Livres
477 761
Membres
458 741

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Don Quichotte



Description ajoutée par RMarMat 2015-11-29T19:33:41+01:00

Résumé

Parce qu'il a lu trop de romans de chevalerie, don Quichotte a perdu la raison : il est persuadé que le monde est peuplé de chevaliers errants et d'enchanteurs maléfiques. Comme dans ses livres préférés, il veut rendre la justice et combattre pour l'honneur de sa dame. Accompagné de Sancho Panza, son fidèle écuyer, il part sur les routes d'Espagne. Et voici notre héros qui affronte des moulins à vent, qui prend des auberges pour des châteaux et des paysannes pour de belles princesses ! Avec son roman, Cervantès a réussi à faire d'un vieux fou à l'imagination débordante et de son valet plein de bon sens un couple mythique ; de leurs aventures rocambolesques, il a su tirer une oeuvre d'une prodigieuse modernité, qui continue d'amuser et de ravir le lecteur, quatre siècles après.

Afficher en entier

Classement en biblio - 429 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par RMarMat 2015-11-30T18:11:07+01:00

Don Quichotte ne dormit point de toute la nuit, pensant en sa dame Dulcinée, afin de s'accommoder à ce qu'il avait lu en ses livres, quand les chevaliers passaient plusieurs nuits sans dormir, parmi les forêts et déserts, s'entretenant avec la souvenance de leurs maîtresses.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Or

Je ne suis pas d’une famille d’intellects, ni de grands lecteurs. Du coup, j’ai un certain penchant pour la découverte des grandes œuvres littéraires dont l’inconscient populaire se réfère volontiers afin de briller. Nous connaissons les héros, les thèmes, les auteurs à la manière d’un Gargantua, d’un capitaine Nemo ou d’un Ulysse ; et après ?

Bref, nous savons tous qui sont Don Quichotte et son fidèle écuyer Sancho Pança. Mais qui a réellement lu leurs aventures ? Pour moi, Don Quichotte se résumait à cette expression populaire « de se battre contre les moulins à vent » ; à un anti-héros dans mon imagination, incarnation de l’homme qui croit pouvoir refaire le monde à lui tout seul.

Publié en 1605 à Madrid, les aventures rocambolesques de Don Quichotte n’ont rien perdu de leur fraîcheur, de leur humour et de leur capacité à faire réfléchir le lecteur sur les difficultés de vivre une quête personnelle allant à l’encontre d’un monde en pleine bouleversement, désenchanté et qui semble ne plus croire en rien.

Le livre est certes épais. L’écriture et le style ne sont pas ceux des derniers prix littéraires(VO espagnol + traduction). Il faut faire un certain effort pour apprivoiser les mots, leurs tournures et les émotions que l’auteur cherche à nous transmettre. Mais la découverte est si riche. Comme en sport, il faut pratiquer pour progresser, il faut lire pour apprécier de mieux en mieux tous les aspects de cette écriture. Un seul bémol à mon plaisir, certaines aventures et situations m’ont semblé redondantes et à la longue leurs chutes souvent prévisibles. Heureusement, Don Quichotte est un personnage attachant, car si sa folie est flagrante, sa bonne volonté, son humanité, son intelligence et sa gentillesse en font un homme d'exception. En fait, Don Quichotte et Sancho Pança sont des personnages inqualifiables tant ils montrent de facettes aux courts de leurs pérégrinations. Tenez, notre vieil hidalgo désargenté est endoctriné par ces lectures célébrants la grandeur et les vertus de la chevalerie d’antan. Spoiler(cliquez pour révéler)« Bientôt lui vint dans l'esprit l'idée la plus étrange que jamais on ait conçue. Il s'imagina que rien ne serait plus utile à sa patrie, que de ressusciter la chevalerie errante, en allant lui-même à cheval, armé comme les paladins, cherchant les aventures, redressant les torts, réparant les injustices. » Il décide alors de devenir chevalier errant afin de restaurer la gloire de celle-ci en allant protéger la veuve et l’orphelin, secourir sa dame, qu’il crois en péril – en fait sa « Duciné du Tobasa » élue de son cœur est une paysanne, laide que Don Quichotte ne verra jamais ! Dans sa quête, il entraîne Sancho Pança un paysan à qui il promet un gouvernement fantôme. Don Quichotte sur le dos de son vieux cheval Rossinante et l’autre sur son âne prennent la route en quête d’exploits. A l’aune d’une imagination fertile et d’une logique « démente », de pauvres hères prennent l’apparence de châtelains, les putains deviennent des dames, les auberges se transforment en châteaux, les troupeaux de moutons en armées… et les moulins à vent, en géants. Toutes ses situations sont souvent très drôles ! Ainsi tentent nos anti-héros de se glorifier à travers toutes ses aventures anodines. Seulement voilà, elles se terminent souvent à leur préjudice. Ils se font rossés, volés, trompés. Pourtant jamais ils ne se découragent ; trouvant toujours à leurs situations une explication logique – justifications tirées de la littérature chevaleresque, de la mythologie, de contes et légendes – attestant ainsi l’issu de leurs mésaventure et de nouveaux départs. Les événements s’enchaînent, Don Quichotte et Sancho Pança deviennent célèbres, connus. Alors on s’amuse encore plus à leur dépens, on les provoque en duel, on leur créée de toute pièce de nouveaux épisodes tandis que d’autres essaient de les guérir de leurs délires.

Ceci dit, le cocasse des situations n'est pas l'unique motif de distraction. J'ai beaucoup apprécié le langage fleuri et lyrique utilisé par Cervantes pour faire dialoguer le couple formé par Don Quichotte et Sancho Pança. Leur faconde grandiloquente est à l’image de leurs délires. Le lien qui se noue entre le maître et le serviteur est réellement émouvant. Je trouve même juste d’écrire que Sancho est, au même titre que son maître, l’autre héros de ce roman. C’est d’ailleurs lui qui évolue le plus au fils des pages. D'abord présenté comme un individu pragmatique mais naïf, bavard impénitent, impertinent et têtu (presque autant que Don Quichotte !), il révèle au fil des événements toute l'étendue de sa loyauté, et surtout démontre sa capacité de réflexion et de remise en question.

De cette lecture je garderai l’image d’un Don Quichotte courageux, opiniâtre, tout à la foi fou et érudit, capable de remarquables raisonnements argumentés. Jusqu’au bout je me suis amusé de cette opposition entre ses facilités intellectuelles et ses rêves fantasques. Peut-être aussi parce qu’il y a un peu de Don Quichotte et de Sancho Pança en moi, en nous… Nous avons tous nos moulins à vent contre lesquels nous nous battons... Ils nous manque seulement un peu de panache pour le reconnaître ! A la manière d’un chevalier errant !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par quoi-de-neuf-docteur 2019-09-21T16:51:18+02:00
Lu aussi

Un livre qui ne m'a pas paru mériter son statut de classique, à par peut-être si on le considère comme un classique du 3e degré...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lupe 2018-07-26T20:07:29+02:00
Pas apprécié

J'ai forcément dû le lire dans mes études supérieures... Je l'ai lu en deux tomes. C'est une œuvre riche et pleine d'inspirations de toutes parts qui cherche à renouveler le genre et à remettre en question ce que doit être un roman et un héros. Un roman très intéressant à lire de ce point de vue là!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par -Meline- 2018-07-09T14:56:56+02:00
Argent

Des personnages attachants, chaque chapitre est une nouvelle aventure où on retrouve notre chevalier errant et son fidèle écuyer un peu plus empêtrer dans les ennuies, mais restent toujours attachant. Un classique que je ne regrette pas d'avoir lu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Larry917 2018-01-14T15:18:49+01:00
Diamant

L'inoubliable chevauchée d'un (chevalier) fou

L'intégrale de Don Quichotte de la Manche, une œuvre magistrale, et où les critiques mêmes les plus dithyrambiques et les plus élogieuses du monde, ne sauraient et ne pourraient lui être légitime ou ne sauraient lui donner le mot parfait qui pourrait lui donner toute sa beautée.

Il faut le lire et là on comprend.

À lire et relire inlassablement rien que pour le plaisir d'une chevauchée aux côtés de Don Quichotte et de Sancho Pansa.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alexiali 2017-10-12T15:36:17+02:00
Bronze

Classique espagnol - je n'ai jamais réussi à finir Don Quichotte car je le trouvais trop long même si il reste intéressant à lire pour le début.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vincent-laurent 2017-03-01T19:10:46+01:00
Argent

Un classique de la littérature (espagnol) ! Ce n'est pas forcément bien écrit (ou bien traduit) et la seconde partie est plus intéressante que la première. Néanmoins, un roman qui n'a pas traversé les siècles par hasard et qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par estelle_brl 2016-07-02T18:56:56+02:00
Pas apprécié

Pour ce livre, personnellement je n'ai pas aimé, après ce n'est que mon avis, à mon gout le livre est un peu trop long..

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Roxye 2016-04-27T11:05:16+02:00
Bronze

Au début, j'ai vraiment eu du mal à commencer. Puis une fois que je me suis forcée, j'ai commencé à apprécier l'histoire. La 2ème partie est plus intéressante !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RMarMat 2015-12-04T17:08:38+01:00
Or

Je ne suis pas d’une famille d’intellects, ni de grands lecteurs. Du coup, j’ai un certain penchant pour la découverte des grandes œuvres littéraires dont l’inconscient populaire se réfère volontiers afin de briller. Nous connaissons les héros, les thèmes, les auteurs à la manière d’un Gargantua, d’un capitaine Nemo ou d’un Ulysse ; et après ?

Bref, nous savons tous qui sont Don Quichotte et son fidèle écuyer Sancho Pança. Mais qui a réellement lu leurs aventures ? Pour moi, Don Quichotte se résumait à cette expression populaire « de se battre contre les moulins à vent » ; à un anti-héros dans mon imagination, incarnation de l’homme qui croit pouvoir refaire le monde à lui tout seul.

Publié en 1605 à Madrid, les aventures rocambolesques de Don Quichotte n’ont rien perdu de leur fraîcheur, de leur humour et de leur capacité à faire réfléchir le lecteur sur les difficultés de vivre une quête personnelle allant à l’encontre d’un monde en pleine bouleversement, désenchanté et qui semble ne plus croire en rien.

Le livre est certes épais. L’écriture et le style ne sont pas ceux des derniers prix littéraires(VO espagnol + traduction). Il faut faire un certain effort pour apprivoiser les mots, leurs tournures et les émotions que l’auteur cherche à nous transmettre. Mais la découverte est si riche. Comme en sport, il faut pratiquer pour progresser, il faut lire pour apprécier de mieux en mieux tous les aspects de cette écriture. Un seul bémol à mon plaisir, certaines aventures et situations m’ont semblé redondantes et à la longue leurs chutes souvent prévisibles. Heureusement, Don Quichotte est un personnage attachant, car si sa folie est flagrante, sa bonne volonté, son humanité, son intelligence et sa gentillesse en font un homme d'exception. En fait, Don Quichotte et Sancho Pança sont des personnages inqualifiables tant ils montrent de facettes aux courts de leurs pérégrinations. Tenez, notre vieil hidalgo désargenté est endoctriné par ces lectures célébrants la grandeur et les vertus de la chevalerie d’antan. Spoiler(cliquez pour révéler)« Bientôt lui vint dans l'esprit l'idée la plus étrange que jamais on ait conçue. Il s'imagina que rien ne serait plus utile à sa patrie, que de ressusciter la chevalerie errante, en allant lui-même à cheval, armé comme les paladins, cherchant les aventures, redressant les torts, réparant les injustices. » Il décide alors de devenir chevalier errant afin de restaurer la gloire de celle-ci en allant protéger la veuve et l’orphelin, secourir sa dame, qu’il crois en péril – en fait sa « Duciné du Tobasa » élue de son cœur est une paysanne, laide que Don Quichotte ne verra jamais ! Dans sa quête, il entraîne Sancho Pança un paysan à qui il promet un gouvernement fantôme. Don Quichotte sur le dos de son vieux cheval Rossinante et l’autre sur son âne prennent la route en quête d’exploits. A l’aune d’une imagination fertile et d’une logique « démente », de pauvres hères prennent l’apparence de châtelains, les putains deviennent des dames, les auberges se transforment en châteaux, les troupeaux de moutons en armées… et les moulins à vent, en géants. Toutes ses situations sont souvent très drôles ! Ainsi tentent nos anti-héros de se glorifier à travers toutes ses aventures anodines. Seulement voilà, elles se terminent souvent à leur préjudice. Ils se font rossés, volés, trompés. Pourtant jamais ils ne se découragent ; trouvant toujours à leurs situations une explication logique – justifications tirées de la littérature chevaleresque, de la mythologie, de contes et légendes – attestant ainsi l’issu de leurs mésaventure et de nouveaux départs. Les événements s’enchaînent, Don Quichotte et Sancho Pança deviennent célèbres, connus. Alors on s’amuse encore plus à leur dépens, on les provoque en duel, on leur créée de toute pièce de nouveaux épisodes tandis que d’autres essaient de les guérir de leurs délires.

Ceci dit, le cocasse des situations n'est pas l'unique motif de distraction. J'ai beaucoup apprécié le langage fleuri et lyrique utilisé par Cervantes pour faire dialoguer le couple formé par Don Quichotte et Sancho Pança. Leur faconde grandiloquente est à l’image de leurs délires. Le lien qui se noue entre le maître et le serviteur est réellement émouvant. Je trouve même juste d’écrire que Sancho est, au même titre que son maître, l’autre héros de ce roman. C’est d’ailleurs lui qui évolue le plus au fils des pages. D'abord présenté comme un individu pragmatique mais naïf, bavard impénitent, impertinent et têtu (presque autant que Don Quichotte !), il révèle au fil des événements toute l'étendue de sa loyauté, et surtout démontre sa capacité de réflexion et de remise en question.

De cette lecture je garderai l’image d’un Don Quichotte courageux, opiniâtre, tout à la foi fou et érudit, capable de remarquables raisonnements argumentés. Jusqu’au bout je me suis amusé de cette opposition entre ses facilités intellectuelles et ses rêves fantasques. Peut-être aussi parce qu’il y a un peu de Don Quichotte et de Sancho Pança en moi, en nous… Nous avons tous nos moulins à vent contre lesquels nous nous battons... Ils nous manque seulement un peu de panache pour le reconnaître ! A la manière d’un chevalier errant !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biblio-dream 2015-11-15T18:27:27+01:00
Pas apprécié

Fort heureusement, je n'ai lu que la version abrégée de ce Classique. Cela m'a amplement suffit. Don Quichotte est un personnage qui pourrait être amusant mais qui est en réalité plus agaçant et dépourvu d'intelligence qu'autre chose. Ses "aventures" sont dépourvues d'intérêt, notamment lorsqu'il s'attaque à des moulins qu'il confond avec des géants, et m'ont profondément ennuyée.

Afficher en entier

Date de sortie

Don Quichotte

  • France : 2011-11-03 - Poche (Français)

Activité récente

Camsy l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-06T21:52:42+02:00

Titres alternatifs

  • L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche - Français
  • L'Ingénieux Noble Don Quichotte de la Manche - Français
  • Dom Quixote de La Mancha - Portugais
  • Don Quijote de la Mancha - Espagnol

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 429
Commentaires 51
Extraits 13
Evaluations 91
Note globale 6.78 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode