Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Doriane2411 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Illusive, tome 1 : Illusive Illusive, tome 1 : Illusive
Emily Lloyd-Jones   
THEY ARE YOUNG.

THEY ARE CRIMINALS.

THEY ARE IMMUNE.

When the MK virus swept across the planet, a vaccine was created to stop the epidemic, but it came with some unexpected side effects. A small percentage of the population developed superhero-like powers, and Americans suffering from these so-called adverse effects were given an ultimatum: Serve the country or be declared a traitor.

Some people chose a third option: live a life of crime.

Seventeen-year-old Ciere Giba has the handy ability to change her appearance at will. She's what's known as an illusionist. She's also a thief. After crossing a gang of mobsters, Ciere must team up with a group of fellow superpowered criminals on a job that most would have considered impossible: a hunt for the formula that gave them their abilities. It was supposedly destroyed years ago - but what if it wasn't?

Government agents are hot on their trail, and the lines between good and bad, us and them, and freedom and entrapment are blurred as Ciere and the rest of her crew become embroiled in a deadly race that could cost them their lives.

par Eileeen
Warcross, Tome 1 : Warcross Warcross, Tome 1 : Warcross
Marie Lu   
Lire la revue complète sur:
https://latentationdulivreenanglais.com/warcross-marie-lu/

Ma notation: 3.5/5

Woa, Marie Lu m’a emportée dans un monde époustouflant de vivacité et de fantaisie. Warcross est une réalité virtuelle vibrante et sensationnelle qui nous fait tant rêver par ses paysages allant de New York à Tokyo que par sa capacité à permettre un modelage du quotidien! Et si nous pouvions adopter un dragon? Voler? Faire disparaître un handicap? Voilà des possibilités qui nous sont offertes avec le NeuroLink – ponctuer sa vie de rêves et d’opportunités saisissantes. J’avais l’impression d’y être!

Néanmoins, malgré ce concept fascinant, l’auteure pose la question de l’éthique. Warcross est un immense spectacle synonyme de gloire, d’argent et de privilèges, et certains individus ne vivent que pour cette fausse réalité. A partir du moment où l’on peut se créer une vie idéale, à quoi bon revenir à la réalité vraie? Même si le jeu peut être un bon divertissement, au bout d’un moment, cela doit rendre la vraie vie plus difficile à supporter, non?

Warcross étant une tendance mondiale, c’est avec plaisir qu’on note la diversité des personnages! D’abord Emika avec ses cheveux colorés, son tatouage atypique, son côté skateuse, hackeuse et chasseuse de primes! J’ai adoré suivre son histoire, elle se montre intelligente, compatissante et même aventureuse. Ensuite, on a Hideo qui a créé son premier prototype du NeuroLink alors qu’il n’avait que onze ans. Son passé douloureux l’a rendu intéressant. Mais je dois dire que j’ai davantage aimé les personnages secondaires notamment Asher, Roshan et Hemmie, ils forment une formidable équipe et j’aimerais en apprendre plus sur eux.

Mais le plus intéressant, c’est quand même Zero, cet inconnu malveillant qui n’arrête pas de modifier les codes du jeu. Si Warcross représente le côté fantaisiste de la réalité virtuelle, il s’en est cependant crée un univers alternatif – le Dark World. Là-bas, tout est permis: paries, assassinats, hacking, réseaux de délinquance… Bref, on y trouve les personnes les plus dangereuses. Et vous savez quoi? J’ai préféré la partie où l’auteure nous présente ce Dark World, je l’ai trouvé mystérieux et captivant!

A part ça, j’ai été déçue par le reste. D’une part, le développement de la romance a pris trop de place dans le roman alors qu’elle n’avait pas son importance dans l’histoire (bon, au moins, elle n’est pas niaise, c’est déjà ça). J’aurais préféré qu’Emika se rapproche davantage de ses coéquipiers de jeu qui, eux, étaient vraiment géniaux. J’ai juste l’impression qu’il y a eu une opportunité d’amitié qui n’a pas été saisie. Je veux de la camaraderie, bon sang!

D’autre part, les scènes de jeu décrites par l’auteure étaient trop brèves et manquaient de piment – Emika se sortait du pétrin un peu trop facilement! Pourtant, le Championnat était ce qu’il y avait de plus important en termes d’action… Grosse déception donc, surtout que l’auteure avait de très bonnes idées concernant les affrontements! Du coup, j’ai trouvé le rythme global du livre assez lent…

Au final, le plus gros problème, c’est le manque de surprise. Tout était prévisible! Et pourtant, je vous promets que je suis une tâche quand il s’agit de deviner une fin, c’est pour dire!

Je ressors donc mitigée de cette lecture. On ne mentionnera pas le fameux « she released a breath she didn’t know she was holding » qui a fait deux fois son apparition et qui m’a juste fait marrer. Ahem x)

Note: il semblerait que Warcross prenne place 80 ans avant les événements de Legend (la première trilogie de l’auteure).
Beautés Assassines, tome 1 : Grave Indulgence Beautés Assassines, tome 1 : Grave Indulgence
Robin LaFevers   
Alors moi, j'ai complètement adoré. Je m'ennuyais énormément du moyen-âge, je réalise. En même temps d'être basé sur des faits historiques complètement véridique, l'auteur y ajoute une touche mythique/fantastiques qui rend l'histoire tout simplement magique. En plus d'être une histoire super bien construite, avec des intrigues et des rebondissements, les personnages sont parfaits.
Ismae (prénom que j'adore) a été traitée comme une erreur de la nature le plus claire de sa vie, jusqu'à ce que par miracle elle se retrouve au couvent St-Mortain, où elle reçoit un entraînement d'assassin. Elle est déterminée à ne plus laissé un homme la traité comme son père et son quasi-mari l'ont fait. Et puis, elle se fait envoyer en mission à la court de Guérande avec pour mission de garder les yeux ouverts au traîtres, et surveiller Lord Graviel Duval... en qui elle trouve un allié plutôt qu'un traitre, et avec qui elle tombe amoureuse.
Je vous recommande chaudement cette histoire. Ismae a une personnalité forte et une soif de justice qui valent le détour.
Again, but Better Again, but Better
Christine Riccio   
Shane has been doing college all wrong. Pre-med, stellar grades, and happy parents...sounds ideal -- but Shane's made zero friends, goes home every weekend, and romance...what's that?

Her life has been dorm, dining hall, class, repeat. Time's a ticking, and she needs a change -- there's nothing like moving to a new country to really mix things up. Shane signs up for a semester abroad in London. She's going to right all her college mistakes: make friends, pursue boys, and find adventure!

Easier said than done. She is soon faced with the complicated realities of living outside her bubble, and when self-doubt sneaks in, her new life starts to fall apart.

Shane comes to find that, with the right amount of courage and determination one can conquer anything. Throw in some fate and a touch of magic - the possibilities are endless.

par Shifever
Two Can Keep a Secret Two Can Keep a Secret
Karen M. McManus   
The New York Times bestselling author of One of Us Is Lying, Karen M. McManus, is back with an all-new, page-turning mystery perfect for fans of Riverdale!

Echo Ridge is small-town America. Ellery's never been there, but she's heard all about it. Her aunt went missing there at age seventeen. And only five years ago, a homecoming queen put the town on the map when she was killed. Now Ellery has to move there to live with a grandmother she barely knows.

The town is picture-perfect, but it's hiding secrets. And before school even begins for Ellery, someone's declared open season on homecoming, promising to make it as dangerous as it was five years ago. Then, almost as if to prove it, another girl goes missing.

Ellery knows all about secrets. Her mother has them; her grandmother does too. And the longer she's in Echo Ridge, the clearer it becomes that everyone there is hiding something. The thing is, secrets are dangerous--and most people aren't good at keeping them. Which is why in Echo Ridge, it's safest to keep your secrets to yourself.
Miss Dumplin Miss Dumplin
Julie Murphy   
Mon blog : https://lemondelaure.blogspot.fr/2016/08/miss-dumplin-de-julie-murphy.html

Ce livre me faisait de l'œil depuis sa sortie VF, et j'avais vu et lu beaucoup d'avis positifs. Je pensais vraiment que ce texte allait me plaire, les thèmes abordés me correspondait mais ça n'a pas fonctionné avec moi...

On rencontre ici Willowdean, américaine de dix-huit ans vivant dans une petite ville pommé. Will est ronde, et le vit plutôt bien quand sa mère arrête de la forcer à regarder des émissions sur les gens qui se sentent tellement mieux après avoir perdu du poids. Sa confiance en elle commence réellement à s'effriter quand elle tombe amoureuse d'un de ses collègues, Bo (c'est quoi ces noms ? ). Principalement pour se montrer qu'elle aussi peut le faire, elle décide de participer au concours de beauté que sa mère organise depuis des années.

L'histoire en elle-même est bien, on a envie de savoir comment ça se finit... Mais le contexte de l'intrigue ne nous permets pas vraiment de nous sentir intégrés dans l'histoire, du fait que tout est très américain. Les lycéens travaillent presque tous, ont une voiture etc.

Les personnages ne m'ont pas convaincus : trop de clichés... La meilleure amie de Will est très populaire, a un corps de rêve (du moins selon les gens de son lycée), travaille dans une boutique de vêtements etc. C'est à se demander ce qu'elle et Will font ensemble (question qui va d'ailleurs se poser au cours du récit). Malgré le fait que je ne sois pas fan du personnage, leur relation est peut-être l'un des seuls points qui m'ait réellement plu !
J'ai trouvé Bo fade, l'auteure essaie d'implanter une aura de mystère autour de lui mais ça n'a pas fonctionnée... Enfin, le protagoniste : Will. Je ne peux pas dire qu'elle soit cliché ni fade, mais je ne peux pas la supporter... Elle a beaucoup de personnalité et quand elle se présente on dirait qu'elle se résume à son poids. Pour un personnage qui veut s'assumer, on a vu mieux ^^ Dans ses réflexions, on a des fois beaucoup d'égoïsme et de choses contraires à ce qu'elle dit être.

Ce livre m'a énervé, grandement par ce personnage, mais aussi par les messages qu'il passe. Tout est négatif à part peut-être les 50 dernières pages... J'ai failli abandonné ce livre plusieurs fois à cause de ça. Je me sentais mal quand je le lisais...

L'auteure fait tout un monde du concours du beauté, pour au final n'y consacrer que quelques pages et ne pas faire passer le gros de ses valeurs par là.

Et puis les fautes d'orthographes... Je ne critique pas le travail d'édition de France loisirs, mais ce n'est pas la première fois que je retrouve de nombreuses fautes dans leurs ouvrages et c'est vraiment agaçant. Outre ce fait, j'ai trouvé la plume de Julie Murphy très belle à des moments avec des passages sublimes et à d'autres, j'ai dû relire plusieurs fois la ligne pour être sûre que ce n'était mon cerveau qui me jouait des tours, parce que c'était limite vulgaire...

En bref, ce livre est une grosse déception et je ne vous le conseille pas vraiment, mais j'ai pu voir plusieurs avis positifs...

par VArose
Circé Circé
Madeline Miller   
https://uneplumedetrop.wordpress.com/2019/01/07/circe-madeline-miller/
Circe ou Circé en français est mon plus grand coup de coeur littéraire. Depuis toute petite je suis passionnée par la mythologie.

C’est avec plaisir que j’ai commencé ce livre. Mais je ne m’attendais pas à l’aimer autant.

Tout d’abord, pas besoin de s’y connaître en mythologie. Soit on redécouvre des mythes et légendes, soit on les découvre. Madeline Miller explique avec soin, chaque petit détail compte et tout est bien expliqué. J’ai beau être passionné, ce roman m’a appris tellement de choses et dès que je l’ai terminé j’ai fait de multiples recherches pour mon plaisir personnel.

En plus d’être merveilleusement bien expliqué, c’est divinement bien écrit. Il y a de magnifiques citations et tout est décrit avec beauté et poésie. Néanmoins, Madeline Miller vulgarise la mythologie, ce qui la rend plus compréhensible mais aussi plus moderne. Les dialogues et les thématiques sont actuels.

Et des thématiques il y en a! Ce roman est féministe, on y parle aussi du bien, du mal, surtout du fait qu’il n’y a pas forcément de limite entre les deux. Les personnages sont gris et sont bien définis avec un caractère bien à eux. Même Circé n’est pas parfaite, bien au contraire. On suit son évolution et sa vie (1000 ans), harcelée petite elle devient redoutable. Mais ce livre relève aussi des sujets tels que le viol, la bipolarité, la tromperie, le mensonge, on met à mal la pureté, mais il y a aussi le côté positif des choses: l’amour, accepter les autres tel qu’ils sont, le pardon, l’espoir et la solidarité féminine.

Le scénario regorge de nombreuses surprises et de direction vers lesquelles on ne s’attendais pas, même en connaissant l’histoire de Circé. Le récit est parfois assez lent mais est très relaxant.

Il s’agit réellement d’une lecture enchanteresse, que je ne pourrais jamais m’arrêter de conseiller. La fin est bouleversante et tous les mots de Madeline Miller m’ont touché à jamais.
Les sept maris d'Evelyn Hugo Les sept maris d'Evelyn Hugo
Taylor Jenkins Reid   
Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/the-seven-husbands-of-evelyn-hugo-taylor-jenkins-reid/

Ma notation: 2/5

Situé dans les années 1950, le roman nous plonge dans le glamour et la fumisterie de l’industrie cinématographique hollywoodienne d’antan. Dès les premières pages, on s’aperçoit que la société est loin de l’image idéaliste qu’on s’est forgé au fil du temps. C’était beau. Mais était-ce mieux? Pas tellement, j’ai envie de dire! Il n’y a qu’à regarder la manière dont les femmes sont traitées, la façon dont les homosexuels sont diabolisés ou encore la tendance à vouloir tout contrôler, pour se rendre compte des problèmes qui se cachaient derrière toutes ces paillettes. Notamment la solitude, la négation de l’identité, le refoulement de la sexualité et les abus de pouvoir.

Ce qui a été réussi, c’est la démonstration de la sexualisation de la femme. Avec les flashbacks alternés entre le présent et le passé, Evelyn Hugo se confie sur la brutalité de la réussite féminine. Elle fait part des relations sexuelles non désirées servant de tremplin vers la gloire, de l’importance de l’entretien du corps, de la nécessité de provoquer pour maintenir l’intérêt du public ou encore de la fatalité du déclin de l’apparence physique! Semblable à nos jours, une femme qui vieillit n’a plus l’identique attrait pour le cinéma…

D’autre part, malgré qu’une femme devienne connue, elle peut se retrouver pieds et poings liés par la société: on attend de celle-ci qu’elle obéisse à son mari, qu’elle fonde obligatoirement une famille ou encore qu’elle garde pour elle ses problèmes conjugaux (surtout s’il s’agit de violences) sous peine de se voir socialement détruite. Alors, forcément, on n’en veut pas à Evelyn Hugo de vouloir écraser tout et tout le monde pour s’affirmer et réclamer son indépendance! D’ailleurs, ce sont les seuls aspects que j’ai apprécié dans cette histoire. Sorry not sorry!

Parce qu’après… J’ai détesté le reste. Déjà, j’avais l’impression que l’auteure n’assumait pas de mettre en avant une héroïne égoïste et manipulatrice. A chaque fois qu’Evelyn Hugo racontait comment elle s’était servi des autres et comment elle les avait blessé sans scrupules, il fallait soit: 1) qu’un drame se produise afin qu’on ait pitié pour l’actrice (idéal pour susciter de l’empathie envers un personnage antipathique), 2) que Monique vienne justifier ses actes en dégainant des excuses qui prouvent aux lecteurs qu’Evelyn n’est pas foncièrement mauvaise. Hmmm.

J’ai eu aussi beaucoup de mal avec les personnages. D’habitude, je suis friande des protagonistes qui assument jusqu’au bout leurs actes, mais là, tout sonnait faux. Evelyn blesse beaucoup de personnes et commet des erreurs irréfléchies en vue de protéger ceux qu’elle aime. Sauf que pour moi, c’était juste une excuse pour accomplir ses propres intérêts. Peu importe ce que lui disent les individus concernés, Evelyn ne tient pas compte de leur avis, elle fait juste ce qu’elle a envie, même si cela les fait souffrir. Et ensuite, elle dit que c’est pour leur bien. Hypocrisie, quand tu nous tiens.

[spoiler]Par exemple, avant que la première rupture ne survienne, Evelyn avait fait part à Celia de ses plans de protéger leur couple du lynchage médiatique en orchestrant son mariage bidon avec le réalisateur. Or, elle n’avait jamais dit à sa copine qu’elle allait coucher avec pour rendre la chose plus crédible! Pourquoi?! Les photos et le mariage à Las Vegas étaient suffisants pour faire taire les rumeurs, mais non, il fallait qu’elle couche avec… NO COMPRENDO. Pourtant, Celia avait bien déclaré ne pas vouloir de cette combine, mais vu qu’Evelyn voulait sauver sa carrière… Oh, puis, elle tombe enceinte du mec. Je maudis ces drames à répétition![/spoiler]

[spoiler]Dans le cadre de la deuxième rupture, j’étais encore plus exaspérée. Evelyn n’apprend rien de ses erreurs! Certains diront que Celia a eu une réaction puérile. Personnellement, j’étais d’accord avec sa décision. Evelyn l’avait trompée alors qu’elle avait déjà un cruel manque de confiance en elle, donc le fait qu’Evelyn tourne une scène de sexe très intime avec son ex mari (qui je rappelle l’avait battue) est forcément blessant, même si c’est seulement un film![/spoiler]

[spoiler]D’ailleurs, cette deuxième séparation a brisé la crédibilité de ce couple homosexuel. Si Celia avait été l’amour de sa vie, Evelyn l’aurait consultée AVANT de tourner cette scène. Mais non, elle était juste obnubilée par son rôle. Pour un amour véritable, ça craint sévère![/spoiler]

Quant à Monique, elle est vachement simpliste. Certes, son interview avec Evelyn lui forge un peu le caractère, mais la plupart du temps, elle se laisse dominer par l’actrice. Sans compter que sa trame n’était pas intéressante. Je n’ai rien ressenti pour elle. Le plus frustrant, c’est que sa narration se veut occasionnellement contradictoire et répétitive: c’est comme si l’auteure avait introduit cette héroïne dans le but de confirmer les suspicions du lecteur, par peur que celui-ci soit incapable de comprendre et de relier les axes scénaristiques entre eux! J’avais le sentiment d’être prise pour une idiote durant toute la lecture… Seul Harry a su m’émouvoir par sa pureté et sa loyauté.

Niveau intrigue, c’est pas la joie non plus. Je me suis ennuyée ferme, un truc de dingue! Une fois qu’on a passé l’histoire des trois premiers maris, on remarque que Taylor Jenkins Reid suit EXACTEMENT le même schéma. Les héros usent la même stratégie pour régler le même problème! Résultat: aucun suspense, aucun rebondissement. Au final, la seule chose qui m’a motivée à poursuivre le récit, c’est la soit disant fin époustouflante. Eh bien, même là, la révélation m’a fait l’effet d’un pâté en croûte. C’était tellement dramatique et nul. Je suis déçue!

Avec de surcroît sa romance toxique et sa quantité exubérante de drames, The Seven Husbands of Evelyn Hugo m’a laissé de marbre. Je pleure l’argent que j’ai dépensé pour ce mélodrame!
Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder
Marissa Meyer   
J'en entendais vaguement parler depuis quelques semaines (et merci la couv' du catalogue PKJ !), sans vraiment m'y intéresser de plus près. Et puis finalement, je me suis laissée tenter. Avec vampires, loup-garous, sorciers, démons ou je ne sais quoi d'autre à la pelle, pourquoi pas un cyborg ? Histoire d'avoir un brin d'originalité...

Eh beh franchement, pour quelqu'un qui n'avait pas d'attente particulière, j'ai été comblée. Sérieux mais... WOUAH ! Je n'ai pas pu me coucher avant de l'avoir fini, malgré mes paupières qui n'avaient qu'une envie : se fermer.

Et pourtant, quand j'ai eu le livre entre les mains et que j'ai aperçu la mention "entre Cendrillon et Star Wars" au dos, j'étais très sceptique. C'est quand même vachement large comme fossé, quoi XD imaginez, une Cendrillon avec un sabre laser. Ou même un Jedi qui fait les poussières. Flippant, non ? Enfin bon, rien de tout ça, mais une fois fini, je peux dire que ce livre peut mériter ces deux "thèmes".
* Star Wars à cause de tous ces androïdes-cyborgs, et par les jeux de complots et alliances, voire menace de guerre inter-planétaire.
* Et Cendrillon parce que... l'ambiance, quoi ! Il y a pas mal d'éléments qui rapellent ce fameux conte de Perrault (en trèèèès remasterisé, certes, mais c'est qui est bon). Belle-mère, soeurs, bal, prince... et comme quand on voit (ou lit) le Cendrillon original, cette irrésistible envie de lui hurler "mais bouge-toi, bon sang, cogne-les !!!" (... bon, ok, il n'y a peut-être que moi qui ait ce besoin de la voir se rebeller ^^)
Donc, s'il y a des gens qui apprécient Cendrillon ET Star Wars, franchement, ne pas hésiter (même s'il n'y a pas de sabre laser ou de souris qui parlent !)

Et puis même Cinder vaut le coup. Sarcastique, attachante, on la prend facilement en pitié... [avec une [spoiler]mère adoptive et tante[/spoiler] pareilles, ce n'est pas dur. Sans oublier ses problèmes de pied (a)].

Bref, on entre très vite dans le contexte, dans l'histoire, on s'attache vite aux personnages, il n'y a pas vraiment d'action pure et dure, mais c'est tellement addictif qu'on n'y prête même pas attention, tout s'enchaîne à la perfection pour maintenir l'intérêt. Surtout que, eh ! pour une série Young Adult, tout n'est pas rose et mignon, tout ne se passe pas à merveille (bien au contraire, j'ai envie de dire), et c'est justement ça, qui fait qu'on a toujours envie d'en savoir plus, savoir comment va finir Cinder et son entourage.

Conclusion : Un très bon début de série Young Adult, et mon premier gros coup de coeur pour cette année 2013 !
(Faites que le tome 2 ne tarde pas. Please.)

par Zinthia
Caraval, Tome 1 : Caraval Caraval, Tome 1 : Caraval
Stephanie Garber   
Caraval est un livre qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux et son résumé très mystérieux m'a tout de suite attiré, j'ai donc été vraiment heureuse de pouvoir le recevoir grâce à Booknode que je remercie. La magie n'a pourtant pas opéré sur moi et je trouve que le bruit qu'on a fait pour ce roman n'est pas vraiment justifié.

Scarlett espère assister au spectacle de Caraval avec sa soeur depuis des années. Mais alors qu'elle perdait espoir et qu'un avenir plus radieux s'offrait à elle grâce à un mariage arrangé qui pourrait les mettre à l'abri de leur père violent, Scarlett reçoit enfin une réponse du maître du jeu de Caraval. Ils sont invités, sa soeur, son fiancé et elle, à assister au prochain spectacle. Alors que Scarlett se décide à refuser l'invitation -son mariage étant devenu plus important pour elle-, la jeune femme se retrouve malgré elle sur l'île des Songes où va se dérouler le prochain Caraval. Sa sœur a disparu et elle est obligée de jouer au jeu pour la retrouver. Car Caraval n'est pas vraiment un spectacle : complots, doutes, appât du gain, Scarlett va vivre une aventure loin d'être magique.

J'ai eu beaucoup de mal avec le début du livre. Entre Scarlett qui est un peu niaise et plutôt peureuse, sa soeur qui elle est dévergondée et égoïste, et Julian, un jeune marin qui n'y est pas pour rien à leur arrivée sur l'île, qui est un vrai pervers, je sentais que ma lecture allait être éprouvante. Et même si les personnages finissent par évoluer et devenir moins agaçants (quoi que, Julian m'a vraiment exaspéré jusqu'au bout à tout le temps se tromper sur le nom de l'héroïne), c'est ensuite l'histoire et l'univers qui m'ont posé problème.

J'ai vraiment été déçue par le spectacle. La magie n'est pas beaucoup présente, d'autant plus que, comme Scarlett, on se met beaucoup à douter de l'authenticité de ce qui nous est présenté. J'ai bien aimé l'inspiration vénitienne de son univers, mais j'aurais aimé que l'auteure s'attache plus à nous décrire Caraval et s'attarde moins sur les pensées et les questions de Scarlett. Je n'ai pas été immergée.

Le style de l'auteure, en général, m'a lui aussi posé problème. Je l'ai trouvé froid et il n'a pas réussi à m'émouvoir. Des personnages importants meurent et je n'ai absolument rien ressenti. J'ai pourtant beaucoup aimé les nombreuses comparaisons, l'auteure associe très souvent les émotions à une couleur, un aspect vraiment original et unique de son style.

L'histoire va elle aussi un peu dans tous les sens et j'ai trouvé que certaines scènes manquaient de cohérence. [spoiler]La potion qui a l'odeur de son père par exemple, son effet est complètement ridicule, surtout qu'elle la lance sur son fiancé...[/spoiler] L'histoire d'amour m'a fait ni chaud ni froid car tout est beaucoup trop confus. L'auteure essaye aussi de jouer sur l'aspect psychologique et angoissant du jeu, mais j'ai trouvé qu'elle n'allait pas jusqu'au bout. La fin lève le voile sur beaucoup de mystères, mais je l'ai trouvée un peu facile avec tous ces personnages qui ressuscitent...

Ainsi, j'ai malheureusement trouvé que Caraval était un livre vraiment trop brouillon. Son histoire est floue, ses personnages agaçants et son univers empreint de magie n'est pas assez bien décrit pour vraiment transporter le lecteur. Je ne pense pas lire la suite.
http://bookshowl.blogspot.fr/2017/02/caraval-tome-1-stephanie-garber.html