Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de dodo3333 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Vagabond des mers du Sud Vagabond des mers du Sud
Bernard Moitessier   
Moitessier n'est pas un navigateur. C'est un géant. Un mythe. C'est lui qui a donné à toute une génération, dans les années 70, l'envie de l'aventure et de la découverte par le chemin des océans. Nombreux sont ceux qui ont construit leur voilier et sont partis faire le tour du globe sur ses traces.
A découvrir ou à relire dans un monde où on n'accueille plus guère les voyageurs avec des fleurs et des sourires venant du cœur...
Autre chose Autre chose
Nicole Van De Kerchove   
Qui est donc ce petit bout de femme, d’une espèce en voie d’extinction, qui prend le large sur la pointe des pieds, libre ! Capable d’armer l’Esquilo, un voilier de 9 mètres, et de boucler un magnifique tour du monde en sept ans. De réaliser seul, l’exploit de traverser l’Atlantique sur un minuscule bateau tiré par un cerf volant dans le seul but de prouver qu’un canot de survie en perdition est capable, par ses propres moyens, de rallier une terre. D’appareiller à nouveau, cette fois à destination des canaux de Patagonie, toujours avec son fidèle Esquilo, âgé de plus de 30 ans, mais aussi neuf qu’au jour de son baptême ? …
C’est Nicole bien sûr ! Un grand marin. (…)

Loïck Fougeron

par JLB21
Sept fois le tour du soliel Sept fois le tour du soliel
Nicole Van De Kerchove   
C'est à bord de l'Alouette que Nicole commence à naviguer. Elle a 15 ans. Et alors que tout semble la destiner à une carrière de pianiste, obstinée, elle choisit le chemin de l'aventure. À 20 ans, le rêve devient réalité lorsqu'elle rencontre Bernard Moitessier et Loïck Fougeron. Ils l'adoptent aussitôt et sans réserve dans la famille des premiers coureurs des mers. Nicole fait construire l'Esquilo, petit cotre de 9 mètres avec lequel elle part pour un voyage de cinq mois. La terre fera «sept fois le tour du soleil» pendant qu'Esquilo accomplira son tour du monde dont elle reviendra avec Don et une adorable petite Sabrina, née à Tahiti. Trente ans après sa première publication qui remporta un grand succès jamais démenti depuis, cet ouvrage reste un des plus attachants récits d'aventure jamais écrits ; il garde toute sa fraîcheur et sa spontanéité. De quoi transmettre le virus du départ... Nicole raconte son tour du monde à la voile dans un livre bondissant et attachant comme la mer. (Femmes d'Aujourd'hui) Tour à tour drôle, tendre, grave, gaie, ironique et touchante, la plume de Nicole navigue au fil des pages. Une très belle histoire. Une histoire d'amour. A lire absolument. (Voiles et Voiliers)

par JLB21
L'école de la chair L'école de la chair
Yukio Mishima   
L’histoire d’une relation amoureuse malsaine et mal partagée. Entre une aristocrate, dont il ne reste que le titre de baronne, et un barman ambitieux. Une histoire d’amour qui devient de plus en plus sordide et explosive. Au début, la différence entre les milieux est amoindrie par l’attirance physique. Par la suite, des conflits, de la domination, s’installent et sont endurés en souvenir du passé.

par dodo3333
Le pavillon d'or Le pavillon d'or
Yukio Mishima   
Je pense que c'est un ouvrage que je relirai encore et encore, et qui aura encore des surprises à me réserver. Le Pavillon d'Or est difficile d'accès, car dans le fond, sait-on vraiment pourquoi Mizoguchi l'a incendié ? La question n'amène pas de réponse claire, à mon avis, mais c'est ce qui fait le charme de ce roman : chacun peut se faire son opinion. Pour ma part, outre cette quête du motif, ce qui m'a fasciné, c'est cette façon qu'a le narrateur, qui pourtant tire orgueil du fait que nul ne comprend ce qu'il dit, s'exprime dans un langage à la fois clair et obscur, tentant d'apporter une explication que lui-même, peut-être, ne connaît pas.

Le Pavillon d'Or, c'est une introspection qui interpelle le lecteur, qui l'amène à réfléchir sur la Beauté - qu'est-ce que le beau, quelle place occupe-t-il dans notre vie, existe-t-il vraiment, ou n'est-il qu'une image qui nous hante et nous influence dans nos décisions ? Le rapport conflictuel que Mizoguchi entreprend avec le beau est ce qui le conduit à cet acte ; peut-être est-ce en partie dû au fait que lui-même ne parvient pas à trouver de réponse nette à ces interrogations, que ses idées fluctuent, sont influencées par ses expériences, par ce que pensent les autres. C'est un ouvrage très philosophique, en cela, dans lequel la question est plus important encore que la réponse.

Le tout est rédigé dans un style magnifique. Sans pouvoir juger de la qualité réelle de la traduction, il m'a paru qu'elle avait le mérite de créer une ambiance particulière, de faire apparaître la beauté dans le choix des mots. La beauté est dans l'écriture, dans ces petites descriptions ponctuées de détails qui n'apportent rien à l'intrigue en elle-même, mais qui bâtit un univers. Il y a de la beauté partout, et pas uniquement dans le Pavillon d'Or, parfois splendide, parfois laid. C'est aussi ce qui rend la lecture un peu difficile par moments, car l'intrigue progresse avec lenteur, en prenant le temps de se concentrer sur les sons, sur les images et les couleurs.

En somme, ce roman est un de ces livres qui me marqueront, parce qu'ils éveillent des questions auxquelles je ne peux pas aisément répondre. Parce qu'il existe sans doute des milliers d'interprétations possibles de cette œuvre, et que cela me donne envie de recommencer ma lecture pour tenter de les appréhender.

par Nepheris
Construire un feu Construire un feu
Jack London   
Jack London a rédigé un véritable joyau. Les phrases sont ciselées, sans mot surajouté, dans la sobriété, nerveuses. Le rythme est celui adopté de la marche du personnage du récit, un homme esseulé dans le grand Nord, par un temps glacial, qui va à l'encontre de sa mort.
Dans une langue simple, sans fioriture, centrée sur l'action et les pensées du personnage principal, Jack London donne une incroyable leçon d'humilité aux hommes : non, contrairement à ce que le progrès pourrait nous le laisser penser, l'être humain n'est pas plus fort que la nature, et si, comme ce trappeur qui se croit invincible, il est tenté de l'oublier, la nature et ses lois se chargeront de le lui inculquer ; le chien qui suit l'homme, s'il n'a pas son intelligence, a tout du moins son instinct qui le lui rappelle sans cesse. L'homme, quant à lui, aurait dû entendre les paroles du vieux sage...
Cette nouvelle est forte, cruelle par certains aspects, mais d'une belle intelligence. Je la recommande vivement!!

par Elinaewen
Construire un feu (BD) Construire un feu (BD)
Jack London    Christophe Chabouté   
Décidement, j'adore les bd de Chabouté ! Dire qu'au départ, ça ne m'attirait guère... Heureusement que j'ai une bonne fée dans mon entourage (merci Laurence !) qui me pousse à découvrir des tas de choses différentes !!
Soyez curieux, lisez cette bd, s'il fait beau dehors, tant mieux pour vous, parce que vous allez avoir froid, très froid...

par Nath56
Le Bureau des assassinats Le Bureau des assassinats
Robert Lloyd Fish    Jack London   
Ce dernier roman de Jack London n’est prétendument pas terminé. Pourtant dans le dernier chapitre la mort du personnage principal ressemble bien à une fin. Jack London n’a pas fini ce livre en effet. Les personnes responsables de l’avoir terminer ont bien fait leur travail. La transition n’est pas perceptible. Quoi qu’il en soit, j’ai bien apprécié ce roman. Il faut avouer que je suis fan de Jack London.

par dodo3333
Les Temps maudits Les Temps maudits
Jack London   
Situées en des temps et lieux aussi divers que l'époque du quaternaire et un avenir lointain, en Amérique, à Tahiti ou au Mexique, ces huit nouvelles portent l'écho d'une seule et même plainte. Celle de l'homme écrasé par un système économique implacable.
Hommes préhistoriques déjà victimes de ce qui sera le capitalisme, chinois guillotiné par erreur et pour l'exemple, vieux boxeur en quête d'un bifteck avant un match décisif, jeune mexicain offrant la douleur de son corps à la révolution, vengeurs fantômes exterminant les maîtres de la finance, ouvriers de San Francisco proclamant la grève générale. Autant de portraits vigoureux et traumatisants, révélateurs d'un aspect inconnu de l'oeuvre de Jack London.

Source : 10-18 Lire le résumé du livre d'occasion Les temps maudits de Jack London sur Bibliopoche

par anonyme
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4