Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de DesLivresEtMoi7 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Un merci de trop Un merci de trop
Carène Ponte   
Un petit bijou truculent à découvrir sans tarder : "Un merci de trop", de Carène Ponte, aux éditions Michel Lafon et auparavant chez Librinova.

Le pitch : A l’approche de ses 30 ans, Juliette est – et a toujours été – une fille bien sous tous rapports, aussi sage que discrète, aussi lisse que transparente. Ayant pris l’habitude de toujours obéir et dire merci – et amen – à tout, Juliette ne s’est finalement jamais révélée, et mène dès lors une vie insipide et étriquée, sans couleur ni saveur. Mais un merci de trop va sonner l’heure de l’émancipation… L’occasion pour Juliette de devenir celle qu’elle a toujours voulu être en réalisant ses rêves… Mais à bouleversement, bouleversement et demi…

C’est au hasard d’une conversation sur Twitter avec Carène – la bloggeuse – que j’ai découvert que Carène était aussi une auteure, issue de l’auto édition et s’apprêtant alors à se voir publiée chez Michel Lafon. Un titre séduisant, une couverture aguichante… Rendez-vous était donc vite pris pour jeter mon dévolu sur ce roman dès sa sortie, mais la taille de ma PAL a voulu que ma lecture soit retardée… Jusqu’à hier soir !

Je n’ai pas lu ce livre… Non, je l’ai littéralement englouti, en moins de temps qu’il ne m’en faut pour vous l’écrire ! « Attention à l’effet Juliette : Quand on commence, on ne peut plus la quitter ! » me prévenait l’auteur peu de temps avant ma lecture… Et c’est fou ce qu’elle peut avoir raison ! L’auteure donne le ton dès le prologue et nous entraîne à toute allure au cœur même de la vie de Juliette, alors sur le point de basculer… Et quand ça bascule chez Juliette, ce n’est pas à moitié : Effet montagnes russes garanties ! Pour son plus grand plaisir, le lecteur suit alors les truculentes péripéties et autres situations cocasses dans lesquelles notre héroïne glisse irrémédiablement. Alors oui, la fin n’est guère surprenante… Mais la voudrait-on autrement… Bien sûr que non !
Vraie force du roman, l’auteure a surtout su nous livrer une héroïne du quotidien, une jeune femme immédiatement attachante car tellement… Nous ! En effet, étoffée avec réalisme et profondeur, Juliette est un personnage auquel on peut immédiatement s’identifier tant elle ressemble à chacune d’entre nous. Alors on s’attache, on s’émeut, on s’émoustille, on s’échauffe, on s’énerve, on s’exaspère, bref on s’emballe à chaque évènement qui frappe à la porte de notre belle Juliette, qu’on voit évoluer au fil des chapitres et qu’on sait dotée d’un potentiel qui n’attend que d’être révélé au grand jour !
Les personnages qui gravitent autour d’elle ne sont pas en reste et contribuent grandement au plaisir qu’on prend à lire ce livre. Vous aimerez donc rire avec Nina et vibrer aux côtés de Luc, mais vous aimerez aussi vouloir démolir cette p***ffiasse de Kathy… Hum… Pardon, je m’emporte ! Mais c’est l’effet Juliette !
La plume de l’auteure est particulièrement fluide et agréable à lire. Le style est dynamique et pourtant léger, vraiment très plaisant, et les chapitres courts ajoutent juste ce qu’il faut de rythme à ce charmant récit.

En bref, une superbe petite comédie romantique à dévorer sans attendre ! C’est divin, ça se lit sans fin ! Allez les filles… Et si on les réalisait, nos rêves ?
Poulets grillés Poulets grillés
Sophie Hénaff   
Le pitch : La commissaire Anne Capestan, suspendue pour cause de bavure, se voit réintégrée à la tête d'une brigade de flics... tous placardisés pour des raisons diverses et variées. Leur mission : résoudre des "cold case" dont personne ne veut plus s'occuper... Et surtout se faire oublier! Mais il en faut bien plus que ça pour décourager notre commissaire rebelle!

Tombée par hasard sur l'exemplaire unique proposé par une petite librairie, mon œil aiguisé de lectrice s'est tout de suite arrêté sur ce titre alléchant! La 4ème de couverture a fini par me mettre l'eau à la bouche et c'est ainsi que je suis repartie avec ces poulets grillés à me mettre sous la dent... Et je l'ai dévoré!

Ce fut effectivement un réel plaisir que de lire ce roman original et loufoque, qui n'en reste pas moins un polar de par son intrigue rondement menée et par les codes qu'il respecte. On est tenu en haleine jusqu'au bout et on s'attache très vite à cette équipe de bras cassés qui n'a surtout pas été épargnée par la vie et leur hiérarchie. Le style de l'auteur, nerveux et plein d'humour, rend cette lecture d'autant plus agréable.

En bref, gros coup de cœur pour ce polar hilarant mais qui n'en est pas moins maîtrisé! J'attends le retour de cette folle équipe avec impatience!
Dieu 2.0 - La Papesse Online Dieu 2.0 - La Papesse Online
Henri Duboc   
Un véritable OVNI littéraire : "Dieu 2.0 – La Papesse Online" de Henri Duboc aux éditions Lajouanie.

Le pitch : En 2053, dans un monde qui sait désormais ce que « réchauffement climatique », « guerre nucléaire » et « techno-dépendance » veulent dire, Gabriel, 75 ans, est le « Croque Monde » pour avoir eu l’idée, 40 ans plus tôt, de créer « Memoriam », le site Internet universel qui accueille les sépultures numériques de milliards de défunts, mises en ligne gratuitement sous forme de pages personnelles, ce qui ne fait pas l’unanimité sur le plan religieux… C’est pour éviter de basculer dans l’obscurantisme que W3, un hacker aussi renommé que redoutable, en plein repentir après un coup de folie meurtrier, décide de contacter Gabriel pour lui soumettre une idée : Tuer Dieu…

C’est à l’occasion de la soirée Bookeen Café que j’ai eu l’occasion comme le plaisir de rencontrer cet auteur fort sympathique et découvrir son premier roman fort atypique, que je me promettais de lire le plus rapidement possible au terme d’un échange des plus chaleureux… C’est désormais chose faite ! Le pari n’était pourtant pas gagné avec moi qui suis une littéraire dans l’âme, une scientifique dans les chaussettes et une sous-quiche pour tout ce qui concerne les nouvelles technologies… Et pourtant…

Et pourtant je me suis régalée à la lecture de ce roman qu’il m’a pourtant été si difficile de résumer tant il est dense et complexe !
Alors même que Deezer avait la brillante idée de me passer du Soprano avec « Le Diable ne s’habille plus en Prada », très à propos, je me plongeais donc volontiers au cœur de cette intrigue particulièrement bien construite et admirablement maîtrisée. Parfois très technique mais sous couvert d’humour, le style de l’auteur n’en reste pas moins foncièrement plaisant. Voyageant dans le temps au gré des flash-backs et autres « documents » à la disposition du lecteur, ce dernier se voit ainsi donné une belle leçon d’Histoire… du futur… Oui l’époque a changé… Mais en est-on si sûr ? « Roman d’anticipation mais pas que… » Oui, pas que, car l’auteur met subtilement en avant des questions, bien d’actualité cette fois-ci, qui font tant débat de nous jours et qui pourraient un jour nous conduire à un drame si nous ne sommes pas en capacité de les régler… Poussant ici ces questions jusqu’à l’excès par le biais de personnages particulièrement soignés et foncièrement savoureux, ce roman franchement atypique traite au final du conflit intemporel qui existe entre science et religion, à l’heure où certains exercent leur folie meurtrière au nom de Dieu… Mais qui est Dieu ? Alors qu’on croit bien davantage en Google, la science n’est-elle pas aussi une religion ? L’une est-elle à bannir au profit de l’autre ou peut-on concilier les deux ? Doit-on se méfier de Dieu ou de ceux qui se prennent pour Dieu ? Vaste débat, passé, présent, et visiblement à venir…

En bref, un OVNI littéraire sûrement, mais un petite pépite sans aucun doute dont j’attends la suite avec impatience !
Rester groupés Rester groupés
Sophie Hénaff   
Une récidive particulièrement exquise : "Rester groupés", de Sophie Hénaff, chez Albin Michel.

Le pitch : Tandis qu'elle peine à remotiver ses troupes, découragés par le dénigrement dont ils font injustement l'objet depuis la résolution malaisée de leur première affaire, et alors qu'elle accueille une nouvelle recrue tout droit sortie de l'HP, la Commissaire Anne Capestan se voit intimer l'ordre de collaborer avec le 36 et la BRI sur une affaire des plus délicates : le meurtre d'un policier, et pas n'importe lequel : le Commissaire Serge Rufus, flic dont la réputation n'est plus à faire... Mais aussi son ex beau-père... Triste occasion pour renouer le contact avec son ex-mari... Mais notre Commissaire garde la tête sur les épaules et ne se laisse pas abattre aussi facilement...

J'avais adoré "Poulets Grillés", objet de ma toute première chronique sur mon blog... Aussi me suis-je évidemment ruée dans ma librairie à la sortie de ce nouvel opus, bien décidée à me plonger dedans sans plus attendre ! Malheureusement la monstrueuse taille de ma PAL en a décidément autrement, me désespérant de ne trouver le temps pour me plonger dans cette nouvelle enquête... Mais c'est désormais chose faite pour mon plus grand bonheur!

L'auteure nous plonge une nouvelle fois au cœur d'une intrigue brillamment construite et toujours aussi rondement menée. Parsemée d'instants cocasses et autre épisodes loufoques, de dialogues truculents et autres mots délicieux, le lecteur savoure ainsi chaque instant de sa lecture pleine de suspense, celui-ci étant maintenu avec brio au fil des chapitres avant d'aboutir à un dénouement inattendu mais particulièrement réussi.
Vraie force du roman, c'est évidemment avec un immense plaisir qu'on retrouve les membres de cette brigade de choc, de Rosière à Lebreton, en passant par Merlot ou encore Dax. Mais l'auteur ne s'arrête pas en si bon chemin et nous fait la belle surprise d'agrandir cette belle famille policière avec l'arrivée de Saint-Lô (D'Artagnan pour les intimes) et ses irrésistibles tournures de phrases, mais aussi de Ratafia, fier petit rat policier (si si!) venant en renfort de notre adorable Pilote! On s'attache immanquablement à cette formidable équipe de bras cassés, solidaires à chaque instant et en toutes circonstances, d'autant que l'auteure intègre davantage d'éléments de leur vie personnelle, ce qui permet au lecteur d'apprendre à les connaître davantage encore, apportant une dimension plus personnelle, plus intimiste, ce qui est particulièrement appréciable.
Retrouvant avec bonheur cette plume nerveuse, un brin décalée et pleine d'humour, l'auteure nous livre ainsi une performance sans faille pour un pur moment de bonheur littéraire.

En bref, ce roman se dévore mais ne rassasie pas... Aussi j'attends la suite des aventures d'Anne Capestan et sa folle équipe avec impatience!
Les Assassins Les Assassins
R. J. Ellory   
Plus qu'un thriller, un chef d'œuvre! "Les Assassins" de RJ Ellory, chez Sonatine.

Le pitch: Lorsque plusieurs meurtres s'enchaînent avec des modes opératoires complètement différents, rien ne laisse à penser qu'ils puissent être l'oeuvre d'un tueur en série... Rien, sauf lorsque John Costello, documentaliste pour la journaliste du City Herald Karen Langley, et lui même rescapé d'un tueur en série, comprend que c'est là l'oeuvre d'un Commémorateur, chaque homicide rééditant un meurtre de tueur en série célèbre commis à sa date anniversaire. Alors que les morts s'accumulent sans l'ombre d'un indice à l'horizon, les jours défilant douloureusement, John et Karen vont tenter d'apporter leur concours à Ray Irving, l'inspecteur solitaire qui se jette corps et âme dans la résolution de cette difficile enquête.

Un titre accrocheur, une 4ème de couverture alléchante, il ne m'en fallait pas plus pour me confronter à ces Assassins auxquels j'ai littéralement succombé!

Les tueurs en série et la fascination malsaine que l'on a pour eux: le sujet n'est pas nouveau, et pourtant l'auteur sort des sentiers battus en nous livrant un thriller magistral. Le sujet a été richement travaillé, étudié par l'auteur qui mêle habilement réalité et fiction. Le ton est donné dès les premières pages, on se passionne de suite pour cette histoire, il faut le dire, très inquiétante. L'auteur fait brillamment monter la tension au fur et à mesure de cette intrigue originale et captivante. Les personnages sont particulièrement attachants, et surtout très humains.

Bref, ma critique ne rend pas hommage au plaisir que j'ai eu à lire ce roman. Vous ne l'avez encore pas lu? Mais qu'attendez-vous?
Le réparateur de coeurs brisés Le réparateur de coeurs brisés
Laura D   
Un véritable petit bijou de poésie dans un écrin de tendresse : "Le réparateur de cœurs brisés", de Laura D., disponible sur Amazon.

Le pitch : Quand une femme, dévastée suite au passage de l'ignoble briseur de cœur, rencontre celui qui, seul, sera en mesure de le réparer, à condition qu'elle finisse par s'accepter...

Je sais bien que mon pitch ne paie pas de mine. Pour autant, sachez mes amis que ce roman n'en requiert nullement le besoin... En fait il est d'une telle beauté qu'il n'a même franchement besoin de rien, et encore moins de mon insipide chronique étalée à grand renfort de touches frappées sur un clavier qui n'avait rien demandé...

Mon dieu mes amis mais quelle poésie ! Quelle finesse ! Quelle tendresse ! Quelle douceur que ce texte délicatement déroulé sous mes yeux ébahis ! J'avais découvert la plume de cette formidable auteure, dont l'humilité n'a d'égal que le talent qui l'habite, à la suite d'une simple annonce sur Twitter. S'en est suivie la lecture de "Mémoire d'un homme heureux", puis "D'un amour à l'autre", deux petites pépites de sensibilité qui m'ont laissée profondément touchée. Et c'est à la suite de cette dernière lecture que, non repue de cette plume que j'affectionnais déjà sincèrement, je me plongeais à cœur perdu dans ce petit livre... Et mon cœur s'est bel et bien égaré au cours de cette lecture, s'arrêtant au détour d'une page tant il s'est émerveillé de la beauté de ce récit empreint de poésie. Ainsi dévoilée, l'histoire d'amour qui nous est ici contée n'en est que plus belle et bouleversante, nous livrant en outre une véritable leçon de tolérance et d'acceptation de soi. Et ne s'arrêtant pas en si bon chemin, le dénouement achève de voler le cœur d'un lecteur qui l'avait déjà offert à l'auteure de toute façon.
Toujours empreint d'une extrême beauté et d'une immense sensibilité, la plume de l'auteur m'avait déjà charmée au cours de mes deux premières lectures. Elle m'a ici comblée, transformant ce coup de cœur en coup de foudre pour cette plume que je vais désormais suivre de très près.

En bref, vous me voyez fort peinée que ma chronique me paraisse bien fade au regard de la beauté de ce récit. J'espère néanmoins vous avoir donné l'envie de le découvrir, car vous ne pourrez en sortir que profondément ému et touché. Pour ma part, rendez-vous est déjà pris pour ses autres œuvres qu'il me tarde donc de pouvoir découvrir le plus rapidement possible !
Intérieur nuit Intérieur nuit
Marisha Pessl   
Un roman époustouflant: "Intérieur nuit" de Marisha Pessl chez Gallimard.

Le pitch: Le corps sans vie d'une jeune femme est retrouvée dans un immeuvble désaffecté de Manhattan. Il s'agit d'Ashley Cordova, qui n'est autre que la fille de Stanislas Cordova, le légendaire et mystérieux réalisateur de films plus terrifiants les uns que les autres, qui n'a plus donné la moindre interview depuis 1977. Alors que tous les éléments de l'enquête laissent à penser qu'il s'agit d'un triste mais banal suicide, voilà l'occasion pour Scott McGrath, journaliste, de relancer son enquête sur ce monstre du cinéma, alors même que celle-ci lui a coûté son travail et son mariage quelques années plus tôt. Aidé de Hopper, un jeune dealer, et de Nora jeune comédienne sans domicile fixe, ce trio mal assorti devra renoncer à toutes ses certitudes et repousser les frontières du réel et du fantastique pour mener à bien leurs investigations qui les mèneront là où même eux ne l'auraient imaginé...

Repéré à l'occasion de la rentrée littéraire, je pensais devoir m'armer de courage pour venir à bout de ce pavé de 700 pages. Or j'ai été happée, envoûtée même, dès les premières pages, dans ce monde troublant...

Car bien plus qu'un roman, l'auteur nous livre là un véritable travail d'investigation au réalisme épatant et inquiétant, étayé de nombreux faux articles de magasine, coupures de presse, photos, captures d'écran et autres documents donnant une véritable vie à cette enquête angoissante. L'auteur sait brillamment berner, désarçonner son pauvre lecteur, complètement égaré dans cet univers inquiétant, ne sachant plus quoi penser, ne sachant plus discerner la réalité de la fiction, invité à tout remettre en cause, à l'instar des personnages de ce roman.
Nombreuses sont encore les questions qu'on se pose une fois la dernière page tournée, tant ce livre vous hante. Tel le journaliste menant l'enquête, on pense être "coincé dans un film de Cordova", tant la plongée dans cet univers est sans retour.

En bref, l'auteur est un prodige, son roman un chef d'oeuvre. Ne le manquez pas!
Vices Vices
Gipsy Paladini   
Un coup de coeur aussi violent qu'éprouvant : "Vices" de Gipsy Paladini, publié aux éditions Fleuve Noir.

Le pitch : Pas facile d'intégrer la ville et son équipe dans la joie et la bonne humeur quand on s'occupe de mineurs... Pas facile... Mais pas le choix : C'est désormais un quotidien auquel Marie, fraichement débarquée d'une campagne tranquille pour intégrer cette Brigade de jeunes victimes, va devoir s'intégrer...

Voyez mon résumé comme le synopsis d'une série TV devant laquelle vous vous apprêtez à baver... Pour ma part ça m'apprendra à suivre les inconnus... Maman m'avait pourtant bien dit que c'était dangereux... Voyez donc où j'en suis de ne pas l'avoir écoutée !

Tout a commencé par une simple notification... "Gipsy Paladini vous suit désormais sur Twitter"... Chouette ! ... Euh... Mais c'est qui ? Oui je sais, c'est moche... Mais je suis allée me renseigner, je suis allée voir qui me suivait de son ombre numérique... Et j'ai vu... J'ai vu, j'ai lu, je suis vaincue...!

Vices... Rien qu'au titre, je me suis dit "Tiens, ça sonne bien, aussi bien qu'une de ces super séries sur Netflix..." Je suis alors tombée dans le piège de cette auteure à la plume addictive... Une page est pire qu'un shoot et a tôt fait de vous rendre totalement accro...

Je ne croyais pas si bien dire en pensant à une série télé... Car l'auteure intrigue déjà par son audace et son originalité... Ce n'est pas un roman mais deux épisodes que vous aller dévorer... Deux épisodes, deux intrigues, deux enquêtes mais une seule et même équipe pour les mener... Il est là, le fil conducteur que vous cherchiez...

Deux enquêtes donc... Dans lesquelles l'auteure lève le voile sur des maux très actuels dont est atteint notre société, sans un égard pour le malheureux lecteur qui prend cette vérité en plein coeur comme une gifle en pleine face. Vous ne vouliez pas voir ? Et bien c'est manqué, et ça pique les yeux tant c'est criant de vérité. Et tandis qu'elle nous maintient en haleine tout au long de ces deux épisodes, l'auteure en profite pour sonder l'âme humaine et ses noirceurs comme personne...

Mais une seule et unique équipe... Bienvenue, non pas au BHV mais à la BJV, c'est moins chic et plus violent... Moins sympathique et plus éprouvant... Pour autant on s'intègre sans délai à cette équipe dont les membres sont tous différents... De Marie à Zolan en passant par Amir ou Sophie, chacun a sa personnalité... Ses secrets... Ses failles et ses tourments... C'est en enquêtant à leurs côtés qu'on apprend à les connaître... Tout à fait réalistes et crédibles, on ne tarde pas à s'attacher à eux tant on s'approche et se rapproche de chacun d'eux au fil de ces pages qui défilent à toute vitesse... Les enquêtes sont très sombres... Mais les enquêteurs ont eux aussi leur part d'ombre... Qu'on aimerait bien éclaircir par ailleurs... Seulement ce n'est pas pour tout de suite. Car si chaque enquête connaît un dénouement, on n'a pas fini d'en apprendre sur cette brigade... On l'espère en tout cas...

En attendant, le lecteur peut tenter de se remettre de cette plume... Une plume vive et efficace, presque cinématographique, en tout cas très visuelle... Ce style soigné tout en noirceur et en efficacité... Une écriture qu'on subit comme un placage au sol, bras dans le dos, menottes aux poignets... Rude mais tellement bonne qu'il serait bien sot de vouloir s'en priver...

En bref, un coup de coeur, tout simplement. La suite au prochain épisode...
Dieu 2.0, Tome 3 : La boîte de Schrödinger Dieu 2.0, Tome 3 : La boîte de Schrödinger
Henri Duboc   
Si le précédent tome commençait par un cataclysme, celui-ci débute par une colle, posée là dans le prologue par le fils aîné d'une Papesse qu'on prend plaisir à retrouver l'espace d'un (trop) court instant... "Plutôt que de croire en Dieu, le temps est venu pour l'homme de se libérer de son créateur, et de croire, enfin, en lui-même." Voilà. Bien moins crétin que son frère cadet, il nous balance ça comme ça, le gamin, et va se coucher pendant que notre cervelle se met à turbiner... Vous avez 384 pages pour réfléchir à la question...

Une réflexion qui commence dès qu'on tourne la page puisqu'on retrouve Raoul en miettes et Gabriel en rage... C'est là que j'ai perdu le contrôle de la situation... Ne cessant dès lors de ponctuer ma lecture de tonitruants "Oh put***!" puis d'invectiver l'infâme Evêque Verinas de mes noms d'oiseaux les plus choupis (Vile pourriture ! Méprisable ordure ! Petit foutriquet ! Saloperie malfaisante ! Greluchon famélique ! Evêque cacochyme ! Misérable loque permafrostinée ! Bougre de galapiat dématérialisé ! ... Bon, OK, c'était bien pire que ça mais un peu de tenue, s'il vous plaît !)... Car il n'est rien de plus dangereusement facile que de tourner la tête de gens désespérés, victimes des propres conneries de l'humanité... Alors on se monte le bourrichon les uns les autres et on fait croire aux malheureux ce qu'ils sont encore en capacité d'entendre... Et à Dieu, on lui fait dire ce qu'il veut, il n'est pas là pour se défendre...

Alors n'allez pas fuir devant l'un des piliers de la physique quantique évoqué dans le titre ! Si l'on vous parle du fameux chat mais aussi de Pasteur, de photons et tout le toutim, nous ne sommes pas là dans un manuel scientifique ! En effet, il n'est rien qu'on ne puisse comprendre dans le présent bouquin, tant l'auteur y met du sien pour nous rendre les choses simples afin de mieux nous entraîner dans son intrigue ou tout s'enchaîne et se déchaine sans même qu'on ne prenne le temps de s'interroger... S'il est ici question de science et de religion, on aborde surtout des sujets de société d'ores et déjà d'actualité car rien n'est plus inquiétant qu'une civilisation qui ne parvient pas à se remettre en question pour rééquilibrer la situation avant que tout ne vienne à foirer...

Alors le lecteur se laisse prendre dans cet infernal engrenage, passant d'une époque à l'autre pour suivre tous les évènements, soumis à un suspense de tous les instants à tel point que la nuit blanche, je ne l'ai sentie qu'au petit matin, le coeur lourd d'avoir déjà atteint le culminant point final...

Parce qu'on suit avec toujours plus d'acharnement ces nouveaux Résistants que sont Gabriel, Raoul, Yosa et tous les autres tant on s'est attaché à eux au fil des tomes et des chapitres qui ont depuis défilé... On les voit combattre l'obscurantisme avec l'énergie du désespoir et on lutte à leurs côtés, tant on vit l'histoire plus qu'on ne la lit, parce qu'il s'agit un peu de notre avenir, à nous aussi, et ce qui nous est proposé dans un premier temps n'est pas du genre à nous rassurer... Et tandis qu'on prend pleinement part à l'intrigue, force est de constater que devoir quitter ces personnages s'avère un véritable déchirement une fois notre lecture terminée, d'où mon actuelle difficulté à rédiger cette chronique que j'espérais bien meilleure qu'elle ne l'est... Un vide intergalactique s'est en effet emparée de mon âme de lectrice passionnée... Gabriel est parti, W3 aussi, comme tous les autres d'ailleurs... J'aurais sans doute éclaté en sanglots si je n'avais pas pu compter sur Voyageur... L'idée m'avait certes effleuré l'esprit à la lecture du tome 2 sans que je n'ose trop faire de suppositions à ce sujet... Si je sais désormais avec certitude quelles âmes numérisées abritent ce robot, je suis particulièrement fière et reconnaissante envers l'auteur d'avoir su imaginer ce que pouvait être l'immortalité 2.0... Et une immortalité au service de son prochain, n'est-ce pas d'autant plus touchant ?

Car Voyageur a continué sa route pour nous montrer la lumière en traversant le temps, l'espace et les pages grâce à la plume de son auteur, toujours aussi fluide, toujours aussi belle... Ce style vif, efficace, tantôt empreint de clairvoyance ou de poésie même, qui fait de nous autres lecteurs les passagers littéraires d'un fabuleux périple...

Un fabuleux périple qui touche malheureusement à sa fin... Si Voyageur et les autres vont rester dans ma tête et mon coeur encore longtemps, je me dois désormais de lâcher prise et laisser cette chronique s'achever...

Chronique complète : http://deslivresetmoi7.blogspot.fr/2018/04/chroniques-2018-dieu-20-tome-3-la-boite.html