Livres
458 487
Membres
411 903

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Désirs fous



Description ajoutée par Underworld 2018-05-22T23:00:33+02:00

Résumé

– J'en offre cent dollars !

Une lueur de défi dans les yeux, Lilah soutient les regards scandalisés. Jamais dans toute la Virginie, on n'a vu une femme acheter un esclave. Pourtant, c'est son seul moyen d’arracher à la mort son beau capitaine aux yeux d'émeraude. Joss, enchaîné, humilié, reconnaît aussitôt l'impétueuse jeune fille à qui il avait volé un baiser. Elle lui offre aujourd'hui sa liberté. En route pour La Barbade, leur navire sombre, et ils échouent sur une île déserte. Lilah expérimente à son tour l’esclavage, celui des étreintes enfiévrées d’un homme qui la désire de tout son être.

* * *

"J'en offre cent dollars !" Une lueur de défi dans les yeux, la ravissante Lilah soutint le regard scandalisé du responsable de la vente. Jamais dans toute la Virginie, on n'avait vu une femme acheter un esclave ! Et pourtant, c'est le seul moyen, pour Lilah, d'arracher à une mort certaine son beau capitaine aux yeux d'émeraude...

Joss, enchaîné, humilié, reconnaît tout de suite l'impétueuse jeune fille qui avait embrasé ses sens d'un seul baiser volé. Elle lui offre aujourd'hui sa liberté et tous deux partent pour La Barbade. Mais leur navire sombre et ils échouent sur une île déserte.

Lilah connaît à son tour l'esclavage, l'esclavage des étreintes enfiévrées d'un homme qui la désire ardemment et fait vibrer son corps tout entier... Mais lui pardonnera-t-il de l'avoir un jour humilié pour mieux le sauver ?

* * *

Description en VO :

Love Wild, Love Free

How could Lilah Remy force herself to forget Joss San Pietro? How could she deny the anguish that filled her days - or the feverish longing that tormented her nights?

He was gone, torn from her arms forever by the cruel code of her proud plantation society...and by the dark secret that ran in his blood.

Soon they would marry her to another...unless Joss returned, fulfilling his vow to possess the woman whose beauty haunted him...and whose urgent whispers had enslaved his body and his soul.

* * *

Raised a gentleman but cruelly betrayed and enslaved, Joss San Pietro's fate now rests in the gentle hands of Lilah Remy, the beautiful pampered daughter of a wealthy planter. But their true destiny awaits them in paradise where, shipwrecked and alone, they face desperate trials and dangerous truths -- and the yearning of passionate hearts that demand surrender to forbidden love.

Afficher en entier

Classement en biblio - 100 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par venusee 2013-08-12T22:08:29+02:00

- Mademoiselle Remy - Delilah - je pense à vous jour et nuit! Vous êtes une ensorceleuse. Vous vous

êtes emparée de mon coeur. Je...

- Assez, je vous en prie, monsieur Calvert, murmura

Lilah en tentant de retirer sa main, dont l'impétueux jeune homme s'était saisi avant de mettre un genou en terre, le visage béat d'adoration.

La jeune fille le regarda d'un air effaré. Elle avait vingt et un ans, et elle considérait comme un gamin

Michael Calvert qui en avait à peine dix-neuf. Il était bien évident qu'elle n'était pas plus amoureuse de lui que du brave Hercule, l'epagneul de sa grand-tante, lequel, assis sous la véranda et la tête penchée de côté, semblait observer avec étonnement cette scène insolite.

Michael faisait une cour assidue à Lilah depuis plus de trois mois, c'est-à-dire depuis le jour où elle était arrivée

à Boxhill, la propriété de sa grand-tante Amanda Barton.

Et rien de ce qu'elle avait pu dire pour lui faire comprendre le manque total d'intérêt qu'il lui inspirait n'était parvenu à le décourager. Aujourd'hui encore, il ne tenait aucun compte des protestations de la jeune file. Elle était condamnée à l'écouter.

- Je vous aime, Lilah, et je veux que vous soyez ma femme !

Ce disant, il s'efforçait d'attirer son attention en prenant son visage entre ses mains pour le couvrir de baisers brûlants. Elle tenta en vain de se dégager de cette

étreinte importune.

- Vous me faites vraiment beaucoup d'honneur, monsieur Calvert, dit-elle entre ses dents.

Dans les circonstances présentes, il lui était très dur de s'en tenir aux répliques courtoises enseignées par

Katy Allen, la gouvernante qui avait veillé jalousement sur son éducation. Pourtant, les convenances avaient moins d'importance à la Barbade, son île natale, où, en dépit du fait que les habitants mettaient leur fierté à

être plus anglais que les Anglais eux-mêmes, les moeurs n'étaient pas aussi austères qu'ici, en Virginie.

A Boxhill, les bonnes manières comptaient encore beaucoup. Bien que les colonies se fussent officiellement libérées de la domination britannique dix ans plus tôt et qu'elles fussent maintenant, en cette année 1792, entichées de tout ce qui était français, il n'était pas question d'accepter certaines idées nouvelles touchant à

la conduite des jeunes filles de bonne famille. Dans cette région du sud des Etats-Unis, on n'avait pas encore totalement abandonné les coutumes et les moeurs britanniques.

Lilah savait que si elle avait suivi son inclination naturelle, qui lui soufflait de donner une bonne poussée à

l'insupportable Calvert pour le projeter sur son derrière, elle aurait été sévèrement jugée par toutes Ses viragos du coin, dont le chef de file incontesté n'était autre que sa grand-tante. Depuis son arrivée à Boxhill, la jeune fille avait eu à subir à plusieurs reprises les reproches d'Amanda Barton et, à moins qu'elle n'y fût contrainte par les événements, elle ne tenait pas à s'exposer dans l'immédiat à une nouvelle réprimande. Elle savait pourtant qu'il lui serait pratiquement impossible de terminer son séjour sans piétiner un de ses sacro-saints principes sur la conduite que l'on était, d'après Amanda, en droit d'attendre d'une jeune fille digne de ce nom.

- Il serait impossible de vous faire jamais trop d'honneur, mademoiselle, continuait Calvert d'un air extasié en pressant ses lèvres sur le poignet de Lilah. En tant que ma femme, vous aurez droit à tous les honneurs,

à toutes les considérations.

La jeune fille fronça les sourcils en baissant les yeux vers ce stupide garçon agenouillé à ses pieds. Vraiment, cette scène frisait l'absurdité. En règle générale, les jeunes hommes acceptables du comté de Matthews ne manquaient jamais de la courtiser, trouvant autant d'attraits

à sa blondeur qu'aux solides revenus de la plantation sucrière de la Barbade. Cela était, au fond, dans l'ordre des choses. Jamais encore elle n'avait été privée des attentions masculines, et elle ne s'attendait pas à ce que les prétendants de Virginie fussent différents des autres. Au cours des quatre années qui avaient suivi ses débuts dans le monde, elle avait eu plus de vingt demandes en mariage, et elle les avait toutes repoussées.

Depuis son arrivée à Boxhill, deux autres soupirants lui faisaient une cour assidue, mais elle était parvenue à les tenir à l'écart. Michael Calvert était le troisième sur les rangs. Et c'était le plus ridiculement enragé.

Elle haussa les épaules. A la vérité, aucun homme ne l'attirait suffisamment pour qu'il pût être question de mariage. Néanmoins, elle avait déjà vingt et un ans,

était fille unique, et son père ne laissait passer aucune occasion de lui déclarer qu'il était temps pour elle de se marier et d'engendrer des héritiers. Elle commençait à

croire qu'elle ferait bien d'accepter pour époux le neveu de sa belle-mère, Kevin Talbott, lequel l'avait demandée alors qu'elle n'avait encore que dix-sept ans ; et il revenait chaque année à la charge avec une obstination di- gne de tous les éloges. Le père de Lilah voyait en lui un gendre très acceptable. Or, la jeune fille considérait que son père - malgré tous ses défauts - était l'homme le plus avisé qu'elle connût. Epouser Kevin présentait d'ailleurs deux avantages appréciables : elle pourrait jouir pleinement de sa vie à Heart's Ease - la propriété

familiale -, et son mari se montrerait sans nul doute un régisseur compétent, capable de prendre plus tard la succession de son beau-père. Ce dernier trouvait un tel arrangement fort satisfaisant, mais cette solution ne constituait pas un idéal aux yeux de la jeune fille.

Aussi avait-elle fondé de grands espoirs sur sa visite à

Boxhill, rêvant de rencontrer, dans ce milieu différent, un homme à son goût. Pourtant, ainsi que sa belle-mère l'en avait prévenue avant son départ de la Barbade, ce n'étaient là que rêves et illusions. La dure réalité prenait en ce moment la forme de ce garçon grotesque qui se traînait à ses pieds en mendiant un amour qu'elle se sentait incapable de lui donner. Elle l'imagina un instant entrant dans son lit pour leur nuit de noces, et elle se sentit frissonner d'effroi. Mieux valait encore Kevin, en dépit de son allure un peu fruste. Comme toujours, son père avait raison lorsqu'il prétendait que l'amour n'était que sottises et que, si elle se donnait la peine de réfléchir sainement, elle ferait un mariage de raison.

- ... Dites que vous m'appartiendrez !

Et Calvert poursuivait ses déclarations d'amour éternel, tout en lui embrassant la main avec la dévotion d'un jeune chien. Elle se retenait de lui adresser la réplique mordante qu'elle avait au bord des lèvres, à savoir que, avec sa voix haut perchée et sa crinière bouclée, il lui rappelait Hercule !

- Je vous en prie, lâchez-moi la main, monsieur Calvert, il m'est impossible de vous épouser.

Sa voix laissait paraître une nuance d'énervement, et sa main libre la démangeait d'administrer à l'amoureux transi une gifle bien méritée. Pourtant, elle hésitait encore, dans l'espoir insensé que cet imbécile entendrait raison avant qu'elle ne fût dans l'obligation de renoncer

à ses manières de jeune fille bien élevée. Peut-être valait- il mieux que Michael Calvert gardât intacte son image d'angélique princesse. Seulement, ses lèvres remontaient maintenant le long du bras nu de la jeune fille...

S'efforçant toujours de dégager sa main prisonnière de l'étreinte de ce jeune fou, Lilah jeta un coup d'oeil désespéré autour d'elle, afin de s'assurer que nul n'observait cette bouffonnerie.

Cet après-midi-là, une réception donnée en son honneur par sa grand-tante s'était tenue dans les jardins de la propriété. Mais, à mesure que tombait le soir, les invités

étaient rentrés à l'intérieur de la maison pour participer au bal traditionnel qui devait clôturer la fête. Les

échos assourdis de la musique parvenaient jusqu'à la véranda. De temps à autre, des couples s'aventuraient sur les pelouses, mais ils étaient trop loin et trop occupés d'eux-mêmes pour songer un seul instant à ce qui pouvait se passer ici. Elle se trouvait donc seule avec cet insupportable idiot.

On était en juillet, la nuit était chaude, et le chant monotone des cigales s'élevait dans l'air calme, tandis que le parfum du chèvrefeuille embaumait les alentours.

Tout cela formait un cadre absurdement romantique

à la situation gênante dans laquelle elle se débattait.

Un peu plus tôt dans la soirée, Lilah avait pris part à

toutes les danses, jusqu'au moment où elle s'était sentie légèrement moite - une femme du monde ne transpirait jamais ! Ce fut alors que Michael Calvert lui avait suggéré

de sortir pour respirer un peu d'air pur. Elle avait eu la faiblesse d'accepter et, pour son malheur, elle se trouvait maintenant sur la balancelle de la véranda, et il posait des baisers de plus en plus appuyés sur sa main.

- Oh, Lilah, si vous vouliez seulement consentir à

m'épouser, vous feriez de moi le plus heureux des hommes.

Emporté par sa passion, il se livrait maintenant à un acte d'une folle témérité, promenant la pointe de sa langue dans la paume de la main de sa victime scandalisée.

Elle essaya encore une fois de se dégager d'un geste plus sec, tandis qu'un éclair de colère passait dans son regard. Hercule, surpris par ce mouvement soudain, leva la tête et ses yeux se posèrent sur le jeune homme, tandis qu'un grognement sourd sortait de sa gorge.

- Silence, Hercule ! dit Lilah d'un ton sec.

Puis, reportant son attention sur son interlocuteur :

- Non, reprit-elle, je ne vous épouserai pas ! Et rendez- moi ma main, s'il vous plaît.

Calvert parut enfin se rendre compte que la patience de la jeune fille était à bout, et il leva vers elle des yeux dont le regard faisait vraiment songer à celui d'Hercule.

Pourtant, il ne put s'empêcher d'avoir une fois de plus des mots malheureux.

- Cette modestie vous va à ravir. le n'aimerais pas que ma femme fît preuve de trop d'audace.

Entêté jusqu'à l'absurde, il éleva de nouveau la main de Lilah jusqu'à ses lèvres et se remit à la caresser de sa langue humide. Cette fois, c'en était trop. Animée d'une subite fureur, Lilah leva un pied chaussé d'un délicat escarpin, le posa sur la poitrine de son soupirant et poussa aussi fort qu'elle le put, parvenant ainsi à libérer sa main. Le'résultat, cependant, ne fut pas tout à fait celui qu'elle escomptait. Certes, Calvert tomba à la renverse.

Mais la véranda ne comportait pas de balustrade, et avant de savoir ce qui lui arrivait, la jeune fille avait basculé hors de la balancelle pour aller atterrir dans les chèvrefeuilles. Elle ne put s'empêcher de proférer un mot malsonnant qui ne franchissait que bien rarement les lèvres d'une jeune femme distinguée.

- Lilah ! Ô mon Dieu ! s'écria Calvert avec un hoquet de surprise.

Pendant un bon moment, la jeune fille demeura

étendue dans les arbustes. De petites branches chatouillaient sa peau, et elle se rendait compte que sa malencontreuse chute avait porté atteinte à sa dignité plus encore qu'à sa personne, physique. Car elle devait avoir l'air parfaitement ridicule, étalée de tout son long, le visage contre terre et ses jupes découvrant sans doute fort immodestement une partie de ses jambes. Ele frissonnait

à cette seule pensée. Elle se mit à se tortiller pour tenter de se dégager, mais des branches étaient accrochées à sa robe et, si elle se levait, le tissu allait immanquablement se déchirer, avec les conséquences désastreuses que cela pourrait avoir pour sa pudeur.

Elle essaya fébrilement d'écarter une branche.

- Permettez-moi de vous aider...

Le rire que Michael Calvert s'efforçait en vain de réprimer déformait sa voix, et son hilarité agissait sur la colère de la jeune fille comme de l'alcool sur le feu. Le derrière en l'air et le visage à quelques centimètres du sol, elle se sentait littéralement prise au piège, et il était

évident que le coquin devait se régaler à la vue de ses longues jambes qui gigotaient, gainées de bas de coton blanc, et de ses cuisses ceintes de jarretières de dentelle rose, lilah était en proie à une telle fureur qu'elle aurait voulu tuer sur-le-champ cet âne ricanant. Elle tenta de se tourner pour atteindre l'ourlet de sa robe et la faire redescendre jusqu'au niveau permis par les convenances.

Elle constata avec horreur que cela lui était imposl i sibie. Mais en même temps, elle sentit une main qui, en rabattant le vêtement, ne se privait pas d'effleurer le haut de ses cuisses.

- Otez votre main, sale vaurien ! s'écria-t-elle, de plus en plus furieuse. Comment osez-vous me toucher et rire par-dessus le marché ? Tout cela est de votre faute, petit crétin malingre, et je tiens à vous dire que je ne vous épouserai pas, même si...

Mais cette tirade n'eut d'autre effet que de faire redoubler les rires du jeune homme. Outrageusement vexée et folle de colère, Lilah, dans un suprême effort, parvint à se relever et.bondit comme un boulet de canon, le poing levé, pour se précipiter sur cet hurluberlu, cause de tous ses déboires.

A l'instant précis où le coup allait atterrir sur la mâchoire du rieur, elle sentit son poignet emprisonné dans une main de fer. Elle constata alors avec horreur que l'homme qui avait eu le toupet de rabattre sa robe sur ses jambes, non sans effleurer la chair tendre de ses cuisses, et qui avait failli recevoir son poing sur la mâchoire, n'était pas Calvert. C'était un inconnu qui la fixait avec des yeux malicieux, d'un vert qu'elle n'avait encore jamais vu chez aucun homme.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par PANDORE88 2018-03-02T13:00:18+01:00
Argent

Une histoire plutôt originale. Joss se retrouve du jour au lendemain, esclave alors qu'il était commerçant et marin et avait une vie plutôt agréable. J'ai beaucoup aimé ce côté là de l'histoire et comment l'auteure nous montre un homme tomber du jour au lendemain dans la plus grande déchéance, à savoir la perte de sa liberté, de son identité. La suite est sympa, c'est une charmante aventure, mais très loin des pages sulfureuses suggérées par la quatrième de couverture.

Une belle histoire, mais sans plus, il y avait pourtant matière à faire davantage!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eloise07 2015-01-10T21:28:48+01:00
Lu aussi

Je suis assez décue par ce livre, j'attendais vraiment beaucoup mais il m'a manqué quelque chose. Les personnages sont assez superficiels et on ne les développe pas assez, l'histoire est prenante mais je l'imaginais autrement, j'ai accroché avec le livre vers le dernier tiers ou les événements s'enchainent et on veux vraiment connaitre comment la fin

Afficher en entier
Commentaire ajouté par princesseplume35 2014-10-26T07:10:45+01:00
Diamant

Superbe roman l histoire est époustouflante pleine de rebondissements qui nous tient jusqu'au bout. On ne s ennui pas un instant on passe un très bon moment de lecture et de détente avec un super happy end. À lire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par letty85 2014-10-23T00:54:48+02:00
Bronze

Une bouleversante histoire d'amour qui a pour thème l'esclavage, décrit d'ailleurs de façon très intéressante puisque le héros est en fait le petit fils d'une esclave Spoiler(cliquez pour révéler)qui n'a jamais été affranchie ce qui fait de lui à sa grande surprise - vu qu'il n'était pas au courant, un esclave et il le devient sur la plantation de la femme qu'il avait commencé à courtiser. Les choses ne commencent pas très bien pour nos héros et elles ne vont pas en s'améliorant vu qu'à cause d'une tempête ils vont échouer seuls tous les deux sur une île déserte ou bien peut être que... Quoi qu'il en soit ce n'est que le début de l'histoire, si vous voulez connaître la suite vous savez ce qu'il vous reste à faire^^

Bref, une grande passion, de l'aventure, une touche d'humour pour une intrigue palpitante que je vous conseille vivement Spoiler(cliquez pour révéler)leur histoire est très belle et la fin bien que révoltante (ses parents lui font perdre son bébé quand même) est vraiment émouvante

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lea72 2014-05-07T12:54:10+02:00
Lu aussi

Une histoire d'amour superbe qui nous plonge dans l'univers du 18ème siècle, à une époque où les pirates et les esclaves sont de rigueur. Joss découvre à son grand désarroi ses origines qui le condamne à l'esclavage. Delilah, fille au destin déjà tracé, se décide à l'acheter. Leur séjour sur une île déserte et la réalité de la situation nous tient en haleine tout au long du roman ! A LIRE

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rodney 2013-10-13T20:29:46+02:00
Diamant

Hum, et bien, beaucoup d'émotions, on peut le dire. On passe facilement du rires aux larmes en une page.

Les personnages sont criant de vérités, et très attachants. (bien que j'ai parfois eu envie de gifler Lilah de temps à autres...)

Bref, roman plus que réussi pour moi.

À lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par venusee 2013-08-14T00:59:04+02:00
Diamant

J'ai adoré ! Quel histoire envoutante... les personnages nous sont tellement sympathique et honnête, je les adores. C'est un livre à lire, une très belle histoire d'amour.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rayathea 2013-04-23T15:55:19+02:00
Or

Après avoir adoré La lune voilée, je redécouvre cette auteur avec beaucoup de plaisir. Comme l'autre roman que j'ai lu de Karen R on ne voit pas le temps passer quand on lit. L'histoire est passionnante et trépidante. Je le conseille vivement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vinka 2013-03-05T14:18:02+01:00
Or

très bon livre j'ai hate de lire les autres livre de cet auteur

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bayrachie 2013-02-19T16:03:26+01:00
Or

Une grande surprise pour moi. Le début je n'ai pas beaucoup accroché, j'ai eu du mal a mis mettre, c'était trop lent à mon goût. Mais après... que d'aventures pour nos personnages xD. L'histoire est très originale, de tout mes Aventures et Passions (et cela fait un paquet xD) c'est la seule histoire sur deux personnes naufragées. L'histoire est vraiment bien, j'ai passé un bon moment. Néanmoins, j'aurai préféré une fin plus longue. :D

Afficher en entier

Dates de sortie

Désirs fous

  • France : 2012-09-01 - Poche (Français)
  • France : 2012-09-05 (Français)
  • USA : 2010-12-28 - Poche (English)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 100
Commentaires 11
Extraits 3
Evaluations 20
Note globale 8.2 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Desire in the sun - Anglais
  • Desire in the Sun - Anglais
  • Desiderio nel sole - Italien
  • Deseo bajo el sol - Espagnol
  • Желание под солнцем - Russe

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode