Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de DesLivresEtMoi7 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
La Bulle aux Rêves La Bulle aux Rêves
Lyne Caputo   
Deuxième tome d'une saga vraiment captivante : "La Bulle aux Rêves", de Lyne Caputo, autoédité chez Edilivre.

Le pitch : Au repos suite à son accident de voiture, Lili Murray se remet de ses blessures physiques, mais ne peut pas en dire autant de ses bleus à l'âme qui peinent à guérir et laissent un grand vide au plus profond de son être. Hantée par David, obsédée par la plantation, Lili n'a plus goût à rien et erre dès lors sans but dans cette existence si fade. Alors quand un policier américain et son homologue de l'ambassade des Etats-Unis à Londres viennent frapper à sa porte, les suspectant elle et son mari d'avoir assassiné Julia Enfield, propriétaire de la Bulle aux Rêves, l'occasion est trop belle pour Lili qui accepte sans réfléchir d'être extradée jusqu'en Louisiane, là où son cœur et son âme sont restés aux côtés de David...

C'est à la suite d'un concours que je faisais l'agréable découverte d'une auteure formidable, au travers de son roman "Fin d'été", premier tome d'une saga qui s'annonçait déjà particulièrement passionnante. C'est donc sans hésiter que je me suis plongée dans ce deuxième tome, ravie de pouvoir enfin renouveler cette fabuleuse expérience.

Pour notre plus grand plaisir, l'auteure nous ramène une fois encore au cœur des bayous soigneusement décrits, pour mieux nous replonger dans cette romance toujours aussi atypique et envoûtante. Pour autant, l'auteure a su se renouveler et surprendre son lecteur en y ajoutant une intrigue policière particulièrement bien ficelée et finement menée. Succombant encore une fois au charme qui opère dès les premières pages, le lecteur ne peut dès lors plus lâcher ce roman dont il dévore les chapitres avec une avidité certaine tant il est curieux d'en connaître le dénouement, qui s'avérera d'ailleurs aussi surprenant que brillant, promesse d'un tome 3 qui s'annonce d'ores et déjà exaltant.
C'est avec bonheur qu'on retrouve Lili et David, personnages principaux toujours aussi intrigants, pour lesquels notre affection ne sort que plus renforcée encore à l'issue de ce nouvel opus. Ils se disputent cette fois la scène avec Al(istair) Bonaventure, un inspecteur qui, sous ses airs de brute un peu revêche, s'avérera particulièrement attachant. Les rejoignent également James Murray et Georges Petitpas, sans oublier... David McKenna, le "vrai", celui en chair et en os. Tous jouent un rôle essentiel et apportent beaucoup à cette intrigue prenante.
C'est en outre un régal de retrouver cette plume si soignée, ce style si fluide et élégant, qui contribue énormément au plaisir qu'on prend à lire ce livre.

En bref, Lyne Caputo est une prêtresse vaudou qui a su m'envoûter une fois de plus... Il me tarde désormais de réitérer l'expérience avec le tome 3!
Le Vagabond et quatre autres thrillers Le Vagabond et quatre autres thrillers
Alan Spade   
Un recueil de nouvelles bien intriguant : "Le Vagabond et quatre autres thrillers", aux éditions Emmanuel Guillot et disponible sur Amazon.

Le pitch : Ancien mercenaire devenu baroudeur en Mauritanie, Vick Lempereur va d'abord se retrouver au cœur d'une sombre affaire de vol de statuette à bord du train le plus long du monde, pour ensuite servir de chauffeur à un homme bien mystérieux et être l'objet de bien étrange visions, avant de retourner en France et prêter main forte à la police en infiltrant un grand laboratoire pharmaceutique...

C'est à la suite d'un échange via mon blog que cet auteur fort sympathique m'a très gentiment proposé la lecture de ce recueil regroupant cinq courts thrillers fantastiques, me permettant ainsi de découvrir cette plume que je ne connaissais pas.

De longueur et profondeur certes inégales, l'auteur nous livre ici un total de cinq nouvelles particulièrement atypiques, qui s'enchaînent et ne se ressemblent décidément pas, entraînant son lecteur dans un voyage, qui manque certes un peu d'unité selon moi, mais qui n'en reste pas moins des plus intrigants.
Il me semblerait bien plus appréciable en effet de se concentrer d'abord sur les aventures de Vick Lempereur, qui auraient mérité un recueil à elles seules pour une plongée plus vertigineuse aux côtés de ce personnage haut en couleur, qui nécessiterait même bien davantage de développement tant il s'avère intéressant et mérite qu'on fasse plus ample connaissance.
Pour autant, et prises séparément, chacune de ces nouvelles fonctionne, qu'elle soit agrémentée à la sauce fantastique ou saupoudrée de science-fiction, et le lecteur se prend dès lors vite au jeu, captivé par le récit qui lui est conté.
L'écriture est vive et nerveuse, fluide et efficace, ce qui contribue à faire de ces nouvelles de bons moments de lecture.

En bref, voilà un recueil qui mériterait certes une réorganisation mais n'en demeure pas moins aussi atypique qu'intéressant !
Sandrine Sandrine
James Osmont   
Un déconcertant thriller... Psychiatrique : "Sandrine", de James Osmont, disponible sur Amazon !

Le pitch : La mort de Régis a fait basculer Sandrine dans l'ombre et de l'autre côté de la barrière médicale. Seule et en proie à une profonde dépression, l'infirmière n'est pourtant pas au bout de ses peines, tant le chemin à parcourir pour parvenir au bout du tunnel est encore long et semé de bien des embûches... Sans compter le Mal qui rôde, prêt à prendre bien d'autres visages que celui de Prédateur...

Me souvenant de Régis comme d'une lecture déroutante et d'une rare intensité, je ne me suis évidemment pas fait prier lorsque son auteur m'a très gentiment proposé la lecture de ce tome 2 en avant-première, captivée par cette formidable couverture et décidément certaine de passer un moment tout aussi atypique que précédemment !

Affinant et affûtant sa plume pour une immersion que se veut totale, l'auteur nous replonge ici au cœur de l'univers psychiatrique, en y explorant cette fois un nouveau pan, celui de la dépression. Maîtrisant parfaitement son sujet, l'auteur ne s'embarrasse pas de précautions qui n'ont pas leur place ici pour nous livrer un récit minutieusement élaboré, avec une approche que j'ai trouvé différente, plus intimiste peut-être, mais tout aussi intrigante, abordant avec réalisme et sincérité une maladie qui se veut encore taboue de nos jours.
Retrouvant certains personnages du premier opus en compagnie de nouveaux venus, ceux-ci sont pourtant abordés d'une manière nouvelle, plus interne et confidentielle, permettant ainsi au lecteur de ressentir moult émotions. Pris d'une certaine empathie à son égard, ce dernier s'identifiera dès lors assez facilement à Sandrine, personnage approfondi avec beaucoup de soin et de finesse, infirmière désabusée, délaissée, abandonnée à un triste sort que le lecteur ne pourra que partager, ressentant sa détresse et son trouble au plus profond de son âme.
Plus mâture mais toujours aussi fluide et nerveuse, la plume de l'auteur est remarquablement travaillée et empreinte d'une certaine poésie, ce qui est renforcé par les paroles de chansons qu'on retrouve ici, et permet ainsi d'alléger avec subtilité la noirceur de ce roman.

En bref, un nouvelle prouesse avec ce roman particulièrement sombre et détonant, que je vous incite à découvrir ! James... Un tome 3 en vue peut-être ?
Kabukicho Kabukicho
Dominique Sylvain   
Une enquête sidérante au cœur de la capitale nipponne : "Kabukicho", de Dominique Sylvain, aux éditions Viviane Hamy.

Le pitch : Théâtre nocturne de tous les plaisirs, Kabukicho est un des quartiers les plus chauds de Tokyo, accueillant divers établissements parmi lesquels le Café Château de Yudai et le Club Gaia de Sanae. C'est dans ce dernier que Marie et Kate, l'une française et l'autre anglaise, travaillent en tant qu'hôtesse. Si Marie passe plutôt inaperçu, Kate est quant à elle l'hôtesse sans doute la plus populaire du bar et la plus prisée de sa fidèle clientèle. Aussi son absence est-elle particulièrement remarquée lorsqu'elle ne vient pas travailler ce soir d'octobre. Et sa disparition devient franchement inquiétante lorsque son père, qui se trouve à Londres, reçoit un mms de sa part, la représentant allongée, les yeux clos avec pour seule mention "Elle dort ici". L'enquête, qui ne tarde à pas présenter des similitudes avec une ancienne affaire, est alors confiée au renommé Capitaine Yamada...

Troisième roman que je lis de cette auteure, c'est cette fois dans le cadre d'une rencontre organisée ce jour avec Dominique Sylvain par Babelio que j'ai eu l'immense plaisir de pouvoir me plonger dans cette sombre enquête pour mon plus grand et malsain plaisir !

Nous livrant là une minutieuse description, tant de la capitale japonaise que de son étonnante société, l'auteure nous invite ici à un véritable voyage au Pays du Soleil Levant, assurant à son lecteur un dépaysement garanti en plus d'une intrigue bien construite.
N'hésitant pas à le malmener dès les premiers instants, l'auteure ne tarde pas ensuite à entraîner son lecteur au coeur d'une intrigue sombre et machiavélique, mais incroyablement bien pensé et ficelé. Disséminant ça et là ce qu'il faut d'indices pour permettre à son lecteur de rapidement deviner qui est le coupable, ce roman n'en perd pas son intérêt pour autant, celui-ci résidant bien davantage dans la personnalité de ses protagonistes, et tout spécialement celle du coupable. Particulièrement bien brossés et construits avec soin et minutie, les personnages nous font ainsi vivre le récit et ressentir moult émotions. Profondément creusée, la psychologie du coupable en est même terrifiante voire démoniaque, et parvient à elle seule à tenir le lecteur en haleine au fil des chapitres qui défilent toujours plus vite, et jusqu'à une situation finale dont le contrôle échappera complètement au lecteur, le laissant complètement ahuri et foncièrement amer.
La plume est toujours aussi vive, nerveuse, son style fluide et efficace qui, renforcé par de courts chapitres, rend ce roman d'autant plus prenante.

En bref, un dangereux voyage en terre nipponne que je vous invite à réaliser sans hésiter !
Deux Vies Deux Vies
FAT   
Une ode au choc des cultures et à l'ouverture d'esprit: "Deux vies", de FAT, disponible sur Amazon.

Le pitch: Fanny est une quadragénaire, maman célibataire de deux enfants, sans emploi, vivant en région parisienne. Walter, la cinquantaine, est quant à lui médecin, chirurgien cardiaque au service des enfants plus précisément, célibataire sans enfant faute de pouvoir en avoir, vivant dans un château de la région bordelaise...
Rien ne les préparait à se rencontrer... Mais une malencontreuse chute au coeur d'une grande gare parisienne peut bouleverser bien des choses...

C'est à la suite d'un échange fort sympathique que je découvrais la plume de cette auteure en me plongeant dans la lecture de "La Palmeraie de Marrakech" il y a quelques mois. Mais alors que je m'apprête à la rencontrer, je ne pouvais pas m'empêcher de réitérer cette agréable expérience ! Aussi me suis-je volontiers plongée dans cet autre récit tout aussi plaisant.

Au travers d'une intrigue soigneusement construite, l'auteure nous entraîne en apparence dans une folle et truculente histoire naissante de deux êtres que tout oppose. Sous couvert de légèreté, l'auteure n'en glisse pas moins une belle leçon de vie, qui m'a remis en tête le refrain de la chanson de Mystic, "Le Fruit Défendu": "Pour moi aucune différence n'est une barrière - Rien ne pourra m'éloigner de toi - Ceux qui nous jugent n'auront pas le choix - Nous serons plus forts". Car c'est finalement bien de cela qu'il s'agit ici, deux mondes qui se croisent, se découvrent, s'affrontent et tentent de s'amadouer pour surmonter les préjugés et autres a priori.
Bien plus profonds que présupposé en débutant cette lecture, notre petit couple se révèle franchement truculent, et surtout foncièrement attachant, quand leurs détracteurs s'avèrent pour leur part foncièrement désagréables voire même exaspérants. Le lecteur se plaira à adorer les uns tout en détestant les autres à souhait!
Le texte mérite certes d'être aéré et relu, ceci afin d'en chasser les coquilles et rendre la lecture d'autant plus confortable. Pour autant la plume n'en demeure pas moins fluide et élégante, le style moderne et agréable, ce qui rend cette lecture vraiment sympathique.

En bref, un roman touchant et plaisant !
Paris est une fête Paris est une fête
Ernest Hemingway   
Mon petit hommage à moi : "Paris est une fête", d'Ernest Hemingway, aux éditions Gallimard et Folio.

Le pitch : Au travers de nombreuses "Vignettes parisiennes", Ernest Hemingway se livre ici sur ses premiers pas dans l'écriture alors qu'il débarque au cœur de la vie parisienne en compagnie de son épouse Hadley Richardson. Croisant de nombreuses personnalités telles que Francis Scott Fitzgerald ou Ezra Pound, le couple vit chichement mais pleinement, faisant de chacun de ces fragments de vie un instantané de la ville lumière débordant d'amour et de nostalgie.

Une fois n'est pas coutume, c'est une chronique un peu particulière que je vais vous livrer là. Au lendemain des tragiques attentats de 13 novembre 2015 qui ont bouleversé notre pays et l'ont marqué à jamais, une retraitée parisienne nous délivrait un doux message en nous incitant à lire et relire ce livre au titre transpirant le bonheur : "Paris est une fête". Cherchant un baume à mettre sur les maux de notre âme si cruellement touchée, chaque Français entendait cet appel à l'espoir et à l'apaisement, et se plongeait finalement dans cette lecture. J'ai pour ma part décidé d'attendre un peu, préférant prendre un peu de recul pour me plonger plus sereinement dans la prose de ce formidable auteur, et c'est finalement un an après que j'ai choisi de le faire, peut-être inconsciemment comme un hommage, le mien, aussi humble soit-il.

Et en refermant ce livre je pense mieux comprendre ce que cette charmante retraitée a voulu dire et nous dire. Car l'auteur parvient ici à faire de chaque instant, même le plus simple, un moment unique, un moment magique, un moment débordant d'amour et transpirant la joie de vivre. Car l'auteur se livre ici sur son quotidien qui n'est pas forcément tout rose mais paraît délicieux, qui n'est pas forcément simple mais paraît fabuleux. Car c'est finalement un bel hommage emprunt de nostalgie et regorgeant de doux sentiments, mais surtout un magnifique tableau d'une ville envoûtante que l'auteur nous transmet ici. Car Paris sera toujours Paris, une ville où l'on vit plus grand, plus beau, plus fort. Et rien ni personne ne pourra nous ôter cela.

En bref, un texte inachevé, qui à présent résonne dans nos cœurs de manière tout à fait particulière, mais constitue à jamais une magnifique ode à l'amour et à la vie.
La Sainte Famille La Sainte Famille
Florence Seyvos   
Un roman atypique et délicat pour une rencontre qui s'annonce prometteuse : "La Sainte Famille", de Florence Seyvos, aux éditions de l'Olivier.

Le pitch : Suzanne se replonge dans son passé et ses souvenirs d'enfance, ces instants de vie qui l'ont marquée, elle et son frère Thomas... Ces étés passés chez leur grand-mère maternelle, dans cette demeure qui ne cesse de craquer... Ces promenades au bord du lac et autres sorties en compagnie de leur grand-tante qui les aime énormément... Cet instituteur particulièrement imaginatif pour ce qui est d'humilier ses élèves... Ces parents qui décident un beau jour de divorcer et de séparer les enfants...

Ayant eu le privilège de recevoir ce roman en tant que membre du Cercle des Lecteurs du Furet du Nord, le hasard a voulu que j'aie également la chance de pouvoir rencontrer cette auteure dans le cadre de Grands Entretiens organisés par le théâtre de ma ville, raison pour laquelle je me suis volontiers plongée dans ce roman si intriguant.

Pour autant je dois bien admettre que vous me trouvez fort embarrassée au moment de rédiger cette chronique, tant il m'est difficile de vous livrer mon sentiment à son sujet, ne sachant trop qu'en penser une fois la dernière page tournée. Avec d'infinies précautions doublée d'une extrême douceur, l'auteure nous entraîne ici dans un stupéfiant voyage dans le temps. Emprunt de nostalgie, les fragments de mémoire qui nous sont ici livrés de manière éparse permettent au lecteur de mener sa propre réflexion intérieure sur ses propres souvenirs, parfois anodins et qui, pourtant ,ont pu façonner sa vie et l'homme ou la femme qu'il est aujourd'hui devenu(e).
Dotés d'une certaine substance ou profondeur, et brossés avec beaucoup de soin, les protagonistes de ce récit n'ont cependant suscité chez moi aucune empathie, ne m'étant pas sentie à l'aise en leur compagnie. A défaut d'être attachants, ils se sont pourtant révélés fort intéressants, permettant au lecteur une certaine introspection lui permettant de comprendre ce qui l'a personnellement construit, tel un miroir de l'âme sous nos yeux ébahis.
Aussi délicate que soignée, la plume de l'auteure est particulièrement fluide, sensible et se révèle très agréable à lire.

En bref, une lecture à laquelle j'aurais aimé être plus sensible et réceptive. Il me tarde en conséquence d'en écouter la lecture par une comédienne dès demain !
Intrigue au Manoir des Boissac Intrigue au Manoir des Boissac
Philippe Fuzellier   
Un roman noir fort surprenant : "Intrigue au Manoir des Boissac" de Philippe Fuzellier, publié chez Mon Petit Editeur.

Le pitch : "A votre grande surprise, vous découvrez un monticule de terre avec une croix, bien solitaire. Il y est inscrit "Noam Mahler 1977-2008". C'est de moi qu'il s'agit". Mais comment notre défunt narrateur, orphelin promis à un bel avenir, marié à Isabelle Boissac, fille d'une grande famille bourgeoise d'origine bretonne, a-t-il pu en arriver là ?

Adepte de cette plume qui sait si bien s'adapter à l'audace et l'imagination débordantes de son maître, c'est toujours avec bonheur et curiosité que je découvre les derniers travaux de cet auteur qui varie les genres et les plaisirs au fur et à mesure de ses parutions, et m'offrant cette fois encore une nouvelle facette de son talent.

Prenant le parti de nous surprendre d'entrée de jeu, l'auteur donne ainsi la parole à un narrateur dans une position bien délicate pour partager avec nous son histoire puisqu'il est... Mort et enterré au fin fond d'un petit cimetière bien rarement visité. Pour autant l'attention du lecteur est immanquablement retenue par cette intrigue audacieuse et bien construite, et ce dernier poursuivra bien volontiers cette lecture, ne se rendant pas compte du piège qui tend à se refermer sur lui. En effet, bien loin d'imaginer la tournure que vont prendre les évènements au fur et à mesure que défilent les chapitres, le lecteur se laisse volontiers promener au gré des révélations et porter par cette intrigue machiavélique, conduite avec brio par un auteur qui l'est tout autant, jusqu'à un dénouement à la fois épatant et frustrant, teinté d'un soupçon de sadisme voire même d'une pointe de perfidie tant il laisse volontairement la tête du lecteur emplie de questions à jamais en suspens.
Fort bien croqués et brossés avec soin tout au long du récit, les personnages s'avèrent tous fort intéressants. Chacun y tient sa place et son rôle à jouer et, telle une pièce de théâtre jouée avec finesse et subtilité, le lecteur lui-même prend part à cette scène qui devient la sienne, tant et si bien qu'il se laisse volontiers berner à l'instar des autres protagonistes.
La plume reste toujours aussi élégante et travaillée, le style ravissant et soigné, ce qui ne manque pas d'ajouter à la qualité du roman.

En bref, une bien singulière histoire aux allures de thriller qui ne manquera pas de intriguer ! Pénétrez vous aussi au cœur du Manoir des Boissac... Mais prenez garde à vous...
Croire au merveilleux Croire au merveilleux
Christophe Ono-dit-Biot   
Une invitation à de bien nombreux voyages : "Croire au merveilleux", de Christophe Ono-dit-Biot, publié aux éditions Gallimard.

Le pitch : César ne se remet pas de la mort de Paz, sa compagne qui avait pourtant quitté homme et enfant sans la moindre explication pour un lointain pays d'Orient. Obsédé par toutes ces questions qui resteront à jamais sans réponse, ne croyant plus en la vie ni en ce qu'elle peut encore lui apporter malgré la présence de son fils, César n'aspire plus qu'à une chose : Mourir. Mais alors qu'il met ce sombre projet à exécution, une bien mystérieuse voisine Grecque, répondant au doux nom de Nana, vient sonner à sa porte et ainsi remettre en cause ce funeste plan...

Babelio sait décidément éveiller ma curiosité en m'offrant l'opportunité de me délecter de certaines lectures vers lesquelles je ne me serais pas forcément orientée de moi-même. C'est ainsi au hasard d'un de mes nombreux passages sur ce site que j'ai saisi l'occasion de découvrir la plume de cet auteur, pourtant fort connu mais ne figurant pas encore à mon petit tableau de chasse littéraire. Et la joie d'être alors sélectionnée cédait vite la place à l'envie d'en lire toujours plus. Raison pour laquelle je me procurais dans un premier temps le roman "Plonger", dont les pages défilais sous mes yeux pour un intense moment de lecture. Aussi est-ce doublement enthousiaste que je me plongeais ensuite dans ce nouveau roman en vue de ma rencontre avec l'auteur prévue ce jour... Et quel voyage... Ou plutôt devrais-je dire quels voyages !

Bien évidemment l'auteur nous invite en premier lieu à un merveilleux voyage purement géographique. Se glissant ainsi discrètement dans les bagages de César, le lecteur se retrouve ainsi à accompagner ce dernier de Chambord aux îles Grecques en passant par l'Italie, (re)découvrant avec lui de nombreux sites décrits de manière magistrale, permettant ainsi à son lecteur d'en prendre plein les yeux sans même bouger un orteil, confortablement installé dans son canapé.
Mais le voyage ne s'arrête pas là et devient rapidement culturel, tant cette lecture est érudite et riche d'enseignements, de renseignements, notamment historiques et mythologiques, que le lecteur assimilera avec passion et curiosité, heureux d'en apprendre toujours plus, parfois même au point d'approfondir ses découvertes.
Mais ce voyage de tous les instants se révèle aussi comme une tournée d'adieu, le lecteur (re)visitant avec César les nombreux lieux où Paz et lui ont pu s'aimer, et auraient pu s'aimer encore si seulement elle lui en avait laissé l'occasion. C'est dès alors amer et le coeur lourd que le lecteur se glisse dans les pas et le coeur de César, regrettant de ne pas voir revenir cette grande absente par devant lui comme par magie...
Le voyage devient alors onirique. Sous le soleil et face à la mer, cadre idyllique s'il en est, le lecteur s'enivre sans retenue et suit dès lors César dans sa quête d'un bonheur désormais révolu, finissant même par ne plus distinguer ce qui relève du rêve ou de la réalité, dès lors emporté au fil des pages jusqu'à un dénouement tout simplement magnifique, poétique et porteur de nombreuses lumières.
Car au final ce livre constitue surtout une sorte de voyage initiatique, en quête d'une renaissance ou d'une résurrection, c'est selon. Le lecteur comprend la difficulté pour César de se relever d'un deuil qu'il ne comprend toujours pas, qu'il ne réalise même pas et qui l'empêche dès lors d'avancer. Vivre est pour lui devenu une maladie qui ne guérira qu'avec la mort, désormais persuadé que les portes du bonheur lui sont à jamais fermées, et refusant dès lors d'entraîner son fils dans cette chute qui semble alors inévitable. Comment croire au merveilleux quand on se trouve dans la tourmente, au point même de ne plus entre-apercevoir ne serait-ce qu'une faible lueur d'espoir...

Dès lors, il devient désormais important pour le lecteur d'apporter son soutien plein et entier pour relever, aider, parfois même secouer César, un personnage dépeint avec soin et dressé avec beaucoup de finesse pour le rendre particulièrement attachant et susciter la plus vive empathie à chacun d'entre nous. Quant à Hector, cet enfant prodige épate par tant de courage et de maturité, de volonté et de lucidité, comme s'il avait aspiré cette rage de vivre qui fait tant défaut à son père, au point même qu'on se demande de temps à autre qui soutient l'autre, qui est le soutien de l'autre... Nana pour sa part est un personnage qui ne cesse de surprendre, qui ne cesse d'intriguer au fur et à mesure que les pages défilent, pour finalement apporter un éclairage fascinant au rôle qu'elle joue dans la présente histoire. Reste celle qui brille par son absence et se révèle omniprésente alors même qu'elle n'est pas là. Paz. Celle qui a justement anéanti la paix légitimement souhaitée par cet homme et son fils, qui n'aspiraient finalement pas à beaucoup plus qu'une vie paisible... Une paix qu'elle leur a presque volé pour elle-même reposer en paix...

Porté par une plume d'une rare élégance et d'une impressionnante qualité, fort d'un style aussi simple qu'il s'avère travaillé dans le même temps, le récit n'en est que plus beau, plus brillant, plus stimulant, plus envoûtant.

En bref, bien ceci n'est pas un livre : C'est un voyage... De tous les instants...
Vox Vox
Dominique Sylvain   
Un polar captivant : "Vox", de Dominique Sylvain, aux éditions Viviane Hamy et Points.

Le pitch : L'équipe du Commandant Alex Bruce est aux abois alors qu'elle débarque sur une nouvelle scène de crime . La septième d'une trop longue série déjà, et la victime est cette fois-ci la star de la radio Isabelle Castro, retrouvée violée et étranglée par une corde de violoncelle, avec une cassette dans la bouche contenant l'enregistrement de sa voix. A l'instar des autres malheureuses, Isabelle Castro a justement été choisie pour cette voix bien particulière, ce qui a valu au monstre d'être surnommé Vox par le commandant Bruce, un surnom bien vite repris par les médias. Et tandis que l'enquête piétine faute d'indices, l'idée de se servir d'un appât germe en haut lieu. Et Martine Lewine a une voix qui pourrait bien faire son effet...

J'avais eu le plaisir de découvrir la plume de Dominique Sylvain avec son dernier roman du moment, "L'archange du chaos". Ce fut une bien belle découverte et il me tardait donc de pouvoir renouveler l'expérience, optant alors pour "Vox", récompensé par le Prix Sang d'Encre en 2000. Un bienheureux choix selon l'auteure, avec qui j'avais eu le plaisir de pouvoir en discuter, et qui estimait la comparaison entre ces deux romans intéressante. Pour autant les mois passèrent sans que ma PAL ne me permette de transformer l'essai. Et c'est finalement l'opportunité prochaine de rencontrer Dominique Sylvain pour la sortie de son dernier roman, "Kabukicho", qui m'a poussée à faire du forcing parmi mes lectures, ce dont je suis particulièrement satisfaite !

Traitant là aussi du thème du tueur en série, l'auteure nous entraîne ici au cœur d'une intrigue machiavélique, particulièrement maîtrisée et bien ficelée, rondement menée de bout en bout. Malmenant son lecteur au gré des péripéties et des cadavres qui s'accumulent, ce dernier se laisse volontiers balader et embarquer par cette enquête captivante, et ne peut dès lors s'empêcher de tourner les pages avec toujours plus de frénésie, avide de connaître un dénouement aussi surprenant que particulièrement réussi.
Atout majeur de ce roman, les personnages se révèlent fort bien brossés. Plutôt fouillés et dotés d'une certaine profondeur, l'auteure a su faire d'Alex Bruce et Martine Lewine un duo qui fonctionne à merveille et auquel le lecteur ne peut que s'attacher. Pour autant, les personnages qui gravitent autour d'eux ne sont pas en reste et s'avèrent tout aussi intéressants.
Enfin c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé cette écriture vive et nerveuse, ce style fluide et efficace qui caractérise tant l'auteure et contribue à faire de ce roman un moment de lecture particulièrement prenant.

En bref, l'auteure avait raison : l'analogie est fort intéressante entre ces deux brillants polars que j'ai pris plaisir à découvrir ! Il me tarde à présent de pouvoir me plonger dans "Kabukicho" !