Livres
528 308
Membres
548 330

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Discours sur la première décade de Tite-Live



Description ajoutée par ninie512 2013-02-22T14:33:53+01:00

Résumé

Les Discours sont présentés ici dans une nouvelle traduction, plus proche de la langue de Machiavel, et sont accompagnés pour la première fois en France d'un apparat critique indispensable à la lecture du texte. Conçus sous la forme d'un commentaire des dix premiers livres de l'Histoire de Tite-Live, ils représentent l'achèvement de la pensée machiavélienne, à mi-chemin entre Le Prince (1513), l'Art de la guerre (1519-1521) et les Histoires florentines (1520-1525). Ils marquent la naissance, au moment du déclin de la Respublica Christiana et du Sacrum Romanum Imperium, d'une nouvelle théorie et pratique de la " politique ", à l'écart des idées antiques sur le meilleur gouvernement, des conceptions éthico-juridiques médiévales, et des modèles humanistes des " miroirs des princes ". Il est essentiellement question dans les Discours de la sécurité et de la puissance des Etats, sur fond de cet état de pierre qui va désormais constituer la trame de leurs rapports. Apparaît ainsi ce qui jusque-là n'avait pas encore été pensé, la " politique étrangère ", domaine pour la première fois " problématisé " par Machiavel. La politique nouvelle se déploie sur le plan d'une historicité radicale où la vertu, c'est-à-dire la liberté des choix et des décisions, se subordonne à la fortune, à savoir aux nécessités de l'histoire. Face à cette historicité, se sont défaites aussi bien la métaphysique chrétienne du salut que la métaphysique platonicienne des formes iléales et intemporelles. La pensée de Machiavel ne restera-t-elle pas la limite infranchissable de toute politique tant que les " relations internationales " seront assujetties aux lois et aux raisons de la puissance ? Il n'était pas inutile de rendre cette œuvre fondatrice pleinement accessible aux lecteurs français, à la fois dans sa littéralité et dans le détail des allusions historiques dont elle est tissée.

Afficher en entier

Classement en biblio - 5 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Parce qu'il dévoila froidement l'ignominie des logiques de la domination, on attribue généralement et sans plus d'analyse une parenté d'esprit à Machiavel avec cette même domination, en en faisant ainsi l'un de ses idéologues.

Mais au-delà du réflexe primaire, de cette fuite de la conscience qui prétend rendre responsable d'un mal celui qui le met en lumière, tout lecteur attentif et faisant preuve d'un peu de discernement, constatera aisément l'absurdité de cette thèse.

Pour se faire une idée claire de la personnalité de Machiavel, il faut lire le passionnant recueil de ses lettres, paru en deux gros volumes sous le titre

« Toutes les lettres officielles et familières de Machiavel » à la Librairie Gallimard en 1955. Outre sa prodigieuse intelligence, on y découvrira un homme simple, généreux, profondément attaché à l'amitié, à l'intérêt commun, et fort peu intéressé par le pouvoir et le profit personnel. Machiavel fut avant tout citoyen de Florence, alors capitale culturelle de la Renaissance, et œuvra toute sa vie à tenter de maintenir la liberté de sa cité dans une époque où, la guerre était la situation la plus courante dans une Italie divisée à l'extrême, l'élimination physique des opposants politiques, la règle.

On comprendra dans ces conditions, que Machiavel qui ne disposa jamais d'autre puissance que celle de sa propre Virtu, eut à prendre pour s'exprimer quelques précautions oratoires et chercha à voiler quelque peu les intentions véritables de ses écrits.

Mais c'est justement dans ce « Discours sur la première Décade de Tite-Live », ou Machiavel profitant de cette distance historique donne son interprétation d'une période cruciale de l'histoire romaine, que l'on découvre les éléments fondamentaux de sa conception du politique.

Il est devenu, pour des raisons que chacun appréciera, parfaitement impossible à un « politicien » de notre temps de concevoir ce que put être le sens de la notion de Virtu dans l'esprit d'un Machiavel et surtout de la possibilité de la mettre en pratique. Aussi, aucun d'entre eux ne comprendra, pour ne donner qu'un seul exemple, la signification du chapitre 4 du livre Premier de cet ouvrage. Nous laissons aux lecteurs plus curieux de vérité le soin de la découvrir.

Afficher en entier

Date de sortie

Discours sur la première décade de Tite-Live

  • France : 1999-01-04 - Poche (Français)

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 5
Commentaires 1
extraits 0
Evaluations 1
Note globale 9 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode