Livres
462 213
Membres
419 351

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« Donc ce n’est pas bizarre que j’ai vu Gus pour la première fois depuis des années hier, et que je n’avais jamais rencontré Poe ou Kemp auparavant ? Ils parlent déjà de long terme et cela fait… » Je regardai ma montre. « Trente heures.

- Bienvenue en club des hommes qui savent ce qu’ils veulent—

- Je dirais plutôt qui ils veulent, clarifia Kaitlyn.

- —et qui poursuivent leurs désirs. Les obtiennent. Et ne les laissent jamais partir. »

C’était comme si Ava avait vécu la même chose, à la façon dont elle parlait. Quand elle leva la main et montra rapidement sa bague de fiançailles sur laquelle se trouvait un gros diamant, j’eus ma réponse.

Tucker et Jed avaient-ils été déterminés et sérieux aussi vite ? Vu la manière dont Kaitlyn hochait la tête, et ce qu’avait dit Ava sur la façon dont ils avaient fait des choses coquines sans même connaitre le nom des uns et des autres… Duke et Jed étaient pareils.

« Est-ce que c’est quelque chose qui court chez les Duke ? Le désir au premier regard ? Cela va si vite. Vous avez vu pour Poe et son ablation des amygdales. Je l’ai rencontré hier. Et ce que nous avons fait hier soir…Et ce matin… »

Afficher en entier

J’étais nerveuse, j’avais l’estomac noué. Mon stress devait se voir car il ajouta, « Tu ressembles à un mustang sauvage qui est sur le point de détaler. »

Gus sourit tandis qu’il ferma la porte d’entrée, puis il prit ma main et me guida jusque dans une pièce énorme. J’espérais qu’il ne remarquait pas mes mains moites. Les murs étaient blancs et les ornements et le sol étaient en bois teint. Il y avait de gros faisceaux lumineux au plafond. Le mobilier était en cuir et il y avait une cheminée en pierre sur deux étages. C’était grand, tout comme eux.

Kemp nous suivit et Poe nous rejoignit, arrivant du couloir du fond. Il hocha la tête et mit ses mains dans les poches de devant de son jean. Bon sang, j’avais oublié à quel point il était grand ; je devais lever les yeux pour le regarder. Beaucoup.

« Salut, » dit-il, la voix profonde et douce. Son regard fixe me faisait me sentir nue. Exposée. Comme s’il se retenait de… me bondir dessus.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode