Livres
464 398
Membres
425 123

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

''Trois hautes silhouettes vêtues de sombre se tiennent près de la rambarde au-dessus du gouffre, encerclant quelqu'un de plus petit. Même si je ne distingue pas grand-chose, je sais reconnaître une bagarre quand j'en vois une. Ou ce qui pourrait s'appeler ainsi s'ils n'étaient pas à trois contre un.

L'un des agresseurs fait volte-face, me repère et détale. En m'approchant, je m'aperçois que l'un des deux autres soulève sa victime par la gorge au-dessus de la rambarde et je crie :

- Hé !

Je distingue une masse de cheveux blonds, et je ne vois plus rien d'autre. Je percute l'un des assaillants - Drew, que je reconnais parce qu'il est roux - et je le pousse violemment contre la rambarde. Je le frappe, une, deux, trois fois au visage, il s'effondre et je continue à coups de pied, incapable de penser.

- Quatre.

Elle a parlé d'une voix basse, rauque, et c'est la seule chose qui avait une chance de m'atteindre. Elle est suspendue par les mains à la rambarde, au-dessus du gouffre, comme un appât au bout d'un hameçon. L'autre, le dernier agresseur, a filé.

Je cours vers elle, je l'attrape sous les aisselles et je la hisse par-dessus la rambarde. Je la tiens contre moi et elle presse son visage sur mon épaule, agrippée à mon tee-shirt.''

Afficher en entier

''Je préfère manger des restes que vivre asphyxié par une faction.''

Afficher en entier

Journal intime de Natalie Prior :

''Aujourd'hui, on est encore restés après les cours pour réviser, bien qu'on ait passé l'examen ce matin. (...) Je pense qu'on s'est sentis obligés d'avoir une excuse. Les gens ne se mélangent pas entre factions différentes sans avoir une bonne raison.

J'avais la bougeotte, et le soleil qui se reflétait dans les lunettes d'Andrew m'empêchait de voir ses yeux. Alors, sans réfléchir, j'ai tendu la main pour les lui retirer. Je n'avais jamais réalisé à quel point ses yeux sont bleus, d'un bleu aussi vif que sa chemise. (...)

Il m'a demandé pourquoi j'avais parlé avec autant de passion hier des ressemblances entre parents et enfants et des facteurs qui déterminent la personnalité. Je ne m'étais pas rendu compte que j'étais si ''passionnée'' que ça, mais ça m'a fait drôle de me dire qu'il avait remarqué quelque chose à propos de moi. Que, peut-être, il m'observait aussi attentivement que je l'observais.

Je lui ai expliqué que mes parents étaient des gens violents et que je ne l'étais pas. (...) Il m'a répondu :

- Si tu n'es pas devenue comme eux, c'est que tu n'as ni reproduit leur comportement, ni hérité de leurs prédispositions génétiques violentes. Tu as donc démonté les deux théories.

Et il a ajouté (comment pourrais-je l'oublier ?) :

- Ça ne m'étonne pas. Tu me démontes tout le temps.

Il a caressé mon visage en passant le doigt sur mon piercing à l'oreille et glissé sa main dans mes cheveux. Puis il s'est penché, et il m'a embrassée.

Peut-être que les Audacieux sont toujours dans l'action, mais je jure qu'à cette minute, j'étais incapable de faire un geste. Je n'ai rien pu faire d'autre qu'enregistrer mes sensations pour les fixer dans ma mémoire. La douceur et la curiosité de ses doigts qui dansaient autour de mon oreille. L'odeur d'encre et de savon à la pomme de ses mains. La teinte d'orange sanguine de la pièce, parce que le soleil était en train de se coucher.

Quand j'ai enfin rouvert les yeux, j'avais le sentiment d'avoir gravé cet instant dans ma tête pour toujours.

Comme il avait commencé à rougir, je lui ai conseillé de ne pas trop chercher à analyser la situation. Il a juste ri.''

Afficher en entier

Rencard entre Quatre et Nicole :

''- (...) Tu connais Maria depuis longtemps ?

- Depuis qu'on est petites. Elle est capable de tomber sur un beau mec rien qu'en se cassant la figure. Tout le monde n'a pas ce talent.

- C'est clair, approuvé-je en secouant la tête. Zeke a dû un peu me forcer la main.

Nicole hausse un sourcil.

- Ah bon ? Il t'a montré à quoi tu t'exposais, au moins ? demande-t-elle en se désignant du doigt.

- Euh, ouais. Je n'étais pas trop sûr que tu étais mon genre, mais je me suis dit que...

- "Pas ton genre'', reprend-elle d'un ton soudain glacial.

Je tente de faire machine arrière.

- Non, je veux dire que ça n'a pas beaucoup d'importance. La personnalité, ça compte bien plus que...

- Que mon physique ingrat ? achève-t-elle en levant l'autre sourcil.

- J'ai pas dit ça, protesté-je. Je... je suis vraiment nul à ce truc.

- Je te le confirme.

Elle ramasse le petit sac noir posé à ses pieds et le fourre sous son bras.

- Tu diras à Maria que j'avais un truc à faire.

Elle s'éloigne à grands pas et disparaît sur l'un des chemins qui entourent la Fosse. Avec un soupir, je me retourne vers Zeke et Maria. Aux vagues mouvements que je parviens à discerner, je vois qu'ils n'ont pas du tout ralenti. Je pianote des doigts sur la rambarde. Maintenant que notre double rencard s'est changé en rencard bancal en forme de triangle, je me dis qu'ils ne m'en voudront pas si je m'en vais.

Je repère Shauna en train de sortir de la cafétéria et je lui fais signe.

- C'était pas ce soir, les rencards d'Ezekiel ? me demande-t-elle.

- Ezekiel, répété-je en me raidissant. J'avais oublié que Zeke s'appelait comme ça. Ouais, ben mon rencard vient de se faire la malle.

- Bravo, me dit-elle en riant. Tu as tenu quoi, dix minutes ?

- Cinq, rectifié-je en me mettant à rire aussi. Il semblerait que je manque de sensibilité.

- Non ? fait-elle en mimant l'étonnement. Toi, si doux, si sentimental...

- Très drôle. (...)''

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode