Livres
535 187
Membres
561 059

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction



Description ajoutée par Gkone 2019-12-12T20:44:45+01:00

Résumé

Tyler Grace était beaucoup de choses.

Un meurtrier.

Une légende.

Un marginal.

Un Héros.

Mon Prince.

Mon enfance et mon innocence ont été volées quand on m'a kidnappée à l'âge de cinq ans. Pendant onze ans je me suis réfugiée dans mes contes de fées, attendant le prince qui viendrait me sauver et m'emmènerait au loin pour vivre avec lui, heureuse jusqu'à la fin des temps.

Je n'imaginais pas que mon sauveur viendrait sous la forme d'un ermite couvert de cicatrices et de tatouages, incapable - ou refusant – de prononcer le moindre mot. Mais à l'instant où nos yeux se sont croisés, j'ai su que c'était lui.

Mon prince charmant.

Je ne désire qu'une chose : être celle qui réussira à faire tomber ses défenses. Et il est le seul à pouvoir faire tomber les miennes.

#Romance #Sexy #Émotions

Ce tome peut être lu indépendamment du reste de la série.

Description VO :

Tyler Grace was many things.

A killer. A myth. An outcast. A hero.

My prince.

My childhood and innocence were stolen when I was kidnapped at five years old. For eleven years I clung to my childhood fairytale books, waiting for the prince I hoped would someday save me and carry me off to a happily ever after.

I had no idea my savior would come in the form of a scarred recluse, covered in tattoo's, who can't--or won't--speak a word.

But the moment our eyes met I knew he was the one. My prince.

Tyler Grace is haunted by his tragic past and he's sentenced himself to a lifetime of solitude in the woods. He's as lost in society as I am; scarred just as much on the inside as the outside. Just like me.

He saved my life that day he found me and killed my captor with his bare hands. I was warned to stay away from him. But I can't stop thinking about him. I ache to hear his voice and see him smile. And I want nothing more than to be the one to break through his walls.

I think he's the only one who can break through mine, too.

Together we can have love, happiness, and a closeness that once felt impossible to have. But can we overcome the horrible twisted past that ties us together?

** Tied can be read as a single book.

Afficher en entier

Classement en biblio - 72 lecteurs

extrait

Chapitre 1

Tyler

D’aussi loin que je me souvienne, l’immobilité de l’aube a toujours été mon moment préféré de la journée. Ce court laps de temps entre l’obscurité et la lumière, quand le jour se lève lentement, m’a toujours semblé au-delà du réel.

Et c’est calme, aussi. Si calme, à l’exception des oiseaux qui gazouillent et des sons causés par les autres créatures des bois. Mais ce n’est pas du bruit à mes oreilles.

Les rayons du soleil percent à travers les arbres, et la rosée du matin fait briller la mousse sous mes bottes, sur le sentier forestier que j’arpente sans bruit à travers les bois. Je ne suis pas un intrus ici, dans la brume qui se lève et le chant discret des oiseaux – je suis chez moi. J’ai parcouru ce chemin des centaines de fois.

Je suis le point du jour et le crépuscule. Je ne suis plus ni le noir ni la lumière, mais un point vague et nase entre les deux.

Je suis la zone intermédiaire.

Je m’arrête et incline la tête en captant un son étrange à ma gauche, que je reconnais comme celui que j’ai entendu hier sans avoir le temps d’en vérifier la provenance. Je repousse la capuche de mon sweatshirt, tendant l’oreille, mais je n’entends que le son de ma propre respiration pendant une minute entière.

Urgh ! Urrgh !

Je crois d’abord que c’est un cerf qui brame, mais je n’ai jamais entendu de brame comme celui-là. Le son est trop répété, trop frénétique. Déviant du chemin, j’avance parmi les arbres en direction du bruit. C’est peut-être le chien perdu que j’essaie de retrouver depuis une semaine, blessé ou pris au piège. Des chiens se perdent dans ces bois sans arrêt, généralement à cause de randonneurs qui ne conçoivent pas que leur animal puisse s’enfuir à la poursuite d’un écureuil et ne pas revenir quand on l’appelle.

Alors moi, Tyler Grace, psychopathe officiel de la ville, j’appâte ces chiens perdus, je les attrape et les rapporte à leurs maîtres. Quoique, c’est faux. Je ne les rapporte pas moi-même. Je laisse quelqu’un de bien plus sociable que moi se charger de cette partie du travail. Je le laisse jouer les héros. Moi je préfère l’excitation de la chasse. Ça nourrit mes penchants de traqueur.

Urgh !

Le son torturé et lancinant me fait dresser les poils sur la nuque, et un sentiment de malaise s’installe au fond de mes entrailles. Alors que je m’enfonce davantage dans les bois, le bruit s’intensifie, jusqu’à ce que j’aie l’impression d’être quasi au-dessus, mais je ne vois rien.

Urgh !

Bordel. Je suis au-dessus. Le son vient de quelque part sous mes pieds.

C’est quoi ce délire ?

Je m’agenouille pour passer la main sur la couche de feuilles mortes qui recouvre le sol, perplexe, sans trop savoir ce que je cherche jusqu’à ce que ma main tombe sur quelque chose de dur qui ressemble à du métal rouillé. J’écarte encore quelques feuilles mortes, et un frisson parcourt mes os quand je réalise de quoi il s’agit.

Nichée dans la terre se trouve une porte ronde en bois. Je saisis la poignée en métal rouillé et fais coulisser le lourd battant sur le côté pour révéler ce qui était peut-être autrefois un puits ou un abri. Je plonge le regard dans le trou sombre en clignant des yeux, comme si la scène devant moi allait disparaître, mais il n’en est rien.

Une adolescente se trouve tout en bas et me fixe en se balançant d’avant en arrière, de la terreur pure dans ses yeux immenses. Elle est blottie contre le mur de terre et serre contre elle un petit chien blanc qui pousse ce cri horrible, que je reconnais maintenant comme celui d’un chien aux cordes vocales sectionnées. Un sac à dos violet d’enfant est posé sur le sol à côté d’elle, sale et déchiré, et me rappelle l’un de ceux que ma petite sœur avait quand elle était petite. Il fait froid dans les bois, surtout au début de l’automne dans cette partie du New Hampshire, ce qui me fait penser qu’elle doit être glacée jusqu’aux os dans ce trou.

Je sors mon téléphone de la poche arrière de mon jean et appelle la police, soulagé de constater que, par miracle, il y a du réseau ici, en plein milieu des bois.

— Quelle est votre urgence ?

J’ai besoin d’aide, hurle mon cerveau. J’ai trouvé une fille. Dans un trou. Dans les bois.

— Allô ? Comment puis-je vous aider ? Il y a quelqu’un ?

Envoyez quelqu’un. Elle est dans un sale état.

— Vous êtes blessé ? Si vous êtes là, essayez de parler s’il vous plait. Je suis là pour vous aider, mais j’ai besoin de savoir où vous êtes.

« Essayez de parler », a-t-elle dit. J’en ris presque. Je ne sais plus quand des mots sont sortis de ma bouche pour la dernière fois. Et maintenant que j’y suis obligé, on dirait que je suis incapable d’extirper les mots de ma tête et de leur faire franchir mes lèvres.

La fille aux cheveux emmêlés et son petit chien blanc continuent de me regarder fixement tandis que je déglutis, forçant mon cerveau et ma bouche à s’organiser.

C’est comme le vélo, Ty. Parler, ça ne s’oublie pas.

— Une fille… dans les bois, dis-je d’une voix gutturale.

Ma voix est tendue et pas naturelle, trop forte ou peut-être trop douce, comme l’aboiement étranglé du chien.

— Il y a une fille dans les bois ? C’est ça que vous me dites ?

— Oui.

— Elle est blessée ?

— Peut-être.

— Vous êtes blessé ?

— Non ?

— Vous êtes avec elle ?

— Oui.

— Vous êtes dans le trou avec elle ?

— Non.

— Vous connaissez son nom ?

— Non.

Je tousse dans le téléphone. J’ai la gorge sèche et irritée, et je suis déjà épuisé par cet interrogatoire. Que faut-il faire pour obtenir de l’aide ?

— Quel est votre nom, monsieur ?

— Je vais aller la chercher.

— Pouvez-vous me donner votre localisation ?

Ma gorge se serre encore sous l’effort de produire des mots.

— À cinq kilomètres de Rock Road. Le vieux chemin de randonnée. Sur la gauche. Pas très loin de la rivière.

Je raccroche, puis jette de nouveau un œil dans le trou. Il fait environ un mètre et demi de diamètre et, je dirais, trois mètres de profondeur. J’allonge la main derrière moi et prends la laisse de deux mètres qui pend à ma ceinture, j’enroule une extrémité à mon poignet et jette l’autre extrémité dans la fosse.

Je lui fais un signe de tête dans l’espoir qu’elle comprenne mon plan, mais elle me lance un regard méfiant et recule comme si la laisse allait la mordre.

Parle-lui.

— Attrape-la. Je vais te sortir de là.

Sa bouche s’ouvre légèrement ; elle serre le chien plus fort contre sa poitrine d’un air protecteur, et je réalise qu’elle a peur que je l’oblige à abandonner son animal.

— Tiens le chien. Attrape la laisse. Je vais vous sortir tous les deux.

Elle se lève avec une lenteur douloureuse, ramasse son sac à dos en lambeaux, le passe à son épaule, puis avance avec hésitation vers la laisse qui pend. Ses pieds nus sortent d’un pantalon de jogging élimé qui semble quatre fois trop grand pour elle. Un t-shirt très fin qui devait être blanc autrefois est à peine visible sous les longs cheveux blonds emmêlés qui lui arrivent à la taille, et le chien blanc qu’elle serre contre elle.

— Ça va aller, je vais t’aider, dis-je alors que son regard se porte tour à tour sur moi et sur la laisse.

Elle la ramasse enfin en enfonçant les dents dans sa lèvre inférieure.

— Tiens-toi bien, grogne ma voix. Ne lâche pas. Je peux te soulever.

La sortir du trou s’avère assez facile, et ce n’est pas parce que je fais beaucoup de sport : elle ne pèse en fait quasi rien. Les mots « affamée », « malnutrition » et « anorexie » me viennent à l’esprit. Je serais étonné si elle pesait quarante kilos, même en comptant le chien et ce qu’elle a dans son sac. À deux mains, elle s’accroche à la laisse en tenant l’animal qui pose les pattes sur son épaule comme s’il savait qu’il faut s’accrocher. Son corps heurte la paroi de terre et s’érafle dessus tandis que je la remonte, mais elle ne lâche pas, même quand je la hisse enfin sur le sol à mes côtés.

— Ça va aller, dis-je à nouveau le plus doucement possible, mais ma voix n’est pas très réconfortante avec ce timbre complètement niqué, rauque et cassant qui échappe à mon contrôle.

Elle s’appuie sur moi tandis que je m’agenouille à côté d’elle, son front pressé contre mon épaule. Je sens même son cœur qui bat à tout rompre dans sa poitrine comme celui d’un petit oiseau-mouche.

— Chhhut… tout ira bien maintenant. C’est promis.

Impossible d’ignorer ce que j’ai sous les yeux. Des cicatrices, neuves et anciennes, marquent ses bras et le haut de ses pieds et, sans doute, d’autres endroits cachés. Mais quand nos yeux se croisent, les blessures et les tourments que j’y vois sont bien pires. Pareils aux miens. Mon cœur manque un battement quand elle lève les yeux vers moi, vers mon visage, sans avoir le moindre mouvement de recul. Elle me regarde droit dans les yeux, sans ciller, et elle me voit moi. Elle lâche un long soupir tremblant qui semble avoir été retenu en elle pendant une éternité.

Mais le moment passe rapidement, et je me raidis quand son corps tout entier se met à trembloter, ses bras serrant plus fort son petit chien, alors que ses yeux gris glissent lentement des miens et s’arrêtent sur un point derrière moi en s’élargissant de terreur.

Je réalise que nous ne sommes pas seuls.

Je me retourne et vois un homme venir vers nous, les lèvres pincées en un trait morose, les poings serrés.

— Non… non… non, murmure frénétiquement la fille derrière moi pendant que je me relève. Le méchant monsieur arrive !

Il franchit rapidement la distance entre nous et me balance un coup avant que j’aie le temps de le bloquer. Son poing s’écrase sur le côté de mon visage. Je secoue la tête, et me jette ensuite de tout mon poids sur lui pour le plaquer violemment au sol. Subitement, il serre dans sa main une lame de vingt centimètres qu’il doit avoir sortie d’un endroit caché sur lui avant que je le mette à terre.

Il est venu préparé.

Ses yeux sont deux gouffres vides et sombres, et s’ils sont le miroir de l’âme, cet homme n’en possède manifestement pas. Le mal qui émane de lui est presque palpable, ainsi que sa détermination à prendre le dessus. Je lutte au corps à corps avec lui pour le couteau alors qu’il essaie de le planter dans mes entrailles, sachant qu’il me tuera à coup sûr si je ne parviens pas à l’arracher de sa poigne.

Me démenant pour lui faire lâcher la lame, je me place au-dessus de lui, mes genoux écrasant ses épaules contre le sol. Tout à coup la fille apparaît, tenant un gros rocher entre ses mains tremblantes. Un grand cri lui échappe tandis qu’elle le jette avec force sur sa tête. Il pousse un grognement surpris, ses yeux roulant dans leurs orbites, avant de s’immobiliser lentement. Il lâche le couteau, qu’elle attrape et lance quelques mètres plus loin. Elle est essoufflée et tremble sous l’effort, mais ses yeux croisent brièvement les miens. J’y vois de la détermination et de la force tandis qu’elle me renvoie mon regard. Nous échangeons une sorte d’accord tacite.

Le petit chien pousse des jappements piteux, remuant tout son corps dans une volonté d’attaquer, mais il reste près de sa maîtresse. En entendant un gémissement étouffé, je baisse les yeux sur son ravisseur, sur ce visage inconnu et ces iris qui ne méritent pas de voir la lumière du jour. Étrangement, le coup sur la tête ne l’a pas beaucoup désorienté, et je ne vois même pas de trace de sang sur lui. De nouveau, il me fixe de ses yeux venimeux. Un sentiment étrange de déjà vu me saisit tandis que j’agrippe sa gorge à deux mains et me mets à serrer.

Ce sera lui ou moi. Je l’ai su à la seconde où je l’ai vu venir pour la fille. Il ne laissera personne la lui prendre, et il ne se laissera pas capturer.

Je fais un choix.

Je l’exécute.

Impossible de revenir en arrière, de changer d’avis, d’hésiter une seconde.

Je serre sa gorge plus fort tandis qu’il se débat sous mon poids, attrapant ma main avec la sienne, donnant des coups de pieds vers le haut. Mais il s’affaiblit et je deviens plus fort – et je gagne.

La fille sanglote sur le sol derrière moi, et le chien lâche ce gémissement pitoyable qui fait frissonner mon épine dorsale, tandis que des années d’angoisse se libèrent de mon cœur. Je sens cette force tourbillonner en moi comme un ouragan qui lâche sa destruction tandis que je l’étouffe à mort.

J’assiste à son dernier soupir, j’entends son cœur faire un gargouillis et je sens sa vie qui s’échappe entre mes mains.

Eh merde… ça fait du bien.

Je me lève et m’éloigne doucement du corps bien habillé de l’homme que je viens de tuer. J’essaie de reprendre mon souffle, mon cœur s’emballant sous la poussée d’adrénaline et ce choc de dingue qui court à travers moi comme la foudre.

Je viens de tuer quelqu’un de mes propres mains. Un inconnu contre lequel je n’avais pas de griefs. Il pourrait être n’importe qui – son père, son petit ami, son kidnappeur. Je n’en sais rien, et le fait que je m’en fiche est à la fois surprenant et inquiétant. Quoi qu’il en soit, il a essayé de me faire du mal et je l’en ai empêché ; ça m’a procuré une ivresse qui n’est pas encore calmée.

Je plie mes doigts douloureux en lui lançant des regards pour m’assurer qu’il reste à terre.

Le son de pas précipités derrière moi m’oblige à détacher le regard du corps pour me rendre compte que la fille s’est enfoncée dans les bois à la suite du chien, qui s’est soudainement mis à courir.

— Attrape-le ! hurle-t-elle.

Je m’élance à leur poursuite, craignant qu’ils se perdent tous les deux dans les bois. Les pieds nus de la fille doivent être en lambeaux avec cette course sur les feuilles mortes séchées, mais ça ne l’empêche pas de courir après le petit chien blanc.

— Laisse tomber ! crié-je sans savoir si elle m’entend ou si elle distingue mes mots rauques et agités.

Poursuivre un chien qui court ne fait que l’inciter à courir plus. Si on arrêtait de le poursuivre et si on se contentait d’attendre, il s’arrêterait et reviendrait probablement vers elle.

— Ne bougez plus !

La voix profonde dans mon dos résonne à travers la forêt, et pendant un moment, je crois que c’est l’homme que je viens d’étrangler – pas mort, finalement. Je m’arrête, puis jette un regard en arrière et je réalise que ce n’est pas lui.

— Attrape-le ! hurle la fille.

— Levez les mains et ne bougez plus.

Trois flics s’approchent avec des révolvers pointés sur moi. Leurs yeux sont rivés sur moi, attendant que je déguerpisse ou que je sorte une arme.

Oh, merde. Ils pensent qu’elle leur crie de m’attraper moi.

Je me laisse faire. Je n’essaie pas de dire quoi que ce soit. Je fais exactement ce qu’ils me disent de faire, leurs armes toujours pointées sur moi et chaque officier attendant que je fasse un geste malvenu. Je lève lentement les mains sur ma tête tandis que deux policiers viennent vers moi. Le troisième s’élance à la poursuite de la fille.

J’avais complètement oublié les secours et honnêtement, je suis surpris qu’ils aient réussi à nous trouver. Mais je réalise tout à coup que l’endroit est bondé.

La confusion m’embrouille l’esprit tandis qu’on me passe les menottes. Regardant autour de moi, découvrant les regards durs de chacun et les accusations sur leurs visages, je suis frappé par la manière dont tout cela doit apparaître de l’extérieur. J’écoute à peine le policier qui me récite mes droits. Ils me guident au-delà du trou et du cadavre que l’on recouvre d’un drap, vers le sentier où plusieurs voitures de police et une ambulance attendent avec des lumières clignotantes. La panique a fait fuir ma voix dans ses retranchements, où elle n’est entendue qu’en mon for intérieur.

Laissez-moi partir.

Je ne lui ai fait aucun mal.

Je l’ai sauvée.

Des mains me poussent sans ménagement sur le siège arrière de la voiture de police, et on me claque la portière à la figure avant que le policier se détourne pour aller parler à quelqu’un d’autre. La fille est transportée – pleurant, agitant les bras et les jambes dans tous les sens – par un policier et une policière à l’arrière de l’ambulance. Nous échangeons un regard avant que les portes du véhicule se referment.

Je voulais juste te porter secours.

Dis-leur que je t’ai sauvée.

Dis-leur que je ne suis pas fou.

Source : kobo.com

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

MA NOTE : 4,5/5

TIED est le deuxième tome de la série Devils Wolves, le premier étant TORN

Tyler découvre Holly sous une sorte de trappe, par hasard, au milieu des bois qu’il hante depuis la vie d’ermite qu’il s’est imposée. Elle avait été victime des abus en tous genres d’un monstre qui l’avait enlevée alors qu’elle n’était qu’une fillette. En l’arrachant à ce trou, où ses seuls compagnons étaient un chien sans cordes vocales lui permettant d’aboyer et le sac à dos qu’elle portait le jour de son enlèvement, renfermant les contes de fées qu’elle a tant lus et relus pour lui donner le courage d’espérer qu’un jour viendrait où un prince viendrait la sauver, elle a tenu le coup pendant une décennie…

TIED est mon premier roman de Carian Cole. Et quel talent !

Ce n’était pas une histoire facile à raconter.

Celle de Tyler est tragique, d’abord avec l’accident où il est gravement brûlé, notamment au visage, puis avec les conséquences et tristes choix qui se succèdent après : il était une idole du lycée, un athlète promis à un bel avenir, puis il perd tout ; sa petite amie le laisse tomber parce qu’elle ne supporte pas de le regarder, il tombe dans une spirale de désarroi, d’addictions et d’autodestruction qui provoquera également une très lourde perte, ce qui le conduira finalement à s’isoler de toute sa famille.

Il vit donc dans les bois et prend un malin plaisir à effrayer les randonneurs, avec ses masques horrifiques. Mais il sauve également les animaux ou retrouve ceux qui se sont égarés.

Lorsqu’il sauve Holly, celle-ci doit entreprendre le dur chemin vers la réadaptation et la réinsertion dans la société. Elle a tant de chose à rattraper et à assimiler, tant de traumatismes à surmonter. Elle s’accroche toujours à son petit sac à dos et à ses contes et elle constate aussi, hélas, qu’elle n’est plus qu’une étrangère pour ses parents, une sœur morte-puis vivante pour la petite sœur qui est née quelques années après sa disparition. Elle ne se sent réellement acceptée et chérie que par sa grand-mère son frère aîné et sa future belle-sœur.

Elle avait tenté d’avoir des nouvelles du jeune homme qui l’avait retrouvée, et de son chien, mais ses parents l’ont tenue à l’écart de tout, d’abord dans un centre spécialisé pendant un an, et même lorsqu’elle s’est installée dans une résidence pour des anciens patients comme elle.

Chaque jour, elle souhaite cependant repousser les limites que sa famille lui imposent, elle veut passer son permis, trouver un petit boulot. Elle s’obstine à marcher seule un peu plus loin chaque jour. Jusqu’à l’orée des bois.

Un jour, elle pénètre finalement la forêt et n’en croit pas ses yeux lorsqu’elle croise son chien (censé avoir été adopté par une famille adoptive aimante) … en compagnie du jeune homme aux yeux bleus, ce regard auquel elle s’était si désespérément accrochée lorsqu’il l’a retrouvée, et même après ce jour-là.

L’auteure nous narre donc cette histoire à travers le double point de vue, celui d’une Holly encore immature à bien des égards, mais si courageuse et obstinée aussi, et celui d’un Tyler silencieux, torturé et amer, qui va pourtant commencer à parler, sourire et s’ouvrir grâce à cette jeune fille qui, avec son passé, devrait pourtant être terrorisée par son apparence et son hostilité.

Mais curieusement, s’il y a bien une seule personne avec laquelle Holly se sente en sécurité, même en pleine forêt, c’est Tyler.

Et s’il y a bien une seule personne qui ne semble pas rebutée par l’apparence de Tyler, bien au contraire, c’est Holly.

L’auteure décrit avec beaucoup d’intelligence les sentiments et la confusion d’une jeune Holly retrouvée, qui sent pourtant qu’elle n’a plus vraiment sa place au sein de son foyer, et qui s’accroche à son idéal de conte de fées. Nous découvrons aussi des bribes de son passé, de ce qu’elle a supporté, ce n’est jamais bien long, mais cela suffit à imaginer l’ampleur de la cruauté dont elle a été victime durant toutes ces années.

Nous en apprenons aussi davantage sur le passé de Tyler, les terribles évènements qui en ont fait l’homme qu’il est aujourd’hui.

Ce récit est empli d’émotions fortes, nous ressentons la froideur des parents qui sont incapables de gérer le retour d’une enfant disparue, la cruauté du ravisseur, la force d’Holly, pour avoir survécu mais également dans sa façon de se reconstruire et d’avancer, de mûrir, d’assimiler ses sentiments, ses sensations nouvelles qu’elle découvre, et d’oser en vouloir plus dans la vie et de repousser ses limites.

Et il y a tellement de tendresse.

Ce livre plein de contrastes, il est sombre à bien des égards, et également profondément émouvant, et j’ai réellement beaucoup aimé l’évolution des sentiments entre les deux héros est très bien écrite.

Il y aura également quelques rebondissements inattendus, et le dénouement est parfait.

Encore une auteure à découvrir !

Afficher en entier
Or

Lu en anglais. Une très belle histoire de rédemption, de reconstruction, d'amour et de pardon. Parfaitement écrite, on ne peut que être touché par l'histoire de Ty et Holly. Fidèle au style de l'auteur, même si complètement différente du premier tome (et tant mieux), cette romance est tout aussi addictive. Vivement le prochain tome.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Dans la lignée du premier...

Une histoire magnifique des personnages touchants un condensé d'émotions pure.

Pour moi c'est un véritable coup de coeur alors oui ne vous attendez pas à du sexe , de nombreux rebondissements mais les sentiments décrits au fil des pages vous transporte.

Un livre à lire, une plume addictive

Afficher en entier
Argent

J’ai adoré lire et découvrir ce livre mais il y a un mais... la fin est bâclée à mon goût et le manque de détails est trop présent. Tout d’abord, l’histoire prend aux tripes, il faut être accroché. La complexité des personnages est folle, et intrigante. Holly est fascinante et courageuse. Elle n’est qu’une enfant au final, privée de son enfance. J’étais intrigué de connaître Tyler en lisant le livre sur Toren et Kenzi. J’aime bien ce genre d’histoire dramatique, de solitude, de folie, de perversité.

MAIS ce n’est pas assez développé. Je n’ai pas vu le livre défilé, ce qui est un bon point, plus je lisais et plus j’en voulais. Malheureusement, je n’ai pas été servi sur certains points. La relation avec ses parents restent très mais très très flou, l’histoire de Tyler est louche et brève. Ce sont pour moi les points les plus importants et manquants du livre. En plus de ces derniers, on peut rajouter le fait que certes ils veulent vivre dans un cocon mais je m’attendais à un passage avec Toren et Kenzi. Je suis déçue. Tyler est attiré par la perversion, on l’entend en parler à sa propre sœur, il désire Holly de cette façon. On a aucune trace et aucun manque de ce détail quand ils se rapprochent charnellement.

Spoiler(cliquez pour révéler)Dans les dernières pages, il est question d’une future crémaillère dans leur nouvelle maison avec leurs familles respectives ; mais où ? Pourquoi ne pas rajouter un peu d’action ? Comment ça va se passer ? C’était un gros suspens qui a mon regret n’a pas été développé. De plus, la fin a rajouté la cerise sur le gâteau ; un épilogue de leur mort ? Sérieusement ?

En résumé, bon livre avec un très très bon scénario mais un peu bâclée.. Il y a des points qui sont détaillés mais d’autres pas du tout. Je n’ai pas l’habitude de dire ça puisque j’aime les one-shot mais là.. Le livre méritait vraiment 2 tomes.

Afficher en entier
Or

C’est avec un mélange d’envie et d’appréhension que je me suis lancée dans la lecture de ce deuxième tome de la série Ecorchés de Carian Cole. Entre le passé d’Holly et ce que l’on avait pu voir de la froideur de Tyler dans le précédent tome, j’avoue avoir craint ne pas apprécier cette histoire, avoir eu peur de la trouver trop sombre et dérangeante pour une romance. Mais finalement, le plume de l’autrice a exercé sur moi son pouvoir et sa magie rendant impossible de lâcher ma lecture. Du début à la fin, on passe par une multitude d’émotions différentes, contradictoires et complémentaires. Des larmes de tristesse à celles de joie, il n’y a qu’un pas ou plutôt quelques paragraphes. A mon sens, l’autrice a su trouver le juste milieu entre le sordide et le beau pour nous offrir une histoire puissante et addictive.

Holly est une jeune femme très touchante. En même temps, comment ne pas être bouleversé par la force de caractère de cette jeune fille quand on connait son histoire et son passé ?! Si par la force des choses, son inexpérience la montre parfois naïve ou innocente, c’est par sa résilience qu’elle nous émeut particulièrement. Sa candeur est aussi rafraichissante compte tenu du contexte et de la noirceur du scénario. Mais le personnage pour qui l’on craque le plus, et ce à notre corps défendant, c’est Tyler. Alors que dans le tome précédent, il était plutôt représenté comme un ogre et un homme froid et dangereux, il nous dévoile ici une autre facette de sa personnalité. Un aspect plus doux et tendre de son caractère et surtout un aspect auquel on ne s’attend pas forcément en entamant cette lecture. Son passé et son histoire personnelle m’ont ému et ne manqueront pas de vous toucher à votre tour.

En bref, ce deuxième tome fut une bonne surprise. Mon appréhension de départ a vite été balayée par l’intensité de l’histoire et par ses personnages blessés et plein d’espoir. Charmée par l’univers de l’autrice, je ne manquerai pas de lire ses prochaines parutions en français.

https://misscroqbook.wixsite.com/misscroqbook/post/ecorches-2-dangereuse-attraction-carian-cole

Afficher en entier
Or

J’ai beaucoup aimé cette lecture. Ce n’est pas un coup de cœur comme le tome 1, mais c’était vraiment une excellente lecture et très différente du 1.

On va suivre Tyler le frère de Toren qui est un homme torturé et sombre. Disons qu’il vit sa vie sans vraiment y participer. Abîmé par la vie, physiquement et psychologiquement, ils pensent que personne ne pourrait le supporter et l’aimer. Cependant la roue tourne et il va vite s’apercevoir que la vie vaut la peine d’être vécue surtout quand on est entouré de bonnes personnes.

Quant à Holly, c’est une jeune femme qui ne connaît rien de la vie, torturé, séquestré pendant des années, elle retrouve sa liberté et doit faire face à un nombre incalculable de choses qui lui tombe dessus. Elle a du mal à trouver sa place dans ce nouveau monde excepté au côté de Tyler.

Ensemble, ils vont apprendre, l’amitié, la vie et toutes les choses que celle-ci a à leur offrir. Ils vont se reconstruire, apprendre et s’aimer.

Les personnages sont très bien construits, on sent tous les sentiments que l’auteur veut nous faire ressentir, la détresse, la peur, le manque de confiance en soi, la peur du rejet et la colère. Les parents d'Holly m’ont tout simplement sortie par les yeux, je ne pouvais pas les supporter. Tyler est attachant, touchant et on a juste envie de lui dire de se pardonner et de s’aimer car il a tellement à offrir. Puis Holly, douce, touchante et brisée mais qui petit à petit reprend du poil de la bête, apprend à vivre avec ses démons, malgré toutes les horreurs qu’elle a travaillées. On veut lui prendre la main et la guider, l’aider à travers toutes les étapes de reconstruction.

L’histoire est belle et la romance prend son temps, on sent tout ce qui se dégage de la situation qui évolue petit à petit. C’est une très belle histoire, avec de beaux messages.

Excellente lecture que je vous recommande.

Afficher en entier
Bronze

Si le tome 2 a été une grosse déception, j'ai été happée dès les premières pages par ces deux personnages brisés. L'auteur prend son temps pour les présenter, pour poser son histoire. Si leur première rencontre bouleverse leur vie, la deuxième arrive beaucoup plus tard et j'ai apprécié que l'auteur ne la précipite pas. J'avoue que c'était ma crainte principale.

Les terribles sévices que Holly a vécu m'ont noué le ventre, pourtant sans être graphique, chacune des paroles de son bourreau qu'elle revit dans ses flashback dépeint un passé si terrible que l'on se demande comment elle va pouvoir se relever. Et pourtant pas après pas, en reculant parfois, mais surtout en côtoyant Tyler et sa bonté incroyable envers elle, elle va réapprendre à vivre.

Une très très belle lecture.

Afficher en entier
Or

J'ai attendue le tome 2 avec impatience et malheureusement je suis décue.

Je précise: Il est excellent.

Plutot très psychologique et parfois déroutant avec les propos d'Holly. Une jeune femme de 19 ans qui parle parfois comme une gamine. On comprend le principe mais c'est déroutant quand meme.

Dans le premier tome l'histoire d'amour entre les deux protagonistes est puissante et ils se repoussent sans cesse. Ici c'est conflictuel.

Bref un magnifique livre qui m'a laissé sur ma faim.

Note 8/10

Afficher en entier
Diamant

Un second tome à la hauteur du premier. La romance est vraiment belle, les émotions sont profondes.

https://aucoindeden.blogspot.com/2020/12/les-ecorches-tome-2-dangereuse.html

Afficher en entier

http://www.unbrindelecture.com/2020/12/ecorches-2-dangereuse-attraction-de.html

ce tome 2 aura vraiment été un coup de cœur pour moi. J’avais beaucoup d’attentes en ce qui le concerne et j’en suis pleinement satisfaite. Le roman est un condensé d’émotions fortes, les personnages sont vraiment attachants et complexes. On vibre avec eux, on sourit et on pleure avec eux, on tombe amoureux d’eux. Bref, ce roman était magnifique à mes yeux.

Afficher en entier

Un très très gros coup de ❤️

Tyler et Holly sont bouleversants mais que j’ai aimé ce livre, leur histoire. Les drames vécus par chacun d’eux en font des êtres uniques et tellement forts. On les voit évoluer au fil des pages s’apprivoiser. N’hésitez pas à le lire cette romance qui est d’une beauté à couper le souffle.

Afficher en entier
Diamant

On découvre enfin l’histoire du frère de Toren ! Je l’ai remarqué de suite dans le premier tome et j’étais impatiente de le découvrir et quelle magnifique découverte.

Tyler vit en retrait dans les bois, ne parle pas, ne se mélange pas à la société et même lorsqu’il joue au sauveur auprès de la jeune Holly, son apparence fait de lui le parfait coupable. Quand ils sont amenés à se revoir, il est étonné de voir la jeune femme soutenir son regard et de ressentir de nouveaux certaines émotions oubliées.

Je dois avouer que malgré sa part d’ombre, Tyler est un personnage auquel on s’attache immédiatement, la vie ne l’a pas épargné, ses rêves ont pris fin brusquement, sa solitude est palpable, pourtant on ressent qu’il a beaucoup à offrir, il sait se montrer attentif, charmeur, délicat, il cache un cœur énorme qui a simplement oublié de fonctionner.

Holly adopte l’attitude que l’on attend d’elle, perdue dans une société qu’elle ne connaît plus, elle suit les règles qu’on lui donne alors que tout son être crie à l’aide de l’intérieur. Le seul auprès duquel elle se sent bien n’est autre que Tyler, son sauveur, mais est-ce que deux âmes si abîmées peuvent-elles former un tout solide ?

Elle est un personnage admirable, si son passé a laissé des séquelles psychologiques elle essaie de trouver sa place, a la volonté d’apprendre et n’a jamais cessé de croire en l’amour avec un grand A.

Carian signe ici une histoire inoubliable, la romance est belle et surtout traitée avec réalité, le traumatisme ne s’oublie pas au premier baiser, le rapprochement d´Holly et Tyler est fait avec subtilité, savoir faire et bienveillance.

Elle dépeint parfaitement le ressenti de ces âmes meurtries, du poids suffoquant du rejet dont ils sont victimes, l’un jugé pour son apparence l’autre pour son passé. J’ai souffert avec eux, les quelques bribes du passé m’ont fait rager mais j’ai aussi souri quand ils entament ensemble un chemin parsemé d’attention, de compréhension et lorsqu’ils trouvent en l’autre un second souffle.

L’intrigue est remarquable, j’ai été bluffée par la façon dont le destin peut être si cruel et si bienfaiteur à la fois.

Et puis je dois aussi vous parler de cette fin ... l’originalité de ce choix m’a mise la larme à l’œil, je crois que je ne voulais tout simplement pas les quitter.

Vous devez absolument lire cette histoire, on y rencontre le pire de l’âme humaine mais aussi la plus pure.

Je remercie les Éditions Bookmark de leur confiance sur ce service presse et Carian Cole d’avoir créé des personnages si attachants.

Coup de cœur ♥️

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction" est sorti 2021-01-18T17:12:12+01:00
background Layer 1 18 Janvier

Date de sortie

Écorchés, Tome 2 : Dangereuse attraction

  • France : 2021-01-18 (Français)

Activité récente

vanlien l'ajoute dans sa biblio or
2021-01-18T06:10:59+01:00

Titres alternatifs

  • Tied (All Torn Up #2) - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 72
Commentaires 13
extraits 1
Evaluations 34
Note globale 8.32 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode