Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Deslacs : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
La Compagnie noire, Tome 1 La Compagnie noire, Tome 1
Glen Cook   
L'univers qui sert de toile de fond aux aventures de la Compagnie Noire est, globalement, assez "low-fantasy", mais de par leur métier, et leurs employeurs, ces mercenaires retrouvent dans leurs rangs, et à leurs côtés ou face à eux, bien plus de magie qu'ils n'auraient sans doute signé de bon cœur pour en affronter, maniée par des individus face auxquels ils font presque figure de petits joueurs...

par Aude
La Saga Vorkosigan, Intégrale 5 La Saga Vorkosigan, Intégrale 5
Lois McMaster Bujold   

Komarr, Miles a 30 ans : Envoyé sur Komarr pour enquêter sur la destruction du miroir solaire indispensable à la terraformation de la planète, le Lord Auditeur Miles Vorkosigan doit tout faire pour éviter que la situation ne dégénère en un conflit ouvert avec Barrayar. Au passage, il rencontre une certaine Ekaterin... Ekaterin, Miles a 30 ans : A la suite de l'affaire de Komarr, Ekaterin, désormais veuve, n'a d'autre choix que de venir s'installer à Vorbarr Sultana.
Sur fond d'intrigues politiques et d'entomologie expérimentale, Miles se lance dans une curieuse cour dont lui seul a le secret, et dont le succès est tout à fait aléatoire. Inédit, Le poison du mariage, Miles a 31 ans : L'homme d'armes Roïc parvient, avec l'aide du sergent Taura, à déjouer un complot visant à saboter le mariage de Miles. Immunité diplomatique, Miles a 32 ans : Miles endosse à nouveau le costume d'Auditeur Impérial pour se rendre sur la station Graff, au coeur de l'espace quaddie, où un meurtre non résolu et une banale rixe entre sous-officiers risquent de tourner en guerre ouverte !

La Saga Vorkosigan, Intégrale 3 La Saga Vorkosigan, Intégrale 3
Lois McMaster Bujold   
Suite des aventures de Miles Vorkosigan. C'est la première intégrale qui s'écarte de l'ordre de publication pour respecter la chronologie. L'auteur a bien fait son travail, car je n'ai relevé aucune incohérence.

"Cetaganda" nous plonge dans la capitale de l'empire du même nom. Leur société est radicalement différente de ce qu'on a pu voir jusqu'ici (les femmes cachées dans des bulles volantes m'ont particulièrement marquées) et les enjeux de l'enquête de Miles sont assez importants (menace sur Barrayar) pour m'avoir tenu en haleine.

"Ethan d'Athos" quitte Miles pour suivre Elli Quinn (défigurée dans la 1ère intégrale et intégrée à la flotte de mercenaires de Miles) et cet Ethan, originaire d'Athos, à la culture là aussi particulière (il n'y a que des hommes sur Athos...). Espionnage et agents secrets dans une station spatiale, ça passe bien, même si le charismatique Miles manque à l'affaire.

"Le Labyrinthe" où il est question de clonage (ce sera important par la suite) et où Miles découvre l'amour, ou plutôt la passion avec... un monstre génétiquement modifié. Toujours aussi surprenant et ébouriffant!

"Les frontières de l'infini": Miles est prisonnier dans une prison d'où personne ne s'échappe (un dôme sur une planète inhospitalière). C'est bien mal connaître Miles qui a pour mission d'exfiltrer quelqu'un. J'ai cru que ça allait bien se passer (on commence à avoir l'habitude avec Miles), mais ça se termine par un pseudo fiasco...

"Frères d'armes" suit directement le roman précédent mais j'avoue avoir commencé a saturer. Finalement qu'est ce qui peut présenter une menace pour Miles dont l'intellect le sort indifféremment de toute situation? Lui-même peut-être? L'auteur a eu l'idée de lui créer un clone avec de noirs desseins, mais enrobé d'une histoire confuse et poussive (qui a je trouve pour seul mérite d'officialiser la relation entre Miles et Elli).

par tolomas
La Saga Vorkosigan, Intégrale 2 La Saga Vorkosigan, Intégrale 2
Lois McMaster Bujold   
Avec cette deuxième intégrale, on rentre de plain pied dans le coeur de la Saga Vorkosigan à proprement parler.
En effet, Cordelia et Aral, les parents de Miles, héros de la première intégrale, passent ici au second plan, laissant le devant de la scène à leurs fils Miles.
1er constat, c'est dommage, tant ils étaient charismatiques.
2eme constat Miles va bien vite reprendre le flambeau, car il est comme nul autre. Difforme dans une société où les "mutants" sont très mal perçus, on peut dire qu'il a développé pour compenser des facultés de raisonnement assez incroyables.
Suivre sa première aventure ("L'apprenti Guerrier") m'a laissé bouche bée devant la façon qu'a Miles de gérer le déferlement de situations dans lequel il se jette.
"Les Montagnes du Deuil" le voit revenir sur Barrayar après son escapade spatiale pour une aventure plus terre à terre dans les campagnes reculées de sa planète, aventure qui va lui renvoyer toute sa difformité physique au visage.
"La Stratégie Vor" va terminer de démontrer, à nous lecteurs mais aussi à son père et à sa hiérarchie, ben que Miles c'est le patron quoi!
Je n'ai pas lâché ce tome une fois entamé, c'était vraiment excellent.

par tolomas
La Saga Vorkosigan, Intégrale 1 La Saga Vorkosigan, Intégrale 1
Lois McMaster Bujold   
J'avoue avoir été plus attiré par le format "Integrale" et le mot prometteur de "saga" que par une quelconque connaissance de l'univers de Lois McMaster Bujold. Comme quoi le marketing de la collection Nouveaux Millénaires a bien fait sont travail :-)
Et tant mieux pour moi car je me suis régalé.
La Saga Vorkosigan, c'est en fait l'histoire de Miles Vorkosigan, espion galactique difforme au service d'une planète, Barrayar, au passé relativement belliqueux. Ce premier tome se concentre toutefois sur les parents de Miles, Cordelia et Aral, leur rencontre (mouvementée) et la naissance de Miles (difficile...). Ceci nous est conté dans "L'Honneur de Cordelia" et sa suite directe "Barrayar". Ces 2 romans forment un tout (la genèse de Miles en somme) et sont addictifs, tant par leurs personnages au charisme très fort que par les intrigues politico-SF qui s'y entremêlent.
Le roman d'ouverture (Operation Cay) n'a en revanche pas de lien directe avec le reste (bon vous verrez un petit lien au milieu de l’intégrale 3), même s'il reste un très bon roman SF. Ce serait donc dommage de s'en passer, sauf si vous voulez sauter directement dans le grand bain de la famille Vorkosigan.


par tolomas
Miles Vorkosigan Miles Vorkosigan
Lois McMaster Bujold   
Tome N°4 de la saga Vorkosigan. Miles, promu enseigne et rattaché à la sécurité impériale près une mauvaise expérience dans une garnison dans le grand froid, se voit confier une mission dans laquelle il est sensé se renseigner sur les mouvements de troupe dans le moyeu de Hegen. Une fois de plus, il se retrouve dans des aventures hors du commun : il sauve l'empereur de Barrayan, détenu en otage, revient à la tête des mercenaires Dendarii et empêche l'invasion des Cetagandans. Bref, du rocambolesque palpitant.
Tout aussi passionnant que les trois précédents épisodes. Pas moyen de poser le livre. Au bout des quatre tomes, on commence à rentrer dans le schéma de pensée de Lois McMaster Bujol, mais ça ne fait rien, on a envie de connaître la suite.

par Erorl
Les Annales du Disque-Monde, tome 10 : Les zinzins d'Olive-Oued Les Annales du Disque-Monde, tome 10 : Les zinzins d'Olive-Oued
Terry Pratchett   
Ce tome est un des meilleurs des Annales jusqu'à présent. Les références, la critique du cinéma, les personnages, l'ambiance, tout est bon. Je craignais un peu de commencer le cycle dit de la révolution industrielle dans les Annales, j'avais peur de ne pas trouver des personnages qui me plairaient (puisque c'est un cycle qui se concentre sur un thème, pas des personnages) et le thème ne m'intéresse pas dans notre monde.
Mais voilà, c'est le Disque-Monde, c'est Pratchett et vous pouvez continuer à le lire les yeux fermés (pour ainsi dire :)), vous ne serez pas déçus et vous serez toujours chez vous à Ankh-Morpork.

par Natiguane
Les Annales du Disque-Monde, tome 4 : Mortimer Les Annales du Disque-Monde, tome 4 : Mortimer
Terry Pratchett   
Un excellent tome, j'ai vraiment adoré ce roman avec la MORT comme personnage principal...

Comme pour les précédents volumes j'ai beaucoup rigolé, il y a toujours d'excellents jeux de mots, des scènes déjantées, pour ne pas dire décalées.

Nous avons des personnages sympathiques et attachants. La Mort fait partie de mes protagonistes préférés, rappelons que ce personnages n'est pas aussi froid et sombre que l'on pourrait le croire. Terry Pratchett nous offre une faucheuse intéressante et drôle. C'est vraiment une saga qui vaut le détour...

La plume de l'auteur est fluide, agréable. Le traducteur a fait pour moi un très bon travail car il reste plus que fidèle à l'auteur. Je pense que traduire certains jeux de mots n'est pas aussi facile que ça.

Ce titre est pour moi au dessus des 3 premiers, le scénario est vraiment très agréable, on ne s'ennuie pas une seconde, il y a des rebondissements, de l'action et de la magie. La Mort qui cherche à prendre du bon temps et un Mortimer dépassé par les événements c'est bien trouvé et tellement humoristique. 2 passages m'ont particulièrement plus : [spoiler]La Mort en cuisinier j'ai adoré, ou même essayant de se souler au bistrot, il fallait oser... [/spoiler]

En conclusion : un excellent tome qui se révèle palpitant, drôle et sans prise de tête. Pour moi un excellent moment de détente - Je recommande ce titre vivement
La Compagnie noire, Tome 7 : Saisons funestes La Compagnie noire, Tome 7 : Saisons funestes
Glen Cook   
Ce tome-ci fait suite à "Rêves d'aciers" d'une façon un peu spéciale.
Le tome se déroule en effet 4 ans plus tard, après un ellipse dont va découvrir peu à peu les évènements, et qui sert de cadre à tout une partie du récit qui apparaitra conjointement à la narration dans le "présent". Cette partie qui va être racontée par de longs passages parallèles jusqu'à la fin est la vision de Murgen, le porte-étendard, dans le siège de Dejagore sous l'assaut de Tisse-Ombre, pendant que Madame réunissait son armée et que Toubib était prisonnier.

La façon dont va se dérouler la narration est particulière. Dès le début, on voit une scène incompréhensible, puis peu à peu on comprend que Murgen est sous l'influence de sortilèges qui vont lui faire revivre des épisodes passés. C'est ainsi qu'on va découvrir ce qu'il a vécu à Dejagore. Parallèlement, il va revivre aussi son passé proche, quatre ans plus tard, qui nous intéresse davantage.
Puis, vers la fin, on va rejoindre le présent actuel, et continuer l'intrigue.

Ce tome est donc assez déroutant, et pour ma part, un peu moins attrayant, notamment parce que tout une partie va être appuyée sur une trame temporelle qu'on a déjà explorée. Entre les murs de Dejagore, donc la narration prend une bonne partie du bouquin, on sait ce qui se passe à l'extérieur et comment avance l'intrigue. Les évènements se recoupent avec nos souvenirs du précédent tome. Finalement, l'avancée de l'histoire après le retournement de situation face aux Félons, à la fin de "rêves d'aciers", est limitée. Mais le récit du siège de Dejagore est néanmoins très intéressant ; de part la découverte du peuple Nyueng Bao (un peuple qu'on reconnait vite ayant des caractéristiques "asiatiques"), et de la transformation, ou la révélation, de Mogaba et de ce "sa" Compagnie Noire.
La Compagnie noire, Tome 5 : Rêves d'acier La Compagnie noire, Tome 5 : Rêves d'acier
Glen Cook   
Aaalalah, comme d'hab, les éditeurs français ont fait n'importe quoi, dans le seul but de se faire du pognon. Ainsi, disons-le tout de suite, le tome suivant celui-ci, "la pointe d'argent", est un spin-off qui est sorti après "la Rose Blanche" (le tome 3), et qui relate l'histoire qui se poursuit dans le Nord. C'est important à savoir, car à la fin de ce tome-ci, "Rêves d'acier", l'intrigue n'est PAS DU TOUT finie, et reste sur un suspense haletant. Donc je vous conseille de ne pas enchaîner sur "la pointe d'argent" directement, mais de plutôt passer au tome 7.
Et aussi, les deux livre suivant sont édités en France chacun en 2 parties, donc 2 fois plus à payer. Youpi !

Bref, concernant ce tome.
Un grand bouleversement ! En effet, Toubib semble être hors circuit, et que diable, c'est Madame qui reprend le flambeau ! Les annales, tenues par elle, se font radicalement plus sombres et violentes. Madame n'est pas une sainte ni une diplomate. Elle fait peur, quand elle s'y met. Vraiment très peur.
Beaucoup de magie, beaucoup de force et de violence dans ce tome. Des traîtrises, des coup-bas, des mensonges et des machinations ; des magies qu'on ne comprend pas, une mythologie qui semble prendre son essor, et des découvertes qui bouleversent le petit monde de la Compagnie Noire. Glen Cook manie tout cela extrêmement bien, avec un style réaliste et froid, terriblement adapté aux personnages, et touchant juste. Point de finesse et de jolie fantasy, ici tout est noir, sombre, sanglant et à l'image de la Compagnie : franc.

J'ai beaucoup aimé ce récit du point de vue de Madame. On voit ressortir son côté impératrice, son efficacité, son autorité, et on craint, on a peur, on ne sait pas vraiment ce qu'elle veut, ou si elle est assez forte pour résister à ce qui semble lui pendre au nez à travers les Félons, qui voient en elle quelqu'un de grande importance. Pour quoi ? Oui, pour quoi...

PS: Y'a juste un truc que j'ai pas pigé, depuis le début des Livres du Sud. On connait le nom de Madame, Dorothée Senjak. Alors pourquoi le nom des sorciers est-il si important, si malgré ça elle recouvre ses pouvoirs ? Je veux dire, si elle a son pouvoir et que tout le monde connait son vrai nom, elle ne craint plus qu'on l'utilise contre elle, non ? Alors pourquoi les sorciers utilisent-ils de faux-noms ? Si quelqu'un peut m'éclairer, il est le bienvenu.
  • aller en page :
  • 1
  • 2