogie de la « troisième humanité » ainsi que « le papillon des étoiles ». « L'encyclopédie du savoir relatif et absolu » (auquel Werber se réfère toujours dans ses romans) et « l'arbre des possibles » sont jubilatoires, j'adore !

Je savais donc déjà que Werber était un peu « barré » parfois et qu'il nous embarque souvent dans des histoires invraisemblables mais fort plaisantes et bien tournées. Des trucs bien délirants et complètement farfelus, mais plein de charme et de poésie. Des « feel-good books » en quelques sorte, très axé écologie et le sauvetage de la planète Terre comme élément central, presque toujours.

Ici, les chats ont remplacé les fourmis. Les deux principaux protagonistes de cette histoire sont : Bastet, du nom de la Déesse Egyptienne à tête de chat est une belle chatte Montmartroise et Pythagore, son voisin, un ancien chat de laboratoire doué d'un étrange pouvoir: celui de recevoir des informations sur le monde humain (et non pas en émettre et dialoguer avec eux), via une sorte de port USB (le troisième oeil) et via Internet. Bastet, elle, est persuadée de pouvoir communiquer directement avec Nathalie, son « humaine » et avec tous les animaux, du reste, en leur envoyant des ondes et des pensées en ronronnant sur différentes fréquences. L'histoire se déroule à travers leurs regards et c'est assez « rigolo » finalement d'imaginer comment peuvent nous percevoir et nous comprendre nos petits animaux "domestiques".

Il y aussi tout un tas d'autres animaux dans ce bouquin, des « gentils » tel Hannibal le Lion, qui va les sauver de pas mal d'embarras, Angelo, le chaton de Bastet, Esméralda, Wolfgang, et puis des « méchants » tel les hordes de rats conduites par Cambyse qui s'acharnent sur chaque être encore vivant.

Les personnages secondaires ici, sont les humains. Nous, nous pensons être les « maîtres » de nos animaux de compagnie, eux pensent que nous sommes que des serviteurs dévolus à leur bon plaisir.

Les humains, dans ce livre sont en train de basculer (à vitesse grand V) dans la guerre civile et succombent aux attaques terroristes de fanatiques religieux, pas clairement énoncés ici, mais dont on devine aisément l'identité. Paris (puisque c'est là que se situe l'action) est devenu un chaos indescriptible. Bientôt la faim et la peste font des ravages, propagés par des rats en excellente forme. Les Hommes (et les animaux) survivent comme ils peuvent et se regroupent tant bien que mal.

L'histoire des chats à travers les civilisations et leurs relations avec les humains est assez intéressante (tour à tour adorés, sanctifiés et honnis) surtout relatée par Pythagore qui en fait une « lecture » toute « féline ».

Bon, l'idée de base n'est pas mauvaise, mais franchement je n'y ai pas trouvé « l'étincelle » recherchée pour m'attacher à toute cette galerie de personnages tant humaine qu'animalière. J'ai trouvé les dialogues entre chats un peu trop simplistes voire naïfs mais ils ont le mérite de rester « accessibles », et puis j'ai aimé leur poésie et leur tendresse. Alors, Il faut vraiment laisser place à toute son imagination pour adhérer à la proposition de Werber, ce que je n'ai pas réussi à faire complètement cette fois-ci.

Cela reste néanmoins un bon roman d'anticipation, un conte philosophique très divertissant et léger ; il ne me laissera pas une impression impérissable mais la lecture en reste cependant très agréable.
Par le Editer
Que pense notre chat quand il nous voit rentrer de notre journée de travail ? Que se passe-t-il dans sa tête quand il nous regarde ? Pourquoi a-t-il des réactions qui parfois nous surprennent tant ? Vastes questions auxquelles Bernard Werber répond à sa manière en nous racontant cette histoire du point de vue d'une chatte.
Le début est surprenant et il faut même parfois s'accrocher un peu pour reprendre le roman si on a été interrompu dans notre lecture. Et pourtant très vite, nous finissons pris dans l'intrigue, nous nous attachons à l'héroïne Bastet et à sa servante humaine Nathalie. Nous nous inquiétons pour elles dans ce monde violent qui pourrait ressembler à notre avenir si le monde continuait à dégénérer ainsi...
Avec son talent habituel, Werber nous entraîne dans un univers violent, riche en émotions et émaillé de théories et d'événements de l'histoire du monde fort intéressant pour les servants de chats que nous sommes. Une lecture fort sympathique à recommander à tous les amoureux des chats.
Par le Editer
uneetoilereveuse Diamant
Note : 10/10
En commençant ce roman, j'ai été agréablement surprise de me rendre compte que nous avions le point de vue d'un chat. Au tout début, cela apporte un grand comique de situation, puis ce comique est délaissé et remplacé par une forte sensibilité.
En effet, ce point de vue est très subtile, il permet à l’auteur de rendre compte des travers des hommes et de dénoncer les problèmes de notre société de façon neutre. Nous ne pouvons que prendre conscience de notre nature humaines agressive et dérisoire.

L'auteur pousse dans ce roman le lecteur à se révolter contre sa propre espèce. J'ai de nombreuses fois été écœurée et épouvantée par la violence et la cruauté dont peu faire preuve l'être humain. Cela devrait pousser le lecteur à travailler sur lui même pour ne jamais finir tel que les hommes sont décrit ici.

J'y est également trouvé un aspect très spirituel. Nous sentons que l'auteur veut nous faire passer des messages pour nous faire évoluer, comme que le fait que nous ayons choisit notre vie, notre famille afin de travailler sur nous. Il parle également de la lâcheté avec beaucoup de subtilités, et nous montre que beaucoup préfèrent se cacher derrière ce qu'ils peuvent pour ne pas avoir à faire, n'y à assumer de choix.

L'auteur a en quelque sorte caricaturé ses personnages, avec Bastet qui joue le rôle du lecteur et Pythagore qui joue le rôle de l'auteur. Nous, en tant que lecteur nous ressentons avec vigueur et férocité les émotions variées de Bastet, tandis que l'auteur les analyses et nous explique comment bien réagir, en prônant le pardon à la vengeance par exemple.

De plus, Werber nous plonge dans une ville ravagée par le terrorisme. Il commence son histoire en dénonçant des faits d'actualités de nos jours, puis dévie vers une situation de guerre et d'épidémie meurtrière de Peste.
Il semble alors vouloir nous prévenir en analysant la situation actuelle de ce qui pourrait advenir du futur.

Tout ce que j'espère, c'est que Werber n'est pas visionnaire...

Pour finir, j'ai tout particulièrement apprécié les leçons d'histoires qui viennent se superposer à l'histoire, cela nous en apprend plus sur notre propre civilisation, et nous montre encore une fois l'impact et les conséquences de l'ignorance et du manque de communication inter et intra espèce.

Pour conclure, ce roman fut un grand coup de coeur, à la fois bouleversant et didactique. Nous ne pouvons qu'en sortir retourné avec beaucoup de remises en question, à la fois sur l’espèce humaine mais aussi sur nous même. Je lui mets donc un 20/20 car ce roman est juste parfait, et tout le monde devrait le lire en oubliant ses convictions et ses appriories, juste en essayant de comprendre le point de vue de l'auteur, qui est à mon sens très juste.
Par le Editer
Ranne Poubelle
Note : 4/10
Difficile de savoir ce que je ressens face a ce roman. Je suis partagée entre une certaine lassitude (werber ne serait il pas encore en train de nous raconter une nouvelle fois la même histoire ?) Et l'impression d'avoir quand même passer une lecture agréable. Ça se lit vite, mais j'ai l'impression d'être face a une vaste fumisterie hippie, déformant des faits pour les coller a la vision du monde qu'à l'auteur.
Peut être est une invitation a repenser les faits, a se remettre en question. Surement même, mais le mivre devrait en faore de même. A force de professer toujours la même rengaine, Werber devrait essayer de repenser son modèle philosophique.
La liberté de penser qu'il nous vante n'est elle pas celle de douter de tout après tout ? Douter de nous, de lui, de ce qu'on sait et de ce qu'on nous apprend.
Par le Editer
queenregina Or
Note : 8/10
Un très bon roman très agréable à lire.

Je découvre l'auteur par le biais de ce titre. J'ai été attiré par le résumé avec à la fois par les chats et par le côté post apocalyptique, bref je n'est pas été déçue.

Tout d'abord le style est fluide, le côté philosophique est facilement compréhensible, sans prise de tête (c'est un aspect très positif pour moi car c'est simple et enrichissant). Le lecteur ne peut que réfléchir sur lui même et sa société. A la fin du roman nous en ressortons différents, voir plus grand.

J'ai apprécié le parti pris narratif à savoir une jeune chatte comme héroïne qui va s'ouvrir au monde grâce à son voisin un chat siamois nommé Pythagore. Baset est courageuse, intéressée par les autres et rêve de communiquer avec les autres espèces (souris, chiens, poissons,etc).
Le côté surréaliste des personnages (Pythagore avec son troisième oeil) ne m'a pas dérangé et passe plutôt bien. Nous apprenons pas mal de chose sur l'histoire des chats en général sans être noyé sous le flux d'informations car le tout reste accessible.

L'auteur souligne aussi la cruauté humaine passé et présente- certaines scènes sont très touchantes, voir dure à lire...
Spoiler(cliquez pour révéler)
les chatons noyés, Félix qui finit mal et en broche
La fin laisse tout de même une lueur d'espoir dans un monde devenu sombre.

En conclusion : j'ai beaucoup aimé cette lecture, je découvre un auteur agréable à lire. L'histoire ne comporte pas tellement d'action (nous vous attendez pas à trouvez un rebondissement tout les chapitres), le but de ce livre est tout simplement nous inciter à réfléchir sur notre société. Avoir un chat comme narrateur c'est juste génial et surtout cela change de l'ordinaire.
Par le Editer
J'ai été beaucoup déçue par ce livre, au point où j'ai failli le classer en "non apprécié" mais il y a quand même quelques idées, quelques passages à retenir.
Beaucoup de choses m'ont dérangée,
Spoiler(cliquez pour révéler)
notamment le passage où Bastet fait "l'amour" avec Pythagore à la manière humaine, imaginer deux chats se rouler des pelles et le faire face à face, je trouve ça tellement absurde, et totalement inutile dans le récit.
, j'ai eu beaucoup de mal à le lire, je n'ai pas accroché dès le départ, le côté trop naïf du récit peut être... alors que l'idée de base, raconter comment les chats voient les humains auraient pu être beaucoup plus intéressante et mieux travaillée.
Par le Editer
Soyons honnête j'ai été très déçue.
Alors certes, ce livre venait juste après le Double dont la qualité de plume (en terme d'élégance) est tellement supérieure malgré la traduction que toute comparaison semble risible, mais même.
Une histoire pour moi beaucoup trop simple, avec trop d'événements improbables. Et pour ce qui est de faire réfléchir... n'étant pas en accord avec les thèses de l'auteur, beaucoup trop défaitistes à mon goût, disons que j'ai trouvé cela un peu trop facile. de plus l'enchainement des événements à un côté beaucoup trop irréel, et simpliste.
Après si on est capable de ne pas s'attendre à trop je suppose que le roman fait passer un bon moment. Mais il m'a tant déçue que j'ai été heureuse de le refermer.
Par le Editer
Ambree Bronze
Note : 6/10
C'est un roman d'anticipation comme Bernard Werber sait les écrire.
On retrouve sa "patte". Ce fut plaisant d'avoir un point de vue de Chat. C'est vrai que maintenant je ne vois plus nos amis à 4 pattes de la même manière.
Bon moment mais ce n'est pas ce que Werber a fait de meilleur.
Par le Editer
Margaux13500 Bronze
Note : 7/10
Comme d'habitude avec Bernard Werber, on est si proches du réalisme qu'on en oublie presque le côté surréaliste de son intrigue, et de ses personnages. On se laisse emporter, on apprend beaucoup de choses, et à travers les réflexions d'un chat, on prend le temps de réfléchir nous aussi, sur soi, sur le monde, et on en ressort grandi. Ce n'est pas son meilleur livre, il n'est pas non plus renversant, mais on passe un très bon moment, et je ne lui trouve que des côtés positifs, alors que je le recommande quand même chaudement !
Par le Editer
taslelookcoco Bronze
Note : 8/10
Ce livre est une belle découverte, premier Werber et pas déçu. Si on est amoureux des chats il faut lire se livre qui met en scène des personnages à la foi intéressants, curieux et drôles dans une aventure sans limites !
On se sent chat le temps d'une lecture !

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.