Livres
569 080
Membres
624 452

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Démon noir, Tome 1 : Les Fiançailles obscures



Description ajoutée par UrsulaShawn 2021-10-03T13:22:38+02:00

Résumé

(Résumé temporaire)

« Démon Noir » « Dovah Le Sanguinaire » tant de noms sinistres pour désigner un seul homme ; un homme entouré de mystères car personne ne sait vraiment qui il est, d’où il vient, puisqu’il n’a que son effrayante réputation de tueur en guise d’histoire… et c’est lui, l’assassin de son père, qu’Ashana se voit obligée d’épouser afin de sauver le peuple Muvarien.

On ne peut pas dire que Dovah soit franchement ravi d’obéir à l’ordre de son roi, Elendur d’Osacan, qui consiste à épouser l’aînée d'une fratrie royale du pays qu’il vient de mettre à terre. Cependant, en découvrant la chevelure flamboyante de la princesse en question, ses courbes affriolantes, ainsi que son incroyable talent d’archer, il se dit que finalement, il existe pire punition dans la vie.

Les nouveaux mariés vont devoir apprendre à se connaître et se faire confiance. Ashana va comprendre que Dovah n’est pas aussi barbare qu’elle se l’imaginait et lui, voir que son épouse n’est pas aussi fragile qu’elle semblait l’être.

Sans oublier que des ennemis sombres rôdent en perpétrant le mal au nom d’une entité mauvaise dénommée l’Abysse et que Dovah possède un terrible secret ; un secret qui pourrait mettre en péril leur relation balbutiante, voire provoquer la fin de leur monde…

#complot #malédiction #mariageforcé #fantasymédiévale #dragons #âmesoeur

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 lecteurs

extrait

Point de Vue de Dovah.

Extrait Non Corrigé.

J’étais d’une humeur massacrante en pénétrant dans notre chambre ; fait qui se dégrada lorsque mon regard tomba ensuite sur deux intruses dans la pièce. Il me fallut un peu de temps pour les reconnaître ; c’étaient les blanchisseuses que j’avais sauvé des griffes d’Elendur et embauché au service de mon épouse. Je les saluais d’un bref mouvement de tête auquel elles répondirent par une petite révérence maladroite.

Puis je restais planté là, silencieux, désireux qu’elles s’en aillent séance tenante. L’expression qui, je le sentais, tirait mes traits parlait certainement en mon nom car elles finirent par se retirer non sans m’avoir gratifié d’un bref regard anxieux.

— Dovah ?

— Je suis là.

Ashana me sourit.

— L’espace d’un instant, j’ai eu un doute. Quelque chose vous contrarie ?

Je commençais par me déshabiller sans réfléchir à quoi que ce soit d’autre. Je devais emmener Ashana visiter Tarnton, et j’avais omis de prendre des vêtements propres lors de ma baignade dans l’oasis.

— Dovah !

— Ce n’est rien, marmonnais-je en ôtant mes chausses.

— Dovah !

Je remarquais alors le timbre légèrement aigüe de sa voix et me tournais dans sa direction en haussant un sourcil, surpris.

— Je vous assure que tout va bien.

Lorsqu’elle se mit à fixer un point se situant largement au-dessus de ma tête et derrière mon humble personne, je compris enfin ce qui la gênait : ma tenue. Ou le manque de tenue, pour être précis. Je souris.

— Il faudrait songer à vous y habituer, la taquinais-je en défaisant les lacets de ma chemise sans me presser.

— M’habituer à quoi ?

Son inflexion demeurait toujours aussi perçante. Je sentis mon sourire s’élargir.

— Moi. Nu. Souvent, énonçais-je.

Voilà. Cela résumait l’effet qu’elle avait sur moi : j’entrais furieux dans une pièce, taraudé par le besoin vital d’allumer un cigaret sous peine d’étriper chaque humain qui aurait le malheur de croiser ma route, et quelques instants plus tard, uniquement grâce à elle, j’étais frétillant de bonne humeur.

Pour se donner contenance, Ashana préféra se diriger vers la grande fenêtre, me tournant sagement le dos tandis que je continuais de me vêtir. Ce que je faisais en la détaillant, elle. Mon épouse portait une robe Osacanienne d’un vert profond qui faisait ressortir la teinte flamboyante de sa chevelure et qui mettait en valeur la douceur de ses courbes affriolantes.

— J’aimerais beaucoup vous voir porter la dague que je vous ai offerte.

Ma phrase eu le mérite d’attirer suffisamment son attention pour qu’elle pivote ensuite le haut de son corps vers moi. Son regard interrogateur s’ajusta au mien.

— Maintenant ?

Je lui décochais un sourire charmeur.

— Tout le temps. Vous devez l’apprivoiser, vous habituer à vous mouvoir avec elle. Cela peut sembler étrange au début, mais je peux vous assurer qu’on s’y fait très vite.

Au ton que j’employais pour clamer mon discours, on aurait pu croire que je parlais d’autre chose que d’une arme au tranchant effroyable. Seulement, je savais pertinemment que l’esprit d’Ashana était trop innocent pour rejoindre mes pensées affreusement impures.

— Elle est trop grosse, m’expliqua-t-elle.

Ou pas. Ma tête fit un curieux mouvement de recul. J’étais dans l’incertitude. Un peu. Je me caressais pensivement le menton, grattant ma courte barbe en me demandant si je devais surenchérir, juste afin de vérifier cette possibilité.

— Certes, mais il ne faut pas en avoir peur, répliquais-je alors.

Aussi sérieuse que la mort, Ashana croisa les bras pour ensuite me scruter intensément. Je me retenais à grande peine de rire.

— Comment ne pas craindre d’être blessée ? Vous avez vu sa taille ?

À ce rythme, mes organes internes allaient finir par se tordre à force de contenir le fou rire qui menaçait d’exploser à tout moment.

— Je connais ses mensurations puisqu’elle m’appartenait avant d’être entièrement vôtre. Et justement, il vous revient désormais de l’utiliser autant de fois que possible. Sachez que plus vous l’utiliserez, plus elle semblera familière entre vos mains. De vous à moi, je devine votre énorme potentiel d’apprentissage, alors croyez-moi sur parole quand je vous assure que vous deviendrez rapidement une experte en ce qui la concerne.

J’avais probablement poussée la chose trop loin car maintenant, Ashana me fixait entre ses cils, d’un air soupçonneux.

— Mais de quoi parlez-vous, au juste ? s’enquit-elle pour en avoir probablement le cœur net.

Je lui dédiais un sourire resplendissant d’une hypocrisie redoutable.

— Mais de ma dague, bien sûr !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

Sortie prochaine

"Démon noir, Tome 1 : Les Fiançailles obscures" sort 2021-10-30T21:05:04+02:00
background Layer 1 30 Octobre

Date de sortie

Démon noir, Tome 1 : Les Fiançailles obscures

  • France : 2021-10-30 (Français)

Activité récente

Les chiffres

lecteurs 1
Commentaires 0
extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode