Livres
461 613
Membres
418 185

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-14T20:58:51+01:00

« Vous disiez ?– Rien, monsieur l’agent. »Il avait dit cela d’un ton neutre, ni humble ni hautain. Il ne voulait pas se mettre à dos ce colosse de flic qui n’était visiblement pas dans un bon jour.Toujours sans lever les yeux, son bloc-notes dans une main et le regard fixé sévèrement sur le feu arrière de la Harley, le flic reprit :« Il n’est pas non plus autorisé de se soulager en vue d’une nationale. Le saviez-vous 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-14T20:58:33+01:00

« Pendant les deux premières années de notre mariage, continua Terry, tu as écrit au moins une douzaine d’essais. Et tu les as même publiés. Et pour de l’argent. Dans Life, Harper’s, le New Yorker, je crois. C’est facile pour toi d’oublier : ce n’était pas toi qui faisais les courses et payais les factures. Je les ai adorés

Afficher en entier
Extrait ajouté par TommyRollrbox 2018-09-18T05:57:00+02:00

« Oh ! O Seigneur ! Arrh !

—    Quoi, Mary, qu’est-ce qu’il y a ?

—    Tu n’as pas vu ?

—    Vu quoi ? »

Elle le regarda et, sous la lumière crue du désert, il vit qu’elle avait pâli malgré les marques de coups de soleil sur ses joues et son front, que même une crème écran total n’avait pas réussi à protéger. Le teint très clair, elle réagissait mal au soleil.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-08-04T13:17:35+02:00

Etes-vous quelqu'un de gentil? demanda-t-elle.

-Oui, répondit Steve après y avoir réfléchi. Je crois. Je fume deux ou trois cigares par jour, mais jamais je n'ai frappé un chien qui soit plus petit que moi, et j'envoie de l'argent à ma maman toutes les six semaines.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lin105 2015-08-19T22:30:37+02:00

Il était loin, il ne s'inquiétait plus de savoir ce que ses parents pourraient penser, ni de savoir si le vieux monsieur aux cheveux blancs l'avait vu récupérer la cartouche et risquait de le dire au monstre, ni de pleurer la gentille petite Puce, qui n'avait jamais fait de mal à personne et n'avait pas mérité de mourir ainsi. En fait, il n'était même plus exactement dans sa propre tête. Il était dans l'obscurité, aveugle mais pas sourd. Dans l'obscurité, il écoutait son Dieu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2013-12-27T15:25:40+01:00

Mary lâcha l'épaule de Peter et se recroquevilla contre sa portière, aussi loin qu'elle put du géant qui approchait.Le flic portait à la hanche un automatique proportionné au reste de sa personne, mais il avait les mains vides - ni carnet ni contravention. Peter n'aimait pas ça. Il ne savait pas ce que cela voulait dire, mais il n'aimait pas ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2013-12-27T15:24:20+01:00

"On se conduit comme des personnages de mauvais films d'horreur, se dit-elle avec dépit. On reste alors qu'on sait qu'on devrait partir, on va voir là où on n'a rien à faire." C'était vrai, mais n'est-ce pas de cette façon que les gens se conduisent, en général ? N'était-ce pas la raison pour laquelle toutes ces horreurs arrivaient dans le monde ? N'était-ce pas, en dernière analyse, la raison pour laquelle tant de gens aimaient les mauvais films d'horreur ? Parce qu'ils reconnaissaient l'enfant terrorisé qui refusait de quitter la maison hantée même après que le meurtrier s'en était pris à lui ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-14T20:58:19+01:00

« Mes frères, claironna-t-il de sa voix de prédicateur la plus grave, aux lointaines montagnes scintillantes, on nous dit dans l’épître aux Éphésiens, chapitre trois, verset neuf, que même si on saute et danse, les deux dernières gouttes tombent dans le pantalon. C’est écrit et… 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-14T20:58:08+01:00

Le flic regarda David et l’homme aux cheveux blancs, puis, avec un large sourire, il regarda la femme contre les barreaux de la cellule des ivrognes. Il écarta le bureau d’elle, le contourna et donna un coup de pied dans le fauteuil, qui traversa la pièce sur ses roues grinçantes et s’arrêta brutalement contre la cellule vide jouxtant celle de Ralph et Ellen. Le flic passa un bras autour des épaules de Mary. Il posa sur elle le regard le plus noir que Ralph eût jamais vu.« Pouvez-vous marcher ? lui demanda le flic. Vous avez quelque chose de cassé 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-02-14T20:57:55+01:00

Mary et le flic regardaient dans le coffre, le flic intéressé et un peu surpris, Mary stupéfaite, horrifiée. Ses lèvres tremblaient. Peter suivit leur regard : il y avait quelque chose dans l’emplacement réservé au pneu, que le beignet avait caché. Pendant un instant, il ne comprit pas ce que c’était, ou refusa de comprendre, puis cette sensation de grouillement reprit dans son bas-ventre. Cette fois, il eut aussi l’impression non seulement que son sphincter se relâchait, mais qu’il chutait, comme si les muscles qui le retenaient d’ordinaire à sa place avaient cédé. Il se rendit compte qu’il serrait les fesses, mais c’était très loin, dans un autre espace-temps. Il eut la certitude, beaucoup trop brève, que c’était un rêve, forcément

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode