Livres
438 957
Membres
367 833

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Extraits

Eagles


Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Susu76 2018-07-05T23:14:17+02:00

* Chapitre 9 Callie *

Je me confronte aux prunelles grises du beau brun. Tristes, emplies de douleur et de rancœur. Mais ses yeux ne sont rien en comparaison de l’expression qu’il arbore. Le regret, la souffrance et le désespoir se mêlent aux traits marqués de son visage.

Il baisse la tête, se sentant probablement fautif de la punition que j’ai reçue. Mais tout ceci n’a rien à voir avec lui. Le coupable est bel et bien un Lane, mais c’est le père qui en est responsable.

Ajay prend une profonde respiration et repose délicatement ses doigts sur moi, pour m’apprivoiser. Puis, ses mains remontent prudemment sur mes bras, laissant des traces de leur douceur à chaque passage. Jamais un homme n’a posé les mains sur moi comme il le fait maintenant. Alors pour me donner du courage et de la force, je le laisse faire. Son toucher est bienveillant, sans arrière-pensée. Je le vois à sa posture fébrile, à l’hésitation de ses gestes. Il me touche parce qu’il en a besoin et cette idée me laisse confuse. Veut-il s’assurer que je suis bel et bien là, avec lui ? Entière et toujours vivante ? Eh bien, je suis là, mais je meurs à l’intérieur. Parce que l’ennemi de mon père, cet homme odieux et ayant perdu son humanité, m’a violée et recommencera encore et encore jusqu’à ce que sa revanche soit prise.

Quand ses mains atteignent mes épaules, je suis une boule de sensations, ne sachant ni quoi dire ni quoi faire à part le regarder. Ses yeux suivent attentivement le chemin que tracent ses doigts. Mais bientôt, il ne pourra pas éviter mon regard. Alors quand son visage accroche mes joues rouges d’avoir trop pleuré, c’est moi qui presse les paupières. Je ne veux pas voir la tristesse dans ses iris. Je pensais pouvoir le faire, mais je me suis trompée.

— Ouvre les yeux, jolie Callie… S’il te plaît. Pour moi.

Je sens une fois de plus les larmes m’échapper. Mon sang froid tombe en miettes quand il dépose de légers baisers sur mes paupières. À cet instant précis, je sais que ce mec pourra détruire tous les murs de protection que je pourrai construire autour de moi. Avec un simple mot ou un seul geste

Afficher en entier
Extrait ajouté par Wendyt01 2018-08-21T20:57:30+02:00

« Te savoir près de moi est plus important que tout. Quand tu es loin, je ne ressens plus rien. Je suis totalement paumé, alors ne pars pas. Reste là. Près de moi… Pour toujours. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Wendyt01 2018-08-20T20:14:54+02:00

« Je reste avec toi. Un seul contact, ta main dans la mienne, et n’oublie pas : tu es ma propriété. Ici, personne n’osera t’approcher. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Wendyt01 2018-08-20T20:14:15+02:00

« Callie. Pas le genre de fille que tu t’envoies vite fait dans un coin. Non, elle, c’est la catégorie au-dessus. Celle que tu dois séduire. Celle pour qui tu dois te battre, pour qui tu dois te donner du mal, celle que tu dois garder dans ta vie. La nana qui peut te briser en un claquement de doigts. Celle qui restera à jamais dans ton cœur. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Wendyt01 2018-08-18T22:11:44+02:00

« Détends-toi, jolie Callie. Je suis là. Si je pars, toi aussi. Je ne te laisserai pas. C’est une promesse et c’est rare que j’en fasse, alors crois-moi, je la tiendrai. Laisse ta main dans la mienne et tout se passera bien. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-08-05T10:00:46+02:00

— Prête, Calliopé ?

Oui, ce n’est pas juste « Callie », mais Calliopé en réalité. Ce jour-là, mon père aurait mieux fait de se casser une jambe. Un biker, dirigeant l’un des plus célèbres clubs du pays, fan de mythologie grecque ? On aura tout vu !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Susu76 2018-07-05T23:10:09+02:00

* Chapitre 5 Ajay *

Je lui tends la main, qu’elle observe un court moment, méfiante, toujours assise par terre, mais je ne lâche pas et attends qu’elle la prenne dans la sienne pour l’aider à se relever.

Finalement, sa petite main se loge dans la mienne avec hésitation. Le contact de sa peau sur la mienne me surprend. C’est doux, sans brutalité, comme celle d’un gosse. Ma respiration s’accélère et des longs frissons remontent le long de ma colonne vertébrale. Je crois que c’est l’une des rares fois de ma vie que je tiens la main d’une nana que je ne vais pas baiser.

Eh merde… Elle m’a juste touché la main… C’est quoi cet effet de dingue ?

Immobile, j’ai vraiment l’air d’un con, ses doigts entrelacés aux miens, les yeux braqués vers elle comme si je venais de voir un fantôme

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode