Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Deudine : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
La Princesse des glaces La Princesse des glaces
Camilla Läckberg   
On suit les histoires d'amis d'enfance qui après avoir vécu sur des chemins séparés, se retrouvent autour du cadavre de l'un des leurs... Qui a fait ça ? Pourquoi ? Erica Falk va tenter de comprendre qui est devenue sa meilleure amie et avec qui elle l'est devenue. Entre suicide et meurtre où est la vérité ?

L'auteure nous plonge dans un décor suédois neigeux, correspondant parfaitement à cette terrible histoire. Décor dans lequel je me suis prise d'affection pour "l'héroïne", Erica Falk qui été vraiment touchante et vraie. J'avais envie de plonger dans l'écrit pour l'aider ou la réconforter. Et l'intrigue, mon dieu cette intrigue, juste fabuleuse, aucun ennui à aucun moment. Elle a été particulièrement bien construite et pour une fois, je me suis contenté de suivre l'histoire sans essayer de trouver l'assassin (de toute manière, j'étais à mille lieux de pouvoir le découvrir). Et quelle fin !!

[spoiler]Elle nous livre dans cet ouvrage, une estimation du ressentiment de viol avec une telle force que l'on détournerait presque les yeux du livre, s'attendant à voir surgir une quelconque illustration de notre esprit.
On voit également la cupidité de l'être humain qui même face à une atrocité est capable de fermer les yeux, mais aussi la souffrance causée par le silence des êtres qui ne veulent qu'oublier ce dont ils ont été témoins. Chaque souffrance est différente, mais toutes sont insupportables...[/spoiler]


La Fille de Brooklyn La Fille de Brooklyn
Guillaume Musso   
Alors que certains le classe dans le genre drame ou romance, pour ma part, ce livre est bel et bien un thriller. L'auteur nous offre ici un de ses meilleurs ouvrages. Dès que j'ai ouvert le livre, je ne voulais plus le lâcher. J'ai été entraînée par l'histoire. Une histoire intense sur seulement 4 jours. L'auteur nous fait vivre l'enquête sur deux fronts. Celui du petit ami, l'écrivain. Et de l'autre, celle du vieux flic. Deux manières différentes de voir les choses qui se complètent parfaitement pour démêler les fils du passé.

A travers sa plume addictive, l'auteur nous offre une intrigue rondement bien menée. Il est difficile de voir où la suite va nous conduire. Un peu à la Cold Case. Les révélations s'enchaînent et le puzzle se construit peu à peu. Un passé horrible qu'il n'est pas facile de déterrer. A chaque fois qu'un point de l'enquête et élucidé, nous avons droit à un flash back des évènements de l'époque. Tout s'éclaire peu à peu pour nous offrir un beau dénouement.

Une des choses que j'attends le plus dans un thriller, c'est l'appréhension, la peur pour les personnages. Et ici, l'auteur m'a conquise. Jusque dans les dernières lignes mon coeur bâtait pour savoir si oui on non ce dénouement se ferait dans la joie ou la tristesse. J'ai eu les larmes aux yeux.

J'ai aimé les différents protagonistes. Des personnalités différentes selon leur implication. Un beau panel, des personnalités crédibles. Et sur certains, l'auteur m'a vraiment surprise. Un couple principal très attachant. Une belle preuve d'amour qu'est cette enquête.

Un livre coup de coeur qui m'a fait craindre le pire et des protagonistes qui m'ont touchés.
L'Élégance du hérisson L'Élégance du hérisson
Muriel Barbery   
Je l'ai trouvé trèèès long à démarrer, comme certaines personnes l'ont fait remarquer, on a parfois l'impression de ramer entre les moments où il se passe quelque chose. Mais au bout d'un moment, j'ai pris davantage de plaisir à la lecture et je me suis même beaucoup amusée à certains passages (notamment celui où Renée se dit qu'elle aurait pu répondre "Mon chat ne sait pas lire")

J'ai assez apprécié la portée philosophique du livre, même si comme le dit zouck, ça vire parfois légèrement au snobisme. D'ailleurs j'ai eu beaucoup de mal à supporter Paloma, snober les snobs ça reste quand même le comble de la prétention ! Donc je ne pouvais qu'approuver le passage vers la fin où elle reconnait d'être comportée comme une petite fille qui veut faire son intéressante (en plus "je souffrais mais sans douleur", j'ai trouvé ça très pertinent, je crois qu'on ressent souvent ça).

*************************************

En ce qui concerne l'écriture, je ne fais pas du tout confiance à mon jugement, mais j'ai été assez agacée par la manie de l'auteur de terminer les chapitres sur des phrases censées être philosophiques. Attendez j'ouvre des fins de chapitres au hasard :

"La contemplation de l'éternité dans le mouvement de la vie."

"Car l'Art, c'est l'émotion sans le désir."

"L'éternité, cet invisible que nous regardons."

"Parce qu'un camélia peut changer le destin."

C'est peut-être vrai et très intelligent, mais finir ses chapitres sur de telles phrases, je trouve ça résolument snob. :P

************************************

Oh et puis j'en veux TERRIBLEMENT à Muriel Barbery pour cette phrase :

"Mais le gloutof de Manuela est aussi un nectar. Tout ce que l'Alsace comporte de lourd et de desséché se transmute entre ses mains en chef d'œuvre parfumé."

Pardon ? Bon, lourd, je veux bien le lui concéder, mais desséché ??? Blasphème, blasphèèème !!! A supposer que "gloutof" désigne le kouglof, il n'y a rien de moins desséché, c'est même aussi moelleux que la brioche, mais en moins gras ! Cela dit cette réclamation n'engage que moi. ^^
Par contre, Renée fait précéder ladite phrase d'un "Le gloutof est un gâteau alsacien un peu vorace." qui selon moi ne veut pas dire grand-chose. Je n'ai pas souvent croisé de gâteau "vorace". Enfin je dis ça je dis rien... Enfin la même Renée a beau être une farouche défenseuse de la grammaire française, elle n'en emploie pas moins un anglicisme tel que "réaliser" dans le sens de "prendre conscience".

Malgré tout c'était une lecture très agréable, qui incite à réfléchir et donne envie de profiter de la vie en lisant de la littérature.
Ensemble, c'est tout Ensemble, c'est tout
Anna Gavalda   
J'ai adoré le livre.
C'est un fragment de vie qui aurait pu se passer, qui s'est surement passé. On y croit, puisqu'il n'y a aucune raison de ne pas y croire. Les personnages sont attachants, le livre est bien écrit. Ce que j'aime chez A.Gavalda c'est qu'il y a juste à ouvrir le livre et à se laisser bercer. C'est fluide, ça coule tout seul, c'est magnifique.

L'adaptation filmique est très réussie. Pour une fois je n'ai pas été déçue (oui c'est rare) et les acteurs sont tellement à leur place dans cette histoire ... =)

par Gomette
Soeurs d'un été Soeurs d'un été
Judy Blume   
Parfois deux personnes de milieu social différent peuvent vivre une amitié en toute sincérité et avec empathie. Un tableau de vie que l'on vit ou que l'on souhaite vivre pour tracer un bout de chemin avec un être que le destin nous a choisi.

par ysatis
Les gens heureux lisent et boivent du café Les gens heureux lisent et boivent du café
Agnès Martin-Lugand   
Sur un fond de désespoir, ce livre nous transport au pays des émotions humaines. Un petit bijoux, plein d'espoir, d'amour, et surtout un merveilleux moment de lecture, pour une fin toute en retenu, et d'avenir....
À LIRE

par ambre2