Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de didy59 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Un été magique Un été magique
Chloé Varin   
HOROSCOPE DU JOUR
Poissons : Les réponses à nos questions se trouvent parfois là où on s'y attend le moins. Faites confiance à votre instinct.
Clémentine est française. Flavie est québécoise. Un océan les sépare et pourtant, le temps d'un été magique en Provence, elles ont tout partagé.
Mais quand le séduisant Grégoire les a trahies, elles ont décidé de le lui faire payer... Depuis, elles ne se sont plus revues.
Un an plus tard, les deux complices décident de se retrouver là où tout a basculé. Jusqu'où seront-elles prêtes à aller pour réparer le mal qu'elles ont causé ?
J'embrasse pas J'embrasse pas
Richard Couaillet   
J'embrasse pas est un roman qui raconte l'histoire de Sarah folle amoureuse de Harry, le beau gosse du collège. Pour le séduire, son frère, Ewen, va l'inscrire à son club d'escrime là où joue également Harry. Commence alors tout un entraînement pour la jeune fille.

C'est une histoire très simple, accessible à un très jeune public. La trame reste à la surface des choses. Nous ne nous attardons pas sur les détails. Il n'y a pas vraiment de grands développements. Tout se suit assez vite pour ne pas perdre de vue l'intrigue principale. Pour ma part, j'ai trouvé le récit banal, sans réel intérêt. Je l'ai lu pcq il fallait le lire sinon, je ne me serai jamais lancée de moi-même.

Le style de l'auteur est pourtant bien élaboré. L'humour démesuré qui se dégage, ajoute une touche d'originalité à l'histoire. Sarah a en effet une vision assez particulière des gestes affectueux. Son raisonnement est parfois amusant à lire. A d'autres moments, je ne me suis pas sentie dans l'histoire. Je lisais sans être intéressée. C'est pour cette raison que ce roman, à mes yeux, passe tout simplement à la trappe.

Les personnages ne m'ont rien fait ressentir. Je les ai trouvés plutôt sans intérêt. Aucun ne m'a marquée, ni touchée. Sarah est un peu stéréotypée, la fille invisible qui va pourtant charmer le cœur d'Harry. Ewen m'a plu mais sans plus. Les autres servent plus d'éléments de décor.

En bref, un roman pas très transcendant. Pourtant, l'univers de l'escrime aurait pu m'intriguer. L'histoire est tellement banale que cela n'a malheureusement pas suffit pour faire monter les points.

Une lecture totalement neutre dont je n'ai pas tiré grand chose.
Et plus si affinités Et plus si affinités
Sara Barnard   
Ce livre. Bon sang, ce livre. Je ne pensais vraiment pas aller jusqu'au coup de cœur, mais visiblement, A Quiet Kind Of Thunder n'était pas d'accord avec moi. Pour résumer, c'est un concentré de diversité, de personnages attachants, et de beaucoup, beaucoup d'adorabilitude (oui, ce mot n'existe pas, mais il est nécessaire pour ce bouquin, alors je l'utilise quand même.)

On suit donc l'histoire de Steffi, qui souffre d'anxiété chronique et de mutisme sélectif. Elle ne parle quasiment pas, sauf avec sa famille et sa meilleure amie September, dite Tem. Jusqu'au jour où Rhys arrive dans son lycée, un jeune homme sourd. Et comme elle connait les bases de la langue des signes, on les présente l'un à l'autre. Et c'est comme ça que Steffi va découvrir que communiquer, ce n'est pas que parler avec sa voix.

Rien qu'avec cette intrigue, on sent qu'on sort de tout ce qu'on peut voir dans les schémas classiques de romance adolescente. L'auteure essaye vraiment de rendre justice à la langue des signes britanniques (BSL donc, au lieu de LSF chez nous) en décrivant plusieurs signes (et les titres des chapitres sont les signes pour les chiffres !) et en rendant bien compte de l'expressivité, de la sincérité qu'implique la langue des signes et je ne sais pas, j'ai trouvé ça génial (et ça m'a donné encore plus envie de m'y mettre aussi, même si je comptais déjà le faire).

J'ai absolument adoré les personnages. C'est souvent le truc le plus important pour moi, dans un roman. Et là, ils sont parfaits. Steffi est super attachante, et son anxiété m'a particulièrement touchée. Et puis, elle ne se définit pas que par son mutisme et son anxiété. C'est une amie fidèle, une amoureuse des animaux, et quelqu'un de très attachée à sa famille. J'ai aussi adoré Tem, le feu d'artifice qu'elle est. Et Rhys. Bien sûr, évidemment, Rhys. Il est adorable, et pareil, ne se définit pas par son handicap (Youhou !). On a deux personnages principaux bien construits, tous les deux adorables, réalistes, maladroits, touchants. Et tous les personnages secondaires autour (notamment les deux familles, qui sont assez importantes dans le récit) sont bien travaillés, pas manichéens. Bref, j'ai tout adoré chez eux. Ouais. Tout.

Quant à la romance, c'est sans doute une des plus adorables que j'ai pu lire jusque là. Il y a des petites phases de doute, des maladresses, mais ils sont toujours prêts à en parler, ne se boudent pas comme des imbéciles. Et - truc génial - il n'y a pas d'espèce de magie de l'amour ou je ne sais quoi. Steffi reste anxieuse. Rhys reste sourd, on ne trouve pas de traitement miracle ou je ne sais quoi. Ils ont toujours des "problèmes de communication" d'après les adultes. Mais ils sont ensemble, et ils s'entraident, et ils sont juste absolument, superbement mignons, quoi. Sans être niais. Je trouve que l'équilibre qu'a trouvé l'auteure à ce propos est juste parfait. C'est de la douceur à l'état pur, mais ce n'est jamais trop. Les relations ne sont (presque) pas idéalisées, il y a des tensions, il y a des non-dits tout de même. Mais j'ai trouvé que ça restait léger, comme roman. Que Sara Barnard parle de handicap, d'anxiété, sans en faire un sujet lourd et grave. C'est un beau message, un "Tu vois, même si tu n'es pas 'valide' comme tout le monde, tu peux faire ces choses-là, tu peux les avoir, tu n'es pas différent" ce truc qui manque souvent dans les livres, quoi.

J'ai vraiment tout adoré dans ce roman. La façon dont l'auteure traite de sujets importants, la diversité présente dans le roman (pas seulement sur le handicap, mais aussi avec des POC représentés et bien représentés), la romance adorable sans être niaise, les personnages tous bien réfléchis. Pour moi, c'est une grosse, grosse réussite. Je vais garder Steffi, Rhys, Tem et les autres dans mon cœur pendant très longtemps.

Et j'ajoute qu'au niveau de la VO, il est très accessible. Je l'ai trouvé facile, le vocabulaire est assez courant, l'écriture est fluide et pas trop alambiquée. Ce n'est peut-être pas une première lecture VO, mais ça reste quand même simple d'accès dès qu'on a déjà lu un peu en anglais !

par Rid-kaat
Le Choix de Bérénice Le Choix de Bérénice
Fabien Clavel   
Commençons par le négatif. Les personnages sont détestables. Je ne me suis reconnue dans aucun d'entre eux. Titus est le stéréotype de l'américain ambitieux profiteur. Bérénice est la jeune femme parfaite qui ne sait pas ce qu'elle veut et Arslan, même si j'adore son prénom, est trop amoureux et stupide. Heureusement, parmi ces personnages détestables, il y a Aydin. Un personnage touchant que j'ai apprécié tout de suite. Lui, au moins, à fait preuve d'intelligence et n'a rien sacrifié par amour.

Deuxième point négatif : l'histoire. J'ai trouvé la fin incohérente avec le reste. La réaction de Bérénice face à Titus me semble trop simple. D'autres choses m'ont dérangé mais ça ne me revient pas.

http://lafetedesmots.blogspot.fr/2016/08/le-choix-de-berenice-de-fabien-clavel.html

Malgré ces points négatifs, il réside un immense atout au sein de ce roman. C'est le style de l'auteur. J'ai enfin pu découvrir le style de l'auteur qui m'a happé dès les premières lignes. En commençant la lecture, je me suis dit que j'allais très vite lire un autre roman de Fabien Clavel. En effet, il possède un style suffisamment puissant pour que je termine la lecture d'un roman que j'aurai du détester. C'est un tour de force et je l'en remercie.


En bref, j'ai un avis très partagé sur ce roman qui m'a dérangé par les personnages et certaines incohérences mais dont j'ai apprécié l'extraordinaire style de l'auteur.
Liés pour la vie Liés pour la vie
Laëtitia Milot   
Lucie est une passionnée d'équitation, une championne de talent qui, avec son cheval Saphir forme une équipe de choc, un amour puissant les lies et le but de la jeune femme est désormais de participer aux jeux olympiques et pour cela elle s'entraine sans relâche.
Marc est un journaliste qui oublie sa séparation avec sa femme grâce à l'alcool et multiplie les gaffes avec sa fille adolescente.
Le chemin de Lucie va croiser celui de Marc et cela va bouleverser leurs vies de façon dramatique.
J'aime beaucoup Laetitia Milot, elle se bat pour de nombreuses causes et c'est une femme de coeur.
J'ai lu avec plaisir ce roman touchant bien différent de son premier livre mais tout aussi plaisant, de nombreux thèmes sont abordés dans ce récit dont l'alcoolisme et le handicap mais avant tout le courage.
La Fille seule dans le vestiaire des garçons La Fille seule dans le vestiaire des garçons
Hubert Ben Kemoun   
J'ai adoré!!! Je l'ai lu en une journée. Je me suis bien identifiée à Marion, étant également étiquetée "intelo".
Ce livre est génial, on ne sait jamais ce qui va encore tomber sur Marion, avec toutes ces humiliations et ces vengeances... Des sujets graves sont intégrés dans l'histoire, mais tout est abordé avec humour, et c'est très plaisant.
A ne pas manquer.

par Yubia
Vers le bleu Vers le bleu
Sabrina Bensalah   
quand j'ai découvert ce roman, que ce soit la couverture, le résumé et ce qui en est dit par les éditions Sarbacane, tout m'a immédiatement donné envie de le lire. Il faut savoir que d'après Sarbacane, ce livre ressemble un peu à little miss Sunshine, film que j'avais adoré. J'ai donc sauté immédiatement sur l'occasion de le lire, et je ne l'ai pas du tout regretté.

D'accord, au début, j'ai eu un doute sur si j'allais aimer ou pas. La façon dont la narratrice parle, le comportement de Noush m'ont au début un peu énervée. Néanmoins, plus les pages tournaient, et plus j'appréciais ce roman. Il décrit un mode de vie difficile, une héroïne obligée de prendre soin de sa petite soeur (elle-même pas vraiment facile à vivre) à la place de sa mère qui est dans un gouffre. Abandonnée par la mère, elles doivent donc survivre seules.

Les épisodes de leur vie m'ont touché. Il y en a des tristes, au moment de l'abandon de la mère, alors que ce devait être Nel qui devait partir (après tout, elle a 18 ans), son sentiment que sa mère lui vole sa vie. Mais aussi des très heureux : ceux avec Emilien, chez Gino, chez Anémone, avec Andreï. Et la fin, surtout, est très belle. Nel, bien qu'elle n'ait pas eu son bac et ai eût des travers pour pouvoir nourrir sa soeur, s'est trouvée une passion et, qui sait, peut-être un futur métier ? Quant à sa petite soeur, Noush, elle peut parfois être très agaçante, mais il faut reconnaître que pour la fin elle a assuré ! Ces personnages que j'ai suivi, je ne les ai oublierai pas parce qu'ils m'ont touché et cette fin me satisfait entièrement car elle montre un bel avenir pour eux, malgré les difficultés de la vie et des personnes qui peuvent les lâcher.

Je me suis assez rapidement attachée aux personnages, malgré le début. Nel est une fille mature, pas le choix avec les épreuves de la vie, et malgré le caractère difficile, voir même fou de Noush, elle l'aime. C'est ce qui m'a surpris au début : qu'elle prétende pouvoir noyer sa soeur, mais que parfois elle montre tellement son amour pour elle. C'est un univers inconnu dans lequel on entre avec vers le bleu... Emilien, Anémone, les vieux, Gino : tous m'ont plu, mais aussi Noush qui, comme le dit si bien Gino, a oublié d'être bête et maligne !

La plume de l'auteur parfois crue, est pourtant belle. Elle parle d' injustices tout en montrant que la vie est belle. J'ai dévoré ce roman : parce qu'il se lit vite mais surtout parce qu'il est beau, tout simplement, je ne sais pas comment décrire autrement à quel point j'ai été touchée.

En conclusion, vers le bleu fut une magnifique découverte : une lecture qui m'a indignée et attendrie à la fois, qui donne encore plus envie de profiter de la vie. Je ne connaissais pas Sabrina Bensalah, mais c'est assurément une auteur que je vais suivre de près.


par nilale
À cœur battant À cœur battant
Charlotte Bousquet   
Voici un roman d'actualité qui analyse finement la société avec beaucoup d'émotions.
Cette manifestation à laquelle participent Apolline, JB et Harley prend forme dans un contexte post attentat du Bataclan et en plein Etat d'urgence. Les cœurs sont brisés, la peur est au tournant, l'atmosphère pesante mais tous ces hommes sont là pour marcher, témoigner, revendiquer leurs pensées et leurs valeurs. Dans ce rassemblement, on croise aussi Samia, une vlogeuse qui est là pour filmer et transmettre ce qui s'est passé durant la manif', Aurélien un SDF victime malgré lui de la violence du mouvement, et un lieutenant qui doit gérer les gardes à vues. Quatre points de vues différents : manifestants, victime impuissante, force de l'ordre, journaliste.
Le climat déjà pesant, la pression portée sur les CRS, la haine attisée qui déroule sur les manifestants et les casseurs venus pour "tout détruire" amènent à la violence. La manifestation dégénère alors, et durant une journée de cauchemars, nous suivons nos personnages dans un mouvement qui finit par les dépasser, en raison de son chaos et de sa brutalité. Il y a par exemple ceux qui se font arrêter, ceux qui, happés par la foule, tombent à terre, ceux qui perdent de vue leur proche, ceux qui se font tabasser...

C’est un beau texte que nous écrit l’auteur qui parle de notre société, de la solidarité, des problèmes de chômage, du délit de solidarité, de l'état d'urgence, du terrorisme... Mais au-delà du côté éminemment politique, le roman parle aussi de l'adolescence et de ses questionnements, de l'avenir, de l'amour. C’est un roman qui regroupe plusieurs sujets, mais tout se fait dans la vitesse, l'urgence justement. Les histoires et les points de vues des personnages nous happent, et on prend au vol certains destins, on est prisonnier de cette foule avec eux, on cherche un souffle d'air. Tout va très vite et bouillonne. Charlotte Bousquet décrit à la perfection cette ambiance suffocante de manifestation, entre désirs de se rassembler pour les uns, pression des forces de l'ordre de l'autre côté. Justement, le portrait des flics est relativement négatif au début. Ils ont reçus des ordres, se laissent aller à la violence, quitte à faire des victimes innocentes. Puis, on tente de les comprendre. La haine contre le gouvernement exacerbée dans cette foule se retourne les uns contre les autres. Les flics n'agissent plus par humanité mais par des ordres dictés par le pouvoir, pression qui les empêchent de prendre du recul.

Il y a tant de phrases à retenir, à noter, à ressortir.
Je regrette seulement le côté stéréotypés de certains personnages ou situations, à trop vouloir en dire ou dénoncer on tombe dans une espèce de cercle poisseux, dans un climat désenchanté. Pourtant il y a encore de l'espoir puisqu'ils se battent pour la liberté. Ce sont avant tout le portrait d'adolescents courageux et résistants qui veulent se faire entendre sans finir punis pour leurs actes légaux.

Pour finir, c'est un récit qui mérite d'être lu puisqu'il décrit tout simplement le vrai, l'actuel. C’est un roman politisé, qui n'hésite pas à affirmer ce qu'il pense, à franchir des limites, à dire tout haut ce qu'on pense ! C'est un plaidoyer, un appel à tous ceux qui refusent de se soumettre. Et pour cela, un grand oui !
Deux fois rien Deux fois rien
Marie-Sophie Vermot   
Nuala a 15 ans et entre au lycée. Comme les autres élèves, elle se présente à sa classe et termine en annonçant qu'elle attend un bébé pour Noël. Après une période d'étonnement et de curiosité, Nuala, excellente élève, trouve chez ses camarades et ses professeurs compréhension et solidarité. Mais en elle, avec le temps, monte l'angoisse de la naissance. Enfin, le bébé arrive. Le retour à la maison est difficile ; Nuala entre en conflit avec sa mère, qui a tendance à vouloir décider de tout à propos de l'enfant ; elle doit faire face à des responsabilités bien lourdes pour son âge : sa scolarité et son bébé. Le livre s'achève avec la fin de l'année académique, à la veille de la représentation théatrale que la classe a préparée tout au long de l'année.

par vally